Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714480897
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 225 mm

Les Secrets de Cloudesley

Julia TAYLOR (Traducteur)
Collection : Le Cercle Belfond
Date de parution : 03/10/2019
Dans le décor enchanteur d’une vieille demeure anglaise, Hannah Richell entremêle les voix de deux femmes pour conter une histoire de famille, mais aussi d’amour, pleine de passion et de drames. Un roman élégant qui ravira les fans de Daphné du Maurier et d’Eve Chase.
1955. On dit qu’au manoir de Cloudesley l’ennui n’existe pas. Pourtant, ce lieu de faste et de beauté, Lillian Oberon rêve de le fuir. À vingt-six ans, la jeune femme n’arrive plus à maintenir les apparences d’une vie heureuse aux côtés du séduisant magnat et collectionneur Charles Oberon. Qu’est-elle réellement... 1955. On dit qu’au manoir de Cloudesley l’ennui n’existe pas. Pourtant, ce lieu de faste et de beauté, Lillian Oberon rêve de le fuir. À vingt-six ans, la jeune femme n’arrive plus à maintenir les apparences d’une vie heureuse aux côtés du séduisant magnat et collectionneur Charles Oberon. Qu’est-elle réellement pour lui ? Une œuvre de plus à contempler ou une femme à aimer ? Mais le jour où le destin place sur son chemin un peintre passionné, une autre vie semble possible…

Soixante ans plus tard, de la splendide demeure ne reste qu’une bâtisse en ruines. De retour à Cloudesley pour veiller sur Lillian, sa grand-mère adorée, Maggie Oberon fait une promesse : sauver l’héritage familial. Mais comment affronter les créanciers ? Et, surtout, comment la jeune femme, aux prises avec ses erreurs passées, pourra-t-elle gérer seule le domaine ?

Maggie ignore qu’entre les murs décrépis de la vieille maison se cache un trésor inestimable. Et un terrible secret, qui pèse sur elle et sur Lillian…
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714480897
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« Une romance soigneusement rythmée, bien construite et d’une écriture délicate comme seules les femmes savent faire. Il est question principalement d’amour et de mariage mais pas seulement. Richell balaye d’autres thèmes tels que l’art, l’argent, la violence domestique, et les ravages de la guerre sur plusieurs générations. »
The Sydney Morning Herald
" Un joli roman de suspens et d'amour, nostalgique et lumineux. "
Le Pèlerin
" Un roman élégant qui ravira les fans de Daphné du Maurier et d'Eve Chase. "
Hélène Theurillat / Arc Hebdo

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • belette2911 Posté le 8 Juillet 2021
    Au vu du résumé, ce roman n’était pas fait pour moi. Sans la chronique tentatrice de ma copinaute Bianca, jamais ce roman ne serait entré dans ma PAL. L’histoire est tristement banale : une femme, Lillian, a épousé un homme (Charles Overton) qui n’était pas celui qu’elle pensait. L’amour est à sens unique, dans leur couple, et son époux est du genre enfant gâté qui commande et à qui on ne refuse rien. Il est sadique, machiavélique et Lillian est sa possession. Durant un été, Lillian va vivre une histoire d’amour torride avec un peintre nommé Jack. Non, non, pas le Jack qui meurt gelé à la fin de Titanic. Que Céline Dion arrête sa chanson !! Bien que le Jack, d’après les descriptions, pourrait être aussi sexy que Di Carpaccio dans le film avec l’iceberg. L’art d’un auteur est d’arriver à sublimer une histoire vue et revue, lue des centaines de fois, afin d’emporter son lectorat avec son récit. Pas de doute, Hannah Richell a parfaitement réussi sa mission parce que dès les premières lignes, j’ai été happée par ce récit où s’entremêle deux époques bien distinctes. La première nous est contemporaine. Maggie, jeune fille qui a foiré une partie de sa vie, revient... Au vu du résumé, ce roman n’était pas fait pour moi. Sans la chronique tentatrice de ma copinaute Bianca, jamais ce roman ne serait entré dans ma PAL. L’histoire est tristement banale : une femme, Lillian, a épousé un homme (Charles Overton) qui n’était pas celui qu’elle pensait. L’amour est à sens unique, dans leur couple, et son époux est du genre enfant gâté qui commande et à qui on ne refuse rien. Il est sadique, machiavélique et Lillian est sa possession. Durant un été, Lillian va vivre une histoire d’amour torride avec un peintre nommé Jack. Non, non, pas le Jack qui meurt gelé à la fin de Titanic. Que Céline Dion arrête sa chanson !! Bien que le Jack, d’après les descriptions, pourrait être aussi sexy que Di Carpaccio dans le film avec l’iceberg. L’art d’un auteur est d’arriver à sublimer une histoire vue et revue, lue des centaines de fois, afin d’emporter son lectorat avec son récit. Pas de doute, Hannah Richell a parfaitement réussi sa mission parce que dès les premières lignes, j’ai été happée par ce récit où s’entremêle deux époques bien distinctes. La première nous est contemporaine. Maggie, jeune fille qui a foiré une partie de sa vie, revient à Cloudesley, magnifique bâtisse qui a connu ses heures de gloire et qui maintenant est comme Lillian, sa propriétaire : décrépite, fuitant de partout et en fin de vie, même s’il leur reste encore du souffle. L’autre histoire (années 50) est celle de Lillian, la jeune épouse non comblée du propriétaire de Cloudesley, mariée à un tyran et qui va découvrir l’amour, le vrai, celui avec un grand A, celui qui emporte tout. Vas-y Céline, chante ! Oui, le récit faisait « convenu », je me demandais comment l’auteure allait réussir à sublimer une histoire aussi banale et pourtant, elle y est arrivée les doigts dans le nez (enfin, je n’ai pas été vérifier…). La première chose essentielle était de réussir les personnages et c’est chose faite. Pas de wonder-woman dans ces pages, juste des femmes normales, avec leurs soucis, leurs emmerdes, bref, des portraits réalistes, attachants et non stéréotypés ou caricaturés. Rien n’est simple, rien n’est facile dans la vie et Lillian a dû afficher devant les autres un visage souriant (#9835; je vais bien, tout va bien #9834;) car c’est ce que les gens voulaient voir. Ben oui, comment ne pas être heureuse en ayant épousé un homme riche, encore séduisant malgré son âge et en vivant dans une aussi belle demeure que Cloudesley ? La cage était dorée, mais personne n’a jamais réussi à le comprendre, sauf Jack qui a observé (tel un Sherlock Holmes). Mon seul bémol sera pour la fin qui paraît un peu précipitée, qui reste ouverte et dont j’aurais aimé que l’auteure la referme, même si, dans ma tête, je ne doute pas que Maggie puisse vivre, elle aussi, une belle histoire d’amour. Sans jamais sombrer dans la guimauve à deux balles, l’auteure réussit à emporter son lecteur dans ce récit à deux voix, mêlant adroitement les deux époques, les souvenirs et les secrets remontant à la surface. Un très beau récit, rempli d’émotions, tout en douceur à certains moments, tout en violence à d’autres, l’un contrebalançant l’autre, le tout dans des ambiances dignes des plus grands manoirs anglais. Bref, une réussite.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Annette55 Posté le 1 Juillet 2021
    «  Que dirait - elle aux fantômes qui peuplent ses journées ? Ah, la tyrannie de la vieillesse . La solitude de la vie. » «  C'est un merveilleux sentiment de liberté quand on réussit à se débarrasser des choses de son passé qui pesaient sur nous » . «  Au milieu de l'hiver, j'apprenais enfin qu'il y avait un été invincible en moi ..Albert-Camus. Trois extraits de ce roman à l'ambiance typiquement anglaise à l'attirante première de couverture. L'histoire entrelacée , entre passé et présent de deux femmes : Maggie, vingt- six ans, vit un présent étouffant, aux prises avec ses erreurs passées , un peu perdue et sa grand- mère Lilian, 86 ans, au soir de sa vie , mariée trop jeune , naïve et inexpérimentée , qui croyait voir le PRINCE CHARMANT en la personne de son mari Charles Obéron, veuf , vivant avec son petit garçon Albie. Lilian l'aimera comme son propre fils.... ..Au coeur de l'intrigue , prenante , rythmée, très bien menée , le manoir de Cloudesley , lieu splendide , enchanteur, de beauté et de faste : le côté un peu suranné des romans anglais dont il ne reste plus , soixante plus tard qu'une bâtisse en... «  Que dirait - elle aux fantômes qui peuplent ses journées ? Ah, la tyrannie de la vieillesse . La solitude de la vie. » «  C'est un merveilleux sentiment de liberté quand on réussit à se débarrasser des choses de son passé qui pesaient sur nous » . «  Au milieu de l'hiver, j'apprenais enfin qu'il y avait un été invincible en moi ..Albert-Camus. Trois extraits de ce roman à l'ambiance typiquement anglaise à l'attirante première de couverture. L'histoire entrelacée , entre passé et présent de deux femmes : Maggie, vingt- six ans, vit un présent étouffant, aux prises avec ses erreurs passées , un peu perdue et sa grand- mère Lilian, 86 ans, au soir de sa vie , mariée trop jeune , naïve et inexpérimentée , qui croyait voir le PRINCE CHARMANT en la personne de son mari Charles Obéron, veuf , vivant avec son petit garçon Albie. Lilian l'aimera comme son propre fils.... ..Au coeur de l'intrigue , prenante , rythmée, très bien menée , le manoir de Cloudesley , lieu splendide , enchanteur, de beauté et de faste : le côté un peu suranné des romans anglais dont il ne reste plus , soixante plus tard qu'une bâtisse en ruine, à l'arrivée de Maggie , venue s'occuper de sa grand- mère ...... Un douloureux constat ce manoir décrépi ! N'en disons pas trop: au sein de cette demeure tapie depuis quelques décennies se cache et sévit une lourde énigme familiale sur le point d'être mise à jour..... Deux femmes , deux époques, deux générations , sentiments complexes décrits avec délicatesse, position des femmes dans la société , pression qui pèse sur elles, violence domestique , apparences , loyauté , enfermement, lourds secrets , espoirs et nostalgie , effacement et dévouement , harmonie et tendresse entre Maggie au Père constamment parti et Lilian qui vit dans ses souvenirs .... Une bien joli roman à la plume élégante , chargé d'émotions , nostalgique et lumineux , à l'ambiance typiquement anglaise , au parfum de rose dans un jardin londonien , à la fin étonnante , où des paons arpentent les pelouses comme des sentinelles aux couleurs vives ! Vous comprendrez mon allusion si vous lisez ce livre ! À lire les soirées d'hiver ou au bruit du vent dans les feuilles , et même celui des insectes dans la forêt entre deux ouvrages compliqués .
    Lire la suite
    En lire moins
  • Doralex72 Posté le 22 Juin 2021
    Au milieu du siècle dernier, la jeune Lillian Oberon, âgée de 26 ans, voit Cloudesley comme une cage dorée. Mariée au tyrannique Charles, veuf de fraiche date et père d’un jeune garçon prénommé Albert « Albie », Lillian, qui ne peut avoir d’enfant, se dévoue corps et âme pour son beau-fils. Sa vie semble figée dans un désespérant ennui jusqu’à ce que son mari embauche un peintre, Jack Fincher, pour repeindre la nursery. La jeune épouse va s’éprendre de l’artiste, à ses risques et périls. Soixante ans plus tard, Cloudesley est toujours la propriété des Oberon. Maggie revient y vivre pour s’occuper de sa grand-mère vieillissante et malade. Elle se promet de sauver l’héritage familial même si elle ne connait pas encore toutes les épreuves qu’elle devra affronter pour cela. Elle sera confrontée aussi bien à ses propres erreurs de jeunesse qu’à un terrible secret de famille dont les conséquences sont toujours actuelles. Ce roman a été un formidable moment de lecture. Les secrets de Cloudesley sont à la fois un roman à suspens et un roman d’amour. La relation toxique et violente entre Charles et Lillian et la relation passionnelle et destructrice entre Lillian et Jack, sont le cœur... Au milieu du siècle dernier, la jeune Lillian Oberon, âgée de 26 ans, voit Cloudesley comme une cage dorée. Mariée au tyrannique Charles, veuf de fraiche date et père d’un jeune garçon prénommé Albert « Albie », Lillian, qui ne peut avoir d’enfant, se dévoue corps et âme pour son beau-fils. Sa vie semble figée dans un désespérant ennui jusqu’à ce que son mari embauche un peintre, Jack Fincher, pour repeindre la nursery. La jeune épouse va s’éprendre de l’artiste, à ses risques et périls. Soixante ans plus tard, Cloudesley est toujours la propriété des Oberon. Maggie revient y vivre pour s’occuper de sa grand-mère vieillissante et malade. Elle se promet de sauver l’héritage familial même si elle ne connait pas encore toutes les épreuves qu’elle devra affronter pour cela. Elle sera confrontée aussi bien à ses propres erreurs de jeunesse qu’à un terrible secret de famille dont les conséquences sont toujours actuelles. Ce roman a été un formidable moment de lecture. Les secrets de Cloudesley sont à la fois un roman à suspens et un roman d’amour. La relation toxique et violente entre Charles et Lillian et la relation passionnelle et destructrice entre Lillian et Jack, sont le cœur de ce roman chorale. Les relations parents-enfants sont aussi traitées et tout aussi compliquées : si Lillian aime Albie comme son propre fils, au-delà des liens du sang, et aura toujours agit dans son intérêt, Albie ne sera malheureusement pas un père très présent et aimant pour sa fille unique Maggie. Dans cette famille Oberon, tout est paraitre et faux-semblants côté salon, violences physiques et psychologiques côté privé. Il ne faudrait pas grand-chose pour que tout implose. Maggie est une jeune adulte perdue dans une histoire familiale faussée : son père semble être trop en déroute pour lui être d’un quelconque secours et sa grand-mère est en déclin et trop meurtrie pour confier à sa petite-fille les fêlures de son passé. L’auteure nous emmène avec elle sur les traces de ses deux héroïnes. On suit en effet tour à tour Lillian et Maggie au même âge mais alors qu’elles mènent des vies totalement différentes. Au fil des pages, l’intrigue s’épaissit et la curiosité grandit. Le récit est intelligemment construit et la tension toujours présente. Le roman est dense et riche, dans la construction des deux univers que dans l’étude des personnages.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MarquePage Posté le 15 Juin 2021
    Un récit avec deux époques différentes mais qui raconte la vie de deux femmes d'une même famille dans le même manoir, leurs difficultés et leurs choix. J'avoue avoir eu une préférence pour Lilian et l'année 55 où toute une époque est dépeinte avec ses codes, où la femme ne s'était pas encore libérée. Lilian est une femme forte mains coincée avec ses valeurs. Elle est très attachante. Et son histoire est ponctuée d'amour, de violence, de douceur, de beauté et de cruauté. On la voit évoluer, petit à petit, au rythme des révélations et des situations. Le récit sait garder des secrets jusqu'à la fin et sa résolution finale. A côté, Maggie est dans un comportement de fuite, dans une situation qui paraît dérisoire par rapport à Lilian. Et le récit est plus convenu. Moins de surprise. Il sert surtout à développer l'histoire de Lilian, à en comprendre les retentissements psychologiques et les faux semblants. Le tout est très bien mêlé et rythmé. A aucun moment on ne s'ennuie. Une histoire où les femmes et l'art sont au coeur.
  • Vexiana Posté le 24 Mai 2021
    J'ai passé un très très bon moment de lecture. Je n'ai pas lu ce livre, je l'ai dévoré. Quel plaisir, pour moi, que ces romans qui se déroulent dans de vastes demeures - anglaises, bien sur. Des couloirs obscurs, des planchers qui craquent et des secrets, des passions, surgis du passé et qui imprègnent les couloirs et les chambres closes. Les personnages sont très réussis. Fondamentalement humains et plein de failles, ils sont très attachants et j'ai eu beaucoup de plaisir à vivres ces quelques pages avec eux. Cela faisait bien longtemps que je n'avais plus été aussi triste de quitter des personnages de papier. Il n'y a rien de vraiment innovant dans cette histoire, qui comme beaucoup du genre, se déroule sur deux époques dont les narrations se chevauchent. Mais le tout est rendu avec une belle finesse et une dynamique qui m'ont vraiment accrochée dès les premières pages. C'était la première fois que je lisais un roman de cette auteur et je me suis promis d'y revenir bientôt.
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.