En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Aventures de Sherlock Holmes - Tome 3 (n. éd.)

        Omnibus
        EAN : 9782258080799
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 1120
        Format : 132 x 198 mm
        Les Aventures de Sherlock Holmes - Tome 3 (n. éd.)

        Date de parution : 01/10/2009

        Cet ouvrage constitue le troisième volume des Aventures de Sherlock Holmes, le détective le plus célèbre de la littérature, en édition bilingue illustrée et dans une traduction nouvelle et complète.

        Il vit à Londres, au 221B Baker Street, à la fin du dix-neuvième siècle. Il a des idées un peu bizarres... Il se passionne pour certaines branches de la science. Il est assez calé en anatomie, est un chimiste de premier ordre qui, malgré des études très décousues et excentriques,...

        Il vit à Londres, au 221B Baker Street, à la fin du dix-neuvième siècle. Il a des idées un peu bizarres... Il se passionne pour certaines branches de la science. Il est assez calé en anatomie, est un chimiste de premier ordre qui, malgré des études très décousues et excentriques, a ammassé des tas de connaissances peu ordinaires. Il n'est pas aisé de le faire parler, bien qu'il puisse être assez expansif quand l'envie lui en prend. Il joue du violon. Il a un métier : dénouer les énigmes étranges auxquelles il est le seul à pouvoir apporter une solution. Il a un défaut : il affectionne les drogues. Il a un ami : le docteur Watson, témoin et narrateur de ses aventures. Son créateur, Arthur Conan Doyle, a inventé le roman policier moderne. Il s'appelle Sherlock Holmes.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258080799
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 1120
        Format : 132 x 198 mm
        Omnibus
        25.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • MissSherlock Posté le 10 Septembre 2013
          Ma relecture du canon holmésien a pris des allures de totale découverte grâce aux éditions Omnibus. Que de différences entre les traductions que j'ai lu dans le passé et cette belle édition bilingue ! Certes Eric Wittersheim, le traducteur, a pris quelques libertés avec le texte original mais ça n'est rien comparé aux sabotages de certains de ces confères. Le roman et les nouvelles contenus dans ce dernier tome ne sont pas mes préférés. Les histoires sont moins abouties, les ficelles sont plus grosses et le mystère confère parfois au ridicule (Le soldat blafard, La crinière de Lion, L'homme qui rampait). Sherlock Holmes est moins actifs dans ces enquêtes, il n'enquête même pas du tout dans La Pensionnaire voilée. Cependant, même si ces récits n'ont pas la saveur des précédents, j'ai pris grand plaisir à me retrouver au 221B Baker Street en compagnie de mon cher Holmes et du bon docteur Watson !
        • gill Posté le 30 Avril 2013
          En soixante enquêtes, racontées par le docteur Watson, son éminent mémorialiste, Sherlock Holmes n'aura livré à la justice que vingt-cinq coupables. Neuf autres ayant échappés au juste châtiment qui les attendait après la résolution de l'énigme par le célèbre détective. Onze enquêtes n'ont eu pour résultats que de révéler un crime supposé ou un pur fantasme n'ayant aucun rapport de gravité avec celui supposé. A l'issue des quinze enquêtes restantes, Sherlock Holmes, se substituant à la justice, fait lui-même grâce au coupable, soit qu'il le considère comme une victime, soit qu'il lui propose de se racheter, qu'il veuille éviter un scandale, qu'il se contente d'un marché ou que le coupable accepte de se substituer à la justice. Watson qualifie Holmes de "machine à observer et à raisonner la plus parfaite de la planète". Il nous révèle, ainsi, les deux pans principaux de sa méthode : l'observation et la déduction. L'examen des poussières, l'origine des taches de boue et la classification des cendres de tabac, voilà un aspect de la technique policière utilisé par Sherlock Holmes bien avant les enquêteurs ultra-modernes qui se bousculent aujourd'hui dans la littérature et sur nos écrans. Ce détective imaginaire fait figure de novateur. Avec l'entrée en scène... En soixante enquêtes, racontées par le docteur Watson, son éminent mémorialiste, Sherlock Holmes n'aura livré à la justice que vingt-cinq coupables. Neuf autres ayant échappés au juste châtiment qui les attendait après la résolution de l'énigme par le célèbre détective. Onze enquêtes n'ont eu pour résultats que de révéler un crime supposé ou un pur fantasme n'ayant aucun rapport de gravité avec celui supposé. A l'issue des quinze enquêtes restantes, Sherlock Holmes, se substituant à la justice, fait lui-même grâce au coupable, soit qu'il le considère comme une victime, soit qu'il lui propose de se racheter, qu'il veuille éviter un scandale, qu'il se contente d'un marché ou que le coupable accepte de se substituer à la justice. Watson qualifie Holmes de "machine à observer et à raisonner la plus parfaite de la planète". Il nous révèle, ainsi, les deux pans principaux de sa méthode : l'observation et la déduction. L'examen des poussières, l'origine des taches de boue et la classification des cendres de tabac, voilà un aspect de la technique policière utilisé par Sherlock Holmes bien avant les enquêteurs ultra-modernes qui se bousculent aujourd'hui dans la littérature et sur nos écrans. Ce détective imaginaire fait figure de novateur. Avec l'entrée en scène de Sherlock Holmes s'est posé sur le sinistre empire du crime la main de fer des logiciens. Ce misogyne génial a laissé après lui une postérité foisonnante et passionnante...avant de susciter en réaction la naissance du roman noir américain. Sir Arthur Conan Doyle dans "ses mémoires et aventures" cite ses trois grandes sources d'inspiration, Edgar Poe et Gaboriau, mais aussi son ancien maître Joseph Bell, chirurgien à l'hôpital d’Édimbourg, à qui il a emprunté, tout d'abord son aspect physique mais aussi son sens du diagnostique et de l'observation. Le troisième tome de cette magnifique réédition dans la collection Omnibus referme cette incursion originale et soignée dans l'univers du plus fameux des détectives. Et ce n'est que pour avoir le plaisir de s'y replonger...Élémentaire, mon cher Watson....
          Lire la suite
          En lire moins
        • belette2911 Posté le 29 Mars 2012
          Quel plaisir de lire (enfin) une édition française un peu plus fidèle à l'originale anglaise. Moi qui ai découvert Holmes avec les éditions "le livre de poche policier" des éditions Laffont (quand j'avais 13 ans, j'avais peu d'argent) je me suis rendue compte, en relisant celle-là que certaines choses avaient été changées, et pas des moindres. Le plaisir est décuplé par le texte, en anglais, sur la gauche. Même si on ne comprend pas tout, on a la traduction française en face. Le must ! Autre point important : il y avait des actions que Holmes faisait dans ma vieille édition et quine sont pas les même dans celle de chez Omnibus et d'autres petits détails de textes. Même si la traduction n'est pas encore la meilleure par rapport aux éditions Oxford. Ce qui me plaît dans ce recueil, c'est le papier bible, très fin et agréable, sans oublier les dessins de Sidney Paget pour agrémenter les pages. Attention, dans les vieilles éditions Omnibus, l'aventure de "la boîte en carton" ne s'y trouve pas. Par contre, le fameux début avec les portraits du général Beecher qui, à l'origine, se trouvait dans "la boîte en carton" et qui se retrouva, dans les anciennes éditions, en... Quel plaisir de lire (enfin) une édition française un peu plus fidèle à l'originale anglaise. Moi qui ai découvert Holmes avec les éditions "le livre de poche policier" des éditions Laffont (quand j'avais 13 ans, j'avais peu d'argent) je me suis rendue compte, en relisant celle-là que certaines choses avaient été changées, et pas des moindres. Le plaisir est décuplé par le texte, en anglais, sur la gauche. Même si on ne comprend pas tout, on a la traduction française en face. Le must ! Autre point important : il y avait des actions que Holmes faisait dans ma vieille édition et quine sont pas les même dans celle de chez Omnibus et d'autres petits détails de textes. Même si la traduction n'est pas encore la meilleure par rapport aux éditions Oxford. Ce qui me plaît dans ce recueil, c'est le papier bible, très fin et agréable, sans oublier les dessins de Sidney Paget pour agrémenter les pages. Attention, dans les vieilles éditions Omnibus, l'aventure de "la boîte en carton" ne s'y trouve pas. Par contre, le fameux début avec les portraits du général Beecher qui, à l'origine, se trouvait dans "la boîte en carton" et qui se retrouva, dans les anciennes éditions, en introduction du "patient à demeure" retrouve ici sa véritable place !! Et là, on comprend pourquoi Watson parle de chaleur alors que dans "le patient à demeure", la question de la chaleur torride se posait puisqu'il était dit que nous étions au mois d'octobre...
          Lire la suite
          En lire moins
        • Hindy Posté le 13 Janvier 2011
          la suite des aventures du grand Sherlock dans cette très bonne traduction avec notamment le mythique chien des Baskerville
        • Hindy Posté le 13 Janvier 2011
          denier opus
        Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
        Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.