Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221256848
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 135 x 215 mm
Périandre
Date de parution : 13/01/2022
Éditeurs :
Robert Laffont

Périandre

Date de parution : 13/01/2022
Rentrée Littéraire d'Hiver 2022

Une femme tombe enceinte d’un fils. Naît entre eux une relation fusionnelle, nécessairement malsaine. Au fil du temps, le garçon devient ainsi le chef-d'oeuvre de sa mère.
Jusqu’au jour où il...

Une femme tombe enceinte d’un fils. Naît entre eux une relation fusionnelle, nécessairement malsaine. Au fil du temps, le garçon devient ainsi le chef-d'oeuvre de sa mère.
Jusqu’au jour où il rencontre sa future épouse… Pour la mère, commence un jeu pervers, celui de manipuler, d’étouffer et de briser ce couple....

Une femme tombe enceinte d’un fils. Naît entre eux une relation fusionnelle, nécessairement malsaine. Au fil du temps, le garçon devient ainsi le chef-d'oeuvre de sa mère.
Jusqu’au jour où il rencontre sa future épouse… Pour la mère, commence un jeu pervers, celui de manipuler, d’étouffer et de briser ce couple. Car qui mieux qu’elle peut aimer dignement la chair de sa chair ?
En explorant la notion d’incestualité et le complexe de Périandre, Harold Cobert entremêle dans ce roman modernité et tradition, suspense et mythe, pour mieux conter l’ascension et la chute d’un garçon devenu homme, ainsi que la folie froide d’une mère.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221256848
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • croquemiette Posté le 4 Avril 2022
    Avec ce roman, Harold Cobert propose de réactualiser le mythe de Périandre, le situant à notre époque. A Corinthe, Cratea est ravie de donner vie à son fils, Périandre, prince de la cité et promis à un très bel avenir. Elle lui voue un amour démesuré allant jusqu’à l’inceste, se faisant passer pour une initiatrice et couchant avec lui à son insu. A notre époque, une femme devient mère et voue un culte à son fils. Elle l’aime d’un amour malsain, teinté de sensualité, allant jusqu’à le conseiller sexuellement. Elle s’immisce et régente sa vie. Lorsqu’il décide de se mettre en couple, la belle-mère voit en la compagne de son fils une rivale. Le roman alterne entre les personnages actuels et des passages en italique se déroulant dans l’antiquité. Les deux époques se répondent et sont intelligemment mises en regard. L’écriture est plutôt fluide et le livre se lit vite et bien, on souhaite savoir jusqu’où ira la folie de cette mère. J’ai découvert, à travers ce roman, l’histoire de Cratea et de Périandre, élément que je ne connaissait pas. Mais malgré toutes ses qualités, ce huis-clos ne me marquera pas et ce au-delà du thème dérangeant de l’inceste. Je comprends l’idée de... Avec ce roman, Harold Cobert propose de réactualiser le mythe de Périandre, le situant à notre époque. A Corinthe, Cratea est ravie de donner vie à son fils, Périandre, prince de la cité et promis à un très bel avenir. Elle lui voue un amour démesuré allant jusqu’à l’inceste, se faisant passer pour une initiatrice et couchant avec lui à son insu. A notre époque, une femme devient mère et voue un culte à son fils. Elle l’aime d’un amour malsain, teinté de sensualité, allant jusqu’à le conseiller sexuellement. Elle s’immisce et régente sa vie. Lorsqu’il décide de se mettre en couple, la belle-mère voit en la compagne de son fils une rivale. Le roman alterne entre les personnages actuels et des passages en italique se déroulant dans l’antiquité. Les deux époques se répondent et sont intelligemment mises en regard. L’écriture est plutôt fluide et le livre se lit vite et bien, on souhaite savoir jusqu’où ira la folie de cette mère. J’ai découvert, à travers ce roman, l’histoire de Cratea et de Périandre, élément que je ne connaissait pas. Mais malgré toutes ses qualités, ce huis-clos ne me marquera pas et ce au-delà du thème dérangeant de l’inceste. Je comprends l’idée de ne pas donner de noms ni de trop décrire les personnages afin de leur donner un aspect universel et proche de l’univers du conte, mais cette fois-ci, ça m’a gênée. J’ai trouvé qu’ils manquaient de caractérisation, je n’ai pas du tout ressenti d’empathie alors qu’il s’agit d’un drame. Le personnage de la belle-fille est trop peu développé et celui du fils est plutôt fade. Pas un coup de cœur mais il semblerait que les précédents romans de Harold Cobert aient eu de bonnes critiques. Je ne déconseille pas cet ouvrage, il peut facilement trouver son public, je suis juste passé à côté. L’as-tu lu ? Aimé ? Détesté ? J’attends tes retours !
    Lire la suite
    En lire moins
  • eirenamg Posté le 5 Mars 2022
    Ce nouveau récit d’Harold Cobert, nous plonge dans une relation malsaine entre une mère et son fils. L’auteur fait le choix d’une narration externe qui nous met dans la position de témoin, de spectateur de cette vision de la maternité dévoyée.En fil conducteur et comme en miroir au récit, le mythe de Périandre nous est conté qui éclaire les rapports entre les personnages. Je ne le connaissais pas du tout et il ajoute de la tension au récit. La mère s’investit totalement et dès la naissance pour sa merveille, la chair de sa chair : son fils. Elle tisse avec lui une relation solide et de plus en plus exclusive. On suit l’évolution de leurs rapports de l’enfance à l’âge adulte. Le garçon comme une marionnette dans les mains de sa mère, se façonne peu à peu à son image, il a les mêmes goûts pour l’art, la Renaissance, a une relation très fusionnelle avec elle. Lui raconte tout. Elle vit dans la hantise qu’un grain de sable casse cette belle harmonie, anticipe, surveille jusqu’au jour où elle doit faire face à un accro dans ce contrat mère-fils que je vous laisse découvrir. L’auteur aime disséquer les ombres et faces cachées de la nature... Ce nouveau récit d’Harold Cobert, nous plonge dans une relation malsaine entre une mère et son fils. L’auteur fait le choix d’une narration externe qui nous met dans la position de témoin, de spectateur de cette vision de la maternité dévoyée.En fil conducteur et comme en miroir au récit, le mythe de Périandre nous est conté qui éclaire les rapports entre les personnages. Je ne le connaissais pas du tout et il ajoute de la tension au récit. La mère s’investit totalement et dès la naissance pour sa merveille, la chair de sa chair : son fils. Elle tisse avec lui une relation solide et de plus en plus exclusive. On suit l’évolution de leurs rapports de l’enfance à l’âge adulte. Le garçon comme une marionnette dans les mains de sa mère, se façonne peu à peu à son image, il a les mêmes goûts pour l’art, la Renaissance, a une relation très fusionnelle avec elle. Lui raconte tout. Elle vit dans la hantise qu’un grain de sable casse cette belle harmonie, anticipe, surveille jusqu’au jour où elle doit faire face à un accro dans ce contrat mère-fils que je vous laisse découvrir. L’auteur aime disséquer les ombres et faces cachées de la nature humaine ici jusqu’ou peut aller un être pour manipuler, garder l’exclusivité d’un amour. Comment cet amour maternel peut étouffer et devenir obsessionnel. Peu à peu on sent la mécanique se mettre en place comme dans un récit tragique, les pièces sur l’échiquier jouent. Qui va gagner ? la Reine ? Le Roi ? Aucun des deux ? La construction en miroir donne de l’intensité et de la profondeur au récit, l’auteur ne juge pas ses personnages, il donne à voir leurs motivations, leurs psychologies. La fin a été surprenante pour moi. Une fois de plus l’auteur a réussi son pari de mettre en mots l’insondable, la monstruosité, l’amour fou en évitant le glauque ou la démonstration. Il a adapté son style à l’histoire, on a l’impression d’être dans un conte noir. J’ai eu envie de secouer le personnage du fils pour qu’il prenne conscience des actes de sa mère, de son emprise. Mais comme un spectateur au théâtre on ne peut s’empêcher de tourner les pages pour savoir les conséquences des choix des personnages et continuer à les regarder vivre. Un personnage à nouveau diabolique que cette mère écho à la Monique de la Mésange mais dans un autre type de noirceur. Si vous souhaitez lire un récit qui dissèque la psychologie d’une mère particulière et un récit en tension Périandre est fait pour vous . Bonne découverte du mythe et de l’écriture toujours aussi caméléon d’Harold Cobert.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Little_stranger Posté le 12 Février 2022
    C'est un livre troublant, dérangeant : l'amour d'une mère pour son fils. Mais comment cela, c'est si beau l'amour d'une mère pour ses enfants oui, mais pas celui là. Il s'agit ici d'un amour destructeur, aux racines pourries, mais où l'arbre se déploie, enroule ses branches autour de sa proie et l'étouffe. Deux histoires de mère, deux fins différentes si l'on veut : une histoire qui se passe dans la Rome Antique Kratéa et son fils Périandre, l'autre dans notre temps : une femme spécialiste de l'art et des antiquités, qui devient la déité de son fils, manipulatrice, psychopathe même, elle le modèle, le contrôle. L'une des mères mourra, l'autre survivra pour pouvoir reproduire le même schéma avec son petit-fils : une femme heureuse, quoi ! C'est un texte court, ramassé, tranchant comme une lame de rasoir, acide comme le vinaigre et passionnant. A découvrir
  • Killing79 Posté le 10 Février 2022
    Harold Cobert m’avait emballé avec son précédent roman « Belle amie ». Il avait été finaliste du Prix Orange du Livre 2019 dont j’étais un des jurés. J’avais eu un coup de cœur pour cette suite très réussie du roman culte de Maupassant. Une chose est sûre, l’auteur ne s’est pas endormi sur ses lauriers et change complètement de registre. Il prend même un certain risque avec cette revisite d’un mythe de l’antiquité. Cette tragédie grecque mettait en scène l’amour démesuré d’une mère envers sa progéniture. Une femme, par besoin de possession, organisait un stratagème machiavélique et pervers afin de garder son enfant auprès d’elle. L’auteur se base sur cette histoire et la transpose dans le monde moderne. Les personnages d’aujourd’hui ne sont pas nommés, les lieux ne sont pas précisés. La relation toxique mère/fils se développe avec les contraintes et les usages contemporains. Le texte alterne entre le récit actuel et la légende d’origine. Les mamans utilisent tous les moyens à leur disposition et écartent sans scrupules tous les obstacles pour ne pas perdre le lien avec leur bébé. Dans les deux cas, le romancier pousse le curseur au maximum pour caricaturer l’amour intensif mais il reste plus réaliste et moins... Harold Cobert m’avait emballé avec son précédent roman « Belle amie ». Il avait été finaliste du Prix Orange du Livre 2019 dont j’étais un des jurés. J’avais eu un coup de cœur pour cette suite très réussie du roman culte de Maupassant. Une chose est sûre, l’auteur ne s’est pas endormi sur ses lauriers et change complètement de registre. Il prend même un certain risque avec cette revisite d’un mythe de l’antiquité. Cette tragédie grecque mettait en scène l’amour démesuré d’une mère envers sa progéniture. Une femme, par besoin de possession, organisait un stratagème machiavélique et pervers afin de garder son enfant auprès d’elle. L’auteur se base sur cette histoire et la transpose dans le monde moderne. Les personnages d’aujourd’hui ne sont pas nommés, les lieux ne sont pas précisés. La relation toxique mère/fils se développe avec les contraintes et les usages contemporains. Le texte alterne entre le récit actuel et la légende d’origine. Les mamans utilisent tous les moyens à leur disposition et écartent sans scrupules tous les obstacles pour ne pas perdre le lien avec leur bébé. Dans les deux cas, le romancier pousse le curseur au maximum pour caricaturer l’amour intensif mais il reste plus réaliste et moins pernicieux dans la nouvelle version que dans l’histoire initiale. Je n’avais jamais entendu parler du complexe de Périandre qui évoque la notion d’incestualité, variante du complexe d’Œdipe. Il illustre l’irrationalité de l’amour lorsqu’il est poussé à l’extrême. Harold Cobert met son talent de narrateur au service de cette aventure malsaine. Mais ne prenez pas peur, « Périandre » reste avant tout un conte et ne tombe jamais dans le sordide. Je comprendrais que le thème puisse vous rebuter un peu, mais je vous conseille de laisser vos préjugés de côté, ne serait-ce que pour découvrir la magnifique plume de cet écrivain !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sabine57 Posté le 4 Février 2022
    Je suis allée à la rencontre d'Harold Cobert à la librairie Hisler de Metz. C'était une belle découverte pour moi et une première rencontre littéraire de l'année très intéressante. Du coup j'ai lu son dernier livre, Périandre en une journée. Une histoire de famille où une mère utilise sa perversité et ses manipulations afin de garder main prise sur la vie de son fils chéri. Elle écarte vite fait son mari qui n'est pas invité dans le couple fusionnel, qu'elle forme avec le fruit de ses entrailles. Son amour étouffant détruit le couple de son fils. Elle n'a aucune limite et elle est prête à tout pour pouvoir atteindre son but. “Avoir le pouvoir, posséder et distribuer son amour empoisonné.” Garder ses distances et se protéger afin de ne pas être détruit par cet amour toxique qui peut pousser à la folie. Ce ne sera pas facile pour l'épouse de son fils qui sera l'une des personnes sur sa liste des gens à évincer. Une mère très nocive qui va faire exploser un couple afin d'avoir toujours son emprise sur son petit-fils, une petite proie facile à manipuler et à formater à son image. Cette femme rend fous les... Je suis allée à la rencontre d'Harold Cobert à la librairie Hisler de Metz. C'était une belle découverte pour moi et une première rencontre littéraire de l'année très intéressante. Du coup j'ai lu son dernier livre, Périandre en une journée. Une histoire de famille où une mère utilise sa perversité et ses manipulations afin de garder main prise sur la vie de son fils chéri. Elle écarte vite fait son mari qui n'est pas invité dans le couple fusionnel, qu'elle forme avec le fruit de ses entrailles. Son amour étouffant détruit le couple de son fils. Elle n'a aucune limite et elle est prête à tout pour pouvoir atteindre son but. “Avoir le pouvoir, posséder et distribuer son amour empoisonné.” Garder ses distances et se protéger afin de ne pas être détruit par cet amour toxique qui peut pousser à la folie. Ce ne sera pas facile pour l'épouse de son fils qui sera l'une des personnes sur sa liste des gens à évincer. Une mère très nocive qui va faire exploser un couple afin d'avoir toujours son emprise sur son petit-fils, une petite proie facile à manipuler et à formater à son image. Cette femme rend fous les gens qui l'approchent ou qui ne marche pas dans son sens. Dans l'histoire qui accompagne ce récit, Périandre le jeune roi devenu tyrannique, on peut découvrir que la folie de sa mère et son amour vont le pousser à commettre des actes très sanglants et violents. La folie s'empare de lui quand il découvre que cette femme qui utilise son corps dans le noir et dont il tomba fou amoureux, n'est autre que sa génitrice. La mort viendra mettre un point final à cette histoire dramatique d’amour qui retourne les tripes. Ce roman m’a emporté dans des histoires qui peuvent mettre les gens mal à l’aise et les faire réfléchir aux comportements que l’on peut se permettre avec nos enfants. Il y a des limites à ne pas dépasser car les traumatismes de l'enfance sont difficiles à soigner. Le complexe de Périandre, je ne connaissais pas vraiment avant de lire ce livre, maintenant j’en sais beaucoup plus et je comprends mieux sa vengeance envers sa mère. C'était du surement au choc dû tyran. "Aimer à mourir" où " Il n'y a qu'un pas entre l'amour et la haine. " ça me vient à l'esprit en lisant ces deux histoires dramatiques. Ce que je peux retenir de cette lecture c'est qu'à un certain âge il faut couper le cordon. En conclusion, je peux vous dire que j'ai bien aimé ce roman qui pousse à la reflexion sur l'amour et l'éducation.
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !