Lisez! icon: Search engine

Où étiez-vous tous

Belfond
EAN : 9782714457110
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 140
Format : 140 x 225 mm
Où étiez-vous tous

Renaud TEMPERINI (Traducteur)
Date de parution : 03/09/2015
​Lauréat du prix Mondello et du Superpremio Vittorini, un roman de formation, plein de légèreté et de sérieux, de fraîcheur et de maturité, assorti d’une radiographie des années Berlusconi, vues à travers les yeux d’un étudiant italien.  
Un jour, l’adolescence prenait fin. Nous ne nous étions pas réveillés vieux ; moins impétueux, pourtant. Et d’accord, c’est normal. Mais nous étions aussi quelque peu défaitistes. Nous avions fait l’amour, passé des examens, laissé derrière nous quelques ambitions démesurées et stupides. Les choses pouvaient s’en aller, légères ou désespérées. On... Un jour, l’adolescence prenait fin. Nous ne nous étions pas réveillés vieux ; moins impétueux, pourtant. Et d’accord, c’est normal. Mais nous étions aussi quelque peu défaitistes. Nous avions fait l’amour, passé des examens, laissé derrière nous quelques ambitions démesurées et stupides. Les choses pouvaient s’en aller, légères ou désespérées. On n’avait pas le temps de s’apercevoir (une minute de concentration aurait suffi) qu’en réalité nous n’avions jamais cru en rien. Jamais jusqu’au bout. Ne pas avoir expérimenté l’aveuglement pur et violent de l’idéologie avait-il été une bonne chose ? Peut-être.
Où étions-nous tous ? Quand avons-nous renoncé ?
Recenser, compiler, archiver coupures de journaux, photographies, souvenirs de famille ; retenir le temps ; figer les belles choses avant qu’elles disparaissent ; vivre, aimer, être soi-même.
Et, qui sait, participer à la marche du monde. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714457110
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 140
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« Paolo Di Palo emmêle les destinées avec brio, fournissant au lecteur des indices, comme dans une enquête a posteriori. »
Jean-Claude Perrier, Livres Hebdo 
 
« Une fresque éblouissante, entièrement réalisée au fusain par un funambule singulier. »
Étienne de Montety, Le Figaro 
 
« De l’Italie fasciste au Paris des Années folles, une belle galerie de personnages dans une langue vive et séduisante. »
Isabelle de Monvert-Chaussy, Sud Ouest 
 
« Un auteur à suivre. »
Monique Baccelli, La Quinzaine Littéraire 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • chroniquesassidues Posté le 7 Novembre 2015
    Où étiez-vous tous prend pour prétexte l'histoire intime d'une famille italienne normale qui vit à Romen en 2009, les Tramontane, pour évoquer l'Histoire de l'Italie plus particulièrement celle d'une jeunesse désenchantée sous les années Berlusconi. On suit Italo, le fils de la famille, étudiant en histoire qui souhaite écrire une thèse sur l'homme politique italien et son époque, contre l'avis de son directeur de thèse et de son assistant, car on n'écrit pas sur une histoire aussi contemporaine. Sa vie familiale est aussi bouleversée quand son père, Mario, enseignant à la retraite, renverse avec sa voiture un ancien élève, qui s'avère être le petit ami d'Anita, sa sœur, et que sa mère part se réfugier quelques temps à Berlin. Ce roman sur les vingt dernières années en Italie contient quelques extraits de vrais journaux italiens, qui viennent ponctuer le récit et apporter un petit côté enquête sur la société italienne. Mais, Paolo Di Paolo évoque également des thèmes universels, dans lesquels chacun peut se reconnaître que l'on soit italien ou pas. Il y a d'abord la relation compliquée avec un père pas toujours tendre et aimant, lui-même bouleversé par le grand changement que représente la retraite, après tant d'années de travail.... Où étiez-vous tous prend pour prétexte l'histoire intime d'une famille italienne normale qui vit à Romen en 2009, les Tramontane, pour évoquer l'Histoire de l'Italie plus particulièrement celle d'une jeunesse désenchantée sous les années Berlusconi. On suit Italo, le fils de la famille, étudiant en histoire qui souhaite écrire une thèse sur l'homme politique italien et son époque, contre l'avis de son directeur de thèse et de son assistant, car on n'écrit pas sur une histoire aussi contemporaine. Sa vie familiale est aussi bouleversée quand son père, Mario, enseignant à la retraite, renverse avec sa voiture un ancien élève, qui s'avère être le petit ami d'Anita, sa sœur, et que sa mère part se réfugier quelques temps à Berlin. Ce roman sur les vingt dernières années en Italie contient quelques extraits de vrais journaux italiens, qui viennent ponctuer le récit et apporter un petit côté enquête sur la société italienne. Mais, Paolo Di Paolo évoque également des thèmes universels, dans lesquels chacun peut se reconnaître que l'on soit italien ou pas. Il y a d'abord la relation compliquée avec un père pas toujours tendre et aimant, lui-même bouleversé par le grand changement que représente la retraite, après tant d'années de travail. Que s'est-il passé le jour de l'accident ? Mario Tramontane, jusque-là modèle du père intègre, a-t-il intentionnellement renversé son ancien élève ? Mais ce qui m'a le plus touché, c'est l'histoire d'Italo, ce jeune homme extrêmement attachant qui essaie de grandir dans une époque et un pays où règne la corruption, où tous ses idéaux s’effondrent, à travers l'image de sa famille qui se fissure, mais qui pourtant trouve la force de continuer, de pas abandonner et de toujours aller de l'avant. Paolo Di Paolo a écrit un roman juste et touchant où chacun se retrouvera à travers sa propre expérience et qui mêle histoire personnelle et histoire universelle avec, en plus, une belle écriture précise. Une jolie découverte !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Delphine-Olympe Posté le 8 Octobre 2015
    Lors de mes dernières vacances, passées en Italie, j’ai eu envie de lire un auteur italien contemporain, un jeune auteur parlant de son pays. La sortie du livre de Paolo Di Paolo tombait à point nommé. Prolifique trentenaire, il a, selon la quatrième de couverture, écrit un roman générationnel disséquant l’ère berlusconienne. C’est un livre que je qualifierais pour ma part d’impressionniste. Le jeune narrateur y évoque ses relations difficiles avec son père, son enfance, son rapport à l’histoire, à la politique, sa perception du temps qui passe. Il en résulte une atmosphère empreinte de nostalgie. Et s’il s’en dégage des éléments vraiment propres à son pays - le jeune homme insiste sur l’omniprésence de Berlusconi et l’abêtissement de la société qui caractérise les quelque 20 années pendant lesquelles il a été à la tête du gouvernement - il en ressort également des sentiments et des interrogations plus universels, sur le rapport d’un individu peut entretenir avec sa famille et avec l’histoire de son pays, sur la manière dont une personnalité se construit entre contexte intime et environnement social. A travers différentes traces qu’il découvre et commente - des photos personnelles, des articles de journaux, des éléments architecturaux... - et... Lors de mes dernières vacances, passées en Italie, j’ai eu envie de lire un auteur italien contemporain, un jeune auteur parlant de son pays. La sortie du livre de Paolo Di Paolo tombait à point nommé. Prolifique trentenaire, il a, selon la quatrième de couverture, écrit un roman générationnel disséquant l’ère berlusconienne. C’est un livre que je qualifierais pour ma part d’impressionniste. Le jeune narrateur y évoque ses relations difficiles avec son père, son enfance, son rapport à l’histoire, à la politique, sa perception du temps qui passe. Il en résulte une atmosphère empreinte de nostalgie. Et s’il s’en dégage des éléments vraiment propres à son pays - le jeune homme insiste sur l’omniprésence de Berlusconi et l’abêtissement de la société qui caractérise les quelque 20 années pendant lesquelles il a été à la tête du gouvernement - il en ressort également des sentiments et des interrogations plus universels, sur le rapport d’un individu peut entretenir avec sa famille et avec l’histoire de son pays, sur la manière dont une personnalité se construit entre contexte intime et environnement social. A travers différentes traces qu’il découvre et commente - des photos personnelles, des articles de journaux, des éléments architecturaux... - et en tentant d’ordonner ses souvenirs, il s’efforce d’établir une cohérence au sein de sa propre existence, mais aussi entre lui-même et le monde qui l’entoure. C’est un texte très personnel où chaque lecteur peut trouver un écho à ses propres expériences et à ses souvenirs. Le jeune adulte qui s’exprime nous renvoie à une part de nous-mêmes qui nous le rend attachant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • gonewiththegreen Posté le 7 Octobre 2015
    En 2009, un professeur fraichement retraité renverse en voiture un ancien élève, a priori sans conséquence. Toutefois, l'élève ne s'en laisse pas compter et règle ses comptes . C'est le début des ennuis pour Mario Tramontane. Ce fait divers est le prétexte à une plongée introspective du narrateur, le fils Tramontane, sur sa vie , les relations familiales et aussi, voire surtout l'évolution de la société , des moeurs... Depuis 1993, date où notre héros estime avoir quitter l'enfance (à 11 ans ) à 2009, il n'a connu quasiment que Berlusconi au pouvoir ! Etudiant en histoire, il décide d'en faire le sujet de sa thèse... Tout d'abord, ce livre est extrêmement bien écrit et possède l'originalité de présenter des unes de journaux italiens (traduites) relatant quelques faits marquants de la période étudiée. L'histoire , inspirée d'un fait réel pour son commencement, est plus une étude de l'évolution des ressentis de l'auteur , de ses amours, de sa réflexion sur sa famille. Ce roman m'a d'abord rappelé "Persécution " de Piperno , avec une descente vertigineuse aux enfers pour la personne inculpée. Mais , ici, en fait rien de tout ça , beaucoup de non dits, avec beaucoup d'élégance par l'auteur. Une belle découverte.
  • Bazart Posté le 22 Septembre 2015
    Rome automne 2009, Italo Tramontane, étudiant en histoire contemporaine, a bien du souci, son père professeur fraichement retraité a renversé un ancien élève avec sa voiture, le jeune homme n’est que légèrement blessé mais les parents pourraient porter plainte, sa mère part pour Berlin faire un break, il apprend que sa jeune sœur est justement très amoureuse du jeune homme renversé et que son père aurait peut-être fauté avec une collègue de travail l’année passée. Bref la famille Tramontane est en pleine tourmente, si seulement son professeur acceptait son projet de thèse sur l’Italie de Berlusconi. Italo, bienvenue dans le monde des adultes ! Quelle bonne idée de parler de l’Italie de Berlusconi à travers un roman d’apprentissage tendre et poétique. A l’entré en politique de Silvio Berlusconi, le grand-père d’Italo, est frappé par un ictus,( amnésique ?), seul moyen de défense d’un vieux monsieur, compagnon de route du parti socialiste italien. On l’a compris l’histoire de la famille Tramontane sera l’histoire de l’Italie durant ces vingt dernières années. Paolo Di Paolo tendrement désenchanté, comme son héros, pose un regard très humain sur ses compatriotes qui essaient tant bien que mal de vivre après quinze années de Berlusconi. Roman... Rome automne 2009, Italo Tramontane, étudiant en histoire contemporaine, a bien du souci, son père professeur fraichement retraité a renversé un ancien élève avec sa voiture, le jeune homme n’est que légèrement blessé mais les parents pourraient porter plainte, sa mère part pour Berlin faire un break, il apprend que sa jeune sœur est justement très amoureuse du jeune homme renversé et que son père aurait peut-être fauté avec une collègue de travail l’année passée. Bref la famille Tramontane est en pleine tourmente, si seulement son professeur acceptait son projet de thèse sur l’Italie de Berlusconi. Italo, bienvenue dans le monde des adultes ! Quelle bonne idée de parler de l’Italie de Berlusconi à travers un roman d’apprentissage tendre et poétique. A l’entré en politique de Silvio Berlusconi, le grand-père d’Italo, est frappé par un ictus,( amnésique ?), seul moyen de défense d’un vieux monsieur, compagnon de route du parti socialiste italien. On l’a compris l’histoire de la famille Tramontane sera l’histoire de l’Italie durant ces vingt dernières années. Paolo Di Paolo tendrement désenchanté, comme son héros, pose un regard très humain sur ses compatriotes qui essaient tant bien que mal de vivre après quinze années de Berlusconi. Roman d’une génération, roman d’un jeune historien qui veut garder espoir, Rome sous la neige, un amour de lycée qui ne vous a pas oublié, et les volumes de « l’histoire du socialisme Italien » sur l’étagère de la bibliothèque : La vie peut commencer
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.