Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782348056574
Code sériel : 48
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Le cantique des quantiques

Le monde existe-t-il ?

,

Sven ORTOLI (Auteur, Postface), Jean-Pierre PHARABOD (Auteur, Postface)
Date de parution : 09/04/2020

Élaborée depuis le début du XXe siècle, grâce au travail de quelques physiciens de génie, la mécanique quantique a des implications philosophiques d’une importance sans précédent dans l’histoire de l’humanité, qui nous obligent à considérer sous un jour nouveau les interrogations métaphysiques les plus traditionnelles.
Pour comprendre ces enjeux, les auteurs...

Élaborée depuis le début du XXe siècle, grâce au travail de quelques physiciens de génie, la mécanique quantique a des implications philosophiques d’une importance sans précédent dans l’histoire de l’humanité, qui nous obligent à considérer sous un jour nouveau les interrogations métaphysiques les plus traditionnelles.
Pour comprendre ces enjeux, les auteurs de ce livre – devenu un classique depuis sa parution en 1984 – brossent l’histoire de l’élaboration de la théorie quantique et en exposent les principes fondamentaux. Ils le font en termes simples et sans recours aux mathématiques, grâce à des images insolites et des explications à la portée de tous.
Dans une postface de 2007, ils expliquent les développements récents de la mécanique quantique, et en particulier la très étrange inversion de l’ordre du temps qu’impliquent les expériences « à choix retardé ».

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782348056574
Code sériel : 48
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ils en parlent

L’idée que nous nous faisons du monde est souvent caduque. L’apparition de la mécanique quantique au début du siècle introduit un bouleversement comparable aux découvertes de Newton au XVII e siècle. C’est non seulement la physique, mais aussi le métaphysique, qui allaient s’ouvrir à d’autres horizons, proches de l’imaginaire. Pour bien comprendre toutes les incidences de la théorie quantique, il fallait un livre simple dans le ton et rigoureux dans la forme ne serait-ce que pour endiguer le charlatanisme prospère de quelques scientifiques douteux. Aussi, l’ouvrage de Jean-Pierre Pharabod et Sven Ortoli constitue un événement.

Laurent Lemire / La Croix

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • gerardmuller Posté le 10 Février 2016
    Le Cantique des quantiques/Sven Ortoli Arrivé au terme du petit ouvrage en question , mais ô combien dense pour un néophyte de ma sorte , dont la lecture consciencieuse m’aura tout de même pris trois semaines, je dois reconnaître que ses implications philosophiques et métaphysiques m’ont conduit à une longue réflexion sur le regard qu’il convient à présent de porter sur le monde qui nous entoure dans son ensemble spatio-temporel . Comme je le disais auparavant, la lecture en est relativement simple, seulement quelquefois délicate en raison de l’abstraction de certains thèmes ou plutôt de l’abord de certains aspects de la mécanique quantique. L’insolite et la surprise sont omniprésents, car la vision du monde par la lorgnette quantique verse souvent dans l’irrationnel. Il faut apprendre absolument à penser différemment. J’ai bien aimé les comparaisons imagées pour faire passer la « pilule » quantique et je dois à la vérité de dire que je m’y suis repris à plusieurs lectures pour seulement commencer à comprendre certains passages . Le comportement d’un quanton a de quoi surprendre la plupart du temps, et que ce soit la non commutativité des matrices de Heisenberg, le principe d’incertitude du... Le Cantique des quantiques/Sven Ortoli Arrivé au terme du petit ouvrage en question , mais ô combien dense pour un néophyte de ma sorte , dont la lecture consciencieuse m’aura tout de même pris trois semaines, je dois reconnaître que ses implications philosophiques et métaphysiques m’ont conduit à une longue réflexion sur le regard qu’il convient à présent de porter sur le monde qui nous entoure dans son ensemble spatio-temporel . Comme je le disais auparavant, la lecture en est relativement simple, seulement quelquefois délicate en raison de l’abstraction de certains thèmes ou plutôt de l’abord de certains aspects de la mécanique quantique. L’insolite et la surprise sont omniprésents, car la vision du monde par la lorgnette quantique verse souvent dans l’irrationnel. Il faut apprendre absolument à penser différemment. J’ai bien aimé les comparaisons imagées pour faire passer la « pilule » quantique et je dois à la vérité de dire que je m’y suis repris à plusieurs lectures pour seulement commencer à comprendre certains passages . Le comportement d’un quanton a de quoi surprendre la plupart du temps, et que ce soit la non commutativité des matrices de Heisenberg, le principe d’incertitude du même, les fonctions d’ondes de Schrödinger, le principe de complémentarité de Bohr ou le principe de correspondance du même revu par Ehrenfest, tous ces piliers de la physique quantique nous laissent un arrière goût de mystère. Et la réduction du paquet d’ondes ! De quoi vous flanquer des migraines pour bien voir les conséquences d’une telle découverte. La matière apparaît alors comme probable ou improbable, c’est selon !! Et l’espace , et le temps … idem ! Et l’expérience de Young en lumière monochromatique avec les fentes que nous avions tous abordée en physique de classe terminale nous transporte dans un monde totalement inouï ! Au chapitre du merveilleux, n’oublions pas le principe de réalité qui permet d’aborder le paradoxe EPR, l’indiscernabilité des quantons, le problème quasi insoluble de la mesure avec l’expérience d’Aspect, les variables cachées locales ou non-locales, l’ordre impliqué de Bohm, la remise en question de l’espace par Espagnat, etc… Personnellement , j’ai beaucoup aimé la thèse du prix Nobel de physique 1973, Josephson, qui estime que » notre corps physique serait doublé d’un autre corps qui s’étendrait à travers l’espace et le temps et serait responsable des phénomènes supposés de télépathie, de clairvoyance et de précognition. » Cette thèse me rappelle le prétexte du chef d’œuvre de Jean d’Ormesson, « La douane de mer » ! Que dire encore de l’effet de « décohérence » qui explique beaucoup de chose et qui « a supprimé les termes non diagonaux de la matrice densité » , de la mise en jeu des atomes de Rydberg. Les physiciens font preuve d’une imagination, d’une inventivité et d’une créativité hallucinantes !Et puis le bouquet final , c’est tout de même l’évocation de la non-temporalité du réel de même qu’il y en aurait une non-localité. On en arrive à se demander si l’on existe soit même ! Je crois que l’on doit plus ou moins exister et cela rentre dans le cadre d’une logique ternaire à la Lupasco… !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Olloix Posté le 12 Décembre 2015
    Bon ouvrage d'explication des principes de la mécanique quantique et de leurs conséquences sur notre vision du monde. J'ai notamment apprécié la classification des différentes approches philosophiques que la mécanique quantique peut induire, ainsi que les explications sur les débats entre ses géniteurs...mais je n'ai toujours pas très bien compris l'expérience d'Alain Aspect, ni la violation de l'inégalité de Bell.
  • Anis0206 Posté le 10 Septembre 2015
    la physique quantique et ses implications philosophiques
  • Marc21 Posté le 21 Août 2015
    Twilight Zone est de retour! ou quand la science physique devient irrationnelle. Eh oui, préparez vous au grand voyage dans le monde réel mais virtuel. Virtuel jusqu'à ce qu'un récepteur détecte une particule. Bienvenue dans un monde où le temps lui même est remis en question, il existe et les particules remontent son cours, ou il n'existe pas. Tout devient plus simple. Enfin, simple. C'est vite dit!
  • colimasson Posté le 28 Novembre 2014
    Deux grands noms de la vulgarisation scientifique proposent en 1984 de rendre les théories de la physique quantique accessibles au grand public. La progression se fait en plusieurs étapes. Sven Ortoli et Jean-Pierre Pharabod ne semblent pas avoir oublié la curosité de leurs premiers pas dans le domaine scientifique et restituent efficacement le processus d’une démarche d’immersion quantique. Ils ne négligent pas l’aspect poétique de cette science nouvelle extirpée de l’ancienne physique mécanique. Ils parsèment leurs explications de mises en situation aussi intrigantes que l’exemple des poissons solubles, répartis non pas ponctuellement dans un plan d’eau mais l’envahissant entièrement sous forme d’un champ de probabilités, ou l’exemple des Papous à Paris, permettant ainsi de comprendre la différence entre les variables cachées locales (un projecteur de cinéma assimilé ponctuellement à une salle obscure) et les variables cachées non locales (les ondes électromagnétiques partant d’un endroit défini et qui permettent de diffuser les informations télévisées sur une surface étendue). « Supposons maintenant que la mare représente une boîte absolument vide, à l’exception d’un électron solitaire figuré par le poisson […]. Le dispositif de pêche […] symbolise une sonde introduite dans la boîte et pouvant, d’une façon ou d’une autre, interagir avec l’électron et... Deux grands noms de la vulgarisation scientifique proposent en 1984 de rendre les théories de la physique quantique accessibles au grand public. La progression se fait en plusieurs étapes. Sven Ortoli et Jean-Pierre Pharabod ne semblent pas avoir oublié la curosité de leurs premiers pas dans le domaine scientifique et restituent efficacement le processus d’une démarche d’immersion quantique. Ils ne négligent pas l’aspect poétique de cette science nouvelle extirpée de l’ancienne physique mécanique. Ils parsèment leurs explications de mises en situation aussi intrigantes que l’exemple des poissons solubles, répartis non pas ponctuellement dans un plan d’eau mais l’envahissant entièrement sous forme d’un champ de probabilités, ou l’exemple des Papous à Paris, permettant ainsi de comprendre la différence entre les variables cachées locales (un projecteur de cinéma assimilé ponctuellement à une salle obscure) et les variables cachées non locales (les ondes électromagnétiques partant d’un endroit défini et qui permettent de diffuser les informations télévisées sur une surface étendue). « Supposons maintenant que la mare représente une boîte absolument vide, à l’exception d’un électron solitaire figuré par le poisson […]. Le dispositif de pêche […] symbolise une sonde introduite dans la boîte et pouvant, d’une façon ou d’une autre, interagir avec l’électron et produire alors un signal visible par un observateur. Quand le signal apparaîtra, l’observateur normalement constitué en conclura que l’électron a rencontré la sonde, et qu’auparavant, il se déplaçait dans la boîte. Il aura tort. Avant d’interagir, l’électron occupait toute la boîte, avec une probabilité plus ou moins grande d’être détecté en tel ou tel endroit. C’est comme si avant de mordre le poisson occupait toute la mare, avec des endroits où il était plus dilué et d’autres où il était plus concentré. » La physique quantique se sert des ondes et des probabilités pour décrire le monde, se montrant ainsi incompatible avec la théorie atomique des corpuscules. Surtout utilisée pour décrire les situations microscopiques, elle est parfois déployée à l’échelle macroscopique. Les phénomènes s’expliquent alors par la réduction d’un paquet d’ondes (des probabilités) en un corpuscule (une onde dominante réductible à une vitesse et à une position). En nous faisant comprendre les clivages théoriques qui scindent dès le début des années 80 les scientifiques partisans de la physique quantique, les auteurs relèvent l’audacieux pari de mieux définir ses enjeux en soulignant ses dissensions. On trouve d’un côté les idéalistes, qui estiment que l’état de probabilité se réduit seulement à partir du moment où un observateur devient témoin, et de l’autre côté les matérialistes qui associent la réduction du paquet d’ondes à son interprétation par un appareil de mesure non-humain. Entre ces deux opposés, les partisans positivistes, empiristes et opérationnalistes admettent que la physique quantique ne porte pas sur la réalité, mais sur la connaissance que nous en avons, lorsque d’autres scientifiques tels que David Bohm, Fritjof Capra ou Bernard d’Espagnat se refusent de choisir entre matérialisme et idéalisme, persuadés de l’existence d’une réalité mystérieuse dont esprit et matière ne seraient que deux manifestations complémentaires. La possibilité d’une élucidation des mystères quantiques surviendrait peut-être à condition de renouveler nos concepts de temps et d’espace, ou de remodeler notre configuration de l’univers. Lorsque Feynman, Prix Nobel de physique en 1965, aboutit à des résultats graphiques dans lesquels la flèche du temps se fige ou s’inverse, la science-fiction devient réalité, la philosophie est profond bouleversée et des phénomènes apparemment extérieurs au domaine de la science méritent d’être pris en compte dans un processus de réflexion global. Depuis la publication de ce petit livre efficace, la physique quantique a encore eu le temps de s’éparpiller en de nouvelles réflexions stimulantes. L’assimilation nécessaire du contenu de cet ouvrage permettra à ceux qui se sont sentis enivrés de s’acheminer vers le volume suivant : Métaphysique quantique : Les nouveaux mystères de l’espace et du temps.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !