En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Indifférents

        Belfond
        EAN : 9782714478689
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 134 x 190 mm
        Les Indifférents

        Date de parution : 01/02/2018
        Ils sont les enfants bénis. Les élus. Ils se surnomment les Indifférents.
         
        Ils sont les enfants bénis. Les élus. Ils se surnomment les Indifférents.
        Une bande d’adolescents bourgeois mène une existence paisible sur le bassin d’Arcachon. Justine arrive d’Alsace avec sa mère, recrutée par un notable du coin. Elle rencontre Théo, le plus jeune fils de la famille, et, très vite, intègre son...
        Ils sont les enfants bénis. Les élus. Ils se surnomment les Indifférents.
        Une bande d’adolescents bourgeois mène une existence paisible sur le bassin d’Arcachon. Justine arrive d’Alsace avec sa mère, recrutée par un notable du coin. Elle rencontre Théo, le plus jeune fils de la famille, et, très vite, intègre son clan.
        De ces belles années, Justine raconte tout. Les rituels, le gang, l’océan. Cette vie d’insouciance parmi les aulnes et les fêtes clandestines, sous le regard des parents mondains.
        Mais un matin sur la plage, un drame survient. Les Indifférents sont certainement coupables.
        La bande est devenue bestiale.
        Dans un style haletant et incisif, le nouveau roman de Julien Dufresne-Lamy dessine le portrait d’une jeunesse aussi cruelle que prodigieuse.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714478689
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 134 x 190 mm
        Belfond
        19.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • mesechappeeslivresques Posté le 22 Avril 2018
          Du jour au lendemain, Justine et sa mère quittent l’Alsace pour emménager sur le bassin d’Arcachon et prendre un nouveau départ. Pour Justine, issue d’un milieu modeste, un monde inconnu s’ouvre à elle. Elle se lie d’amitié avec Théo, Daisy et Léonard, trois adolescents bourgeois qui forment une bande soudée, surnommée Les Indifférents. Après une phase d’intégration, Justine va finalement trouver sa place au sein de ce groupe d’intouchables. Liberté, insouciance et alcool, les années défilent ainsi. Jusqu’au jour où les choses basculent et scindent le clan définitivement. Survient alors un drame inévitable. Dès le début du roman, le lecteur se retrouve face à cet événement tragique dont il ignore tout. Grâce à une construction très habile, Julien Dufresne-Lamy distille peu à peu les éléments pour nous tenir en haleine jusqu’au dénouement. La plume est vive, incisive et tout sonne juste. Le récit est vraiment addictif. Des sentiments divergents émergent durant la lecture envers cette bande d’adolescents qu’on apprécie et qu’on déteste à la fois. De plus, à travers le point de vue de Justine, l’auteur écorche la bourgeoisie. Avec pour toile de fond les plages d’Arcachon, Julien Dufresne-Lamy nous livre, dans ce brillant page-turner, le portrait d’une jeunesse dorée aussi bien fascinante et vulnérable... Du jour au lendemain, Justine et sa mère quittent l’Alsace pour emménager sur le bassin d’Arcachon et prendre un nouveau départ. Pour Justine, issue d’un milieu modeste, un monde inconnu s’ouvre à elle. Elle se lie d’amitié avec Théo, Daisy et Léonard, trois adolescents bourgeois qui forment une bande soudée, surnommée Les Indifférents. Après une phase d’intégration, Justine va finalement trouver sa place au sein de ce groupe d’intouchables. Liberté, insouciance et alcool, les années défilent ainsi. Jusqu’au jour où les choses basculent et scindent le clan définitivement. Survient alors un drame inévitable. Dès le début du roman, le lecteur se retrouve face à cet événement tragique dont il ignore tout. Grâce à une construction très habile, Julien Dufresne-Lamy distille peu à peu les éléments pour nous tenir en haleine jusqu’au dénouement. La plume est vive, incisive et tout sonne juste. Le récit est vraiment addictif. Des sentiments divergents émergent durant la lecture envers cette bande d’adolescents qu’on apprécie et qu’on déteste à la fois. De plus, à travers le point de vue de Justine, l’auteur écorche la bourgeoisie. Avec pour toile de fond les plages d’Arcachon, Julien Dufresne-Lamy nous livre, dans ce brillant page-turner, le portrait d’une jeunesse dorée aussi bien fascinante et vulnérable que cruelle. Dotée d’une atmosphère oppressante, d’une plume mordante et d’une tension qui monte au fil des pages, c’est une lecture qui laisse des traces.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Carole75 Posté le 19 Avril 2018
          Julien Dufresne-Lamy sait décidément écrire sur l’adolescence. Après l’avoir découvert avec Dans ma tête je m’appelle Alice, c’est avec un plaisir identique que j’ai lu Les indifférents. Par la voix de Justine, il nous parle de l’adolescence, de l’amitié, de la recherche d’identité. Il dresse de beaux portraits d’adolescents privilégiés, parfois écorchés, mais toujours libres et protégés. Mais il nous offre également une analyse sociale sans complaisance d’une bourgeoisie qui élit soigneusement les membres de son clan mais surtout les empêche ensuite d’en sortir et de parler. La loi du secret est plus forte que tout, au point de se transmettre de générations en générations sans possibilité de s’en affranchir, y compris s’il s’agit du pire. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, un drame que l’on devine dès les premières pages et qui nous accompagne en silence tout au long du récit. Un monde où le sentiment d’impunité rend indifférent aux autres et au mal que l’on peut leur faire. Vous l’aurez compris : un tableau critique et engagé qui ne peut laisser indifférent, d’autant qu’il est particulièrement bien écrit, avec un ton incisif, une construction (un huit-clos en l’occurrence) soignée, qui entretient le rythme (alternant légèreté et violence), le suspense... Julien Dufresne-Lamy sait décidément écrire sur l’adolescence. Après l’avoir découvert avec Dans ma tête je m’appelle Alice, c’est avec un plaisir identique que j’ai lu Les indifférents. Par la voix de Justine, il nous parle de l’adolescence, de l’amitié, de la recherche d’identité. Il dresse de beaux portraits d’adolescents privilégiés, parfois écorchés, mais toujours libres et protégés. Mais il nous offre également une analyse sociale sans complaisance d’une bourgeoisie qui élit soigneusement les membres de son clan mais surtout les empêche ensuite d’en sortir et de parler. La loi du secret est plus forte que tout, au point de se transmettre de générations en générations sans possibilité de s’en affranchir, y compris s’il s’agit du pire. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, un drame que l’on devine dès les premières pages et qui nous accompagne en silence tout au long du récit. Un monde où le sentiment d’impunité rend indifférent aux autres et au mal que l’on peut leur faire. Vous l’aurez compris : un tableau critique et engagé qui ne peut laisser indifférent, d’autant qu’il est particulièrement bien écrit, avec un ton incisif, une construction (un huit-clos en l’occurrence) soignée, qui entretient le rythme (alternant légèreté et violence), le suspense et la tension pour nous porter d’un seul souffle jusqu’à la dernière page.
          Lire la suite
          En lire moins
        • AudreyT Posté le 13 Avril 2018
          **** Justine a 13 ans quand elle arrive au Cap Ferret. Elle vient de quitter son Alsace natale en même temps que sa mère qui elle fuit son père. Elles emménagent toutes les deux dans la grande et belle demeure de Paul Castillon et de sa famille. Sa mère a accepté d'y loger en même temps qu'un poste de comptable pour les entreprises. Justine va alors se lier au fils cadet, Théo, et rejoindre le clan des Indifférents. Ils sont quatre, quatre adolescents qui naviguent entre amitié, amours, folies et rêves d'un ailleurs meilleur. Mais entre l'arrivée de Milo et ce monde d'adultes, plein de mensonges, de secrets et de non dits, les choses basculent... Voici un roman envoûtant... Dotée d'une très belle écriture, l'histoire est faite d'allers et retours entre le drame, dont on ne connaîtra la teneur qu'aus dernières pages, et tous les prémices et les alertes des années passées. Julien Dufresne-Lamy décrit avec beaucoup de justesse et de pudeur la vie de ces adolescents aisés qui se permettent tout, sans jamais penser aux lendemains ou aux conséquences de leurs actes. Il joue avec brio sur nos nerfs et la tension monte au fil des pages. Mais finalement, face au... **** Justine a 13 ans quand elle arrive au Cap Ferret. Elle vient de quitter son Alsace natale en même temps que sa mère qui elle fuit son père. Elles emménagent toutes les deux dans la grande et belle demeure de Paul Castillon et de sa famille. Sa mère a accepté d'y loger en même temps qu'un poste de comptable pour les entreprises. Justine va alors se lier au fils cadet, Théo, et rejoindre le clan des Indifférents. Ils sont quatre, quatre adolescents qui naviguent entre amitié, amours, folies et rêves d'un ailleurs meilleur. Mais entre l'arrivée de Milo et ce monde d'adultes, plein de mensonges, de secrets et de non dits, les choses basculent... Voici un roman envoûtant... Dotée d'une très belle écriture, l'histoire est faite d'allers et retours entre le drame, dont on ne connaîtra la teneur qu'aus dernières pages, et tous les prémices et les alertes des années passées. Julien Dufresne-Lamy décrit avec beaucoup de justesse et de pudeur la vie de ces adolescents aisés qui se permettent tout, sans jamais penser aux lendemains ou aux conséquences de leurs actes. Il joue avec brio sur nos nerfs et la tension monte au fil des pages. Mais finalement, face au drame, on se demande bien qui des enfants ou des parents, sont les coupables ? Devant tant de confiance, tant de suffisance, finalement, ce qu'on ne dit pas, ce qu'on cache, peut vite devenir plus fort que la simple vérité... Un grand merci à NetGalley et aux éditions Belfond pour leur confiance.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Root Posté le 30 Mars 2018
          Lorsque Justine quitte l’Alsace ce matin-là, elle ne s’imagine pas combien la vie peut être différente. Différente de ce qu’elle a connu, de ce qu’elle a imaginé, de ce qu’elle croyait possible. Le Cap, c’est un autre monde, pas seulement l’autre bout de la France avec la mer et le soleil. C’est une élite autoproclamée que l’on doit suivre, bon gré mal gré. Quitte à tout détruire sur son passage. Dans l’immense villa des Castillon où l’on se parle sans s’écouter, elle pense ne pas avoir sa place. Sa mère, insondable, veille à ce qu’elle file droit. Rapidement, Théo Castillon se rapproche de Justine. Il lui présente Léonard, puis Daisy. Désormais, elle marche avec les Indifférents. Comme si l’en avait toujours été ainsi. Les adolescents ne maîtrisent pas leur pouvoir. Ils marchent, insolents, la tête haute, méprisent le petit peuple. Ils déambulent d’une soirée à l’autre, enquillant drogues et alcool comme on donne une poignée de main. Justine oublie la province et la tapisserie défraîchie. Elle oublie le besoin, presque l’envie. Jusqu’à l’arrivée de Milo, qui fait tache sur la carte postale. Lui lui rappelle qu’elle n’est pas de ce monde, elle qui décrit ceux qu’elle croise dans les rues avec la... Lorsque Justine quitte l’Alsace ce matin-là, elle ne s’imagine pas combien la vie peut être différente. Différente de ce qu’elle a connu, de ce qu’elle a imaginé, de ce qu’elle croyait possible. Le Cap, c’est un autre monde, pas seulement l’autre bout de la France avec la mer et le soleil. C’est une élite autoproclamée que l’on doit suivre, bon gré mal gré. Quitte à tout détruire sur son passage. Dans l’immense villa des Castillon où l’on se parle sans s’écouter, elle pense ne pas avoir sa place. Sa mère, insondable, veille à ce qu’elle file droit. Rapidement, Théo Castillon se rapproche de Justine. Il lui présente Léonard, puis Daisy. Désormais, elle marche avec les Indifférents. Comme si l’en avait toujours été ainsi. Les adolescents ne maîtrisent pas leur pouvoir. Ils marchent, insolents, la tête haute, méprisent le petit peuple. Ils déambulent d’une soirée à l’autre, enquillant drogues et alcool comme on donne une poignée de main. Justine oublie la province et la tapisserie défraîchie. Elle oublie le besoin, presque l’envie. Jusqu’à l’arrivée de Milo, qui fait tache sur la carte postale. Lui lui rappelle qu’elle n’est pas de ce monde, elle qui décrit ceux qu’elle croise dans les rues avec la bonhomie de Brel qui chantait Ces gens-là. Elle a beau se pavaner au bras d’un fils de, elle n’est qu’une fille d’employés. Devenue l’image qu’on lui renvoie d’elle, elle souffre toutefois de devoir tourner le dos à celui qui lui ressemble, car sa nouvelle amitié n’est pas du goût des autres. On ne mélange pas les torchons avec les serviettes. On ne lâche pas les Indifférents. Ou bien en paie le prix. Les Indifférents sont cette adolescence intolérante, provocatrice, cruelle. Ils sont cette liberté dont on ne jouit qu’une fois. L’insouciance qu’on craint et qu’on jalouse. Perchés en haut du Cap, ils se croient à l’abri du drame. Ils sont le poids de la famille, qu’on brandit et qu’on renie. Ils sont apparence et méandres, opportunisme et vérité. Ils sont cette passerelle qu’on est forcé d’emprunter sans trop regarder en bas. Ils sont à l’image de ce décor idyllique que la marée peut ensevelir à tout moment. Un décor magnifié par les mots de Julien Dufresne-Lamy. On referme ce roman avec le goût du sel sur les lèvres, pas tout à fait sûr d’avoir détesté les personnages. Qu’importe, on aurait pu les suivre n’importe où. Subtil et violent. Merci aux éditions Belfond pour leur confiance.
          Lire la suite
          En lire moins
        • elleaimelire Posté le 28 Mars 2018
          Mais quelle découverte ce livre ! Merci Belfond et Netgalley ! Nous sommes à Arcachon, un groupe d'adolescents, insouciants, qui profitent de la vie, se lancent des défis, indifférents à ce que pensent les autres… Une bande d'amis, peut-être pas si soudée et heureuse qu'elle en a l'air, certains qui viennent de familles aisées du bassin et l'autre, celle qui est la fille de l'employée, et qui vient d'arriver dans cette nouvelle région, un nouveau départ, du bonheur, mais pas que… car pour faire partie du clan, un bizutage est de rigueur, il va falloir dépasser ses limites physiques et morales. "J'annonce à ma mère que je déteste vivre ici et que Théo parle à ses amis imaginaires. Je promets au garçon boutonneux que je lui écrirai des lettres en latin à son départ du bassin. Ego te requiro, revertemur." L'adolescence, comme cette période pendant laquelle on cherche toujours sa place et son identité. L'adolescence, comme ce moment où l'on se teste soi-même et où l'on teste les autres, souvent jusqu'à la provocation, parfois jusqu'à l'humiliation et la destruction. L'adolescence comme ce moment on ne pense qu'à soi, où tout le reste nous paraît injuste. L'amitié et les jeux peuvent conduire aux défis... Mais quelle découverte ce livre ! Merci Belfond et Netgalley ! Nous sommes à Arcachon, un groupe d'adolescents, insouciants, qui profitent de la vie, se lancent des défis, indifférents à ce que pensent les autres… Une bande d'amis, peut-être pas si soudée et heureuse qu'elle en a l'air, certains qui viennent de familles aisées du bassin et l'autre, celle qui est la fille de l'employée, et qui vient d'arriver dans cette nouvelle région, un nouveau départ, du bonheur, mais pas que… car pour faire partie du clan, un bizutage est de rigueur, il va falloir dépasser ses limites physiques et morales. "J'annonce à ma mère que je déteste vivre ici et que Théo parle à ses amis imaginaires. Je promets au garçon boutonneux que je lui écrirai des lettres en latin à son départ du bassin. Ego te requiro, revertemur." L'adolescence, comme cette période pendant laquelle on cherche toujours sa place et son identité. L'adolescence, comme ce moment où l'on se teste soi-même et où l'on teste les autres, souvent jusqu'à la provocation, parfois jusqu'à l'humiliation et la destruction. L'adolescence comme ce moment on ne pense qu'à soi, où tout le reste nous paraît injuste. L'amitié et les jeux peuvent conduire aux défis et parfois jusqu'à la haine et jusqu'au pire. D'un ami dont on avait confiance peut se révéler une personnalité perverse, cruelle et sans scrupule, la vengeance peut être malsaine voire fatale. "Moi, je le sens, c'est très fort. Écoute le vent, regarde les oiseaux. Il y a une agitation dans l'air, quelque chose de supermalsain." Tout au long du récit, Julien Dufresne-Lamy fait monter la tension et sème des indices. A nous de comprendre, de faire le lien, d'imaginer, de trembler, parce que oui, on a peur, on sait que le pire est arrivé, c'est angoissant, c'est terrifiant. Et quand on comprend, alors il est trop tard. La plume de Julien Dufresne-Lamy est percutante et poétique à la fois. Avec ses mots toujours d'une justesse absolue, il nous entraîne dans le tourbillon et les vagues de cette période charnière de la vie qu'est l'adolescence et dont personne ne ressort tout à fait indemne. le roman est rythmé, les phrases courtes, pas de mots superflus, juste ce qu'il faut. Un texte juste, clair, net, précis qui ne peut pas laisser indifférent, tant par le style que par ce qu'il raconte. C'est dur, c'est beau, c'est la vie peut-être… dans toute la cruauté dont elle peut faire preuve parfois. "Les Indifférents ont dix-sept ans. Ils ont la tête pleine d'illusions. Avocat, médecin, vedette du monde. Ils ont des utopies et des lubies et c'est leur corps qui hallucine. Mais ce matin-là, la mort surgit sur la plage. La mort, elle ne s'annonce jamais, elle ne dit rien à personne. Elle est l'animal sauvage détalant sur la route. Elle nous regarde droit dans les yeux, immobile, prise par la lumière aveuglante des phares. La mort a été rapide ce matin. Une seconde. Une lumière qui s'allume et qui claque. Elle fait silence, elle ne crie jamais comme un loup. Elle endort les esprits, la mort s'en va toujours en demoiselle avertie. Ce jour-là les Indifférents ont commis le pire. Ils n'ont pas regardé la mer, ils n'ont pas regardé le ciel. Ils ont pensé à eux et à leurs rêves. Ils n'ont que dix-sept ans." Vous aurez d'ores et déjà compris que j'ai adoré ce roman. Je l'ai lu sans m'arrêter, en apnée, (sans mauvais jeu de mots, si vous le lisez vous comprendrez ce que je veux dire). J'ai frissonné, j'ai pleuré, mais j'ai souri aussi. Julien Dufresne-Lamy a su susciter en moi tout un panel d' émotions, merci d'avoir écrit ce bijou. Les Indifférents… c'est un livre que je ne peux que vous conseiller si vous aimez la littérature française, les beaux écrits, la poésie et l'originalité. Une lecture marquante, un auteur que je vais suivre.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "C'est finement orchestré, c'est cruel et féroce. Ce roman il a le rythme d'un thriller et l'intelligence d'un essai sociologique. Le tout est porté par une écriture d'une sobriété titanesque. À la fois acérée et incisive tout en étant dynamique et fluide."
        Bib Hors Les Murs
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.

        Lisez maintenant, tout de suite !