Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221092019
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1080
Format : 132 x 198 mm

Sherlock Holmes - Tome 1

Une étude en rouge - Le signe des quatre - Les aventures de Sherlock Holmes - Les mémoires de Sherlock Holmes - Le retour de Sherlock Holmes

Collection : Bouquins
Date de parution : 23/12/1999

Au numéro 221 de Baker Street, le docteur Watson, ancien officier de l'armée des Indes, partage un appartement avec Sherlock Holmes. Tantôt celui-ci fume l'opium ou rêve après une piqûre de morphine, tantôt il explore les gazettes du matin ; tantôt il neige à flocons épais, tantôt le brouillard envahit...

Au numéro 221 de Baker Street, le docteur Watson, ancien officier de l'armée des Indes, partage un appartement avec Sherlock Holmes. Tantôt celui-ci fume l'opium ou rêve après une piqûre de morphine, tantôt il explore les gazettes du matin ; tantôt il neige à flocons épais, tantôt le brouillard envahit lentement la rue, mais on sait qu'un cab va s'arrêter, qu'un pas pressé va retentir sur les pavés, que la porte de l'appartement va s'ouvrir pour livrer passage à un inconnu, bouleversé par l'angoisse. Une nouvelle aventure va commencer dans ce domaine propre à Conan Doyle : la magie du rationnel.
Parmi les héros de l'histoire littéraire, Sherlock Holmes a sa place auprès d'Ulysse et de Don Quichotte. Apparemment héros de la raison, Conan Doyle l'enfanta en effet à la fin d'un siècle positiviste où la science semblait s'être révélée capable de résoudre tous les problèmes cosmiques et humains.
Sherlock Holmes est plutôt physicien et chimiste que mathématicien ou psychologue. Alors que Dupin, le détective d'Edgar Poe, raisonne intuitivement en se mettant à la place de l'autre, que Rouletabille, le détective de Gaston Leroux, cherche abstraitement " le bon bout de la raison ", Sherlock Holmes déduit le passé d'un inconnu à une certaine usure de sa canne, du boîtier de sa montre, de ses semelles ou de son haut-de-forme, et le passage clandestin d'un coupable ou d'une victime, aussitôt identifié, à des cendres de cigarette ou au déplacement d'une pendule.
Mais Sherlock Holmes n'est pas que robot génial, car Conan Doyle est un romancier. Le mystère initial, l'émotion qu'il inspire, le démenti qu'il semble souvent porter à la raison, l'angoisse qui en résulte, la menace qui subsiste multipliée par les péripéties, tout conspire à produire une électricité poétique qui persiste lorsque, à la fin, la lumière plus banale de la raison triomphante vient remettre le monde en ordre.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221092019
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1080
Format : 132 x 198 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Syl Posté le 23 Mars 2018
    Le pensionnaire en traitement « – Mais que dois-je faire ? – Voilà. Je loue une maison. Je la meuble. Je paie les domestiques. Je me charge de toutes les dépenses. Tout ce que vous aurez à faire consistera à être assis sur un fauteuil dans votre cabinet de consultations. Vous aurez de l’argent de poche et tout ce dont vous aurez besoin. Puis, vous me versez les trois quarts de vos honoraires et vous gardez le quatrième quart pour vous… » Il est difficile pour Watson de rapporter dans le détail les enquêtes de Holmes car il ne voudrait pas que les lecteurs trouvent ses écrits confus. Que mettre en avant dans ses chroniques ? Simplement les faits concrets ou la tortuosité des brillantes analyses du détective ? Bien souvent les deux se combinent, et alors, le dilemme devient épineux. C’est ce qu’il explique avant d’entamer son récit, une histoire bien surréaliste qui trouve un dénouement beaucoup moins fantaisiste. Nous sommes en octobre, il fait froid, il pleut, et les deux amis pour passer le temps discourent sur « les pensées exprimées ». L’expression des sourcils peut en dire plus long que les mots avec la langue… En cela, Holmes est champion ! Après s’être... Le pensionnaire en traitement « – Mais que dois-je faire ? – Voilà. Je loue une maison. Je la meuble. Je paie les domestiques. Je me charge de toutes les dépenses. Tout ce que vous aurez à faire consistera à être assis sur un fauteuil dans votre cabinet de consultations. Vous aurez de l’argent de poche et tout ce dont vous aurez besoin. Puis, vous me versez les trois quarts de vos honoraires et vous gardez le quatrième quart pour vous… » Il est difficile pour Watson de rapporter dans le détail les enquêtes de Holmes car il ne voudrait pas que les lecteurs trouvent ses écrits confus. Que mettre en avant dans ses chroniques ? Simplement les faits concrets ou la tortuosité des brillantes analyses du détective ? Bien souvent les deux se combinent, et alors, le dilemme devient épineux. C’est ce qu’il explique avant d’entamer son récit, une histoire bien surréaliste qui trouve un dénouement beaucoup moins fantaisiste. Nous sommes en octobre, il fait froid, il pleut, et les deux amis pour passer le temps discourent sur « les pensées exprimées ». L’expression des sourcils peut en dire plus long que les mots avec la langue… En cela, Holmes est champion ! Après s’être dégourdis les jambes dans les ruelles sombres de Londres, à observer et à décrypter la physionomie des passants, ils retournent à Baker Street où ils reçoivent le docteur Perçy Trevelyan, venu sur la requête de son employeur. Le jeune homme, la trentaine un peu défraîchie, commence à raconter nerveusement les raisons de sa présence avant de les prier de l’accompagner à Brook Street… Sans fortune pour continuer ses études sur les maladies nerveuses, et sans fonds pour ouvrir son propre cabinet, Trevelyan avait accepté la surprenante proposition de Mr. Blessington, une personne étrange mais sympathique, qui lui offrait le gite et le couvert, rémunération comprise, pour s’occuper de lui, en plus de la possibilité d’accueillir une clientèle extérieure. Depuis deux ans, le vieil homme (que Trevelyan appelle le pensionnaire en traitement) et lui avaient instauré une petite routine qui n’avait rien de déplaisante, et le cabinet avait acquis une belle clientèle. Mais ce n’est que récemment que tout s’était grippé lorsque Blessington s’était aperçu qu’un intrus était rentré dans sa chambre. Très nerveux et craignant pour sa vie, il lui avait alors demandé d’aller chercher Sherlock Holmes sur le champ, ce que Trevelyan s’était aussitôt empressé de faire, très décontenancé par sa réaction excessive et inquiet pour sa santé. Sans perdre de temps, Holmes, Watson et Trevelyan partent retrouver un Blessington toujours stressé mais peu enclin à répondre avec franchise aux questions de Holmes. On pourrait alors penser que Holmes s’est déplacé pour rien, sauf qu’en repartant de chez Blessington, il avait déjà élucidé une partie de l’affaire, une affaire mettant en cause deux Russes, un fils et un père, venus consulter pour un problème de catalepsie. Jusqu’au lendemain matin où Trevelyan le rappelle… Blessington s’était pendu dans sa chambre, dans le courant de la nuit. « – Je suis dans l’impossibilité de vous conseiller si vous essayer de me mentir, dit-il. – Mais je vous ai tout dit ! Holmes vira sur ses talons avec un geste de dégoût. – Bonne nuit, docteur Trevelyan ! fit-il – Et vous partez sans rien me dire ? s’écria Blessington d’une voix brisée. – Je n’ai qu’un conseil à vous donner, monsieur : dites la vérité. » Un suicide ? Bien sûr que non ! et en quelques explications, Holmes dénoue le nœud du problème. (Chers lecteurs qui passaient par là, ne m’en veuillez pas… le billet est presque aussi long que la nouvelle de Sir Arthur Conan Doyle !) L’intrigue n’a pas une trame théâtrale, ni une conclusion qui peut sembler un peu simple, mais l’intérêt de cette enquête, qui réside surtout dans son ambiance mystérieuse, son approche et sa progression, n’est pas « qui a tué qui ? », mais « pourquoi ? ». Dans la plupart des histoires, il y a toujours un crédule qui amène l’affaire et un rusé, un malfaiteur, qui la conclut. Celle-ci renvoie les personnages du drame quelques années en arrière, avec pour mobile du crime, la vengeance. La nouvelle est parue en 1893 et a été éditée dans le recueil des mémoires. Une histoire que je vous recommande… encore !
    Lire la suite
    En lire moins
  • NigraFolia Posté le 5 Septembre 2017
    Une atmosphère comme nulle autre pareille, héros charismatique et hors norme, un pouvoir de déduction qui met l’intelligence du lecteur à rude épreuve, des déductions fabuleuses et des adversaires à la hauteur. Certes la traduction est parfois un poil légère, mais c’est tellement bon de se replonger dans Sherlock. Un parfum d’enfance. Mention particulière à Une étude en rouge. Une œuvre quasi parfaite d’ Arthur Conan Doyle où la déduction d’après des faits scientifiques de Holmes prend toute sa modernité.
  • py314159 Posté le 28 Mai 2017
    Deux romans et beaucoup de nouvelles pour cette première partie de l'intégrale Sherlock Holmes par Sir Arthur Conan-Doyle. Un vrai de plaisir !
  • yann-frat Posté le 25 Novembre 2014
    Pourquoi j'ai acheté ce livre? Parce que je suis fan de Sherlock Holmes et que c'est l'unique intégrale, or j'en avais marre de courir après des volumes isolés publiés quand un éditeur à un œil qui lui tombe du visage. En gros ça parle de : Ce sont les 5 premiers recueil de nouvelles sur Sherlock Holmes, réunis dans l'ordre chronologique ce qui n'est pas inutile car on se rend compte que l'histoire d'Holmes évolue entre les affaires. On apprend aussi, enfin, pourquoi et comment Holmes et Watson se sont rencontrés et pourquoi ils vivent ensemble. Mon avis à moi que j'ai : Ben c'est du bonheur en barre que voulez-vous que je vous dise. Holmes est ma madeleine de Proust depuis que ma prof de collège me l'a fait découvrir en sixième et depuis je garde cet univers (complet, intellectuel, clos, fascinant) comme une poire pour la soif quand je navigue entre deux lectures plus intenses (ou entre deux films car j'ai aussi l'intégrale de la série télé evidemment). Une déception quand même, il en faut bien une, même en lisant toutes les aventures par ordre chronologique... on ne sait toujours pas exactement d’où sort Moriarty qui n'apparait que pour tuer Sherlock et mourir. Bon... Pourquoi j'ai acheté ce livre? Parce que je suis fan de Sherlock Holmes et que c'est l'unique intégrale, or j'en avais marre de courir après des volumes isolés publiés quand un éditeur à un œil qui lui tombe du visage. En gros ça parle de : Ce sont les 5 premiers recueil de nouvelles sur Sherlock Holmes, réunis dans l'ordre chronologique ce qui n'est pas inutile car on se rend compte que l'histoire d'Holmes évolue entre les affaires. On apprend aussi, enfin, pourquoi et comment Holmes et Watson se sont rencontrés et pourquoi ils vivent ensemble. Mon avis à moi que j'ai : Ben c'est du bonheur en barre que voulez-vous que je vous dise. Holmes est ma madeleine de Proust depuis que ma prof de collège me l'a fait découvrir en sixième et depuis je garde cet univers (complet, intellectuel, clos, fascinant) comme une poire pour la soif quand je navigue entre deux lectures plus intenses (ou entre deux films car j'ai aussi l'intégrale de la série télé evidemment). Une déception quand même, il en faut bien une, même en lisant toutes les aventures par ordre chronologique... on ne sait toujours pas exactement d’où sort Moriarty qui n'apparait que pour tuer Sherlock et mourir. Bon et ben je ne saurais jamais quoi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ay_guadalquivir Posté le 14 Mai 2013
    Je découvre un Sherlock Holmes beaucoup plus fantaisiste et surprenant que la vieille image du fumeur de pipe à la casquette à oreilles. Parce qu'il l'est réellement : consommateur de drogues dures, adepte d'une implacable méthode, inapte à la moindre oisiveté, homme pressé et hyperactif de l'esprit. Aussi parce ces récits sont de la main de Watson, qui n'a de cesse de s'étonner et s'émerveiller des résultats de son colocataire. Parfois dubitatif, toujours convaincu. Il y a aussi chez Conan Doyle une vraie atmosphère. Urbaine dans le Londres des maisons d'ouvriers, l'Angleterre maîtresse de son gigantesque empire. Les intrigues mystérieuses fonctionnent, sans finalement trop d'artifices de détective. Quelque chose de Jules Verne et de Dickens. Une jolie lecture.
Inscrivez-vous à la newsletter de Bouquins
Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.