Lisez! icon: Search engine

Pas mieux

Robert Laffont
EAN : 9782221191583
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Pas mieux

Date de parution : 22/09/2015

Un sac rose ou une valise?
Un gothique ou un bambin?
Amidonner ou blanchir?
Neverland ou Graceland?
Bibine ou cocaïne?
Billet vert ou billet doux?
La ville ou la cambrousse?
Petite mort ou gros deuil?
La bourse ou la vie?
Pas mieux!
Quinze ans après En moins bien, Emma revient ... Avec le fiston!

EAN : 9782221191583
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Guillaume17 Posté le 19 Août 2019
    Pas mieux ... Bien sûr que si et encore meilleur que le précédent ...
  • TerrainsVagues Posté le 14 Août 2019
    Pas mieux. Si quand même, un peu*. Si « En moins bien » annonçait la couleur, là y a publicité mensongère parce que les mêmes, quinze ans après, ils ont eu le temps de murir leurs vannes. On retrouve avec plaisir notre héros (et quelques uns de nos autres zéros) d' « En moins bien » qui voit réapparaitre son Emma de femme. Elle qui s'était cassée sans laisser de traces au bout de 24 heures de vie commune, rentre à l'écurie juste comme si elle était partie chercher le pain. Un pain surprise et quelle surprise puisqu'un ado de quinze ans l'accompagne. Souvenir d'avant nuit de noces, du temps où tout allait presque plus mieux que l'à peu près pas mal présent. Machin va enfin connaître les plaisirs de la vie de famille avec sa femme et son nain gothique de deux mètres qu'il va devoir apprivoiser. L'aimant à taré d' « En moins bien » n'a pas perdu la main. Barjotland, c'est chez lui. Deux de ses potes de Sandpiper (En moins bien), un japonais fétichiste, un éditeur bling bling, une prof qui réhabiliterait l'éducation nationale chez le premier boutonneux en échec scolaire qui passe, un avocat véreux style coke... Pas mieux. Si quand même, un peu*. Si « En moins bien » annonçait la couleur, là y a publicité mensongère parce que les mêmes, quinze ans après, ils ont eu le temps de murir leurs vannes. On retrouve avec plaisir notre héros (et quelques uns de nos autres zéros) d' « En moins bien » qui voit réapparaitre son Emma de femme. Elle qui s'était cassée sans laisser de traces au bout de 24 heures de vie commune, rentre à l'écurie juste comme si elle était partie chercher le pain. Un pain surprise et quelle surprise puisqu'un ado de quinze ans l'accompagne. Souvenir d'avant nuit de noces, du temps où tout allait presque plus mieux que l'à peu près pas mal présent. Machin va enfin connaître les plaisirs de la vie de famille avec sa femme et son nain gothique de deux mètres qu'il va devoir apprivoiser. L'aimant à taré d' « En moins bien » n'a pas perdu la main. Barjotland, c'est chez lui. Deux de ses potes de Sandpiper (En moins bien), un japonais fétichiste, un éditeur bling bling, une prof qui réhabiliterait l'éducation nationale chez le premier boutonneux en échec scolaire qui passe, un avocat véreux style coke en stock, une nympho sado maso, entourent la petite famille. Les moins tordus sont Elvis et Michael, parce que c'est vrai qu'ils ne sont pas morts le King et Bambi, ils sont dans le bouquin. On sent bien qu'avec ce deuxième livre, Arnaud le Guilcher a trouvé tous les ingrédients à ses futurs succès. Les dialogues sont savoureux et annoncent les terribles « Pile entre deux » et « Ric Rac » qui suivront. Entre deux bières, une clope, une ligne, une baise et un paquet de situations LeGuilchesques, l'amour et la tendresse s'invitent au fil des pages. On n'est pas encore au niveau des deux livres qui suivront mais à l'unanimité de moi-même, j'aurais fait passer Arnaud en classe supérieure si on m'avait demandé mon avis. Une petite remarque malgré tout du genre peu mieux faire car autant les deux premiers tiers du bouquin m'ont embarqué, autant j'ai trouvé que ça s'essoufflait vers la fin. Une fin un peu bâclée. Sensation que j'ai déjà eu sur d'autres de ses titres mais qui ne retire rien au plaisir que j'ai toujours à lire et à apprécier son sens de la formule exceptionnel. J'suis fan m'sieur le Guilcher. Vivement le prochain. *Pardon Lolo, je viens de relire ton billet et mon début ressemble carrément au tien. Pour les droits d'auteur tu me donneras ta facture
    Lire la suite
    En lire moins
  • Iboo Posté le 16 Novembre 2018
    Ma chronique va être courte mais je ne pouvais pas fermer ce livre sans le saluer au même titre que j'ai salué les cinq autres. Toujours aussi épatée, transportée, amusée, cueillie. Et cette tendresse enrobée de pudeur, genre "même pas mal !" qui nous fait un petit scrouch-scrouch dans le cœur... Je serai au rendez-vous pour ton septième, Arnaud. Mais prends le temps qu'il te faut et ne te gâche jamais.
  • Saintlaurentdupont Posté le 14 Octobre 2017
    15 ans après "En moins bien", on prend les mêmes et on recommence. Emma (la femme du héro) est revenue avec le fils (né au premier opus). L'alcool coule à flot (comme dans le premier livre) mais en plus, il neige de la poudre. A croire que l'auteur en a pris. Car "Pas mieux", c'est à la fois 'n'importe quoi" et "vraiment moins bien" que '"En moins bien". Comment s’appellera le troisième opus de la série ? Je mise sur "Rien ne va plus".
  • Johnbelmond Posté le 29 Août 2017
    Vraiment, on a envie d'être le copain du héro.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.