Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221130278
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Mort en lisière

FRANCOIS DUPUIGRENET-DESROUSS (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 02/11/2017

Un jour, insidieusement, leur quotidien dérape. Sur un souvenir, un incident, une rupture, une prise de conscience. Le constat qu’ils dressent alors de leur propre existence a un goût doux-amer, lucide et ironique. Voilà le lien secret qui unit tous les protagonistes – hommes et femmes, femmes surtout – de...

Un jour, insidieusement, leur quotidien dérape. Sur un souvenir, un incident, une rupture, une prise de conscience. Le constat qu’ils dressent alors de leur propre existence a un goût doux-amer, lucide et ironique. Voilà le lien secret qui unit tous les protagonistes – hommes et femmes, femmes surtout – de chacune de ces dix nouvelles.
Du Canada urbain à celui des grandes étendues sauvages, d’une disparition en montagne au microcosme d’une colonie de vacances, d’une traîtrise amicale à une exquise vengeance amoureuse, Margaret Atwood, l’auteur de La Servante écarlate et de tant d’autres chefs-d’oeuvre (Captive, OEil-de-chat et Le Tueur aveugle, Booker Prize 2000), nous offre dix récits tendres et incisifs qui confirment son intelligence aiguë de la condition humaine, cette sensibilité qui lui vaut une formidable reconnaissance de la part des nombreux lecteurs qu’elle a conquis à travers le monde.

« Diva des lettres à l’humour décapant, la Canadienne Margaret Atwood a tissé au fil des ans une oeuvre magistrale, mêlant polar, fantastique, SF et critique sociale, avec une imagination débordante et une grande inventivité d’écriture. » Le Point.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221130278
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nadiouchka Posté le 7 Octobre 2019
    Cette fois, un peu de littérature d’une auteure canadienne, Margaret Atwood , née à Ottawa et qui vit, à présent, à Toronto. Auteure à succès avec notamment « La Servante écarlate », ici, il s’agit de son cinquième livre : « Mort en lisière » (« Wlderness tips ») - un recueil de nouvelles. Pour ma part, lorsqu’il s’agit de nouvelles, je préfère en citer les titres : * Courrier du cœur, * Un cadeau empoisonné, * Isis dans les ténèbres, * L’homme de la tourbière, * Mort en lisière, (qui donne ainsi le titre du livre), * Les oncles, * Les années de plomb, * Hommage à Molly, * Dans la jungle des familles, * Le mercredi d’une mercenaire. Donc, dix nouvelles – chacune bien différente des autres mais avec un point commun : la vie, l’amour, la mort… On remarque aussi que la plupart du temps, les narratrices sont des femmes qui évoquent souvent des problèmes d’adultère, des mesquineries… On y lit les mœurs de l’époque – chaque nouvelle est brève mais percutante – je préfère ne pas dire laquelle j’ai préférée ni en faire un classement : elles sont toutes excellentes à leur façon. On y trouve des réflexions politiques - d’autres sur l’écologie – sans oublier la position des femmes – mais ce n’est pas tout... Cette fois, un peu de littérature d’une auteure canadienne, Margaret Atwood , née à Ottawa et qui vit, à présent, à Toronto. Auteure à succès avec notamment « La Servante écarlate », ici, il s’agit de son cinquième livre : « Mort en lisière » (« Wlderness tips ») - un recueil de nouvelles. Pour ma part, lorsqu’il s’agit de nouvelles, je préfère en citer les titres : * Courrier du cœur, * Un cadeau empoisonné, * Isis dans les ténèbres, * L’homme de la tourbière, * Mort en lisière, (qui donne ainsi le titre du livre), * Les oncles, * Les années de plomb, * Hommage à Molly, * Dans la jungle des familles, * Le mercredi d’une mercenaire. Donc, dix nouvelles – chacune bien différente des autres mais avec un point commun : la vie, l’amour, la mort… On remarque aussi que la plupart du temps, les narratrices sont des femmes qui évoquent souvent des problèmes d’adultère, des mesquineries… On y lit les mœurs de l’époque – chaque nouvelle est brève mais percutante – je préfère ne pas dire laquelle j’ai préférée ni en faire un classement : elles sont toutes excellentes à leur façon. On y trouve des réflexions politiques - d’autres sur l’écologie – sans oublier la position des femmes – mais ce n’est pas tout … Autant dire que ce petit livre est bien diversifié. Même si je suis pas une grande lectrice de nouvelles, il m’arrive tout de même d’en lire, ne serait-ce déjà que pour la particularité de pouvoir être lues rapidement et d’ en interrompre la lecture une fois une nouvelle lue. (Mais il est également intéressant d’en lire car on déniche, bien souvent, de jolies surprises) – ici, on découvre des « tranches de vie. » Au final puisque je préfère ne pas détailler plus, je dois reconnaître la force littéraire de Margaret Atwood (mais on le savait déjà), aussi bien dans ses romans qu’ici avec ces quelques nouvelles qui sont venues faire un tour et qui sont parties vers d’autres horizons, vers d’autres lecteurs… Il faut se laisser porter par les lignes de cette littérature canadienne que j’aime particulièrement et où les écrivains nous emmènent avec eux, dans ce pays que j’adore (carrément). Donc, vous l’avez compris, ce fut un joli (bien que bref) moment de détente avec une Margaret Atwood qui ne manque pas de nous séduire et elle ne nous a pas fait « un cadeau empoisonné », loin de là.
    Lire la suite
    En lire moins
  • antigoneCH Posté le 24 Février 2019
    Margaret Atwood est surtout connue pour avoir écrit La servante écarlate et son C’est le coeur qui lâche en dernier, deux romans d’anticipation. Il est donc assez étonnant de la découvrir dans un genre très différent, dans ce recueil de nouvelles. Nous sommes ici dans un contexte plus réaliste, qui va de l’après guerre aux années 90. La première nouvelle nous plonge dans un camp de vacances pour riches jeunes garçons, entre tension sexuelle et différences de classe sociale. La deuxième nouvelle nous permet de rencontrer Kat, femme solitaire et de pouvoir, qui apparaît en réalité très vite plus dérangée qu’excentrique. Et je dois dire que j’ai failli abandonner ce recueil au terme des deux premiers récits, à la fois bizarres et désagréables, et à la narration un peu tarabiscotée. Ou peut-être me suis-je faite ensuite à l’écriture de Margaret Atwood ? Tout cela pour dire que j’ai continué avec bien plus de plaisir ma lecture des autres nouvelles, découvrant ainsi finalement une auteure qui excelle dans ce genre. Le thème de la maternité y est présent, bien sûr, mais également l’engagement politique, l’écologie, la position des femmes dans la société, le libre arbitre et cette propension qu’à la vie... Margaret Atwood est surtout connue pour avoir écrit La servante écarlate et son C’est le coeur qui lâche en dernier, deux romans d’anticipation. Il est donc assez étonnant de la découvrir dans un genre très différent, dans ce recueil de nouvelles. Nous sommes ici dans un contexte plus réaliste, qui va de l’après guerre aux années 90. La première nouvelle nous plonge dans un camp de vacances pour riches jeunes garçons, entre tension sexuelle et différences de classe sociale. La deuxième nouvelle nous permet de rencontrer Kat, femme solitaire et de pouvoir, qui apparaît en réalité très vite plus dérangée qu’excentrique. Et je dois dire que j’ai failli abandonner ce recueil au terme des deux premiers récits, à la fois bizarres et désagréables, et à la narration un peu tarabiscotée. Ou peut-être me suis-je faite ensuite à l’écriture de Margaret Atwood ? Tout cela pour dire que j’ai continué avec bien plus de plaisir ma lecture des autres nouvelles, découvrant ainsi finalement une auteure qui excelle dans ce genre. Le thème de la maternité y est présent, bien sûr, mais également l’engagement politique, l’écologie, la position des femmes dans la société, le libre arbitre et cette propension qu’à la vie souvent de faire déraper certaines situations. J’ai au final beaucoup aimé ce recueil de nouvelles (dix au total), vibrant de modernité, au goût doux amer, mais d’une véritable force littéraire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ADAMSY Posté le 14 Octobre 2018
    Recueil de nouvelles. La vie de chacun des personnages est perturbée par le fait d'une rencontre : un amant, un collègue, un(e) ami (e)... Plus j'avançais, plus je me régalais. L'auteur puise dans le tréfonds des personnages, remontant parfois jusque dans leur enfance. Des nouvelles donc plutôt psychologiques où la vengeance a parfois sa place.
  • hmurgia Posté le 23 Juillet 2018
    10 nouvelles dont l’encre qui les imprime sur le papier semble avoir été trempée dans un féminisme concret et brillant. Chacune à sa façon est une peinture des mœurs de l’epoque à laquelle l’auteur l’a écrite, et toutes sont amères sans être pessimistes : dans « Hommage à Molly » le personnage principal négocie au sens propre un rendez-vous « galant » contre un don pour l’association de soutien aux femmes battues, mais elle sait que le sexe est une arme et qu’il lui suffirait de donner une information intime pour ruiner un homme ; dans « Courrier du cœur » , « L’homme de la tourbière » ou « Dans la jungle des familles » les femmes se vengent de l’homme de manière inattendue. Toujours planent l’infidélité et l’amertume, mais aussi la conscience aiguë d’une condition féminine en lutte.
  • Felina Posté le 7 Mai 2018
    Les Éditions Robert Lafont et Margaret Atwood, c'est une véritable histoire d'amour. Dernièrement plusieurs romans sont ainsi parus et moi, ça me convient très bien, sachant que je découvre cette auteure avec plaisir. Sont ainsi passé entre mes mains "Le tueur aveugle", "C'est le coeur qui lâche en dernier" et "La servante écarlate". "Mort en lisière" est un recueil d'une dizaine de nouvelles. Ces tranches de vie sont des extraits de vie de femmes - mais aussi d'hommes - dont le fil a été chahuté par un élément perturbateur tel qu'un accident, de rupture amoureuse, d'amitié, de trahison, de non-dits douloureux, une prise de conscience, etc. Les personnages, heurtés par les aléas de la vie, se retrouvent un instant en lisière de celle-ci et l'analysent d'un esprit clair et lucide. Encore une fois, la plume de Margaret Atwood est fine, précise dans son récit. Elle dépeint des âmes à un moment sensible de leurs existences, oscillant entre passé et présent avec fluidité. Les personnages sont pour la plupart forts, et certains sont même attachants. Les différentes nouvelles ne sont pas toutes du même registre, certaines sont même ironiques voire sarcastiques alors que d'autres sont des constats grinçants. Toutes ne touchent... Les Éditions Robert Lafont et Margaret Atwood, c'est une véritable histoire d'amour. Dernièrement plusieurs romans sont ainsi parus et moi, ça me convient très bien, sachant que je découvre cette auteure avec plaisir. Sont ainsi passé entre mes mains "Le tueur aveugle", "C'est le coeur qui lâche en dernier" et "La servante écarlate". "Mort en lisière" est un recueil d'une dizaine de nouvelles. Ces tranches de vie sont des extraits de vie de femmes - mais aussi d'hommes - dont le fil a été chahuté par un élément perturbateur tel qu'un accident, de rupture amoureuse, d'amitié, de trahison, de non-dits douloureux, une prise de conscience, etc. Les personnages, heurtés par les aléas de la vie, se retrouvent un instant en lisière de celle-ci et l'analysent d'un esprit clair et lucide. Encore une fois, la plume de Margaret Atwood est fine, précise dans son récit. Elle dépeint des âmes à un moment sensible de leurs existences, oscillant entre passé et présent avec fluidité. Les personnages sont pour la plupart forts, et certains sont même attachants. Les différentes nouvelles ne sont pas toutes du même registre, certaines sont même ironiques voire sarcastiques alors que d'autres sont des constats grinçants. Toutes ne touchent pas le lecteur de la même façon, la préférée restant "Un cadeau empoisonné". Le format de la nouvelle est particulier par sa brièveté. L'auteur doit être percutant et efficace. En peu de pages, il doit amener son histoire, la faire monter et conclure (ou pas selon les cas), ce qui demande un esprit de synthèse assez acéré. La nouvelle pourrait très bien convenir à Margaret Atwood, avec sa plume puissante, elle mène son lecteur à la baguette. Mais celui-ci devine tellement de choses non dites derrière tout ça, qu'il ne peut ressentir que manque et frustration. Tout ça pour dire que Margaret Atwood s'apprécie davantage dans un texte long. (...)
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.