En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Indifférents

        Belfond
        EAN : 9782714478689
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 134 x 190 mm
        Les Indifférents

        Date de parution : 01/02/2018
        Ils sont les enfants bénis. Les élus. Ils se surnomment les Indifférents.
         
        Ils sont les enfants bénis. Les élus. Ils se surnomment les Indifférents.
        Une bande d’adolescents bourgeois mène une existence paisible sur le bassin d’Arcachon. Justine arrive d’Alsace avec sa mère, recrutée par un notable du coin. Elle rencontre Théo, le plus jeune fils de la famille, et, très vite, intègre son...
        Ils sont les enfants bénis. Les élus. Ils se surnomment les Indifférents.
        Une bande d’adolescents bourgeois mène une existence paisible sur le bassin d’Arcachon. Justine arrive d’Alsace avec sa mère, recrutée par un notable du coin. Elle rencontre Théo, le plus jeune fils de la famille, et, très vite, intègre son clan.
        De ces belles années, Justine raconte tout. Les rituels, le gang, l’océan. Cette vie d’insouciance parmi les aulnes et les fêtes clandestines, sous le regard des parents mondains.
        Mais un matin sur la plage, un drame survient. Les Indifférents sont certainement coupables.
        La bande est devenue bestiale.
        Dans un style haletant et incisif, le nouveau roman de Julien Dufresne-Lamy dessine le portrait d’une jeunesse aussi cruelle que prodigieuse.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714478689
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 134 x 190 mm
        Belfond
        19.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • mybooksntea Posté le 11 Juin 2018
          Les Indifférents est un roman qui m’a été chaudement recommandé par Aufildeslivres. Pour moi, il réunissait tous les ingrédients d’un roman comme je les aime : des ados insouciants et insolents, une part de sauvage, du mystère… Le pitch n’est pas sans rappeler Nous les menteurs, de E. Lockhart. J’ai tout de suite été emportée par le style de l’auteur. Il écrit du point de vue de Justine, l’héroïne, avec un détachement et une lucidité incroyable. Le ton est vif, mordant. Le récit alterne entre passé, dans lequel elle raconte son intégration aux Indifférents ; et le présent, où elle nous livre petit bout par petit bout les éléments d’un drame lors duquel un membre de la bande a trouvé la mort. Le contraste est très fort entre ce passé presque idyllique et ce présent chaotique et violent. Cette alternance permet de garder le lecteur en halein. J’ai eu du mal à lâcher le roman tellement j’avais envie de connaître le fin mot de l’histoire. Justine est une adolescente typique, de celle qui explore à corps perdu les nouvelles libertés qui s’offrent à elle en grandissant. A travers elle, on découvre un univers particulier : celui de la bourgeoisie, qui se croit au-dessus des... Les Indifférents est un roman qui m’a été chaudement recommandé par Aufildeslivres. Pour moi, il réunissait tous les ingrédients d’un roman comme je les aime : des ados insouciants et insolents, une part de sauvage, du mystère… Le pitch n’est pas sans rappeler Nous les menteurs, de E. Lockhart. J’ai tout de suite été emportée par le style de l’auteur. Il écrit du point de vue de Justine, l’héroïne, avec un détachement et une lucidité incroyable. Le ton est vif, mordant. Le récit alterne entre passé, dans lequel elle raconte son intégration aux Indifférents ; et le présent, où elle nous livre petit bout par petit bout les éléments d’un drame lors duquel un membre de la bande a trouvé la mort. Le contraste est très fort entre ce passé presque idyllique et ce présent chaotique et violent. Cette alternance permet de garder le lecteur en halein. J’ai eu du mal à lâcher le roman tellement j’avais envie de connaître le fin mot de l’histoire. Justine est une adolescente typique, de celle qui explore à corps perdu les nouvelles libertés qui s’offrent à elle en grandissant. A travers elle, on découvre un univers particulier : celui de la bourgeoisie, qui se croit au-dessus des lois. Avec Justine, on explore également les relations adolescentes entre les Indifférents. Le groupe porte très bien son nom. Tous ont une attitude détachée, voire désabusée. A tel point que ça finit par en devenir malaisant. L’auteur aborde des thématiques pertinentes et difficiles, comme le harcèlement, le viol, la relation mère-fille, mais aussi les pulsions sombres qui se trouvent parfois au fond de nous. Il établit un contraste critique entre la bourgeoisie, leur mentalité et les autres. Les Indifférents est un très bon roman, non seulement pour sa qualité d’écriture, mais également pour son intrigue. Je ne m’attendais pas du tout à cette fin qui, je dois l’avouer, m’a quand même perturbée.
          Lire la suite
          En lire moins
        • mesechappeeslivresques Posté le 22 Avril 2018
          Du jour au lendemain, Justine et sa mère quittent l’Alsace pour emménager sur le bassin d’Arcachon et prendre un nouveau départ. Pour Justine, issue d’un milieu modeste, un monde inconnu s’ouvre à elle. Elle se lie d’amitié avec Théo, Daisy et Léonard, trois adolescents bourgeois qui forment une bande soudée, surnommée Les Indifférents. Après une phase d’intégration, Justine va finalement trouver sa place au sein de ce groupe d’intouchables. Liberté, insouciance et alcool, les années défilent ainsi. Jusqu’au jour où les choses basculent et scindent le clan définitivement. Survient alors un drame inévitable. Dès le début du roman, le lecteur se retrouve face à cet événement tragique dont il ignore tout. Grâce à une construction très habile, Julien Dufresne-Lamy distille peu à peu les éléments pour nous tenir en haleine jusqu’au dénouement. La plume est vive, incisive et tout sonne juste. Le récit est vraiment addictif. Des sentiments divergents émergent durant la lecture envers cette bande d’adolescents qu’on apprécie et qu’on déteste à la fois. De plus, à travers le point de vue de Justine, l’auteur écorche la bourgeoisie. Avec pour toile de fond les plages d’Arcachon, Julien Dufresne-Lamy nous livre, dans ce brillant page-turner, le portrait d’une jeunesse dorée aussi bien fascinante et vulnérable... Du jour au lendemain, Justine et sa mère quittent l’Alsace pour emménager sur le bassin d’Arcachon et prendre un nouveau départ. Pour Justine, issue d’un milieu modeste, un monde inconnu s’ouvre à elle. Elle se lie d’amitié avec Théo, Daisy et Léonard, trois adolescents bourgeois qui forment une bande soudée, surnommée Les Indifférents. Après une phase d’intégration, Justine va finalement trouver sa place au sein de ce groupe d’intouchables. Liberté, insouciance et alcool, les années défilent ainsi. Jusqu’au jour où les choses basculent et scindent le clan définitivement. Survient alors un drame inévitable. Dès le début du roman, le lecteur se retrouve face à cet événement tragique dont il ignore tout. Grâce à une construction très habile, Julien Dufresne-Lamy distille peu à peu les éléments pour nous tenir en haleine jusqu’au dénouement. La plume est vive, incisive et tout sonne juste. Le récit est vraiment addictif. Des sentiments divergents émergent durant la lecture envers cette bande d’adolescents qu’on apprécie et qu’on déteste à la fois. De plus, à travers le point de vue de Justine, l’auteur écorche la bourgeoisie. Avec pour toile de fond les plages d’Arcachon, Julien Dufresne-Lamy nous livre, dans ce brillant page-turner, le portrait d’une jeunesse dorée aussi bien fascinante et vulnérable que cruelle. Dotée d’une atmosphère oppressante, d’une plume mordante et d’une tension qui monte au fil des pages, c’est une lecture qui laisse des traces.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Carole75 Posté le 19 Avril 2018
          Julien Dufresne-Lamy sait décidément écrire sur l’adolescence. Après l’avoir découvert avec Dans ma tête je m’appelle Alice, c’est avec un plaisir identique que j’ai lu Les indifférents. Par la voix de Justine, il nous parle de l’adolescence, de l’amitié, de la recherche d’identité. Il dresse de beaux portraits d’adolescents privilégiés, parfois écorchés, mais toujours libres et protégés. Mais il nous offre également une analyse sociale sans complaisance d’une bourgeoisie qui élit soigneusement les membres de son clan mais surtout les empêche ensuite d’en sortir et de parler. La loi du secret est plus forte que tout, au point de se transmettre de générations en générations sans possibilité de s’en affranchir, y compris s’il s’agit du pire. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, un drame que l’on devine dès les premières pages et qui nous accompagne en silence tout au long du récit. Un monde où le sentiment d’impunité rend indifférent aux autres et au mal que l’on peut leur faire. Vous l’aurez compris : un tableau critique et engagé qui ne peut laisser indifférent, d’autant qu’il est particulièrement bien écrit, avec un ton incisif, une construction (un huit-clos en l’occurrence) soignée, qui entretient le rythme (alternant légèreté et violence), le suspense... Julien Dufresne-Lamy sait décidément écrire sur l’adolescence. Après l’avoir découvert avec Dans ma tête je m’appelle Alice, c’est avec un plaisir identique que j’ai lu Les indifférents. Par la voix de Justine, il nous parle de l’adolescence, de l’amitié, de la recherche d’identité. Il dresse de beaux portraits d’adolescents privilégiés, parfois écorchés, mais toujours libres et protégés. Mais il nous offre également une analyse sociale sans complaisance d’une bourgeoisie qui élit soigneusement les membres de son clan mais surtout les empêche ensuite d’en sortir et de parler. La loi du secret est plus forte que tout, au point de se transmettre de générations en générations sans possibilité de s’en affranchir, y compris s’il s’agit du pire. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, un drame que l’on devine dès les premières pages et qui nous accompagne en silence tout au long du récit. Un monde où le sentiment d’impunité rend indifférent aux autres et au mal que l’on peut leur faire. Vous l’aurez compris : un tableau critique et engagé qui ne peut laisser indifférent, d’autant qu’il est particulièrement bien écrit, avec un ton incisif, une construction (un huit-clos en l’occurrence) soignée, qui entretient le rythme (alternant légèreté et violence), le suspense et la tension pour nous porter d’un seul souffle jusqu’à la dernière page.
          Lire la suite
          En lire moins
        • AudreyT Posté le 13 Avril 2018
          **** Justine a 13 ans quand elle arrive au Cap Ferret. Elle vient de quitter son Alsace natale en même temps que sa mère qui elle fuit son père. Elles emménagent toutes les deux dans la grande et belle demeure de Paul Castillon et de sa famille. Sa mère a accepté d'y loger en même temps qu'un poste de comptable pour les entreprises. Justine va alors se lier au fils cadet, Théo, et rejoindre le clan des Indifférents. Ils sont quatre, quatre adolescents qui naviguent entre amitié, amours, folies et rêves d'un ailleurs meilleur. Mais entre l'arrivée de Milo et ce monde d'adultes, plein de mensonges, de secrets et de non dits, les choses basculent... Voici un roman envoûtant... Dotée d'une très belle écriture, l'histoire est faite d'allers et retours entre le drame, dont on ne connaîtra la teneur qu'aus dernières pages, et tous les prémices et les alertes des années passées. Julien Dufresne-Lamy décrit avec beaucoup de justesse et de pudeur la vie de ces adolescents aisés qui se permettent tout, sans jamais penser aux lendemains ou aux conséquences de leurs actes. Il joue avec brio sur nos nerfs et la tension monte au fil des pages. Mais finalement, face au... **** Justine a 13 ans quand elle arrive au Cap Ferret. Elle vient de quitter son Alsace natale en même temps que sa mère qui elle fuit son père. Elles emménagent toutes les deux dans la grande et belle demeure de Paul Castillon et de sa famille. Sa mère a accepté d'y loger en même temps qu'un poste de comptable pour les entreprises. Justine va alors se lier au fils cadet, Théo, et rejoindre le clan des Indifférents. Ils sont quatre, quatre adolescents qui naviguent entre amitié, amours, folies et rêves d'un ailleurs meilleur. Mais entre l'arrivée de Milo et ce monde d'adultes, plein de mensonges, de secrets et de non dits, les choses basculent... Voici un roman envoûtant... Dotée d'une très belle écriture, l'histoire est faite d'allers et retours entre le drame, dont on ne connaîtra la teneur qu'aus dernières pages, et tous les prémices et les alertes des années passées. Julien Dufresne-Lamy décrit avec beaucoup de justesse et de pudeur la vie de ces adolescents aisés qui se permettent tout, sans jamais penser aux lendemains ou aux conséquences de leurs actes. Il joue avec brio sur nos nerfs et la tension monte au fil des pages. Mais finalement, face au drame, on se demande bien qui des enfants ou des parents, sont les coupables ? Devant tant de confiance, tant de suffisance, finalement, ce qu'on ne dit pas, ce qu'on cache, peut vite devenir plus fort que la simple vérité... Un grand merci à NetGalley et aux éditions Belfond pour leur confiance.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Root Posté le 30 Mars 2018
          Lorsque Justine quitte l’Alsace ce matin-là, elle ne s’imagine pas combien la vie peut être différente. Différente de ce qu’elle a connu, de ce qu’elle a imaginé, de ce qu’elle croyait possible. Le Cap, c’est un autre monde, pas seulement l’autre bout de la France avec la mer et le soleil. C’est une élite autoproclamée que l’on doit suivre, bon gré mal gré. Quitte à tout détruire sur son passage. Dans l’immense villa des Castillon où l’on se parle sans s’écouter, elle pense ne pas avoir sa place. Sa mère, insondable, veille à ce qu’elle file droit. Rapidement, Théo Castillon se rapproche de Justine. Il lui présente Léonard, puis Daisy. Désormais, elle marche avec les Indifférents. Comme si l’en avait toujours été ainsi. Les adolescents ne maîtrisent pas leur pouvoir. Ils marchent, insolents, la tête haute, méprisent le petit peuple. Ils déambulent d’une soirée à l’autre, enquillant drogues et alcool comme on donne une poignée de main. Justine oublie la province et la tapisserie défraîchie. Elle oublie le besoin, presque l’envie. Jusqu’à l’arrivée de Milo, qui fait tache sur la carte postale. Lui lui rappelle qu’elle n’est pas de ce monde, elle qui décrit ceux qu’elle croise dans les rues avec la... Lorsque Justine quitte l’Alsace ce matin-là, elle ne s’imagine pas combien la vie peut être différente. Différente de ce qu’elle a connu, de ce qu’elle a imaginé, de ce qu’elle croyait possible. Le Cap, c’est un autre monde, pas seulement l’autre bout de la France avec la mer et le soleil. C’est une élite autoproclamée que l’on doit suivre, bon gré mal gré. Quitte à tout détruire sur son passage. Dans l’immense villa des Castillon où l’on se parle sans s’écouter, elle pense ne pas avoir sa place. Sa mère, insondable, veille à ce qu’elle file droit. Rapidement, Théo Castillon se rapproche de Justine. Il lui présente Léonard, puis Daisy. Désormais, elle marche avec les Indifférents. Comme si l’en avait toujours été ainsi. Les adolescents ne maîtrisent pas leur pouvoir. Ils marchent, insolents, la tête haute, méprisent le petit peuple. Ils déambulent d’une soirée à l’autre, enquillant drogues et alcool comme on donne une poignée de main. Justine oublie la province et la tapisserie défraîchie. Elle oublie le besoin, presque l’envie. Jusqu’à l’arrivée de Milo, qui fait tache sur la carte postale. Lui lui rappelle qu’elle n’est pas de ce monde, elle qui décrit ceux qu’elle croise dans les rues avec la bonhomie de Brel qui chantait Ces gens-là. Elle a beau se pavaner au bras d’un fils de, elle n’est qu’une fille d’employés. Devenue l’image qu’on lui renvoie d’elle, elle souffre toutefois de devoir tourner le dos à celui qui lui ressemble, car sa nouvelle amitié n’est pas du goût des autres. On ne mélange pas les torchons avec les serviettes. On ne lâche pas les Indifférents. Ou bien en paie le prix. Les Indifférents sont cette adolescence intolérante, provocatrice, cruelle. Ils sont cette liberté dont on ne jouit qu’une fois. L’insouciance qu’on craint et qu’on jalouse. Perchés en haut du Cap, ils se croient à l’abri du drame. Ils sont le poids de la famille, qu’on brandit et qu’on renie. Ils sont apparence et méandres, opportunisme et vérité. Ils sont cette passerelle qu’on est forcé d’emprunter sans trop regarder en bas. Ils sont à l’image de ce décor idyllique que la marée peut ensevelir à tout moment. Un décor magnifié par les mots de Julien Dufresne-Lamy. On referme ce roman avec le goût du sel sur les lèvres, pas tout à fait sûr d’avoir détesté les personnages. Qu’importe, on aurait pu les suivre n’importe où. Subtil et violent. Merci aux éditions Belfond pour leur confiance.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "C'est finement orchestré, c'est cruel et féroce. Ce roman il a le rythme d'un thriller et l'intelligence d'un essai sociologique. Le tout est porté par une écriture d'une sobriété titanesque. À la fois acérée et incisive tout en étant dynamique et fluide."
        Bib Hors Les Murs
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !