Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221240779
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Les Fleurs de l'ombre

Date de parution : 12/03/2020
« Bienvenue chez CASA, chère Clarissa… »

Une résidence pour artistes flambant neuve. Un appartement ultramoderne, au 8e étage, avec vue sur tout Paris. Un rêve pour une romancière en quête de tranquillité. Rêve, ou cauchemar ? Depuis qu’elle a emménagé, Clarissa Katsef éprouve un malaise diffus, le sentiment d’être observée. Et le doute s’immisce. Qui se...

Une résidence pour artistes flambant neuve. Un appartement ultramoderne, au 8e étage, avec vue sur tout Paris. Un rêve pour une romancière en quête de tranquillité. Rêve, ou cauchemar ? Depuis qu’elle a emménagé, Clarissa Katsef éprouve un malaise diffus, le sentiment d’être observée. Et le doute s’immisce. Qui se cache derrière CASA ? Clarissa a-t-elle raison de se méfier ou cède-t-elle à la paranoïa, victime d’une imagination trop fertile ?
Fidèle à ses thèmes de prédilection – l’empreinte des lieux, le poids des secrets –, Tatiana de Rosnay tisse une intrigue au suspense diabolique pour explorer les menaces qui pèsent sur ce bien si précieux, notre intimité.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221240779
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • gambadou Posté le 2 Septembre 2020
    Clarissa Katsef est une écrivaine d'une soixantaine d'années qui vient de rompre avec son mari. Désemparée, sans domicile, elle accueille avec soulagement la proposition de la société CASA de lui louer un logement à prix réduit sous couvert de mécénat. Mais Clarissa se sent rapidement oppressée dans cet appartement ultra-moderne où ses gestes sont filmés et où un assistant personnel robotisé anticipe chacune de ses demandes. Les chapitres s'alternent entre le carnet de note de Clarissa où se trouve les raisons de la rupture avec son mari, et son quotidien au sein de sa résidence. La tension monte au fil des pages. Cette sensation de menaces permanente est elle imputable à un fond de dépression dû à sa situation familiale, ou est elle fondée ? Qui est exactement CASA ? Un roman qui tient la route avec de nombreux thèmes abordés comme les changements climatiques, la place des robots dans la société, la douleur du deuil ou la littérature. L'écriture est fluide et agréable. C'est au lecteur de décider le fin mot de l'histoire ce qui m'a laissé un peu sur ma faim.
  • Vmonod Posté le 29 Août 2020
    Je suis restée sur ma faim ... !
  • Framboisine7282 Posté le 17 Août 2020
    Quelle surprise ce roman ! très différent de l'univers habituel de Tatiana DE ROSNAY, bien que l'on y retrouve quelques thèmes qui lui sont chers, les secrets de familles (de préférence assez lourds) et l'empreinte des lieux et la mémoire des murs. Bienvenue dans un monde glaçant où les robots se substituent aux humains. Clarissa KATSEF est romancière, vit seule à Paris avec son chat Chablis, et vient d'emménager dans une résidence réservée aux artistes. Elle a deux enfants et une petite fille agée de 14 ans. Elle a quitté brutalement François son mari, et c'est au fil de cette histoire que nous en connaîtrons les raisons car de nombreux chapitres sont consacrés à cette séparation. L'auteure a choisi de faire vivre ses personnages dans un futur où de lourds attentats ont ravagé la ville, et la Tour Eiffel n'est plus qu'une ruine. (ça m'a beaucoup perturbée d'imaginer Paris sans son symbole). Dans son appartement ultramoderne où tout est géré jour et nuit par des robots elle se sent inutile. Elle ne fait rien elle-même, elle passe par son assistant virtuel, « Mme Dalloway », qui n'obéit qu'à sa voix. Tout ça s'est mis en place au cours d'un long entretien avec l'équipe qui gère la résidence, entretien... Quelle surprise ce roman ! très différent de l'univers habituel de Tatiana DE ROSNAY, bien que l'on y retrouve quelques thèmes qui lui sont chers, les secrets de familles (de préférence assez lourds) et l'empreinte des lieux et la mémoire des murs. Bienvenue dans un monde glaçant où les robots se substituent aux humains. Clarissa KATSEF est romancière, vit seule à Paris avec son chat Chablis, et vient d'emménager dans une résidence réservée aux artistes. Elle a deux enfants et une petite fille agée de 14 ans. Elle a quitté brutalement François son mari, et c'est au fil de cette histoire que nous en connaîtrons les raisons car de nombreux chapitres sont consacrés à cette séparation. L'auteure a choisi de faire vivre ses personnages dans un futur où de lourds attentats ont ravagé la ville, et la Tour Eiffel n'est plus qu'une ruine. (ça m'a beaucoup perturbée d'imaginer Paris sans son symbole). Dans son appartement ultramoderne où tout est géré jour et nuit par des robots elle se sent inutile. Elle ne fait rien elle-même, elle passe par son assistant virtuel, « Mme Dalloway », qui n'obéit qu'à sa voix. Tout ça s'est mis en place au cours d'un long entretien avec l'équipe qui gère la résidence, entretien dont elle est ressortie fortement déstabilisée. A noter que le nom de cet assistant virtuel n'a pas été choisi au hasard, puisque Clarissa hésitait entre Madame Dalloway et Madame Danvers. (Petite référence à Virginia Woolf et Rébecca du Maurier, deux auteures qu'affectionne particulièrement Tatiana de Rosnay). On ressent une grande souffrance chez cette femme que je trouve attachante. Sa vie est vide, détruite par un douloureux secret qui semble l'étouffer. (quelques chapitres y seront également consacrés). Au milieu de toute cette grisaille il y a quand même un rayon de soleil, sa petite fille Adriana dont elle est très proche, et sa voisine Adelka qui semble très à l'aise dans cet environnement (leurs échanges se feront sur une durée très courte). Clarissa tente en vain de prendre ses marques dans ces pièces qu'elle n'arrive pas à personnaliser. Elle n'est pas certaine d'arriver à se plaire dans cet appartement où elle finit par se sentir prisonnière. Elle a l'impression d'être surveillée en permanence, d'ailleurs l'attitude de Chablis la conforte dans cette idée. Sur de courts instants il semble terrorisé, les oreilles aplaties et le dos hérissé. Que perçoit-il ? Une présence invisible ? Pas rassurant tout ça ! Elle doit partir… Le monde dans lequel évoluent les personnages de ce roman ne me fait pas envie. La prise de pouvoir par les robots ne laisse plus aucune chance aux humains, je trouve ça terrifiant et j'ai souvent eu envie d'appuyer sur « pause ». Seul petit bonheur, le lien étroit entre Adriana et sa grand-mère. C'est d'ailleurs grâce à Andy que Clarissa trouvera le courage de s'enfuir et de prendre un nouveau départ en renouant avec son passé. Un bon roman avec un thème accrocheur, mais une fin décevante me donnant l'impression que l'auteure ne savait plus quoi imaginer pour faire sortir ses personnages de ce monde complètement artificiel qui je l'espère ne sera jamais le nôtre. Beaucoup de questions restent sans réponses…
    Lire la suite
    En lire moins
  • MarcelineBodier Posté le 12 Août 2020
    « Dans la résidence CASA, où Clarissa trouve refuge, Mrs Dalloway est au plus proche de sa géographie intérieure. Est-ce la solution, ou le problème ? » : plus de quatre mois plus tard, je parle sur les réseaux d'une de mes dernières lectures d'avant le confinement, Les fleurs de l'ombre. 20 minutes avait publié ma chronique (lien ci-dessous). C'est très saisissant de penser que juste après avoir dévoré l'histoire d'une romancière enfermée dans une étrange résidence pour auteurs, je me suis retrouvée dans une situation qui n'était pas sans l'évoquer (bon OK, je n'étais pas la seule)... et que le livre lui-même, finalement, a subi cette étrange mise en abyme.⠀ ⠀ Mais bien sûr, si j'ai aimé le livre, c'est parce que comme à son habitude, Tatiana de Rosnay nous a offert une histoire où se mêlent les péripéties narratives et les lignes de faille intimes de son héroïne. Un livre plus réflexif que d'habitude, aussi, car son héroïne a beaucoup de points communs avec elle : écrivain, bilingue, auteure d'un livre sur l'importance des lieux, en affinité avec Romain Gary et Virginie Woolf. Dans un épisode de 21 cm, on voit Tatiana de Rosnay visiter la « chambre à soi » de l'auteure anglaise... et on retrouve... « Dans la résidence CASA, où Clarissa trouve refuge, Mrs Dalloway est au plus proche de sa géographie intérieure. Est-ce la solution, ou le problème ? » : plus de quatre mois plus tard, je parle sur les réseaux d'une de mes dernières lectures d'avant le confinement, Les fleurs de l'ombre. 20 minutes avait publié ma chronique (lien ci-dessous). C'est très saisissant de penser que juste après avoir dévoré l'histoire d'une romancière enfermée dans une étrange résidence pour auteurs, je me suis retrouvée dans une situation qui n'était pas sans l'évoquer (bon OK, je n'étais pas la seule)... et que le livre lui-même, finalement, a subi cette étrange mise en abyme.⠀ ⠀ Mais bien sûr, si j'ai aimé le livre, c'est parce que comme à son habitude, Tatiana de Rosnay nous a offert une histoire où se mêlent les péripéties narratives et les lignes de faille intimes de son héroïne. Un livre plus réflexif que d'habitude, aussi, car son héroïne a beaucoup de points communs avec elle : écrivain, bilingue, auteure d'un livre sur l'importance des lieux, en affinité avec Romain Gary et Virginie Woolf. Dans un épisode de 21 cm, on voit Tatiana de Rosnay visiter la « chambre à soi » de l'auteure anglaise... et on retrouve cette visite privilégiée dans Les fleurs de l'ombre.⠀ ⠀ Pas un coup de foudre comme Boomerang ou Elle s'appelait Sarah, mais une belle lecture. J'allais ajouter qu'il était bien dommage qu'elle soit sortie dans une période aussi troublée, mais le propre des bons livres et des bons écrivains, c'est de durer. Alors, avez-vous pensé à en faire votre lecture de l'été ?⠀
    Lire la suite
    En lire moins
  • LiliLee Posté le 4 Août 2020
    J’ai adoré ce roman qui dépeint un monde qui pourrait très bien être le nôtre dans quelques années. D’ailleurs, certains faits sont déjà là sous nos yeux. Je n’avais encore jamais lu de livres de Tatiana de Rosnay et je ne regrette pas de m’être lancée dans celui-là. Je suis entrée directement dans son univers et je me suis vraiment attachée à ses personnages. La tension s’installe petit à petit et on a vraiment envie de savoir où tout cela va nous mener. Une belle découverte pour moi!

les contenus multimédias

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Lectures estivales : 30 romans pour s'évader

    Les vacances se profilent à l'horizon. L'occasion de faire un peu de place dans votre valise pour les livres qui accompagneront vos pérégrinations. De Françoise Bourdin à Danielle Steel en passant par Michel Bussi, découvrez notre sélection de romans à dévorer tout au long de la belle saison.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Fêtes des mères : 20 romans passionnants à lui offrir

    La fête des mères, c'est dimanche 7 juin ! Et si vous profitiez de cette occasion pour lui offrir un livre et étancher sa soif de lecture ? De Françoise Bourdin à Danielle Steel en passant par Douglas Kennedy, focus sur 20 romans passionnants qui devraient plaire à votre chère maman.

    Lire l'article