Lisez! icon: Search engine

Sadorski et l'ange du péché

Robert Laffont
EAN : 9782221199015
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 704
Format : 140 x 225 mm
Sadorski et l'ange du péché

Collection : La Bête noire
Date de parution : 23/08/2018
Le pire des salauds, le meilleur des enquêteurs.
 

Paris, mars 1943. Une femme est arrêtée dans un bistrot du 10e arrondissement. Elle aurait franchi la ligne de démarcation munie de faux papiers, pour un trafic de métaux précieux. L’inspecteur principal adjoint Léon Sadorski voit dans cette enquête une parfaite occasion de s’enrichir. Mais il a d’autres soucis, notamment...

Paris, mars 1943. Une femme est arrêtée dans un bistrot du 10e arrondissement. Elle aurait franchi la ligne de démarcation munie de faux papiers, pour un trafic de métaux précieux. L’inspecteur principal adjoint Léon Sadorski voit dans cette enquête une parfaite occasion de s’enrichir. Mais il a d’autres soucis, notamment protéger Julie, la lycéenne juive réfugiée chez lui depuis la rafle du Vél’d’Hiv.
C’est alors qu’une affaire de lettre anonyme et d’adultère le conduit sur les plateaux du cinéma français de l’Occupation : parmi les jeunes actrices d’un drame tourné dans un couvent de dominicaines, l’inspecteur va rencontrer son « Ange du péché » et se transformer en criminel…
Une enquête de Léon Sadorski, le sinistre et fascinant inspecteur des renseignements généraux.
« Les mots sont des couteaux, l’encre coule comme de l’acide. » Gilles Martin-Chauffier, Paris Match
« l’inspecteur Sadorski suit sa mauvaise étoile. » Abel Mestre, Le Monde

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221199015
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 704
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« Sadorski, clap de fin.»
LIVRES HEBDO

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • karmax211 Posté le 13 Octobre 2019
    Troisième opus de ce que je croyais être au début une trilogie, mais dont je sais à présent qu'il y aura au moins un quatrième, voire un cinquième volet. Ayant lu ces trois premiers "épisodes" en poche, donc en quelques jours, je ne vais pas redétailler tout ce qui l'a déjà longuement été, mais me contenter de dire que l'on retrouve au centre de ce roman le héros négatif, abject et pervers collabo antisémite, à savoir l'inspecteur principal adjoint Léon Sadorsky, toujours habité par la certitude que ce que vit son pays dans ces heures sombres de l'occupation est la résultante d'un grand complot judéo-bolchévique. Plus vicelard que jamais le petit (1,60 m) troll pétainiste franchit cette fois quelques échelons supplémentaires dans la vilenie et l'horreur… puisque à l'arrestation des Juifs et des communistes, leurs aveux sous le chantage et la torture, leur déportation ou leur exécution, la spoliation de leurs biens, le racket, il adjoint à son CV déjà bien entaché, le meurtre de sang-froid… opportuniste et prémédité. Le tout dans un livre riche et dense (655 pages), toujours aussi formidablement bien documenté, qui fait que vous passez dès les premières lignes de 2019 à la fin de l'hiver 1943. Saisissante, l'œuvre de... Troisième opus de ce que je croyais être au début une trilogie, mais dont je sais à présent qu'il y aura au moins un quatrième, voire un cinquième volet. Ayant lu ces trois premiers "épisodes" en poche, donc en quelques jours, je ne vais pas redétailler tout ce qui l'a déjà longuement été, mais me contenter de dire que l'on retrouve au centre de ce roman le héros négatif, abject et pervers collabo antisémite, à savoir l'inspecteur principal adjoint Léon Sadorsky, toujours habité par la certitude que ce que vit son pays dans ces heures sombres de l'occupation est la résultante d'un grand complot judéo-bolchévique. Plus vicelard que jamais le petit (1,60 m) troll pétainiste franchit cette fois quelques échelons supplémentaires dans la vilenie et l'horreur… puisque à l'arrestation des Juifs et des communistes, leurs aveux sous le chantage et la torture, leur déportation ou leur exécution, la spoliation de leurs biens, le racket, il adjoint à son CV déjà bien entaché, le meurtre de sang-froid… opportuniste et prémédité. Le tout dans un livre riche et dense (655 pages), toujours aussi formidablement bien documenté, qui fait que vous passez dès les premières lignes de 2019 à la fin de l'hiver 1943. Saisissante, l'œuvre de Romain Slocombe est soit de l'ordre du roman noir historique, soit de celui du roman historique noir. Quoi qu'il en soit… c'est épatant
    Lire la suite
    En lire moins
  • AnitaMillot Posté le 5 Octobre 2019
    Paris 1943. Pour la troisième fois, je retrouve l’immonde, l’abject, le monstrueux, l’infâme (j’en passe et des meilleurs) inspecteur Léon Sadorski (”Sado” pour ses collègues, c’est tout dire !) Pour la troisième fois, la lecture de ce roman m’a profondément secouée ! On aurait pu penser que ses dernières mésaventures (voir l’Étoile jaune de l’inspecteur Sadorski) allait le calmer un tant soit peu : que nenni ! Il est toujours aussi immoral et sans scrupules, ignore jusqu’à l’existence du mot empathie et ne s’apitoie que sur un seul et unique sort : le sien ! Ce salaud est pourtant un flic particulièrement efficace et zélé, en 1943, lorsqu’il s’agit d’arrêter des juifs qu’il exécre, des trafiquants en tous genres ou des résistants qu’il jalouse … Ses plus grandes faiblesses : son immense orgueil et sa lubricité. À l’égard de son épouse tant qu’à celui des femmes qu’il interroge sans ménagement durant son service … Son désir obsessionnel également, pour sa petite voisine juive, Julie Odwak, qu’il a recueillie chez lui après avoir fait interner sa mère, afin de pouvoir l’isoler des autres et se l’approprier … Romain Slocombe n’épargne aucun détail à ses lecteurs. Il est terriblement bien documenté (voir les notes... Paris 1943. Pour la troisième fois, je retrouve l’immonde, l’abject, le monstrueux, l’infâme (j’en passe et des meilleurs) inspecteur Léon Sadorski (”Sado” pour ses collègues, c’est tout dire !) Pour la troisième fois, la lecture de ce roman m’a profondément secouée ! On aurait pu penser que ses dernières mésaventures (voir l’Étoile jaune de l’inspecteur Sadorski) allait le calmer un tant soit peu : que nenni ! Il est toujours aussi immoral et sans scrupules, ignore jusqu’à l’existence du mot empathie et ne s’apitoie que sur un seul et unique sort : le sien ! Ce salaud est pourtant un flic particulièrement efficace et zélé, en 1943, lorsqu’il s’agit d’arrêter des juifs qu’il exécre, des trafiquants en tous genres ou des résistants qu’il jalouse … Ses plus grandes faiblesses : son immense orgueil et sa lubricité. À l’égard de son épouse tant qu’à celui des femmes qu’il interroge sans ménagement durant son service … Son désir obsessionnel également, pour sa petite voisine juive, Julie Odwak, qu’il a recueillie chez lui après avoir fait interner sa mère, afin de pouvoir l’isoler des autres et se l’approprier … Romain Slocombe n’épargne aucun détail à ses lecteurs. Il est terriblement bien documenté (voir les notes de l’auteur et la bibliographie) J’admire une fois de plus son courage et son culot, pour avoir osé donner naissance à ce policier parisien anti-héros, collabo et antisémite, tout en dénonçant une époque peu reluisante ! Un coup de coeur pour ce troisième volet qui est mon préféré - même si sa lecture n’est pas rose … -
    Lire la suite
    En lire moins
  • CelineTH7854 Posté le 31 Août 2019
    Quelque peu déçue par ce 3e tome... La 4e de couverture nous laisse entrevoir une histoire qui n'est pas vraiment celle qui est finalement racontée. Tout ce qui est de sûr, c'est que Sadorski s'enfonce toujours plus, entre intérêt et cruauté. Et comme les autres tomes, celui-ci s'arrête en pleine action, on attend donc le prochain avec impatience, malgré tout...
  • quoilire Posté le 20 Février 2019
    Après la chasse, les arrestations de juifs et la participation à la rafle du Vel-d’hiv, on pouvait se demander jusqu’où l’inspecteur Léon Sadorski. Il termine en apothéose (si j’ose dire) en prenant part à la déportation des juifs, en commanditant ou en commettant des assassinats pour assurer ses arrières, tout en continuant ses précédentes malversations d’extorsion de fond ou de récupération des biens. Mais le pire ne vient pas forcément de ce personnage infâme, le pire est l’attitude de la société pendant cette période ou comme l’anecdote des courses à Longchamp qui reprirent une heure à peine après un bombardement alors que les corps et blessés n’ont pas tous été évacués du site. Il faut savoir qu’en fin de livre, l’auteur donne toutes les références documentaires qui lui ont permis de retracer l’histoire de cet inspecteur et des personnes qui ont eu le malheur de croiser son chemin. C’est un travail digne d’un historien, un travail monumental qui rend d’autant plus horrible le livre. C’est donc à la fois un roman extrêmement noire, mais surtout qu’il faudrait lire pour le devoir de mémoire. Lire cette série m’a rappelé un roman étudié en français en classe de quatrième qui m’avait mis en véritable... Après la chasse, les arrestations de juifs et la participation à la rafle du Vel-d’hiv, on pouvait se demander jusqu’où l’inspecteur Léon Sadorski. Il termine en apothéose (si j’ose dire) en prenant part à la déportation des juifs, en commanditant ou en commettant des assassinats pour assurer ses arrières, tout en continuant ses précédentes malversations d’extorsion de fond ou de récupération des biens. Mais le pire ne vient pas forcément de ce personnage infâme, le pire est l’attitude de la société pendant cette période ou comme l’anecdote des courses à Longchamp qui reprirent une heure à peine après un bombardement alors que les corps et blessés n’ont pas tous été évacués du site. Il faut savoir qu’en fin de livre, l’auteur donne toutes les références documentaires qui lui ont permis de retracer l’histoire de cet inspecteur et des personnes qui ont eu le malheur de croiser son chemin. C’est un travail digne d’un historien, un travail monumental qui rend d’autant plus horrible le livre. C’est donc à la fois un roman extrêmement noire, mais surtout qu’il faudrait lire pour le devoir de mémoire. Lire cette série m’a rappelé un roman étudié en français en classe de quatrième qui m’avait mis en véritable claque en me faisant découvrir l’horreur de la Shoah et des camps d’extermination. Même si Romain Slocombe cherche l’exactitude en donnant l’ensemble des dates, lieux, qualités des personnes, du fait des nombreuses histoires en parallèle, le roman est d’une grande fluidité et de se lire à une vitesse folle malgré ses plus de 700 pages.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cvd64 Posté le 12 Décembre 2018
    3ème opus des aventures, enquêtes, fourberies de l'IPA Sadorski mais pas le dernier au regard des quelques phrases en fin de livre, on ne nous a pas encore tout dévoilé sur son avenir, son devenir.

les contenus multimédias

Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.