Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221135778
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

De la part d'Hannah

Date de parution : 06/03/2014

« Tu es en train de grandir, Hannah, ça n'est jamais facile.
- Ça fait bientôt onze ans que je grandis ! Je vois pas pourquoi ce serait plus difficile aujourd'hui.
- Ça l'est parce que tu arrives à un tournant.
Je voyais pas où elle voulait en venir, mais du coup ça...

« Tu es en train de grandir, Hannah, ça n'est jamais facile.
- Ça fait bientôt onze ans que je grandis ! Je vois pas pourquoi ce serait plus difficile aujourd'hui.
- Ça l'est parce que tu arrives à un tournant.
Je voyais pas où elle voulait en venir, mais du coup ça m'intéressait. Je me suis allongée dans l'eau et j'ai attendu.
- Et parce que tu n'as pas une vie normale.
- Une vie normale, c'est si maman était pas morte ?
- C'est ça. Si tu avais vécu avec ta mère et si ton père avait su l'aider.
Elle a un peu pâli et je me suis demandé si elle regrettait pas d'en avoir trop dit. Comme elle disait plus rien, j'ai repassé dans ma tête ce qu'elle venait de dire.
- L'aider à quoi ? »

Hannah a dix ans et un caractère bien trempé. Elle vient de passer trois ans dans un sanatorium, lorsque, du jour au lendemain, on décrète qu'elle n'est plus malade et doit rejoindre son petit village de Dordogne. À La Chapelle-Meyniac, les cancans des mégères vont bon train. Hannah s'en méfie. En 1961, en pleine guerre d'Algérie, les blessures de la Seconde Guerre mondiale ne sont pas cicatrisées. Rien de pire que les rumeurs, surtout lorsqu'elles concernent votre mère...

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221135778
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LeslecturesdeMaud Posté le 23 Février 2021
    D’emblée l’auteur a su faire rentrer le lecteur dans cette histoire. Nous sommes aux côtés d’Hannah, âgé de 10 ans, nous découvrons sa vie et son quotidien, ses interrogations et ses doutes. Le langage utilisé nous place totalement dans l’époque et dans la tête de la protagoniste principal de ce récit. Elle nous fait vivre son départ du sanatorium, ce jour qu’elle a tant attendu mais qui va lui réserver un retour dans son village auquel elle n’était sûrement pas préparée. Son père et ses grands-parents, même séparés essaient de lui apporter le soutien et les réponses auxquelles elle aspire. Mais c’est sans compter l’époque où tous les sommes valident sont mobilisés pour aller faire la guerre en Algérie, c’est à cette occasion qu’Hannah va découvrir que son passé et ses origines ne sont pas aussi limpides. L’ambiance de village avec ses querelles, ses racontars, son marché, son école et Eglise sont très bien dépeinte par l’auteur ce qui contribue à nous plonger quelques décennies plus tôt, sans oublier les histoires de fesses et les secrets. J’ai vraiment tout apprécié dans cette lecture, les personnages, tranchés, typiques mais aussi énigmatiques. Le contexte historique également est très bien mis en avant... D’emblée l’auteur a su faire rentrer le lecteur dans cette histoire. Nous sommes aux côtés d’Hannah, âgé de 10 ans, nous découvrons sa vie et son quotidien, ses interrogations et ses doutes. Le langage utilisé nous place totalement dans l’époque et dans la tête de la protagoniste principal de ce récit. Elle nous fait vivre son départ du sanatorium, ce jour qu’elle a tant attendu mais qui va lui réserver un retour dans son village auquel elle n’était sûrement pas préparée. Son père et ses grands-parents, même séparés essaient de lui apporter le soutien et les réponses auxquelles elle aspire. Mais c’est sans compter l’époque où tous les sommes valident sont mobilisés pour aller faire la guerre en Algérie, c’est à cette occasion qu’Hannah va découvrir que son passé et ses origines ne sont pas aussi limpides. L’ambiance de village avec ses querelles, ses racontars, son marché, son école et Eglise sont très bien dépeinte par l’auteur ce qui contribue à nous plonger quelques décennies plus tôt, sans oublier les histoires de fesses et les secrets. J’ai vraiment tout apprécié dans cette lecture, les personnages, tranchés, typiques mais aussi énigmatiques. Le contexte historique également est très bien mis en avant et nous comprenons peu à peu les réactions de chacun. La perception de « cette guerre » à travers les différents protagonistes interroge, la France porte encore les stigmates de la seconde guerre mondiale, en effet le rapport à l’Histoire est encore frais, autant que les malheurs et tout ce qui peut en découler. L’auteur a su aussi retranscrire à merveille les pensées, le langage et les interrogations d’une petite fille, qui ayant perdu sa maman très jeune, elle est très débrouillarde et hardie. Les relations entre les enfants, les bagarres, les « on dit » et leurs rôles sont souvent à l’origine de beaucoup de rumeurs qui peuvent aller jusqu’au drame. Les différences violences sont aussi posées par l’auteur, sur une palette, de la taloche en famille, jusqu’à la puissance de l’humiliation publique ou le « jeté en pâture sur la place public ». Un roman à la fois magnifique, tragique, noir, mais qui laisse aussi de la place pour l’Amour et l’espoir. Les émotions du lecteur sont sollicitées à toutes les pages, pour des raisons différentes, mais les situations évoquées ne laissent pas insensible. Forcément le lecteur se sent impliqué au fil des lignes, et parfois se pose comme Hannah beaucoup de questions.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Parcequecmoi78 Posté le 10 Février 2021
    Laurent Malot réussit la prouesse de nous faire vivre dans la tête d’une petite fille qui nous raconte avec son langage, sa façon bien particulière de s’exprimer, une longue année de sa vie, celle de ses 10 ans. Année décisive pour elle à bien des égards. Alors que cela fait 3 ans qu’elle est enfermée dans un sanatorium des Pyrénées pour une tuberculose, on lui apprend qu’en réalité, le diagnostic était erroné, qu’elle n’a rien, qu’elle peut sortir et retourner vivre chez elle. Chez elle, c’est à la Chapelle-Meyniac, petit village de Dordogne, une petite maison où vit son père veuf, indifférent, pour qui elle est invisible. Heureusement, il y a aussi son grand-père Jimino, et sa grand-mère, Martha qui ne vit pas loin. Hannah reprend l’école, redécouvre la vie provinciale avec ses rumeurs, ses non-dits, ses bassesses. Il faut dire que l’histoire se situe au début des années 60, quelques années seulement après la deuxième guerre mondiale, sur fond de guerre d’Algérie. A l’école, c’est clan contre clan, ceux du haut contre ceux du bas. Il n’y a que 2 classes, deux instituteurs. On se croirait dans « la guerre des boutons ». Commence alors pour Hannah une année d’initiation.... Laurent Malot réussit la prouesse de nous faire vivre dans la tête d’une petite fille qui nous raconte avec son langage, sa façon bien particulière de s’exprimer, une longue année de sa vie, celle de ses 10 ans. Année décisive pour elle à bien des égards. Alors que cela fait 3 ans qu’elle est enfermée dans un sanatorium des Pyrénées pour une tuberculose, on lui apprend qu’en réalité, le diagnostic était erroné, qu’elle n’a rien, qu’elle peut sortir et retourner vivre chez elle. Chez elle, c’est à la Chapelle-Meyniac, petit village de Dordogne, une petite maison où vit son père veuf, indifférent, pour qui elle est invisible. Heureusement, il y a aussi son grand-père Jimino, et sa grand-mère, Martha qui ne vit pas loin. Hannah reprend l’école, redécouvre la vie provinciale avec ses rumeurs, ses non-dits, ses bassesses. Il faut dire que l’histoire se situe au début des années 60, quelques années seulement après la deuxième guerre mondiale, sur fond de guerre d’Algérie. A l’école, c’est clan contre clan, ceux du haut contre ceux du bas. Il n’y a que 2 classes, deux instituteurs. On se croirait dans « la guerre des boutons ». Commence alors pour Hannah une année d’initiation. Elle va de découverte en découverte, tout au long des 200 pages : sur sa mère qu’elle croyait morte, sur ses origines, sa religion, ses ancêtres, sur la vie de ses parents avant sa naissance et jusqu’à ses deux ans… Les évènements s’enchainent, le puzzle se construit, tout comme sa vie, son avenir se dessine, empruntant un autre chemin, bien différent de celui aperçu au début du roman. Cette petite fille est volontaire, curieuse, avec un franc parler et une gouaille certaine. On s’amuse à lire ses expressions tellement populaires, argotiques. On se croirait parfois dans un film d’Audiard, mais le langage reste celui d’une fillette. Malgré tout ce qui se passe, les problèmes rencontrés par Hannah, celle-ci reste positive, joyeuse, le ton humoristique est omniprésent. On sait qu’elle s’en sortira. L’épilogue nous le confirmera, avec son changement d’écriture. C’est toujours Hannah qui parle, mais une Hannah adulte, qui a appris à parler correctement le français. Un roman facile et agréable à lire, assez nouveau dans son style narratif, qui nous raconte une histoire prenante qu’on prend plaisir à découvrir. Citations : « C’était ça les ragots, comme du goudron fondu sur les pompes, il en restait toujours des traces. » « Les rumeurs c’est comme les mauvaises herbes, faut les détruire à la racine. » « Tu es en train de grandir, Hannah, ça n’est jamais facile. » « Ce qui m’a frappé, c’est leurs têtes à bouffer de l’avoine dans des gamelles en fer. Pas une pour sourire oy pour porter des couleurs. Ou alors de la couleur fadasse, qui se voit pas, comme des fleurs qui sentent rien. »
    Lire la suite
    En lire moins
  • zouips Posté le 6 Janvier 2021
    Ce roman nous transporte durant l'été 1961. Hannah, 10 ans,sort du sanatorium et rentre chez elle à la Chapelle-Meyniac. Cet été-là, elle va apprendre ,par hasard et par bribes, l'histoire de sa famille , de sa mère qu'elle croyait morte mais qui, en fait, s'est enfuie un matin. Son père ,qui l'élève seul,fuit pour échapper à la mobilisation pour l'Algérie. En parallèle, l’ouverture d'une maison close mobilise les femmes du village qui,elle l'apprendra, cet été-là, furent à l'origine du départ de sa mère. Nous pénétrons dans l'univers d'une petite fille, qui,après avoir découvert l'histoire de sa famille , n'a qu'un désir, venger sa mère. Une poste face nous emmène quinze ans plus tard et nous ravie, avec une fin qui nous tire les larmes. L'auteur a réussi la prouesse de nous mettre à la place de son héroïne . Nous sommes Hannah et nous découvrons son histoire avec l'esprit d'une enfant de 10 ans, où naïveté et incompréhension se succèdent.
  • celine85 Posté le 16 Décembre 2020
    Hannah apprend à l’âge de 10 ans qu’elle va pouvoir rentrer chez elle après avoir passée 3 ans au sanatorium pour rien. Ce n’est pas qu’elle est guérie, elle n’a jamais eu la tuberculose. Elle ne le prend pas bien et on peut la comprendre, pendant cette période elle s’est retrouvée loin de des amis et de sa famille. C’est Jimino son grand père qui vient la chercher pour la conduire dans son village de Dordogne. Elle va vivre avec Jimino et y retrouver son père. Cette petite fille au caractère bien trempé, va nous faire vivre sa vie avec sa réintégration à l’école, ses amis, la vie au village avec l’ouverture d’une maison close et avec les rumeurs qui circule sur sa mère,… avec ses mots son langage. La vie ne l’a pas épargné, une mère qui est partie et dont elle n’a pas de souvenir, un père qui après avoir reçu une lettre de l’armée pour lui dire de se présenter à la caserne pour aller servir en Algérie, préfère déserter et l’abandonner. Mais Hannah va chercher la vérité et se construire. Elle est forte et n’a jamais baissé les bras face aux épreuves de la vie. Laurent... Hannah apprend à l’âge de 10 ans qu’elle va pouvoir rentrer chez elle après avoir passée 3 ans au sanatorium pour rien. Ce n’est pas qu’elle est guérie, elle n’a jamais eu la tuberculose. Elle ne le prend pas bien et on peut la comprendre, pendant cette période elle s’est retrouvée loin de des amis et de sa famille. C’est Jimino son grand père qui vient la chercher pour la conduire dans son village de Dordogne. Elle va vivre avec Jimino et y retrouver son père. Cette petite fille au caractère bien trempé, va nous faire vivre sa vie avec sa réintégration à l’école, ses amis, la vie au village avec l’ouverture d’une maison close et avec les rumeurs qui circule sur sa mère,… avec ses mots son langage. La vie ne l’a pas épargné, une mère qui est partie et dont elle n’a pas de souvenir, un père qui après avoir reçu une lettre de l’armée pour lui dire de se présenter à la caserne pour aller servir en Algérie, préfère déserter et l’abandonner. Mais Hannah va chercher la vérité et se construire. Elle est forte et n’a jamais baissé les bras face aux épreuves de la vie. Laurent Malot a su aborder avec un style fluide de nombreux thèmes et messages à travers le personnage d’Hannah. On s’attache facilement à cette petite fille qui vit des moments difficiles mais qui ne perd rien de sa spontanéité et de son espièglerie. Un livre trouvé dans une boite à livres de ma ville. La couverture avec la photo de cette petite fille m’a donné envie de le lire. Je ne connaissais pas l’auteur, je n’ai même pas lu la 4ème de couverture. Ce livre m’a attiré et je n’ai aucun regret de m’avoir laissé porter au fil des pages car c’est une belle découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ClaudineB Posté le 21 Novembre 2020
    On se laisse happer par une écriture candide, désinvolte et grave à la fois, On s'attache à l'héroïne, petite gamine pleine d'énergie malmenée par la vie, Et surtout : on se laisse emporter par la fin, inattendue et bouleversante.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.