Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714450487
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

La Solitude du docteur March

Date de parution : 08/11/2012

 

Dans le Massachusetts, à Concord, un homme quitte femme et enfants pour s'engager auprès des nordistes. Un père aimant, mari fidèle et abolitionniste convaincu : le docteur March.

Enrôlé comme aumônier, March va bientôt voir ses certitudes ébranler par les atrocités commises sur le champ de bataille. Mais rien n'aurait...

Dans le Massachusetts, à Concord, un homme quitte femme et enfants pour s'engager auprès des nordistes. Un père aimant, mari fidèle et abolitionniste convaincu : le docteur March.

Enrôlé comme aumônier, March va bientôt voir ses certitudes ébranler par les atrocités commises sur le champ de bataille. Mais rien n'aurait pu le préparer à retrouver celle qu'il n'a jamais pu oublier : la belle et douce Grace, une esclave rencontrée vingt ans plus tôt…

Entre attirance tragique et culpabilité dévorante, engagements humanistes et devoirs familiaux, lynchages publics et mise à sac de plantations, March va devoir affronter des épreuves qui le changeront à jamais. Seul face à lui-même, sur une terre où s'effacent les frontières entre le bien et le mal…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714450487
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ils en parlent

« Véracité historique, souci du détail, analyse psychologique toute en finesse. Les ingrédients sont réunis ici pour faire de cette histoire inédite un roman passionnant. »
L'Alsace

« La Solitude du docteur March est un grand livre. Geraldine Brooks y réinvente les genres du roman historique et du récit épistolaire. »
Chicago Tribune

« Porté par une écriture virtuose, un magnifique roman qui dresse un tableau poignant des dommages de la guerre sur les idéaux d’un homme et sur sa relation aux siens. »
Los Angeles Times Book Review

« Finesse de l’analyse, élégance de la prose, pertinence des détails historiques et souffle épique, La Solitude du docteur March témoigne de l’alliance parfaite entre l’érudition et l’imagination. La destinée du docteur March réinventée par Geraldine Brooks est déchirante. »
The Washington Post

« Lumineux et émouvant, le roman de Geraldine Brooks nous plonge au cœur des horreurs et des contradictions de la guerre civile pour souligner la difficulté de vivre avec la conscience de la souffrance humaine. »
Publishers Weekly

« Un roman éblouissant, appuyé sur des recherches méticuleuses et un souffle magistral. »
Bookpage

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Asmostark Posté le 25 Mars 2019
    ✒ La solitude du Docteur March - Geraldine Brooks ✒ Traduction : Isabelle D. Philippe @editionsbelfond On connait tous plus ou moins Les quatre filles du Docteur March soit par le livre soit par le film. On en sait peu sur leur père parti à la guerre, ce livre propose de raconter son histoire. Engagé dans l'armée comme aumônier, le Docteur March se retrouve sur une plantation où il a séjourné deux décennies plus tôt lorsqu'il était un jeune colporteur. À l'époque, Clement le propriétaire lui avait offert gîte et couvert, trouvant sa discussion plaisante et divertissante. Lors de ce séjour le Docteur March se rapproche de l'une des esclaves de maison : Grace. Belle, gracieuse et lettrée, afin de tenir le rôle de dame de compagnie pour la femme impotente de Clement, elle attire la curiosité du Docteur. Séduit et peu au fait des façons du sud, il va avec Grace apprendre la lecture et l'écriture à une petite esclave (ce qui est strictement interdit). Quand Clement va l'apprendre il mettra le jeune March dehors mais avant il le forcera à assister à la punition de Grace : le fouet. Choqué et se sentant coupable il militera des années plus tard... ✒ La solitude du Docteur March - Geraldine Brooks ✒ Traduction : Isabelle D. Philippe @editionsbelfond On connait tous plus ou moins Les quatre filles du Docteur March soit par le livre soit par le film. On en sait peu sur leur père parti à la guerre, ce livre propose de raconter son histoire. Engagé dans l'armée comme aumônier, le Docteur March se retrouve sur une plantation où il a séjourné deux décennies plus tôt lorsqu'il était un jeune colporteur. À l'époque, Clement le propriétaire lui avait offert gîte et couvert, trouvant sa discussion plaisante et divertissante. Lors de ce séjour le Docteur March se rapproche de l'une des esclaves de maison : Grace. Belle, gracieuse et lettrée, afin de tenir le rôle de dame de compagnie pour la femme impotente de Clement, elle attire la curiosité du Docteur. Séduit et peu au fait des façons du sud, il va avec Grace apprendre la lecture et l'écriture à une petite esclave (ce qui est strictement interdit). Quand Clement va l'apprendre il mettra le jeune March dehors mais avant il le forcera à assister à la punition de Grace : le fouet. Choqué et se sentant coupable il militera des années plus tard avec sa femme pour l'abolitionnisme, ils seront membres du chemin de fer clandestin et soutiendront John Brown. Passant d'une époque à l'autre au fil des souvenirs du Docteur March, on découvre la rencontre entre le docteur et sa femme, on dîne avec Henry Thoreau et Waldo Emerson, on patauge sur le champ de guerre, on grille au soleil durant la récolte de coton, on apprend l'alphabet avec "la contrebande de guerre", on assiste aux horreurs des rebelles sudistes, on ressent le doute et la culpabilité du docteur... Ce livre change mon regard sur le classique de Louise May Alcott (que j'avais vu enfant) et me donne envie de le lire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sld09 Posté le 28 Juin 2017
    J'ai bien aimé La solitude du Docteur March même si le thème du roman est des plus sérieux. C'est une réflexion sur l'esclavage, l'engagement et les intérêts de chacun dans la lutte contre l'esclavage, le fossé entre les convictions et les actes, la portée des choix personnels...Tout au long du récit, on croise les personnages du roman de May Alcott, auxquels Géraldine Brooks apporte un nouvel éclairage. On y rencontre aussi des personnages réels de l'époque (auteurs ou penseurs) : John Brown, Henry David Thoreau, etc.Le tout est rédigé d'une plume de maître, toute en retenue et avec la même pudeur que si le Docteur March avait écrit lui-même toutes ces pages.
  • thisou08 Posté le 12 Mars 2017
    Intéressant, historiquement parlant, bien que ce ne soit pas une époque qui me passionne particulièrement.
  • CathLej Posté le 5 Février 2015
    Durant l’année d’absence du docteur March, qui s’est engagé dans les troupes du Nord comme aumônier, nous avions découvert la vie de ses filles et de son épouse dans Les quatre filles du docteur March (Little Women, en version originale,le surnom affectueux que leur avait donné leur père). Que s’est-il passé sur le front ? Qu’a vécu le docteur March ? Qu’est-ce que la guerre aurait changé chez lui ? Géraldine Brooks s’est attachée à nous raconter ce que le docteur March aurait pu vivre pendant un an, mais aussi sa jeunesse, sa rencontre avec Margaret Day, sa future épouse, les naissances successives et l’enfance de ses filles. Elle nous parle aussi du combat de cette famille abolitionniste, qui cachait des esclaves en fuite, au péril de leur vie. C’est tout le portrait d’un homme qu’elle dépeint, ses faiblesses comme sa bonté. Elle ne cherche pas à en faire un modèle, bien au contraire. S’il n’est que gentillesse, le docteur March peut aussi être rigide et maladroit. Son épouse, Margaret, dit Marmée, le perturbe plus d’une fois par son caractère volcanique, bien caché sous l’apparence amidonnée que présentaient la plupart des femmes éduquées de l’époque. Leur couple si parfait dans le roman... Durant l’année d’absence du docteur March, qui s’est engagé dans les troupes du Nord comme aumônier, nous avions découvert la vie de ses filles et de son épouse dans Les quatre filles du docteur March (Little Women, en version originale,le surnom affectueux que leur avait donné leur père). Que s’est-il passé sur le front ? Qu’a vécu le docteur March ? Qu’est-ce que la guerre aurait changé chez lui ? Géraldine Brooks s’est attachée à nous raconter ce que le docteur March aurait pu vivre pendant un an, mais aussi sa jeunesse, sa rencontre avec Margaret Day, sa future épouse, les naissances successives et l’enfance de ses filles. Elle nous parle aussi du combat de cette famille abolitionniste, qui cachait des esclaves en fuite, au péril de leur vie. C’est tout le portrait d’un homme qu’elle dépeint, ses faiblesses comme sa bonté. Elle ne cherche pas à en faire un modèle, bien au contraire. S’il n’est que gentillesse, le docteur March peut aussi être rigide et maladroit. Son épouse, Margaret, dit Marmée, le perturbe plus d’une fois par son caractère volcanique, bien caché sous l’apparence amidonnée que présentaient la plupart des femmes éduquées de l’époque. Leur couple si parfait dans le roman de Louisa May Alcott n’est pas celui de Géraldine Brooks. Cette dernière nous démontre plus d’une fois leur difficulté à se comprendre et à communiquer, notamment en évoquant le choix contestable du docteur, qui part à la guerre, à trente-neuf ans, alors qu’il a quatre filles et une épouse à sa charge et qu’il refuse la violence. Outre ce portrait humain d’un homme tourmenté, c’est aussi celui d’une Amérique ravagée. Par une guerre civile, certes, mais aussi par l’esclavagisme et l’inhumanité qui y règne. Les conditions de vie de ces esclaves ne sont même pas celles d’un animal. Instructif à plus d’un titre, La solitude du docteur March est un roman magnifique, écrit dans un style littéraire d’une grande beauté, véritable plaisir pour l’oreille. C'est aussi un ouvrage d'une grande profondeur, dont on n'en sort pas indemne. Pour une fois, je ne regrette pas que la version française du titre ne soit pas la même que l'originale, sobrement intitulée March. La solitude du docteur March est beaucoup plus subtil et correspond bien à la finesse du portrait dépeint par l'auteur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marcellina Posté le 23 Décembre 2013
    Génial ! Très bien écrit, super bien documenté, un rythme soutenu et surtout, un récit qu'on ne peut pas lâcher ! Si « Les quatre filles du docteur March » est une belle histoire, pleine de tendresse et de courage au féminin, ce roman est l'histoire de son fantôme ou plutôt du personnage toujours absent mais omniprésent en filigrane, le docteur March ! Ce n'est pas une suite, d'ailleurs déjà écrite par son auteur Louisa May Alcott, c'est un récit en parallèle qui respecte le style et surtout l'histoire de cette famille qui vit au rythme des lettres du docteur ; lettres tendres, poétiques, pleine d'amour et de tendresse qui retracent très peu la vie réelle du pasteur en pleine guerre de sécession, en pleine découverte du gouffre entre la réalité philosophique et la réalité tout court ! Chapeau à l'auteure qui d'un beau coup de plume nous offre le questionnement d'un homme bon et cultivé face à une réalité dure et souvent inhumaine avec, en toile de fond, une épouse engagée et quatre filles aimées. Une superbe idée cadeau en cette période de fêtes :-)
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.