RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Sur le toit de l'enfer

            Robert Laffont
            EAN : 9782221221228
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Sur le toit de l'enfer

            Johan-Frédérik HEL GUEDJ (Traducteur)
            Collection : La Bête noire
            Date de parution : 06/09/2018
            « Les tueurs voient l’enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs… »

            Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d’un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec...

            Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d’un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages… et ses vêtements ensanglantés.
            Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s’en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut…
            Une auteure au talent magistral.
            Un thriller au rythme implacable.
            Une héroïne d’une extraordinaire humanité.

            « L’Italie tient enfin sa reine du thriller ! » Sandrone Dazieri.
            « Inoubliable ! » Donato Carrisi.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221221228
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Robert Laffont
            13.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Piuma_bookworld Posté le 13 Mars 2019
              L’auteure nous entraine dans les montagnes du Friuli, au sein d’un petit village nommé Travenì perdu au milieu d’une grande forêt. #9888;️#9888;️ avis aux villageois qui s’évertuent à empiéter les sentiers de la forêt, méfiez-vous de ne pas réveiller la bête sauvage qui s’y cache, cela pourrait avoir des conséquences qui causeraient énormément de remous. A moins qu’il ne soit déjà trop tard ... ____________________________ ❌Personnellement, j’ai été mitigée pour cette lecture, certaines choses m’ont quelque peu dérangées, notamment la forte ressemblance avec le style de Donato Carrisi. Justement l’auteure s’est vue attribuer le surnom de « la Donato Carrisi au féminin » et je n’ai pas réussi à me détacher de Carrisi effectivement ... Mais il y aussi le fait que j’ai trouvé que l’intrigue tirait en longueur. Ici, le but n’est pas le dénouement de l’enquête mais plutôt l’élaboration d’un profil criminel qui ne ressemble à aucun autre. « Cet animal sauvage » n’est que la victime collatérale de la malveillance d’autrui. _____________________________ #9989; Néanmoins, là où l’auteure se démarque c’est par cette dimension de sensibilité qui se dégage. C’est le gros atout de ce thriller psychologique. Nous avons affaire à un caméléon identitaire. D’ailleurs tout Homme a en lui une... L’auteure nous entraine dans les montagnes du Friuli, au sein d’un petit village nommé Travenì perdu au milieu d’une grande forêt. #9888;️#9888;️ avis aux villageois qui s’évertuent à empiéter les sentiers de la forêt, méfiez-vous de ne pas réveiller la bête sauvage qui s’y cache, cela pourrait avoir des conséquences qui causeraient énormément de remous. A moins qu’il ne soit déjà trop tard ... ____________________________ ❌Personnellement, j’ai été mitigée pour cette lecture, certaines choses m’ont quelque peu dérangées, notamment la forte ressemblance avec le style de Donato Carrisi. Justement l’auteure s’est vue attribuer le surnom de « la Donato Carrisi au féminin » et je n’ai pas réussi à me détacher de Carrisi effectivement ... Mais il y aussi le fait que j’ai trouvé que l’intrigue tirait en longueur. Ici, le but n’est pas le dénouement de l’enquête mais plutôt l’élaboration d’un profil criminel qui ne ressemble à aucun autre. « Cet animal sauvage » n’est que la victime collatérale de la malveillance d’autrui. _____________________________ #9989; Néanmoins, là où l’auteure se démarque c’est par cette dimension de sensibilité qui se dégage. C’est le gros atout de ce thriller psychologique. Nous avons affaire à un caméléon identitaire. D’ailleurs tout Homme a en lui une part primitive et sauvage c’est dans sa nature. Mais pour vivre et survivre, l’homme a ce besoin d’être lié aux autres. Il a besoin de ses semblables pour s’épanouir et pour son équilibre identitaire. L’homme n’est pas un animal qui est fait pour marcher seul...
              Lire la suite
              En lire moins
            • Pollux246 Posté le 6 Février 2019
              Coucou les mordus, dur dur de s'accorder du temps en ce moment avec mon travail, réunion, rdv parents...vivement les vacances, j'ai quand même réussie à lire "sous le toit de l'enfer" d'Ilaria Tuti Résumé : Dans les montagnes sauvages du frioul, en Italie? Le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le cœur tendre, est appelée sur les lieux du crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. A côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages...et ses vêtements ensanglantés. Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute: le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s'en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut... Mon avis : Difficile de lâcher ce livre avant la fin, le commissaire Teresa Battaglia est attachante, sa façon d'analyser est captivante. On a envie de savoir qui et pourquoi. D'autant plus que ce polar se rattache à une expérience psychiatrique qui a vraiment eu lieu dans une période qu'on préférerait n'avoir jamais existé. Envie de suivre cette écrivaine... Coucou les mordus, dur dur de s'accorder du temps en ce moment avec mon travail, réunion, rdv parents...vivement les vacances, j'ai quand même réussie à lire "sous le toit de l'enfer" d'Ilaria Tuti Résumé : Dans les montagnes sauvages du frioul, en Italie? Le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le cœur tendre, est appelée sur les lieux du crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. A côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages...et ses vêtements ensanglantés. Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute: le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s'en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut... Mon avis : Difficile de lâcher ce livre avant la fin, le commissaire Teresa Battaglia est attachante, sa façon d'analyser est captivante. On a envie de savoir qui et pourquoi. D'autant plus que ce polar se rattache à une expérience psychiatrique qui a vraiment eu lieu dans une période qu'on préférerait n'avoir jamais existé. Envie de suivre cette écrivaine dans son œuvre et sa façon de rendre son héroïne humaine avec sa propriété histoire qui se mêle à la course à l'homme. Un livre à lire absolument Avis : ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️/5
              Lire la suite
              En lire moins
            • Nat_85 Posté le 29 Janvier 2019
              Jamais ils n’auraient du s’aventurer dans cette partie de la forêt…En créant un nouveau domaine skiable dans ce petit village de Travenì ils allaient réveiller la monstruosité d’un tueur en série. » Sur le toit de l’enfer « de Ilaria Tuti est un roman publié aux éditions Robert Laffont dans la collection La Bête Noire en 2018, véritable révélation italienne ! En 1978, aux abords de la frontière italo-autrichienne, dans une école transformée en orphelinat, Magdalena, une nouvelle infirmière, découvre l’insoutenable quotidien d’enfants livrés à des expériences médicales… La règle y est pourtant simple : « Vois. Observe. Oublie. » p. 12 : » Elle plongea la main dans la poche de son uniforme. Ses doigt effleurèrent le tissu rêche de la cagoule. Elle la sortit et se l’enfila sur le visage. Une fine résille protégeait aussi les yeux, voilant le monde extérieur. C’était le règlement. « Aujourd’hui. Lorsque la commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, arrive sur les lieux d’un nouveau crime, dans les montagnes sauvages du Frioul en Italie, elle ne peut que constater la singularité de la scène : la victime, dépouillée de ses vêtements, a été méticuleusement entourée de pièges pour empêcher les animaux de... Jamais ils n’auraient du s’aventurer dans cette partie de la forêt…En créant un nouveau domaine skiable dans ce petit village de Travenì ils allaient réveiller la monstruosité d’un tueur en série. » Sur le toit de l’enfer « de Ilaria Tuti est un roman publié aux éditions Robert Laffont dans la collection La Bête Noire en 2018, véritable révélation italienne ! En 1978, aux abords de la frontière italo-autrichienne, dans une école transformée en orphelinat, Magdalena, une nouvelle infirmière, découvre l’insoutenable quotidien d’enfants livrés à des expériences médicales… La règle y est pourtant simple : « Vois. Observe. Oublie. » p. 12 : » Elle plongea la main dans la poche de son uniforme. Ses doigt effleurèrent le tissu rêche de la cagoule. Elle la sortit et se l’enfila sur le visage. Une fine résille protégeait aussi les yeux, voilant le monde extérieur. C’était le règlement. « Aujourd’hui. Lorsque la commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, arrive sur les lieux d’un nouveau crime, dans les montagnes sauvages du Frioul en Italie, elle ne peut que constater la singularité de la scène : la victime, dépouillée de ses vêtements, a été méticuleusement entourée de pièges pour empêcher les animaux de s’approcher, et est gardée par un épouvantail recouvert des vêtements ensanglantés de la victime. Le profil psychologique du tueur s’avère complexe, et laisse la commissaire Battaglia – dont le professionnalisme n’est plus à prouver – perplexe. p. 47 : » – Je ne réussis pas à le cerner, et c’est la première fois que cela m’arrive. Je ne parviens pas à me faire une idée de l’individu auquel je suis confrontée. « Après identification par le médecin légiste, la victime se nomme Robert Valent. Il était ingénieur civil et responsable du chantier de création d’un nouveau domaine skiable à Travenì… À la difficulté de cette nouvelle enquête vient s’ajouter l’arrivée maladroite d’une nouvelle recrue : l’inspecteur Massimo Marini. Investi dans sa nouvelle mission, il enchaîne les bourdes auprès d’un commissaire acariâtre et exigent ! Mais au fur et à mesure, Teresa se confit sur les raisons de son mal être. L’événement qu’elle appréhendait se produit pourtant. Un deuxième corps est retrouvé, mutilé mais vivant ! Pourquoi ? À la fois brouillon et méthodique, désorganisé mais lucide, l’enquête semble se tourner vers un tueur en série. Mais la dimension rituelle de son mode opératoire semble totalement inédit et balaye toutes les études psychologiques quant à son profil. p. 84 : » La criminologie […] c’est de l’interprétation. C’est de la probabilité, de la statistique. Jamais une certitude. « Ils devaient trouver au plus vite l’assassin et arrêter la traînée de sang qu’il laissait derrière lui. C’est alors que le témoignage des enfants du village va se révéler déterminant quant à l’avancée de l’enquête en délivrant la pièce manquante au macabre puzzle. Car ces enfants constituaient une entité, une famille les uns pour les autres. C’est pourquoi ils protégeaient leur secret. p. 238 : » – Je crois que ce que les victimes ont en commun, ce sont eux, dit-elle finalement. Les enfants. « Si l’intrigue est intelligemment menée, je mets un petit bémol sur la longueur de certains passages. Les allers-retours entre passé et présent constituent la base de ce roman. La commissaire Battaglia est sans conteste le personnage à part entière de ce thriller psychologique. À la fois détestable et attachante, elle mène le lecteur comme elle mène son équipe d’enquêteurs : sans concession. Cependant, ce brin de femme si forte en apparence se confie dans un journal qu’elle décide de tenir pour parer à l’évolution de sa maladie. Sa carapace se fissure, laissant place à une détermination et une humanité bouleversantes ! Les faits historiques mentionnés dans ce roman ont été une réelle découverte pour ma part. En effet, l’expérience menée en 1945 par un psychanalyste autrichien Spitz, dont le but était d’observer les effets de la privation affective sur des nouveaux-nés, est édifiante et décrit une fois encore l’atrocité du nazisme.
              Lire la suite
              En lire moins
            • 77didier Posté le 7 Janvier 2019
              Si vous ne craignez pas des moments un peut dur je vous le conseille. pour le premier livre de Ilaria Tuti je me suis régalé on reste collé au livre. Super.
            • MAPATOU Posté le 31 Décembre 2018
              Ce sont toutes les critiques dithyrambiques lues sur le net qui m’ont donné envie de lire ce roman policier. Et je ne l’ai pas regretté. Aux abords d’un village situé dans une vallée sauvage des montagnes du Frioul, le corps d’un homme dénudé et énucléé est découvert. Près de son corps, le meurtrier a dressé un épouvantail vêtu des habits de sa victime. La commissaire chargée de l’enquête, Teresa Battaglia, spécialiste du profilage, pense aussitôt avoir affaire à un tueur en série et s’attend à d’autres victimes. Les faits lui donneront raison. Si le premier chapitre m’a mise un peu mal à l’aise, car je n’aime pas du tout les descriptions de mutilations, j’ai rapidement été happée par l’histoire et surtout par le personnage de Teresa Battaglia qui m’a beaucoup fait penser à l’inspectrice-chef Vera Stanhope de la série « Les enquêtes de Vera » diffusée sur France 3 : même âge, même caractère bougon cachant des blessures anciennes et tentant de dissimuler à son équipe de profondes qualités humaines. Mais surtout, ce qui m’a époustouflée, c’est le virage pris par l’histoire. En effet, il ne s’agit pas ici d’un tueur qui agirait sous l’emprise d’une pathologie psychologique grave mais d’un homme lui-même victime... Ce sont toutes les critiques dithyrambiques lues sur le net qui m’ont donné envie de lire ce roman policier. Et je ne l’ai pas regretté. Aux abords d’un village situé dans une vallée sauvage des montagnes du Frioul, le corps d’un homme dénudé et énucléé est découvert. Près de son corps, le meurtrier a dressé un épouvantail vêtu des habits de sa victime. La commissaire chargée de l’enquête, Teresa Battaglia, spécialiste du profilage, pense aussitôt avoir affaire à un tueur en série et s’attend à d’autres victimes. Les faits lui donneront raison. Si le premier chapitre m’a mise un peu mal à l’aise, car je n’aime pas du tout les descriptions de mutilations, j’ai rapidement été happée par l’histoire et surtout par le personnage de Teresa Battaglia qui m’a beaucoup fait penser à l’inspectrice-chef Vera Stanhope de la série « Les enquêtes de Vera » diffusée sur France 3 : même âge, même caractère bougon cachant des blessures anciennes et tentant de dissimuler à son équipe de profondes qualités humaines. Mais surtout, ce qui m’a époustouflée, c’est le virage pris par l’histoire. En effet, il ne s’agit pas ici d’un tueur qui agirait sous l’emprise d’une pathologie psychologique grave mais d’un homme lui-même victime de la folie d’un autre. Impossible d’en dire plus pour ne pas gâcher le plaisir du futur lecteur ! Enfin, il y a l’ambiance de ce village de Travèni où les secrets sont bien gardés, voire enfouis afin de protéger le village et la vallée au détriment des individus. J’ai adoré ce polar italien qui n’a rien a envié à ceux venus de Scandinavie.
              Lire la suite
              En lire moins
            Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
            Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.