Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266290364
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 165 x 230 mm

Les Fabuleuses aventures d'Aurore- tome 01

,

Date de parution : 14/03/2019
 Le premier roman jeunesse illustré d'un tandem de stars : Douglas Kennedy et Joann Sfar !
Autiste, Aurore ne parle pas. Mais elle écrit sur sa tablette à la vitesse de la lumière. Et elle a un secret. Elle lit dans les yeux des autres : Maman, Pap’, sa grande soeur Émilie, mais aussi Lucie, la meilleure amie d’Émilie, harcelée à l’école. Le jour où Lucie disparaît à Monster Land, le parc d’attractions, Aurore s’improvise détective…
EAN : 9782266290364
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 165 x 230 mm
Pocket jeunesse

Ils en parlent

On veut absolument la suite, très vite !
Aurore est une petite fille lumineuse ! Atteinte d'autisme elle ne parle pas mais s'exprime grâce à sa tablette. Elle se crée un monde imaginaire où elle retrouve sa meilleure amie Aube, là-bas sa maladie et les problèmes du quotidien n'existent pas. Lorsque la meilleure amie de sa sœur disparaît elle mène l'enquête et devient l'adjointe de l'inspecteur!  Une lecture touchante qui parle brillamment de sujet tel que la différence et le harcèlement, et où l'on en retient surtout le Pep's d'une jeune fille forte.  À mettre entre toutes les mains, à partir de 9 ans. 
Solène / Librairie Ravy

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Virgule-Magazine Posté le 7 Janvier 2020
    « Handicapée. J’ai demandé à Josiane ce que signifiait ce mot. Elle m’a expliqué que je suis née avec un truc qu’on appelle l’autisme. Que ça n’est pas quelque chose de mauvais. Que c’est juste une façon différente de voir le monde. Que quand on a ça, on est unique, parce qu’il n’y a pas une seule espèce d’autisme. Et que même si le mien fait que je ne peux pas parler comme tout le monde, en vrai, c’est génial les super pouvoirs que ça me donne ! » Aurore est différente, en effet. Elle ne communique que grâce à sa tablette, mais elle a un pouvoir magique : elle voit « derrière les yeux des gens », c’est-à-dire qu’elle sait ce qu’ils pensent. Ce super pouvoir va être très utile à Aurore, pour jouer les détectives, lorsqu’une amie de sa sœur disparaîtra au parc d’attraction... L’avis de Chloé, 12 ans : J’ai bien aimé le fait qu’Aurore soit une petite fille pleine de vie et de ressources malgré son handicap. Je trouve que le déroulement de l’histoire est intéressant et l’écriture très expressive. Une bonne découverte.  L’avis de la rédaction : Avec son pouvoir et ses fragilités, Aurore est craquante ! Un joli roman, remarquablement illustré par Joann Sfar. 
  • Maplumedepaon Posté le 19 Décembre 2019
    Un très beau livre plein de sagesse qui parle de différence, de tolérance, de harcèlement. Aurore est une héroïne attachante. Un super support pour aborder ces thèmes avec nos enfants, ma fille de 9 ans l'a lu et a beaucoup aimé. On attend d'ailleurs toutes les 2 avec impatience la suite des aventures d'Aurore
  • Louis_LUCAS Posté le 16 Septembre 2019
    Autrefois dramaturge, hier essayiste, depuis longtemps romancier, Douglas Kennedy a bien des casquettes mais ne s'était encore jamais frotté, à ma connaissance, à l'exercice. Fidèle à lui-même, il n'a pas fait les choses à moitié et à décidé de confier les illustrations de cette première incursion dans le roman jeunesse à un artiste au talent aussi protéiforme que le sien : Joann Sfar. Cinéaste ("Gainsbourg, vie héroïque", "Le chat du rabbin") et écrivain ("Comment tu parles de ton père"), l'homme est surtout un grand bédéaste à qui l'on doit "Petit vampire", "Sardine de l'espace" et bien entendu "Le chat du rabbin". L'association de ces deux univers singuliers promettait sur le papier, elle fait des étincelles sur ce projet. Francophone, francophile, l'auteur américain a décidé de situer son récit dans nos contrées, en l'occurrence à Fontenay-sous-Bois, un choix surprenant qui montre l'audace de Kennedy, mais également son attachement pour notre pays. Pour l'anecdote, l'auteur est venu présenter son "Aurore" aux habitants de la ville durant la tournée promotionnelle. Si le lieu de l'intrigue joue la carte de l'originalité et que Douglas Kennedy s'aventure sur un terrain littéraire qu'il n'a jamais foulé, il a en revanche choisi d'aborder un sujet qu'il connaît bien :... Autrefois dramaturge, hier essayiste, depuis longtemps romancier, Douglas Kennedy a bien des casquettes mais ne s'était encore jamais frotté, à ma connaissance, à l'exercice. Fidèle à lui-même, il n'a pas fait les choses à moitié et à décidé de confier les illustrations de cette première incursion dans le roman jeunesse à un artiste au talent aussi protéiforme que le sien : Joann Sfar. Cinéaste ("Gainsbourg, vie héroïque", "Le chat du rabbin") et écrivain ("Comment tu parles de ton père"), l'homme est surtout un grand bédéaste à qui l'on doit "Petit vampire", "Sardine de l'espace" et bien entendu "Le chat du rabbin". L'association de ces deux univers singuliers promettait sur le papier, elle fait des étincelles sur ce projet. Francophone, francophile, l'auteur américain a décidé de situer son récit dans nos contrées, en l'occurrence à Fontenay-sous-Bois, un choix surprenant qui montre l'audace de Kennedy, mais également son attachement pour notre pays. Pour l'anecdote, l'auteur est venu présenter son "Aurore" aux habitants de la ville durant la tournée promotionnelle. Si le lieu de l'intrigue joue la carte de l'originalité et que Douglas Kennedy s'aventure sur un terrain littéraire qu'il n'a jamais foulé, il a en revanche choisi d'aborder un sujet qu'il connaît bien : l'autisme. Son fils Max étant lui-même autiste, son expérience de père l'a sans doute grandement aidé lorsqu'il a donné vie à son Aurore. Son héroïne a un regard différent sur le monde, mais est d'une authenticité indéniable. Dans nos sociétés conformistes, normalisées, soucieuses que rien ne sorte du cadre, le regard de l'autre est aussi fondamental que discriminant. La différence inspire chez les êtres dénués d'empathie - et ils sont nombreux - le rejet, l'exclusion, occasionnent parfois des formes de harcèlement. Il en est question ici - pas uniquement à travers le prisme de l'autisme - mais le roman n'est pas pessimiste pour autant, bien au contraire ! Aurore est une enfant pleine de vie, originale, avec un mode de pensée et d'expression qui n'appartient qu'à elle, mais ce n'est pas une victime. La différence inspire chez les êtres dénués d'empathie - et ils sont nombreux - le rejet, l'exclusion, occasionnent parfois des formes de harcèlement. Non seulement, elle dispose du don de "voir derrière les yeux des gens" mais surtout elle a une imagination sans limite et un sens de l'amitié sans faille. Toutes ces qualités vont faire d'elle une enquêtrice hors pair, au flair enviable et aux raisonnements implacables. Si l'énigme en elle-même s'appuie avant tout sur la charge émotionnelle du sujet, l'originalité du personnage pourrait aisément justifier une série de romans jeunesse avec des enjeux plus dépaysants même s'il est important que le cadre inédit ainsi que la particularité d'Aurore demeurent au centre de chaque roman. "Les fabuleuses aventures d'Aurore", ce sont également différents niveaux de lecture, les clins d'œil à la Littérature, un imaginaire foisonnant mis en valeur par des illustrations qui subliment les moments clef du roman par un sens du détail et des couleurs. Tout cela donne lieu à une lecture agréable et si fluide qu'en à peine deux heures, le roman est terminé. Par son sujet, la qualité du récit comme des illustrations, ce roman est l'occasion de partager un moment de lecture en famille. Il y a en effet suffisamment de matière dans cette première aventure pour aborder avec les enfants plusieurs questions existentielles non dénuées d'intérêt.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Les_deux_artistes_ Posté le 4 Septembre 2019
    La première chose que j’ai remarquée, ce sont les illustrations. Au début, elle ne me plaisaient pas à cause du dessin trop enfantin, mais les couleurs, elles, m'ont tout de suite plus. Je suppose que c’est de l’aquarelle. Puis au fil des pages, j’ai commencé a apprécier ces illustrations qui illuminent le texte. Et c'est finalement un coup de cœur que je vous présente aujourd'hui.  Je n’avais jamais lu de livre de Douglas Kennedy, il s’agit de son premier livre pour la jeunesse, et je dois dire que c’est une réussite. Pour information il s'agit premier tome d’une trilogie qui met en scène une jeune autiste.  Aurore est une fillette joyeuse, et ce, malgré sa différence. Elle est autiste et ne parle pas, elle communique par une tablette sur laquelle elle écrit à une vitesse étonnante. Mais ce n’est pas son seul talent, excepté cette rapidité, elle possède aussi un don hors du commun. Aurore peut lire les pensées des gens ! Mais elle ne doit en parler à personne, cela les mettrait mal à l’aise. C’est une petite fille heureuse qui vit dans son monde, malgré le mal-être de ses proches elle semble toujours prête à les aider même lorsque la meilleure amie de sa sœur disparaît.  J'ai beaucoup aimé ma lecture car mis... La première chose que j’ai remarquée, ce sont les illustrations. Au début, elle ne me plaisaient pas à cause du dessin trop enfantin, mais les couleurs, elles, m'ont tout de suite plus. Je suppose que c’est de l’aquarelle. Puis au fil des pages, j’ai commencé a apprécier ces illustrations qui illuminent le texte. Et c'est finalement un coup de cœur que je vous présente aujourd'hui.  Je n’avais jamais lu de livre de Douglas Kennedy, il s’agit de son premier livre pour la jeunesse, et je dois dire que c’est une réussite. Pour information il s'agit premier tome d’une trilogie qui met en scène une jeune autiste.  Aurore est une fillette joyeuse, et ce, malgré sa différence. Elle est autiste et ne parle pas, elle communique par une tablette sur laquelle elle écrit à une vitesse étonnante. Mais ce n’est pas son seul talent, excepté cette rapidité, elle possède aussi un don hors du commun. Aurore peut lire les pensées des gens ! Mais elle ne doit en parler à personne, cela les mettrait mal à l’aise. C’est une petite fille heureuse qui vit dans son monde, malgré le mal-être de ses proches elle semble toujours prête à les aider même lorsque la meilleure amie de sa sœur disparaît.  J'ai beaucoup aimé ma lecture car mis à part l'autisme d'Aurore et cette disparition, l’auteur aborde d’autres thèmes : le harcèlement scolaire, la jalousie s’une sœur, le divorce, le mal-être d'une adolescente, …  En bref on ne s'ennui pas d'autant plus que l'écriture est fluide et le personnage d'Aurore attachant. Il est impossible de lâcher ce livre une fois commencé.  Pour conclure, c’est un très bon ouvrage pour la jeunesse qui traite de la différence et qui est magnifiquement illustré.
    Lire la suite
    En lire moins
  • chlsau Posté le 8 Août 2019
    On dit que la vérité sort de la bouche des enfants, mais Aurore, elle, ne parle pas. En revanche, elle lit dans les pensées : un don qui se révèle fort utile dans cette enquête biscornue qui dévoile, tout en humour, un quotidien pas toujours rose ! Les illustrations sont très lumineuses et contrebalance bien les aspects les thèmes plus « sombres » du récit. A conseiller à partir de 9 ans, mais convient aussi aux plus grands.

les contenus multimédias

Chargement en cours...
Toute l'actualité de Douglas Kennedy
Suivez votre auteur préféré au fil de ses nouveaux romans.

Lisez maintenant, tout de suite !