Lisez! icon: Search engine
Nil
EAN : 9782841119882
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 130 x 205 mm

Vox

Michael BELANO (Traducteur)
Date de parution : 07/03/2019

Jean McClellan est docteure en neurosciences. Elle a passé sa vie dans un laboratoire de recherches, loin des mouvements protestataires qui ont enflammé son pays. Mais, désormais, même si elle le voulait, impossible de s’exprimer : comme toutes les femmes, elle est condamnée à un silence forcé, limitée à un...

Jean McClellan est docteure en neurosciences. Elle a passé sa vie dans un laboratoire de recherches, loin des mouvements protestataires qui ont enflammé son pays. Mais, désormais, même si elle le voulait, impossible de s’exprimer : comme toutes les femmes, elle est condamnée à un silence forcé, limitée à un quota de 100 mots par jour. En effet, le nouveau gouvernement en place, constitué d’un groupe fondamentaliste, a décidé d’abattre la figure de la femme moderne. Pourtant, quand le frère du Président fait une attaque, Jean est appelée à la rescousse. La récompense ? La possibilité de s’affranchir – et sa fille avec elle – de son quota de mots. Mais ce qu’elle va découvrir alors qu’elle recouvre la parole pourrait bien la laisser définitivement sans voix…
Christina Dalcher nous offre avec Vox un roman dystopique glaçant qui rend hommage au pouvoir des mots et du langage.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782841119882
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 130 x 205 mm
Nil

Ils en parlent

« Et si les femmes n'avaient droit qu'à 100 mots par jour ? C'est l'hypothèse glaçante qu'exploré cette fiction politique écrite par une spécialiste américaine de la linguistique. Roman choc traduit dans 17 pays, Vox (éd. Nil) s'inscrit dans l'ère #MeToo et nous fait réfléchir au pouvoir d'émancipation des mots. »
PALOMA DE BOISMOREL / GAEL
« Une dystopie glaçante »
HELENA VILLOVITCH / ELLE
« Une intrigue menée avec brio pour une dystopie sociale fort originale. Ce premier roman de Christina Dalcher, une Américaine énervée, est à ne pas rater. »
HUBERT ARTUS / CAUSETTE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Mousquetaire11 Posté le 6 Novembre 2020
    “L'homme est parole, ses silences ne durent pas.” (Fabienne Kanor tiré de l'ouvrage Humus ). Pourtant, dans une période pas si lointaine et après une élection américaine remportée par un gouvernement puritain extrémiste, les femmes se retrouvent dépourvues progressivement de leurs libertés. Après ne plus avoir le droit de travailler, de lire et contraintes à devenir des femmes aux foyer ... elles se retrouvent réduites au silence. Pour cela, le gouvernement, conseillé par Révérend Carl Corbin a décidé de mettre au poignet de l'ensemble de la population féminine en âge de parler un compte mot. Au bout du 100ème mot prononcé dans la journée, une décharge électrique leur sera envoyée... Nous suivons la vie de Jean McClellan, ancienne docteure en neurosciences qui va tout faire pour sauver l'avenir de Sonia sa fille en acceptant de travailler sur un projet pour le gouvernement. Sa détermination et ses convictions permettront-elles de faire tomber cette société gouvernée par des gens "purs"? Dans la lignée de "La servante écarlate", ce livre fait réfléchir sur le statut que peut avoir la femme alors que, dans un monde idéal, la question ne devrait pas se poser... En tout cas cet ouvrage ne laisse pas indifférent...
  • Despagesetdeslettres Posté le 6 Novembre 2020
    Le Parti fondamentaliste a#768; re#769;ussi a#768; les faire taire. De#769;sormais les femmes sont limite#769;es a#768; 100 mots par jour. Me#770;me pas de quoi partager une recette de cuisine avec une amie. Jean McClellan est soumise au me#770;me re#769;gime que les autres. L’ancienne neurochirurgienne ne travaille plus, voit ses enfants grandir dans un monde sexiste, ne peut montrer un autre mode#768;le a#768; son fils qui conside#768;re ce monde comme la norme et entend les silences de sa fille qu’elles ne peuvent rompre. Malgre#769; le compte-mot qui marque sa peau au fil des mois, Jean McClellan jouit d’un avantage : me#770;me sans activite#769;, elle est toujours conside#769;re#769;e comme la meilleure neurochirurgienne du pays. Et le Parti a besoin d’elle. J’ai bien aime#769; le the#768;me qu’aborde cette dystopie et le personnage principal. La vie de la famille est cre#769;dible, l’histoire aussi. Le texte est e#769;crit de manie#768;re a#768; e#770;tre tre#768;s visuel, ce qui permet d’entrer facilement dans l’histoire qui tient la route. J’ai toutefois une petite re#769;ticence, j’aurais aime#769; que le the#768;me soit creuse#769; plus longtemps ou alors que l’autrice prenne le parti pris de se concentrer davantage vers ce que repre#769;sente le groupe de personnes de la fin. (Difficile d’e#769;voquer ces deux points... Le Parti fondamentaliste a#768; re#769;ussi a#768; les faire taire. De#769;sormais les femmes sont limite#769;es a#768; 100 mots par jour. Me#770;me pas de quoi partager une recette de cuisine avec une amie. Jean McClellan est soumise au me#770;me re#769;gime que les autres. L’ancienne neurochirurgienne ne travaille plus, voit ses enfants grandir dans un monde sexiste, ne peut montrer un autre mode#768;le a#768; son fils qui conside#768;re ce monde comme la norme et entend les silences de sa fille qu’elles ne peuvent rompre. Malgre#769; le compte-mot qui marque sa peau au fil des mois, Jean McClellan jouit d’un avantage : me#770;me sans activite#769;, elle est toujours conside#769;re#769;e comme la meilleure neurochirurgienne du pays. Et le Parti a besoin d’elle. J’ai bien aime#769; le the#768;me qu’aborde cette dystopie et le personnage principal. La vie de la famille est cre#769;dible, l’histoire aussi. Le texte est e#769;crit de manie#768;re a#768; e#770;tre tre#768;s visuel, ce qui permet d’entrer facilement dans l’histoire qui tient la route. J’ai toutefois une petite re#769;ticence, j’aurais aime#769; que le the#768;me soit creuse#769; plus longtemps ou alors que l’autrice prenne le parti pris de se concentrer davantage vers ce que repre#769;sente le groupe de personnes de la fin. (Difficile d’e#769;voquer ces deux points sans spoiler).
    Lire la suite
    En lire moins
  • Dory_bouquine Posté le 3 Novembre 2020
    Imaginez un monde où les femmes sont condamnées au silence, limitées à un quota de 100 mots par jour. Imaginez un bracelet compteur de mots, à votre poignet, qui vous électrocute une fois ce quota dépassé. C'est malheureusement le sort réservé à Jean McClellan et d'autres femmes des États-Unis. Ce livre m'a immédiatement intriguée par son résumé et sans surprise, c'est un coup de cœur ! Les thématiques abordées par ce roman sont intéressantes et importantes. L'autrice dénonce la condition des femmes et leur place dans la société. Dans cette histoire les hommes se pensent supérieurs et tentent de brider les femmes en les empêchant de parler. C'est un gros retour en arrière, au temps où la femme ne servait qu'à s'occuper du foyer et n'avait pas son mot à dire. Ce livre à été une vraie claque. Le récit est poignant, révoltant et fait froid dans le dos ! C'est vraiment terrifiant d'imaginer un monde pareil ! L'histoire se déroule dans un futur proche, c'est très perturbant car cela permet de s'identifier et de s'imaginer dans cette horrible situation. Le récit est vraiment bien construit, je ne suis vraiment pas déçue de cette lecture ! Vox est une dystopie féministe qui pousse... Imaginez un monde où les femmes sont condamnées au silence, limitées à un quota de 100 mots par jour. Imaginez un bracelet compteur de mots, à votre poignet, qui vous électrocute une fois ce quota dépassé. C'est malheureusement le sort réservé à Jean McClellan et d'autres femmes des États-Unis. Ce livre m'a immédiatement intriguée par son résumé et sans surprise, c'est un coup de cœur ! Les thématiques abordées par ce roman sont intéressantes et importantes. L'autrice dénonce la condition des femmes et leur place dans la société. Dans cette histoire les hommes se pensent supérieurs et tentent de brider les femmes en les empêchant de parler. C'est un gros retour en arrière, au temps où la femme ne servait qu'à s'occuper du foyer et n'avait pas son mot à dire. Ce livre à été une vraie claque. Le récit est poignant, révoltant et fait froid dans le dos ! C'est vraiment terrifiant d'imaginer un monde pareil ! L'histoire se déroule dans un futur proche, c'est très perturbant car cela permet de s'identifier et de s'imaginer dans cette horrible situation. Le récit est vraiment bien construit, je ne suis vraiment pas déçue de cette lecture ! Vox est une dystopie féministe qui pousse à réfléchir. Un livre à mettre entre toutes les mains !
    Lire la suite
    En lire moins
  • camilleflrsa Posté le 1 Octobre 2020
    Une dystopie qui fait froid dans le dos ! J'avais vraiment hâte de lire ce livre et je ne suis pas déçue ! Christina Dalcher nous rappelle à quel point notre voix est importante et qu'il faut se battre pour sa liberté. Plus dans mon post Instagram : https://www.instagram.com/p/CFxGQjThO6A/?igshid=1h08ph4mw8xx9
  • MANina33 Posté le 1 Octobre 2020
    VOX est un livre tellement réaliste que ça en devient terrifiant ! La première partie du livre est basé sur l'explication de comment ils sont arrivés à 100 mots par jour et c'est si bien fait qu'on pourrait croire que ça puisse nous arriver aussi ! La seconde partie du livre est consacré à un projet que notre héroïne mène. La fin du livre se finit bien plus ou moins. C'est un livre très intéressant à découvrir pour se faire son propre avis !

les contenus multimédias

Aventurez-vous sur les rives du NiL
Petite maison généraliste à forte personnalité, NiL a toujours défendu avec passion les regards d'auteurs originaux sans se poser la question des genres. Embarquez dès à présent pour recevoir toutes les actualités de NiL !

Lisez maintenant, tout de suite !