En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Sadorski et l'ange du péché

            Robert Laffont
            EAN : 9782221199015
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 704
            Format : 140 x 225 mm
            Nouveauté
            Sadorski et l'ange du péché

            Collection : La Bête noire
            Date de parution : 23/08/2018
            Le pire des salauds, le meilleur des enquêteurs.
             

            Paris, mars 1943. Une femme est arrêtée dans un bistrot du 10e arrondissement. Elle aurait franchi la ligne de démarcation munie de faux papiers, pour un trafic de métaux précieux. L’inspecteur principal adjoint Léon Sadorski voit dans cette enquête une parfaite occasion de s’enrichir. Mais il a d’autres soucis, notamment...

            Paris, mars 1943. Une femme est arrêtée dans un bistrot du 10e arrondissement. Elle aurait franchi la ligne de démarcation munie de faux papiers, pour un trafic de métaux précieux. L’inspecteur principal adjoint Léon Sadorski voit dans cette enquête une parfaite occasion de s’enrichir. Mais il a d’autres soucis, notamment protéger Julie, la lycéenne juive réfugiée chez lui depuis la rafle du Vél’d’Hiv.
            C’est alors qu’une affaire de lettre anonyme et d’adultère le conduit sur les plateaux du cinéma français de l’Occupation : parmi les jeunes actrices d’un drame tourné dans un couvent de dominicaines, l’inspecteur va rencontrer son « Ange du péché » et se transformer en criminel…
            Une enquête de Léon Sadorski, le sinistre et fascinant inspecteur des renseignements généraux.
            « Les mots sont des couteaux, l’encre coule comme de l’acide. » Gilles Martin-Chauffier, Paris Match
            « l’inspecteur Sadorski suit sa mauvaise étoile. » Abel Mestre, Le Monde

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221199015
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 704
            Format : 140 x 225 mm
            Robert Laffont
            23.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Christophe_bj Posté le 5 Novembre 2018
              Remarquable. De la reconstitution de l'époque, parfaite, de la dénonciation des crimes nazis et collaborationnistes, implacable, de l'intrigue, haletante, des personnages, superbement ciselés, on ne sait qu'admirer le plus. La série des trois Sadorski est d'une grande puissance littéraire. J'espère très fort que Romain Slocombe ne s'en tiendra pas à une trilogie mais nous prépare encore d'autres volumes mettant en scène ce policier qui ne pense qu'à lui dans cette époque terrible.
            • Sallyrose Posté le 24 Octobre 2018
              Léon Sadorski, policier parisien de la seconde guerre mondiale, affecté aux « Affaires juives », continue son bonhomme de chemin, entre son antisémitisme notoire et sa rapacité qui n'ont pour maîtresse que son appétence sexuelle. Ce 3ème tome est sordide. Il fait la part belle aux tortures et exactions en tout genre que font subir les nazis mais aussi les policiers et gendarmes français aux Juifs et autres communautés désapprouvées par l'idéologie fasciste. L'auteur a une plume très précise et la cruauté qu'il décrit imprime tout l'esprit du lecteur. Bien sûr, c'est un roman policier historique qui nous donne une nouvelle occasion de ne pas oublier le passé et d'en mesurer autant que faire se peut les atrocités commises. Mais c'est à la limite du supportable. Sur un plan plus littéraire, je regrette que cette fois-ci, il n'y ait pas de vraie intrigue même si les agissements contradictoires et irresponsables du personnage principal restent une énigme. Bien, attendons la suite….
            • lysiane31770 Posté le 14 Octobre 2018
              Je remercie NetGalley ainsi que les Editions de Robert Lafont de m' avoir permis de lire ce beau policier, qui ma plu. L' auteur a su donner a ces personnages beaucoup de rythme et de bons dialogues. Ce policier se déroule pendant la dernière guerre ou il y avait beaucoup de dérives dans le pays. Les gens étaient obligés d' obéir car le Président de l' époque avait collaborer avec les allemands et a la suite de cela il y a eu le traité de Vichy. Il y a eu beaucoup de déportés Juifs .cela était vraiment injuste. C’était des hommes ,des femmes, des enfants ,des vieillards qui ont étaient torturer pour rien Dans ce roman il y a un policier,l'Inspecteur Léon Sadorski qui aurait pu sauver pas mal de monde mais non il a fait qu'obéir aux ordres donnés par la plus haute de ses chefs. J'ai apprécié ce policier qui ma beaucoup intéressée.Ce policier, l'Inspecteur Léon Sadoski à été vraiment comment dire "un salopard " envers autrui. Il a profité du marcher noir et a corrompu beaucoup de gens pour satisfaire sont égaux. Vraiment l'auteur à su décrire se qui se passait a cette époque et j ai beaucoup aimé ce livre ou j ai... Je remercie NetGalley ainsi que les Editions de Robert Lafont de m' avoir permis de lire ce beau policier, qui ma plu. L' auteur a su donner a ces personnages beaucoup de rythme et de bons dialogues. Ce policier se déroule pendant la dernière guerre ou il y avait beaucoup de dérives dans le pays. Les gens étaient obligés d' obéir car le Président de l' époque avait collaborer avec les allemands et a la suite de cela il y a eu le traité de Vichy. Il y a eu beaucoup de déportés Juifs .cela était vraiment injuste. C’était des hommes ,des femmes, des enfants ,des vieillards qui ont étaient torturer pour rien Dans ce roman il y a un policier,l'Inspecteur Léon Sadorski qui aurait pu sauver pas mal de monde mais non il a fait qu'obéir aux ordres donnés par la plus haute de ses chefs. J'ai apprécié ce policier qui ma beaucoup intéressée.Ce policier, l'Inspecteur Léon Sadoski à été vraiment comment dire "un salopard " envers autrui. Il a profité du marcher noir et a corrompu beaucoup de gens pour satisfaire sont égaux. Vraiment l'auteur à su décrire se qui se passait a cette époque et j ai beaucoup aimé ce livre ou j ai appris de nombreux faits qui se sont passés à cette époque. Vraiment un très bon livre,je le recommande
              Lire la suite
              En lire moins
            • chevalierortega33 Posté le 3 Octobre 2018
              Qui est-il vraiment ce Léon Sadorski ? Un être méprisable assurément et chaque fois que le lecteur est heureux de le voir essayer de s’amender, comment dire … ça dérape ! Ses relations avec les femmes, quelles qu’elles soient … la sienne, celles des autres, les juives et celles qui ne le sont pas, les jeunes et les moins jeunes, sont tout simplement inexcusables. Son attitude avec les juifs, dans le contexte, connait peu d’excuses aussi mais l’époque nourrit l’ambigüité. Les plus crédules ne peuvent cependant pas ignorer les exactions perpétrées au nom de la pureté de la race aryenne. Tout est humiliations et exactions … mais attention ça n’est pas l’exclusivité de Léon Sadorski. C’est le « jeu » de tous ceux qui détiennent une autorité et entretiennent un lien de domination avec de plus faibles qu’eux, renforcé quand ils sont minables car c’est le seul moyen pour eux d’exister, alors dans le contexte des années 42-43 en France occupée, dans l’ex-capitale tout prend une importante vitale. C’est le « jeu » de ceux qui choisissent la collaboration et l’enrichissement personnel à la résistance et la solidarité. C’est le « jeu » de ceux qui font « semblant » et... Qui est-il vraiment ce Léon Sadorski ? Un être méprisable assurément et chaque fois que le lecteur est heureux de le voir essayer de s’amender, comment dire … ça dérape ! Ses relations avec les femmes, quelles qu’elles soient … la sienne, celles des autres, les juives et celles qui ne le sont pas, les jeunes et les moins jeunes, sont tout simplement inexcusables. Son attitude avec les juifs, dans le contexte, connait peu d’excuses aussi mais l’époque nourrit l’ambigüité. Les plus crédules ne peuvent cependant pas ignorer les exactions perpétrées au nom de la pureté de la race aryenne. Tout est humiliations et exactions … mais attention ça n’est pas l’exclusivité de Léon Sadorski. C’est le « jeu » de tous ceux qui détiennent une autorité et entretiennent un lien de domination avec de plus faibles qu’eux, renforcé quand ils sont minables car c’est le seul moyen pour eux d’exister, alors dans le contexte des années 42-43 en France occupée, dans l’ex-capitale tout prend une importante vitale. C’est le « jeu » de ceux qui choisissent la collaboration et l’enrichissement personnel à la résistance et la solidarité. C’est le « jeu » de ceux qui font « semblant » et de ceux qui font « comme si ». Rien ne plaide donc en la faveur de Sado dans ce troisième et dernier volet de ses aventures malsaines et l’auteur distille le venin au fil des pages avec un suspense mêlé aux références historiques, politiques, littéraires, cinématographiques … une ambiance réaliste et un récit qui en apprend aux plus documentés sur l’époque. La précision des référence peut sembler parfois superflue mais avec le recul rien n’est gratuit. Déroutante la façon dont Romain Slocombe mêle les intrigues au point où le lecteur ne sait plus qui sont les héros principaux, l’intrigue majeure, les détails superflus. Cependant il lit, dévore, tourne les pages avec ardeur, surpris et envouté qu’il est par ce style incomparable, en espérant que les méchants seront punis … et qu’ils souffrent aussi ! Une écriture cinématographique qui image à merveille les situations les plus atroces. Enfin pour compléter, le lecteur ne peut échapper à la réflexion sur la xénophobie et au sort réservé aux migrants qu’ils soient économiques ou politiques ainsi qu’aux risques encourus d’une société qui épouserait les extrémismes en la matière. J’ajoute que j’ai lu ce troisième volet sans avoir lu les deux premiers et que même si ça n’est sans doute pas le plus académique pour approcher la psychologie des personnages, ça n’est pas franchement un handicap. Un noir plus que noir et dérangeant, qui laisse sans voix !
              Lire la suite
              En lire moins
            • RomansNoirsEtPlus Posté le 30 Septembre 2018
              Ce dernier volet de la trilogie des aventures et forfaitures de l’Inspecteur Principal Adjoint Léon Sadorski est sans doute le plus émouvant pour moi . On y retrouve notre IPA en 1943 , empreint aux doutes après la première grande défaite de l’armée allemande face aux russes , à Stalingrad. Chef du "rayon juif " aux Renseignements Généraux, il est pourtant toujours aussi dynamique dans sa collaboration hyperactive avec les nazis , ne rechignant dans aucune tâche de dénonciation que ce soit de juifs , de communistes ou d’honnêtes citoyens aryens authentiques qui pour leur plus grand malheur ont croisé la route de l’IPA Sadorski . Mais l’inspecteur sent le vent tourner . Il joue même avec le feu en abritant chez lui la jeune lycéenne juive Julie Odwak , dont les parents ont été raflés destination les camps de l’Est et sur laquelle il ne cesse de fantasmer . Toujours en proie à ses contradictions, il brutalise , tue , et tente de se racheter une conduite - où plutôt de protéger ses miches au cas où l’Allemagne serait vaincue - allant même jusqu’à tenter de sauver une autre jeune fille juive d’une déportations garantie .Mais quelques... Ce dernier volet de la trilogie des aventures et forfaitures de l’Inspecteur Principal Adjoint Léon Sadorski est sans doute le plus émouvant pour moi . On y retrouve notre IPA en 1943 , empreint aux doutes après la première grande défaite de l’armée allemande face aux russes , à Stalingrad. Chef du "rayon juif " aux Renseignements Généraux, il est pourtant toujours aussi dynamique dans sa collaboration hyperactive avec les nazis , ne rechignant dans aucune tâche de dénonciation que ce soit de juifs , de communistes ou d’honnêtes citoyens aryens authentiques qui pour leur plus grand malheur ont croisé la route de l’IPA Sadorski . Mais l’inspecteur sent le vent tourner . Il joue même avec le feu en abritant chez lui la jeune lycéenne juive Julie Odwak , dont les parents ont été raflés destination les camps de l’Est et sur laquelle il ne cesse de fantasmer . Toujours en proie à ses contradictions, il brutalise , tue , et tente de se racheter une conduite - où plutôt de protéger ses miches au cas où l’Allemagne serait vaincue - allant même jusqu’à tenter de sauver une autre jeune fille juive d’une déportations garantie .Mais quelques bonnes actions tardives ne pourront racheter tous les péchés qu’il a sur la conscience. Romain Slocombe nous offre avec " Sardorski et l’ange du péché " un roman historique qui retrace les heures sombres de la France sous Pétain dont l’administration a fait de la collaboration un acte fondamental de sa gouvernance aux bottes de Berlin . Plus que cela , elle engage à cette période- là les forces de police dans un jusqu’au boutisme qui dépasse le simple zèle mais doit démontrer aux forces occupantes qu’elles sont l’un des maillons essentiels de la politique d’épuration décrétée par Hitler et son état major . L’auteur nous refait revivre cette terrible période avec de multiples détails - résultats sans aucun doute d’un énorme travail de recherches minutieuses -qui rend ce roman de fiction extrêmement réaliste . Il ne nous épargne rien : ni l’injustice criarde , ni la lâcheté et la compromission ordinaire, ni les crimes gratuits , ni les exécutions sommaires , ni les tortures , ni les souffrances banalisées , ni la peur permanente à laquelle est soumise la population quant elle possède un patronyme étranger , à connotation juive , quand elle est affiliée au Parti communiste, bref quand elle est différente ou qu’elle résiste à l’infamie . Un roman qui nous rappelle à notre devoir de mémoire et de vigilance quand autour de nous l’extrémisme politique et religieux refait surface .
              Lire la suite
              En lire moins

            les contenus multimédias

            Ils en parlent

            « Sadorski, clap de fin.»
            LIVRES HEBDO
            Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
            Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com