Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714481337
Code sériel : ROVI
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 205 mm

L'invitation à la valse

Jean TALVA (Traducteur)
Collection : Belfond Vintage
Date de parution : 01/10/2020
Parfaite évocation de la bourgeoisie anglaise avec ses vastes demeures remplies de vieilles ladies et d’oncles excentriques, ses parties de campagne et ses robes en mousseline, ce roman est aussi le portrait tendrement féministe d’une jeune fille sur le point d’entrer dans l’âge adulte.
 
Little Compton, 1920.

Un cahier pour écrire son journal intime, un chérubin de porcelaine, un billet de dix shillings et un long ruban de soie, tels sont les cadeaux qu’Olivia Curtis reçoit le jour de son dix-septième anniversaire. Le ruban de soie, surtout, la comble de joie, car elle est sur...
Little Compton, 1920.

Un cahier pour écrire son journal intime, un chérubin de porcelaine, un billet de dix shillings et un long ruban de soie, tels sont les cadeaux qu’Olivia Curtis reçoit le jour de son dix-septième anniversaire. Le ruban de soie, surtout, la comble de joie, car elle est sur le point d’assister à son tout premier bal chez lord et lady Spencer. Un événement aussi excitant que terrifiant pour la douce et timide débutante…
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714481337
Code sériel : ROVI
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

« Une amie m’a donné Poussière et j’ai découvert une façon d’écrire qui m’était complètement inconnue. (…) Il y avait quelque chose d’éminemment féminin dans ce livre, dans cette prose. Il y avait aussi dans ses romans tels que je les lisais une certaine qualité mélancolique. »
Jonathan Coe / Télérama
« Rosamond Lehmann n’a pas d'égale pour décrire les joies, les peines, les mères, les filles, les femmes amoureuses. »
Anita Brookner

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Christlbouquine Posté le 12 Novembre 2020
    Kate et Olivia Curtis sont sœurs, aussi différentes physiquement que de caractère mais néanmoins très proches. En ces jours qui suivent de quelques années la fin de la première guerre mondiale, l’ambiance est à la frivolité pour les deux jeunes filles toutes deux préoccupées par le bal qui doit avoir lieu dans quelques jours chez Lady et Lord Spencer. Olivia vient à peine d’avoir 17 ans et pour elle, comme pour Kate, ce sera le premier bal, la première occasion de sortir en société et de faire des rencontres. Comme le laisse penser la titre de ce roman, l’essentiel de l’intrigue se déroule durant le fameux bal. Et je dois dire que j’ai passé une excellente soirée avec Olivia et Kate ! Car si le propos est léger, les caractères des personnages qui défilent sous les yeux de lecteurs sont finement décrits, avec un sens aiguë de l’analyse montrant tour à tour les qualités ou les défauts des uns et des autres.#8239; La jeune Olivia est ainsi transportée d’un danseur à l’autre, d’une conversation à l’autre et Rosamund Lehmann nous montre une jeune fille sensible et particulièrement empathique. Le roman n’est pas dénué d’humour mais l’auteure arrive à y amener... Kate et Olivia Curtis sont sœurs, aussi différentes physiquement que de caractère mais néanmoins très proches. En ces jours qui suivent de quelques années la fin de la première guerre mondiale, l’ambiance est à la frivolité pour les deux jeunes filles toutes deux préoccupées par le bal qui doit avoir lieu dans quelques jours chez Lady et Lord Spencer. Olivia vient à peine d’avoir 17 ans et pour elle, comme pour Kate, ce sera le premier bal, la première occasion de sortir en société et de faire des rencontres. Comme le laisse penser la titre de ce roman, l’essentiel de l’intrigue se déroule durant le fameux bal. Et je dois dire que j’ai passé une excellente soirée avec Olivia et Kate ! Car si le propos est léger, les caractères des personnages qui défilent sous les yeux de lecteurs sont finement décrits, avec un sens aiguë de l’analyse montrant tour à tour les qualités ou les défauts des uns et des autres.#8239; La jeune Olivia est ainsi transportée d’un danseur à l’autre, d’une conversation à l’autre et Rosamund Lehmann nous montre une jeune fille sensible et particulièrement empathique. Le roman n’est pas dénué d’humour mais l’auteure arrive à y amener certains moments de gravité comme par exemple avec ce jeune homme devenu aveugle durant la guerre et qui semble accepter son sort avec patience et détermination et pour lequel Olivia ressent beaucoup de compassion sans toutefois que cet état d’esprit dure plus d’un moment de tête à tête. Car c’est aussi cela ce roman : une alternance de moments poignants et d’autres plus amusants, traduisant parfaitement ce que peut ressentir cette jeune fille de 17 ans, propulsée dans un monde de fête et d’apparences. L’auteure exprime à merveille les questionnements, les engouements et les brusques désintérêts d’une jeune fille encore si proche de l’enfance.#8239; Étonnamment, la plume de Rosamund Lehmann est très moderne. Au point que j’ai dû vérifier la date de publication de ce roman (1932 !). Le récit véhicule ainsi des messages d’émancipation et de féminisme alors même que les personnages évoluent au milieu de vieux manoirs anglais et que les a priori de classe sont encore tenaces.#8239; Il faut se laisser emporter par cette valse !#8239;
    Lire la suite
    En lire moins
  • Albertine22 Posté le 28 Octobre 2020
    "L'invitation à la valse" nous convie à un spectacle aussi touchant que cruel : le premier bal de Kate et Olivia Curtis, deux sœurs issues de la petite bourgeoisie, âgées respectivement de dix-huit et dix-sept ans et déjà inquiètes pour leur avenir. En effet, en 1920, à Little Compton, petite ville proche de Londres, leur futur se jouera peut-être lors de la soirée donnée par Lady Spencer, une proche voisine plus qu'une relation de la famille. Seulement armées de leur carnet de bal, les deux jeunes filles partiront à la chasse aux danseurs et tenteront de leur faire bonne, voire très bonne impression. A ce jeu, Kate, beauté classique à l'esprit très pragmatique, est plus habile que sa cadette, son carnet est rapidement plein, grâce surtout à Tony Heriot, gros gibier qu'elle a repéré depuis un moment et qu'elle saura attirer dans ses rets. Olivia, dont le physique correspond moins aux canons de l'époque, peine à remplir son carnet. D'un romantisme qui frise au pathétique, elle a des bouffées d'empathie pour presque tous ses partenaires, bouffées qui la submergent et lui font inventer des scénarii où elle vole au secours d'un veuf libidineux ou d'un jeune poète... "L'invitation à la valse" nous convie à un spectacle aussi touchant que cruel : le premier bal de Kate et Olivia Curtis, deux sœurs issues de la petite bourgeoisie, âgées respectivement de dix-huit et dix-sept ans et déjà inquiètes pour leur avenir. En effet, en 1920, à Little Compton, petite ville proche de Londres, leur futur se jouera peut-être lors de la soirée donnée par Lady Spencer, une proche voisine plus qu'une relation de la famille. Seulement armées de leur carnet de bal, les deux jeunes filles partiront à la chasse aux danseurs et tenteront de leur faire bonne, voire très bonne impression. A ce jeu, Kate, beauté classique à l'esprit très pragmatique, est plus habile que sa cadette, son carnet est rapidement plein, grâce surtout à Tony Heriot, gros gibier qu'elle a repéré depuis un moment et qu'elle saura attirer dans ses rets. Olivia, dont le physique correspond moins aux canons de l'époque, peine à remplir son carnet. D'un romantisme qui frise au pathétique, elle a des bouffées d'empathie pour presque tous ses partenaires, bouffées qui la submergent et lui font inventer des scénarii où elle vole au secours d'un veuf libidineux ou d'un jeune poète hargneux. Rosemond Lehman retranscrit avec talent les émois de ces deux jeunes cœurs et montre les rouages d'une soirée mondaine où les différences de classe et de sexe déterminent le devenir de chacun. Elle nous offre aussi des descriptions de la campagne anglaise dans les frimas de décembre qui ressemblent à des tableaux impressionnistes. Un agréable moment de lecture
    Lire la suite
    En lire moins
  • Michigan32 Posté le 17 Octobre 2020
    "L'invitation à la valse" suit deux jeunes sœurs, Kate et Olivia Curtis. Olivia doit faire son entrée dans le monde à l'occasion d'un bal organisé par Lady Spencer. Kate, la plus âgée, espère y retrouver un jeune homme qu'elle a déjà repéré auparavant et qui lui plait beaucoup, Tony Heriot. Le premiers tiers du livre est consacré à la découverte de la famille Curtis et aux préparatifs pour le bal (le choix et la confection de la robe, le choix du danseur qui doit les accompagner). Tout ceci revêt à l'époque (début des années 20) la plus grande importance. Le reste du roman nous relate ce fameux bal. Rosamond Lehmann conte ainsi l'adolescence, plus exactement le passage de l'adolescence à l'âge adulte. A travers les yeux d'Olivia, on découvre les angoisses de cet âge, l'inexpérience liée à l'entrée dans le monde, l'angoisse de trouver sa place dans la société, la peur du carnet vide de bal, l'angoisse de la tenue, l'angoisse de se faire aimer et d'aimer les autres, mais aussi l'espoir de rencontrer des amis voire de trouver un mari, bref toutes les inquiétudes qui peuvent traverser l'esprit d'une jeune fille. Pour Kate aussi, ce bal représente une petite... "L'invitation à la valse" suit deux jeunes sœurs, Kate et Olivia Curtis. Olivia doit faire son entrée dans le monde à l'occasion d'un bal organisé par Lady Spencer. Kate, la plus âgée, espère y retrouver un jeune homme qu'elle a déjà repéré auparavant et qui lui plait beaucoup, Tony Heriot. Le premiers tiers du livre est consacré à la découverte de la famille Curtis et aux préparatifs pour le bal (le choix et la confection de la robe, le choix du danseur qui doit les accompagner). Tout ceci revêt à l'époque (début des années 20) la plus grande importance. Le reste du roman nous relate ce fameux bal. Rosamond Lehmann conte ainsi l'adolescence, plus exactement le passage de l'adolescence à l'âge adulte. A travers les yeux d'Olivia, on découvre les angoisses de cet âge, l'inexpérience liée à l'entrée dans le monde, l'angoisse de trouver sa place dans la société, la peur du carnet vide de bal, l'angoisse de la tenue, l'angoisse de se faire aimer et d'aimer les autres, mais aussi l'espoir de rencontrer des amis voire de trouver un mari, bref toutes les inquiétudes qui peuvent traverser l'esprit d'une jeune fille. Pour Kate aussi, ce bal représente une petite épreuve, mais la situation est différente. Elle a déjà fait son entrée dans le monde, elle est moins gauche. Pour elle, l'enjeu est de retrouver Tony Heriot qui lui plaît déjà beaucoup. Au final il ne se passe pas grand chose dans ce roman qui reste axé sur Olivia et Kate, sur la manière dont elles vont vivre de manière très différente ce bal. On reste un peu sur sa faim, on a envie de savoir comment Olivia et Kate vont grandir. Heureusement l'histoire ne s'arrête pas là puisque Rosamond Lehmann a écrit une suite intitulée "Intempéries".
    Lire la suite
    En lire moins
  • MonsieurKiwi Posté le 3 Février 2018
    Une très belle découverte, qui m'a rappelé Virginia Woolf. La structure du livre est proche de celle de "Vers le phare" : deux grandes parties, dont l'action respective tient en quelques heures, reliées par une sorte d'entracte. La première partie est le récit de la journée d'anniversaire d'Olivia Curtis, notre héroïne, qui fête ses 17 ans ; la troisième est la description de son premier bal, auquel elle est invitée avec sa sœur Kate. Chez Woolf, l'entracte marquait le passage des années ; bien qu'il apparaisse ici, plus modestement, comme le temps de la préparation au bal, de l'attente, de l'incertitude, il remplit au fond la même fonction : le roman est en effet une très belle évocation du passage de l'enfance à l'âge adulte, avec tout ce que cela suppose de peurs, d'espoirs et de maladresses. Pour ce faire, Rosamond Lehmann recourt à une écriture impressionniste, très subtile et très libre, qui utilise toutes les ressources de la subjectivité (discours indirect libre, focalisation interne, ...). Au plus près des sensations de ses personnages, elle s'attache avant tout à dépeindre des individualités, avec beaucoup de scrupule, de délicatesse et d'humour. Olivia est particulièrement touchante (comme la Mrs Dalloway de Woolf, qui... Une très belle découverte, qui m'a rappelé Virginia Woolf. La structure du livre est proche de celle de "Vers le phare" : deux grandes parties, dont l'action respective tient en quelques heures, reliées par une sorte d'entracte. La première partie est le récit de la journée d'anniversaire d'Olivia Curtis, notre héroïne, qui fête ses 17 ans ; la troisième est la description de son premier bal, auquel elle est invitée avec sa sœur Kate. Chez Woolf, l'entracte marquait le passage des années ; bien qu'il apparaisse ici, plus modestement, comme le temps de la préparation au bal, de l'attente, de l'incertitude, il remplit au fond la même fonction : le roman est en effet une très belle évocation du passage de l'enfance à l'âge adulte, avec tout ce que cela suppose de peurs, d'espoirs et de maladresses. Pour ce faire, Rosamond Lehmann recourt à une écriture impressionniste, très subtile et très libre, qui utilise toutes les ressources de la subjectivité (discours indirect libre, focalisation interne, ...). Au plus près des sensations de ses personnages, elle s'attache avant tout à dépeindre des individualités, avec beaucoup de scrupule, de délicatesse et d'humour. Olivia est particulièrement touchante (comme la Mrs Dalloway de Woolf, qui est pour moi, entre parenthèses, le plus beau personnage féminin que je connaisse), par la sensibilité de son regard sur ce monde qu'elle découvre, qui la déçoit et la subjugue presque simultanément : "Il m'est arrivé beaucoup de choses, bonnes ou mauvaises. Qu'est-ce donc qui en fait presque de la richesse ? Fragments étranges, méli-mélo de regards, de paroles..."
    Lire la suite
    En lire moins
  • Gwen21 Posté le 18 Août 2017
    Il est absolument impossible que les scénaristes de Downton Abbey n'aient pas eu entre les mains ce roman de Rosamond Lehmann avant de se mettre à l'oeuvre. On retrouve dans ces pages l'esthétisme et la psychologie des classes mondaines. A travers les yeux de deux soeurs, Kate et Olivia, très différentes de caractère et de "talents", le lecteur pénètre dans l'intimité campagnarde d'une famille attachante, les Curtis. Comme son titre l'indique, tout le roman s'articule autour d'un bal donné par Lady Spencer, la riche voisine dont Kate et Olivia ont fréquenté de loin les enfants. Olivia vient de fêter ses dix-sept ans et elle envisage son premier bal avec une gamme de sentiments complexes et paradoxaux, tous légitimes, quand Kate, plus expérimentée, tente d'apaiser ses espoirs pour éviter les désillusions. La plume de Rosamond Lehmann peut quelque peu surprendre au commencement, elle ne ressemble pas de mon point de vue à celles de ses contemporaines. Franche, directe, parfois corrosive, elle ne fait pas dans le détail et la description mais s'attache davantage aux personnages et à leurs ressentis. le bal symbolise ici la transition troublante entre l'enfance et l'âge adulte, l'abandon de la gaucherie pour "entrer dans le soleil", les tâtonnements... Il est absolument impossible que les scénaristes de Downton Abbey n'aient pas eu entre les mains ce roman de Rosamond Lehmann avant de se mettre à l'oeuvre. On retrouve dans ces pages l'esthétisme et la psychologie des classes mondaines. A travers les yeux de deux soeurs, Kate et Olivia, très différentes de caractère et de "talents", le lecteur pénètre dans l'intimité campagnarde d'une famille attachante, les Curtis. Comme son titre l'indique, tout le roman s'articule autour d'un bal donné par Lady Spencer, la riche voisine dont Kate et Olivia ont fréquenté de loin les enfants. Olivia vient de fêter ses dix-sept ans et elle envisage son premier bal avec une gamme de sentiments complexes et paradoxaux, tous légitimes, quand Kate, plus expérimentée, tente d'apaiser ses espoirs pour éviter les désillusions. La plume de Rosamond Lehmann peut quelque peu surprendre au commencement, elle ne ressemble pas de mon point de vue à celles de ses contemporaines. Franche, directe, parfois corrosive, elle ne fait pas dans le détail et la description mais s'attache davantage aux personnages et à leurs ressentis. le bal symbolise ici la transition troublante entre l'enfance et l'âge adulte, l'abandon de la gaucherie pour "entrer dans le soleil", les tâtonnements de l'inexpérience, la découverte d'univers sociaux différents de celui du cocon et des différentes relations qui peuvent se nouer et se dénouer entre les gens. L'auteur traite son sujet avec une grande délicatesse et, j'ose l'affirmer, une réelle conscience du besoin d'émancipation de ses héroïnes. Nous sommes en 1920 et le langage change, devient moins châtié, plus franc ; les jeunes filles cousent désormais moins qu'elles n'étudient ; elles portent un regard plus critique sur les hommes qui les entourent, quel que soit leur âge. Une belle découverte d'une auteure très féminine à défaut d'être féministe. Challenge 1914-1968 / 2017
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    L'heure du thé : notre sélection de livres pour les fans de "Downton Abbey"

    Les Crawley et leurs domestiques ont déserté le petit écran depuis 2015 mais pour les inconditionnels, rien depuis n'a réussi à venir combler le manque. On vous emmène en balade littéraire - et gourmande - sur les traces de "Downton Abbey". Au programme : des grandes sagas familiales, une aristocratie parfois dépassée, et partout, l'Angleterre et des litres de thé. 

    Lire l'article