Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714442758
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm

Manhattan nocturne

Christophe CLARO (Traducteur)
Collection : Belfond Noir
Date de parution : 15/03/2007

Chroniqueur de faits divers, Porter Wren rencontre une aventurière qui l'entraîne dans un engrenage mortel. Au rythme des pulsations d'une New York babylonienne, Colin Harrison nous attire dans une intrigue urbaine sombre, et un roman noir éblouissant traversé par les ombres et les lumières de la ville.

« Je vends le meurtre, la mutilation, le désastre. Et ce n'est pas tout : je vends la tragédie, la vengeance, le chaos, le destin. Je vends les souffrances des pauvres et la vanité des riches. Les enfants qui tombent des fenêtres, les rames de métro qui flambent, les violeurs...

« Je vends le meurtre, la mutilation, le désastre. Et ce n'est pas tout : je vends la tragédie, la vengeance, le chaos, le destin. Je vends les souffrances des pauvres et la vanité des riches. Les enfants qui tombent des fenêtres, les rames de métro qui flambent, les violeurs qui s'éclipsent dans la nuit. Je vends la colère et la rédemption… Je vends le Noir au Blanc et le Blanc au Noir. Aux démocrates, aux républicains, aux anarchistes, aux musulmans aux travestis, aux squatters du Lower East Side… Je vends le mensonge et ce qui passe pour la vérité… Je vends le nouveau-né et le mort. Je revends la misérable et la splendide ville de New York à ses habitants. Je vends des journaux… »

La vie de Porter Wren, un chroniqueur de faits divers, bascule le jour où il rencontre la très énigmatique Caroline Crowley, et que celle-ci lui confie une centaine de cassettes vidéo susceptibles de détenir le secret de la mort mystérieuse de son mari. Des images hallucinantes filmées à la dérobée, qui vont l'entraîner plus loin encore dans l'insondable de l'âme humaine, au cœur obscur de Manhattan…

« On a comparé ce drame psychologique sombre et éclatant au Bûcher des vanités… Il possède toutes les qualités du roman de Tom Wolfe mais va bien au-delà : ce roman est un “must”. »
Cosmopolitan

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714442758
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 225 mm
Belfond

Ils en parlent

« Roman noir, roman de mœurs au propos et à la perspective morale d’une grande ambition, Manhattan nocturne est le récit d’un engrenage mortel, un labyrinthe poisseux tendu sur le mystère d’un homme à la curiosité malsaine, catalyseur de toutes les peurs et de toutes les angoisses de son époque. »
Michel Abescat - Le Monde

« Manhattan nocturne déploie un talent d’écriture, une force tragique, et une sensibilité personnelle exceptionnels. Un sacré bouquin ! »
Pierre Billard - Le Point

« Colin Harrison, l’auteur de ce roman noir jusqu’au lugubre, ressemble plus au Tom Wolfe du Bûcher des vanités qu’à son personnage de chroniqueur des rues. Mais ce pince-sans-rire sait tirer les innombrables fils de l’intrigue. Et son humour nous fait rire. »
Pascal Dupont - L’Express

« Colin Harrison nous offre l’un des romans noirs les mieux construits, les plus subtils, les plus émouvants aussi sur le voyeurisme. Entre le regard professionnel du journaliste, le jeu malsain de la trop belle Caroline, les cassettes vidéo qui ne cessent de jouer les trompe-l’œil et cette ville de New York effarante, le lecteur ne cesse de se cogner le nez contre des miroirs. Manhattan Nocturne est le roman d’une société angoissée, d’une cité angoissante qui, sous des dehors follement modernes, retourne à l’état sauvage. […] Un roman formidable. »
Dinah Brand - Lire

« Un récit brillant, épique et inquiétant. »
Le Magazine littéraire

« Un ouvrage aussi sombre et haletant que magnifiquement écrit. Colin Harrison fait preuve d’un exceptionnel talent de romancier qui lui permet de dépasser les limites et les conventions du polar urbain pour décrire les pulsions les plus souterraines de l’âme humaine. [...] Érotique, violent, angoissant et dérangeant, ce livre hors normes n’en finit pas de nous poursuivere, longtemps après l’avoir refermé. »
Éric Steiner - La Liberté (Suisse)

« Le New York de Colin Harrison s’affiche en clair-obscur, tantôt furieux et grivois, tantôt mélancolique et vertueux, photographie au piqué formidable des émotions humaines. »
Cécile Lecoultre - 24 Heures (Suisse)

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mariecesttout Posté le 27 Mars 2014
    traduit de l'américain par Christophe Claro (il est partout!) Porter Wren , chroniqueur de l'horreur quotidienne dans un tabloïd new yorkais, avait jusque là réussi à se tenir à l'écart de ces histoires de cinglés qu'il racontait après témoignages bien croustillants.Il faisait avec l'époque et y gagnait sa vie ."Nous vivons une époque où tout ce qui est horrible a été recyclé en divertissement. Nous avons appris à dîner en regardant tomber les bombes." Et puis sa rencontre avec Caroline Crowley ( la classique magnifique américaine, sortie de son trou et qui fait tout pour grimper l'échelle sociale) va changer la donne. Elle lui montre les photos du cadavre de son mari, cinéaste branché , dont la mort n'a jamais été élucidée. Et lui demande de regarder de nombreuses cassettes vidéos qu'il a tournées . Il voulait capturer la vérité de ce qui l'entourait...Sombre vérité. Roman noir bien ficelé, mais aussi et essentiellement roman sur le voyeurisme et le triomphe du "poids des mots et du choc des photos", slogan bien connu d'un hebdomadaire français. Difficile à lâcher avant la fin..
  • HannibalLectrice Posté le 18 Mars 2014
    Meurtres, accidents, drames en tous genres... Porter Wren, chroniqueur de faits divers dans un tabloïd new-yorkais, est un habitué des turpitudes quotidiennes de l'humanité. Mais en observateur prudent, il s'est toujours gardé de s'embarquer dans le type d'histoire qu'il raconte. Jusqu'au jour ou il est abordé par une séduisante jeune femme, la veuve d'un cinéaste en vogue dont le meurtre n'a jamais été élucidé. Elle détient des secrets. Il n'aurait jamais dû accepter de les partager... À mesure que se noue ce drame étouffant, Colin Harrison révèle un à un les fils mystérieux qui, nulle part comme à New York, relient les bas-fonds les plus sordides aux sphères les plus élevées de la réussite. Je vends le meurtre, la mutilation, le désastre... C'est par ces mots que Porter Wren commence le récit de cette affaire dans laquelle il sera aspiré.. Un récit sous forme d'analyse non dénuée de cynisme et de lucidité, d'introspection.. Au fil des pages, qui peuvent paraitre longues, nous découvrons 2 univers opposés, celui de la pauvreté et celui de la richesse, 2 mondes opposés par l'argent mais avec un dénominateur commun "l'immoralité". Et par ces mots que Porter Wren termine "Peut-être ne sommes-nous plus désormais qu'une société... Meurtres, accidents, drames en tous genres... Porter Wren, chroniqueur de faits divers dans un tabloïd new-yorkais, est un habitué des turpitudes quotidiennes de l'humanité. Mais en observateur prudent, il s'est toujours gardé de s'embarquer dans le type d'histoire qu'il raconte. Jusqu'au jour ou il est abordé par une séduisante jeune femme, la veuve d'un cinéaste en vogue dont le meurtre n'a jamais été élucidé. Elle détient des secrets. Il n'aurait jamais dû accepter de les partager... À mesure que se noue ce drame étouffant, Colin Harrison révèle un à un les fils mystérieux qui, nulle part comme à New York, relient les bas-fonds les plus sordides aux sphères les plus élevées de la réussite. Je vends le meurtre, la mutilation, le désastre... C'est par ces mots que Porter Wren commence le récit de cette affaire dans laquelle il sera aspiré.. Un récit sous forme d'analyse non dénuée de cynisme et de lucidité, d'introspection.. Au fil des pages, qui peuvent paraitre longues, nous découvrons 2 univers opposés, celui de la pauvreté et celui de la richesse, 2 mondes opposés par l'argent mais avec un dénominateur commun "l'immoralité". Et par ces mots que Porter Wren termine "Peut-être ne sommes-nous plus désormais qu'une société d'assassins - d'assassins et de leurs complices" . Happée je fus par ce livre, par cette noire histoire à la lenteur hypnotisante, un vrai coup de foudre... Amateurs d'histoires sanguinolentes, aux rythmes endiablés, aux tueurs fous et vicieux passez votre chemin..
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bazart Posté le 9 Août 2013
    Encore un auteur dont j'avais lu et adoré un de ses précédents romans. Il s'agit de Colin Harisson, dont le Havana Room, plongée crépusculaire et haletante dans le New York nocturne résonne encore en moi, plus de 10 ans après sa lecture. Dans ce Manhattan Nocturne, sorti en France en 2008, mais dont je n'ai lu le poche que cette année, on retrouve la même ambiance typique des romans noirs où un type en perdition va toucher le fond dans une histoire sordide et flamboyante à la fois. Le livre nous amène sur les traces du narrateur Porter Wren, un journaliste reporter spécialisé dans les « Faits divers » d'un grand quotidien new-yorkais qui va se retrouver plongé dans une histoire de manipulation mettant aux prises une veuve d'un cinéaste underground, dont Wren va tenter de découvrir les raisons de sa disparition. Une écriture magnifique, qui nous restitue parfaitement l'ambiance poisseuse de ce New York de tous les possibles, ou les histoires les plus sordides, et en même temps les plus flamboyantes peuvent survenir. Un engrenage parfaitement tenu, de la première à la dernière page de ce récit où les personnages, pleins de failles et d'humanité , existent pleinement sous... Encore un auteur dont j'avais lu et adoré un de ses précédents romans. Il s'agit de Colin Harisson, dont le Havana Room, plongée crépusculaire et haletante dans le New York nocturne résonne encore en moi, plus de 10 ans après sa lecture. Dans ce Manhattan Nocturne, sorti en France en 2008, mais dont je n'ai lu le poche que cette année, on retrouve la même ambiance typique des romans noirs où un type en perdition va toucher le fond dans une histoire sordide et flamboyante à la fois. Le livre nous amène sur les traces du narrateur Porter Wren, un journaliste reporter spécialisé dans les « Faits divers » d'un grand quotidien new-yorkais qui va se retrouver plongé dans une histoire de manipulation mettant aux prises une veuve d'un cinéaste underground, dont Wren va tenter de découvrir les raisons de sa disparition. Une écriture magnifique, qui nous restitue parfaitement l'ambiance poisseuse de ce New York de tous les possibles, ou les histoires les plus sordides, et en même temps les plus flamboyantes peuvent survenir. Un engrenage parfaitement tenu, de la première à la dernière page de ce récit où les personnages, pleins de failles et d'humanité , existent pleinement sous la plume de cet auteur majeur de la littérature noire américaine. Voilà donc si vous passez devant les rayons poches de votre librairie habituelle, ce qu'il vous reste à faire si vous souhaitez bronzer sous votre parasol tout en ne voyant pas le temps passer...
    Lire la suite
    En lire moins
  • cece21 Posté le 11 Mars 2012
    Excellent polar, du genre qu'on ne lâche plus avant de l'avoir fini...
  • Nanne Posté le 15 Mars 2011
    Chroniqueur de faits divers pour un célèbre tabloïd new yorkais, Porter Wren est un homme blasé, cynique et un brin arrogant. Lui se trouve ordinaire, banal, voire même presque quelconque. Marié, père de deux enfants, son travail lui est toutefois agréable. Tout le monde le connaît – la police, les victimes, les anonymes -, attend sa chronique qui sort trois fois pas semaine et relate les histoires les plus glauques, les plus sordides, les plus obscures des bas-fonds de Big Apple. En réalité, cette platitude n'est qu'une façade, une apparence visiblement sans aspérités. Il n'en n'est rien. Bien au contraire. Porter Wren met le nez dans tout ce qui sent mauvais, dans des affaires qui remontent du fond des abîmes, remue les détritus nauséabonds de l'existence et s'en délecte, en a fait son fonds de commerce, son identité professionnelle dans le milieu de la presse à sensation. Néanmoins, il arrive à prendre beaucoup de distance par rapport à ces faits macabres, malsains, qu'il raconte au fil de ses articles.
Toute l'actualité des éditions Belfond Noir
Succombez à vos instincts de serial lecteur.