Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258145269
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 512
Format : 140 x 225 mm

Maman a tort

Date de parution : 15/06/2017
J’ai plusieurs mamans. C’est un peu compliqué pour moi. Surtout qu’elles ne s’aiment pas vraiment. Il y en a même une qui va mourir.
Peut-être que c’est un peu ma faute ?
Peut-être que tout est arrivé à cause de moi.
Parce que je ne me rappelle pas laquelle est la vraie.
Mardi 2 novembre 2015. Lorsque Vasile, psychologue scolaire, se rend au commissariat du Havre pour rencontrer la commandante Marianne Augresse, il sait qu’il doit se montrer convaincant. Très convaincant. Si cette fichue affaire du spectaculaire casse de Deauville, avec ses principaux suspects en cavale et son butin introuvable, ne traînait... Mardi 2 novembre 2015. Lorsque Vasile, psychologue scolaire, se rend au commissariat du Havre pour rencontrer la commandante Marianne Augresse, il sait qu’il doit se montrer convaincant. Très convaincant. Si cette fichue affaire du spectaculaire casse de Deauville, avec ses principaux suspects en cavale et son butin introuvable, ne traînait pas autant, Marianne ne l’aurait peut-être pas écouté. Car ce qu’il raconte est invraisemblable : Malone, trois ans et demi, affirme que sa mère n’est pas sa vraie mère.
Sa mémoire, comme celle de tout enfant, est fragile, elle ne tient qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche...
Vasile le croit pourtant. Et pressent le danger.
Jeudi 4 novembre 2015, tout bascule.
Le compte à rebours a commencé.
 
Qui est Malone ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258145269
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 512
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

«Avec "Maman a tort", son nouveau roman, Michel Bussi revient en force et en grande forme ! Alors que la commandante Augresse traque depuis des semaines un dangereux braqueur dans les rues du Havre, son enquête est perturbée par l'étrange et séduisant Vasile Dragonman, psychologue scolaire en charge de Malone, un enfant de trois ans et demi qui affirme que sa maman n'est pas sa vraie maman. Vérité, mensonge ou manipulation ? Explorant les thèmes de l'enfance et de l'amour maternel, Michel Bussi livre une intrigue aussi originale que redoutable !

Et comme il n'est pas possible d'en dire beaucoup plus sans trop en dévoiler aux lecteurs, je me permets d'ajouter à quel point "Maman a tort" m'a enchanté et ravi; j'ai aimé être étrangement perdu et emporté par les contes de Gouti et de Malone, formidable idée romanesque et narrative, pris par la traque de Zerda et plus généralement par la construction de l'intrigue, d'une belle originalité, par l'ensemble des personnages, tous attachants et dont la présence est toujours forte; les thèmes de l'enfance et de l'amour maternel m'ont vraiment séduit; enfin, j'ai été sensible à l'histoire de la cité minière de Potigny que vous faites subtilement remonter à notre mémoire.»
Manuel Hirbec / Librairie La Buissonnière - Yvetot - 76190

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MelissaChelle Posté le 11 Novembre 2020
    Mon troisième de Michel Bussi et je n'ai pas été vraiment subjuguée. Déjà l'intrigue connaît beaucoup trop de rebondissements pour que ce soit crédible, certes on suit de fausses pistes et on se questionne quant au dénouement mais ça déborde d'événements selon moi. Malone n'a que 3 ans et parle beaucoup trop bien pour son âge, malgré son avance sur les autres...le plan mis en place par sa "maman" pour qu'il n'oublie pas son existence fonctionne trop bien, on quitte le domaine du vraisemblable. C'est même abracadabrantesque. Marianne, la flic commandante, autoritaire et qui court après son horloge biologique est un mélange de Julie Lescaut et de Bridget Jones...trop cliché, pas attachante du tout. D'ailleurs à part Vasile Dragonman et Malone, je n'ai aimé aucun personnage. Que dire de leurs noms de famille ridicules, mais j'ai remarqué que c'est une signature de l'auteur, sauf que moi ça me dérange. Marianne Augresse, Angélique Fontaine, lieutenant Lechevalier...on dirait qu'un enfant les a nommés, un peu comme dans un conte. Je conclue donc que je ne suis définitivement pas fan de Michel Bussi, bien que là, le résumé était prometteur, peut-être que je relirai un de ses romans, peut-être pas...
  • lacigogne1975 Posté le 8 Novembre 2020
    Intrigant ,palpitant comme d'hab',une pointe lugubre, mais sacrément sordide. Ce n'est pas mon préféré de Bussi mais j'aime bien quand même.
  • CherryBomb Posté le 4 Novembre 2020
    Déçue ! Aucun véritable rebondissement. C'était logique dès le départ que les 2 affaires étaient liées donc aucune surprise ! Je lisais juste pour dénouer les fils.
  • plumevolage Posté le 13 Octobre 2020
    J’ai fini ce livre juste à temps pour pouvoir suivre la série qui passe sur France 2. Etant une fan de Michel Bussi ce livre n’a pas changé la règle. L’intrigue est prenante. On se demande comment le doudou peut parler à Malone, qui peut être sa mère, quel est le lien entre les deux affaires. Et surtout qui est sa vraie mère. Les personnages sont très attachants tout en gardant une distance avec nous. Bussi multiplie les fausses pistes et les intrigues. Le livre est par ailleurs bien documenté. On apprend beaucoup sur les mécanismes de mémoire des enfants et le rôle du psychologue est très intéressant. La série est une bonne adaptation même s’ils ont du changer quelques détails du livre. J’ai particulièrement apprécié la fin qui était très touchante.
  • letempsperdupourtarose Posté le 13 Octobre 2020
    Un joli conte policier ! Ce policier (s’il en est un) est écrit à la manière d’un conte. Il y a du mystère, du fantastique (qui n’en est pas réellement) et toute une pléiade de personnages qui s’entremêlent (quoique caricaturaux, je les ai trouvé vraiment attachants). De plus, j’ai vu dans ce récit quelque chose de beau : l’amour d’une mère. Ce sentiment enfermé entre les lignes du roman, dans l’univers créé par une mère afin que son fils ne l’oublie pas, m’a profondément touché. J’ai aimé cette confrontation de l’imaginaire (pas si imaginaire) de l’enfant au monde des adultes qui l’entoure, et comment la confiance d’un seul en la parole de l’enfant peut tout changer. Ce livre est mon premier Bussi et je ne regrette absolument pas sa lecture. Je suis comme tombée en amour avec sa plume, ses personnages, et l’imaginaire de son récit. C’est ma mère qui me l’a glissé entre les mains et, finalement, Maman n’a pas si tort que ça.
Ne lâchez pas sa main
Michel Bussi vous emmenera loin. Actus, rencontres, exclusivités... Recevez chaque mois sa newsletter et prolongez avec lui le plaisir de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Pocket

    Avec Michel Bussi, Let's twist again !

    En une quinzaine d'années, Michel Bussi a réalisé l'exploit de faire de chaque parution de ses romans un événement pour une communauté de lecteurs fidèles. Son secret ? Un art consommé du "twist" final, des allers-retours entre sa chère Normandie et le reste du monde, et un travail approfondi sur la mémoire et ses résonances. Trois caractéristiques parfaitement illustrées dans J'ai dû rêver trop fort, qui paraît ces jours-ci chez Pocket.

    Lire l'article
  • News
    Presses de la Cité

    Les plus grands succès de Michel Bussi adaptés en série

    Après Maman a tort, deux autres best-sellers de Michel Bussi ont été portés à l’écran, dont l'adaptation d'Un avion sans elle réalisée par Jean-Marc Rudnick qui était diffusée mardi 26 mars à 21h sur M6. De quoi rendre encore plus mordus les accros de séries !

    Lire l'article