Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749155586
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 374
Format : 154 x 240 mm

Les Amazones

Jean-Luc PININGRE (Traducteur)
Collection : Ailleurs
Date de parution : 19/09/2019
Mille femmes blanches : L’héritage
1875. Un chef cheyenne propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays, intègrent peu à peu le mode de vie des Indiens, au moment où commencent les grands... 1875. Un chef cheyenne propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays, intègrent peu à peu le mode de vie des Indiens, au moment où commencent les grands massacres des tribus.
 
1876. Après la bataille de Little Big Horn, quelques survivantes décident de prendre les armes contre cette prétendue « civilisation » qui vole aux Indiens leurs terres, leur mode de vie, leur culture et leur histoire. Cette tribu fantôme de femmes rebelles va bientôt passer dans la clandestinité pour livrer une bataille implacable, qui se poursuivra de génération en génération.
 
Dans cet ultime volume de la trilogie Mille femmes blanches, Jim Fergus mêle avec une rare maestria la lutte des femmes et des Indiens face à l’oppression, depuis la fin du xixe siècle jusqu’à aujourd’hui. Avec un sens toujours aussi fabuleux de l’épopée romanesque, il dresse des portraits de femmes aussi fortes qu’inoubliables.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749155586
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 374
Format : 154 x 240 mm
Cherche midi

Ils en parlent

"Le récit se révèle aussi fluide que poignant. Leurs pérégrinations nous permettent d'approfondir nos connaissances sur la société tribale et la spiritualité des Indiens, victimes expiatoires des progrès
de la colonisation, de la parcellisation des terres et de la disparition des grands troupeaux de bisons. Un souffleromanesque et épique tout simplement irrésistible."
HISTORIA

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nanou3250 Posté le 9 Juin 2020
    Dernier volume de la trilogie "mille femmes blanches". On retrouve Molly standing bear, lointaine descendante de Molly Mc Gill qui confie de nouveau les carnets de son aïeule à Jon W.Dodd, (descendant de May Dodd) journaliste dont le père avait commencé à publier l'histoire de ces "femmes blanches" dans son journal grâce aux carnets retrouvés de son aïeule. Dans ce dernier volume on retrouve ces femmes qui ont pris fait et cause pour les Indiens et sont devenues les "Coeurs Vaillants", alors oui, peut-être , ce dernier tome n'était-il pas indispensable, mais qu'importe, j'ai pris grand plaisir à cette lecture , les personnages féminins sont majestueux et les Indiens sont infiniment respectables, nous aurions tellement à apprendre d'eux .....
  • Stefy89 Posté le 8 Juin 2020
    La trilogie de Jim Fergus et le dernier Tome, heureusement je me suis accrochée car le premier tome Mille femmes blanches, je l'ai trouvé un peu lent, manquant de rythme, mais ensuite j'ai dévoré le deuxième la vengeance des mères et de même pour les amazones. j'ai finalement adoré cette trilogie.
  • ManouB Posté le 3 Juin 2020
    Voici le troisième volet de la trilogie commencée avec "Mille femmes blanches", puis, "La Vengeance des mères" tous deux présentés sur ce blog. Il est écrit en sous-titre "d'après les Journaux perdus de May Dodd, et de Molly McGill, édités et annotés par Molly Standing Bear", sa descendante. Evidemment, tout pourrait être vrai dans cette série qui nous raconte l'épopée extraordinaire de ces femmes qui en 1875 auraient été retirées, sur ordre du Président Grant, de leur prison ou leur asile pour être échangées de force contre des chevaux et données à Little Wolf, un grand chef Cheyenne afin de donner une descendance à son peuple. En fait il s'agissait d'apprendre au peuple indien comment vivaient les hommes blancs. Peu à peu ayant parfaitement intégré le monde indien, et fait de belles rencontres, des mariages heureux et des enfants, ces femmes courageuses arrachées à leur vie parfois de force, vont se trouver au cœur des grands massacres perpétrés par les Blancs. Ensembles, elles vont se rebeller contre leur propre civilisation qui vole leurs terres aux Indiens, tue leur principale nourriture (les bisons) et veut aussi leur faire oublier leur culture pleine de sagesse. Dans ce dernier volume, les voix de May Dodd,... Voici le troisième volet de la trilogie commencée avec "Mille femmes blanches", puis, "La Vengeance des mères" tous deux présentés sur ce blog. Il est écrit en sous-titre "d'après les Journaux perdus de May Dodd, et de Molly McGill, édités et annotés par Molly Standing Bear", sa descendante. Evidemment, tout pourrait être vrai dans cette série qui nous raconte l'épopée extraordinaire de ces femmes qui en 1875 auraient été retirées, sur ordre du Président Grant, de leur prison ou leur asile pour être échangées de force contre des chevaux et données à Little Wolf, un grand chef Cheyenne afin de donner une descendance à son peuple. En fait il s'agissait d'apprendre au peuple indien comment vivaient les hommes blancs. Peu à peu ayant parfaitement intégré le monde indien, et fait de belles rencontres, des mariages heureux et des enfants, ces femmes courageuses arrachées à leur vie parfois de force, vont se trouver au cœur des grands massacres perpétrés par les Blancs. Ensembles, elles vont se rebeller contre leur propre civilisation qui vole leurs terres aux Indiens, tue leur principale nourriture (les bisons) et veut aussi leur faire oublier leur culture pleine de sagesse. Dans ce dernier volume, les voix de May Dodd, dont nous avons lu le début des carnets dans "Mille femmes Blanches", et de Molly Mc Gill, l'héroïne de de la "Vengeance des mères" dont nous avons entendu la voix mêlée à celle de May, alternent pour nous conter l'ultime révolte de ces femmes qui réunies en milice (les Cœurs Vaillants) décident de donner un dernier assaut. Après toutes les souffrances que leur ont fait subir les blancs : anéantissement de villages entiers, tuerie des femmes et des enfants, celles dont le seul avenir est de se voir parquées dans des réserves, n'ont à présent plus rien à perdre... Au début du roman on retrouve Molly Standing Bear, la descendante de Molly qui vient remettre les cahiers à Jon W. Dodd, journaliste de son état et fils de Will Dodd, le petit-fils de May qui a été le premier à publier les cahiers de sa grand-mère, dans "Mille femmes blanches". Elle ne lui fait pas encore totalement confiance et mettra du temps à lui confier la totalité des derniers carnets de Molly avec la promesse qu'il ne changerait pas un mot, pas même une virgule... En alternant la lecture des carnets, et l'histoire actuelle de Molly Standing Bear et de Jon, le lecteur comprend mieux les difficultés du peuple indien aujourd'hui. L'auteur nous parle à travers cette histoire de la condition de la femme indienne dans les réserves. Chiffres à l'appui, on ne peut que constater que l'homme blanc a commis un crime contre l'humanité en exterminant ces peuples pour la plupart pacifiques et aussi, en continuant à les maltraiter aujourd'hui. Le titre souligne bien que dans ce tome ce sont les femmes qui sont à l'honneur. Avec tout ce qu'elles ont vécu, elles n'ont plus peur de rien, ni des Indiens tellement plus respectueux que les blancs, ni de sauter d'une falaise, ni de se battre pour protéger leurs amies ou leurs enfants, ni de se perdre dans une violente tempête et de passer dans un monde invisible... La culture indienne est également mise à l'honneur, avec une plongée dans ses traditions et ses croyances. Un bel hommage au peuple amérindien, à sa liberté et à sa culture, qui clôt en beauté la trilogie, même si je l'ai trouvé un peu en-dessous des précédents...il mérite d'être découvert. Mon préféré reste toujours le premier ! A noter, comme dans les tomes précédents, certains personnages ont réellement existé et le roman colle au plus près à l'histoire réelle de ces peuples indiens et en particulier, à l'histoire de leur extermination. Une trilogie à lire de préférence dans la foulée pour avoir bien en tête les différents personnages. Rappelez-vous j'avais découvert le premier tome lors de sa sortie en 2000, il y a 20 ans. Puis je l'ai relu avant de découvrir le second en 2017. C'est mon seul regret d'avoir attendu entre la lecture du second et du troisième. Du coup, il m'a fallu du temps pour me replonger dans l'ambiance !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Aveclesourire Posté le 25 Mai 2020
    Il y a quelques années déjà, j'avais adoré "Mille femmes blanches", ses personnages, son intrigue, ses enjeux et la plongée que ce livre offrait dans l'univers amérindien. Il est resté longtemps dans ma mémoire. Plus tard, j'ai lu "La vengeance des mères" mais je l'ai oublié. Je me suis donc plongé avec curiosité dans "Les amazones", un peu inquiet de lire le troisième tome d'une trilogie si longtemps après les deux premiers. Jim Fergus parvient à nous replonger dans l'univers de ses protagonistes pour retrouver qui est qui. Malheureusement pour réussir cela, il multiplie les surprises du même type : la plupart des personnages principaux se trompent sur ce qu'ils pensent de ce que sont advenus les autres, suite aux évènements des précédents tomes. Les massacres et les batailles n'ont pas eu les conséquences individuelles auxquelles les uns et les autres s'attendaient. C'est intéressant mais pendant un long moment cela a rendu ma lecture un peu laborieuse : j'étais sceptique sur la crédibilité de ces multiples rebondissements. C'est particulièrement le cas, dans l'intrigue qui lie May Dodd à Jack Seminole où les ficelles utilisées par l'auteur sont si grosses que plus aucune scène n'avait d'effet sur moi car j'en devinais... Il y a quelques années déjà, j'avais adoré "Mille femmes blanches", ses personnages, son intrigue, ses enjeux et la plongée que ce livre offrait dans l'univers amérindien. Il est resté longtemps dans ma mémoire. Plus tard, j'ai lu "La vengeance des mères" mais je l'ai oublié. Je me suis donc plongé avec curiosité dans "Les amazones", un peu inquiet de lire le troisième tome d'une trilogie si longtemps après les deux premiers. Jim Fergus parvient à nous replonger dans l'univers de ses protagonistes pour retrouver qui est qui. Malheureusement pour réussir cela, il multiplie les surprises du même type : la plupart des personnages principaux se trompent sur ce qu'ils pensent de ce que sont advenus les autres, suite aux évènements des précédents tomes. Les massacres et les batailles n'ont pas eu les conséquences individuelles auxquelles les uns et les autres s'attendaient. C'est intéressant mais pendant un long moment cela a rendu ma lecture un peu laborieuse : j'étais sceptique sur la crédibilité de ces multiples rebondissements. C'est particulièrement le cas, dans l'intrigue qui lie May Dodd à Jack Seminole où les ficelles utilisées par l'auteur sont si grosses que plus aucune scène n'avait d'effet sur moi car j'en devinais déjà l'issue toujours similaire. Pourtant, par la suite, Jim Fergus développe un aspect qui me passionne : la frontière tangible entre la réalité et la mythologie animiste des amérindiens. Et il a une intrigue idéale pour cela : une tribu indienne qui cherche un lieu refuge dans une région ravagée par la guerre et qui la trouve dans une nature grandiose et magique. J'ai été totalement surpris et embarqué par cette partie que j'aurais voulu explorer plus longuement. Jim Fergus choisit une autre option pour clôturer sa trilogie. Cela maintient le mystère, c'est intéressant. Mais personnellement, c'est au moment où il m'avait à nouveau accroché que tout s'arrête. Dommage. Ou alors peut-être n'ai-je pas terminé ma lecture, n'ai-je pas refermé le livre et y suis-je toujours dans le monde d'à côté !?
    Lire la suite
    En lire moins
  • BALABLABLA Posté le 24 Mai 2020
    Amazones : femmes guerrières et égalité des genres 3e volet des « Mille femmes blanches » : suite et fin d’une trilogie passionnante et immersive dans la civilisation des indiens d’Amériques du nord. L'histoire (tomes 1-3) nous plonge dans les guerres indiennes, celles des Blacks Hills de 1876 -1877 (plaines amérindiennes s'étalant du Canada au Mexique en traversant le Montana, le Dakota et le Wyoming) opposant les Lakotas (Sioux) et leurs alliés (Cheyennes et Arapahos) à l'armée US (Shoshones et Crows). Si les indiens défendent un territoire sacré (traité de Fort Laramie de 1868) et leur culture, les Caucasiens s’approprient la terre pour se répandre (colons) et gagner l’or des montagnes. Cette guerre est ponctuée par différentes batailles. Si, dans le second opus, il s’agit de Rosebud Creek opposant Sitting Bull, Little Wolf et Crazy Horse, échappés des réserves au général Crook et Custer, le 3e et dernier volet, nous plonge au lendemain de la plus célèbre d'entre-elles : Little Big Horn. La coalition indienne remporte une des plus grandes victoires qui restera ancrée dans la mémoire américaine autant que celle de Gettysburg. Cependant, cette victoire ne change en rien la condition amérindienne : parqués dans des réserves (sédentarité), affamés, malades, alcooliques, transformés... Amazones : femmes guerrières et égalité des genres 3e volet des « Mille femmes blanches » : suite et fin d’une trilogie passionnante et immersive dans la civilisation des indiens d’Amériques du nord. L'histoire (tomes 1-3) nous plonge dans les guerres indiennes, celles des Blacks Hills de 1876 -1877 (plaines amérindiennes s'étalant du Canada au Mexique en traversant le Montana, le Dakota et le Wyoming) opposant les Lakotas (Sioux) et leurs alliés (Cheyennes et Arapahos) à l'armée US (Shoshones et Crows). Si les indiens défendent un territoire sacré (traité de Fort Laramie de 1868) et leur culture, les Caucasiens s’approprient la terre pour se répandre (colons) et gagner l’or des montagnes. Cette guerre est ponctuée par différentes batailles. Si, dans le second opus, il s’agit de Rosebud Creek opposant Sitting Bull, Little Wolf et Crazy Horse, échappés des réserves au général Crook et Custer, le 3e et dernier volet, nous plonge au lendemain de la plus célèbre d'entre-elles : Little Big Horn. La coalition indienne remporte une des plus grandes victoires qui restera ancrée dans la mémoire américaine autant que celle de Gettysburg. Cependant, cette victoire ne change en rien la condition amérindienne : parqués dans des réserves (sédentarité), affamés, malades, alcooliques, transformés en homme blanc (vêtements, écoles, religion), leur civilisation s’effondre pour disparaître complètement. Les colons sont de plus en plus nombreux, « le cheval de fer » réduit considérablement les distances, la ruée vers l’or est à son apogée. Plus de rites, plus de chasses (le bison est exterminé), plus de guerres (les guerriers s’ennuient). Que faire ? Certains au lendemain de cette éclatante victoire iront rejoindre les réserves et les agences et s’inscriront sur leurs registres, d’autres deviendront éclaireurs dans l’armée US devenant des traîtres aux yeux de leur tribus car la guerre des Blacks Hills n’est pas terminée pour autant. D’autres, perdus, dispersés chercheront à se retrouver et à errer dans les plaines et les montagnes du Montana pour lutter encore et encore sur des générations et des générations contre celui qui leur a volé leurs terres, leur culture, leur mode de vie et leur histoire. C’est ce que nous conte Jim FERGUS défenseur de la cause amérindienne et Chevenne, plus précisément dont il est passionné. Son récit s’effectue à travers des carnets ou registres que les « femmes blanches : May Dodd, Molly McGill Bear » vendues aux indiens dans le programme FBI (1e tome) remplissent de leur écriture racontant leur quotidien de squaws et de guerrières au sein de la tribu. Ces carnets seront transmis de mère en fille, de génération en génération jusqu’à aujourd’hui offrant un témoignage bouleversant et authentique d’une époque révolue et d’une lutte perpétuelle. Ces femmes, blanches et/ou indiennes « cœur vaillant » sont les amazones de la Grèce antique, ces femmes guerrières qui tuent, vengent et se font justice dans la clandestinité. Jim FERGUS brosse un portrait de femmes conquérantes et libres tout en dessinant la condition féminine au XIXe siècle et de nos jours,
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    16 livres qui racontent l'Amérique

    Si on vous dit Amérique, vous pensez grands espaces, road trip, mais aussi peut-être cinéma et New York City. Pays aussi fascinant que déroutant et dont la démesure ne cesse d'étonner, les États-Unis ont produit et produisent encore des écrivains de génie. Focus sur 16 livres - du roman à l'essai - qui chacun à leur manière racontent l'Amérique et ses habitants.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    50 romans incontournables à offrir ce Noël

    Des romans primés, des thrillers entêtants, des auteurs stars, des étoiles montantes, des héros inoubliables... Dans notre hotte, il y a des histoires pour tous les goûts et toutes les envies. Découvrez vite notre sélection de 50 romans incontournables à offrir ce Noël.

    Lire l'article