En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Sur le toit de l'enfer

        Robert Laffont
        EAN : 9782221221228
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Nouveauté
        Sur le toit de l'enfer

        Johan-Frédérik HEL GUEDJ (Traducteur)
        Collection : La Bête noire
        Date de parution : 06/09/2018
        « Les tueurs voient l’enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs… »

        Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d’un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec...

        Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d’un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages… et ses vêtements ensanglantés.
        Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s’en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut…
        Une auteure au talent magistral.
        Un thriller au rythme implacable.
        Une héroïne d’une extraordinaire humanité.

        « L’Italie tient enfin sa reine du thriller ! » Sandrone Dazieri.
        « Inoubliable ! » Donato Carrisi.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221221228
        Façonnage normé : EPUB3
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Robert Laffont
        13.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Emeline62 Posté le 14 Octobre 2018
          J'ai découvert ce livre grâce à la newletter de Babélio, j'ai apprécié l'histoire dans son ensemble, l'histoire est un peu longue à démarrer, dans les premiers chapitres on revient souvent en 1978, puis on repasse à de nos jours, ce qui peut parfois être perturbant. Il n'y a pas un suspense intense comme dans certains livres où on est pressé de tourner les pages ou tenté d'aller voir la fin, mais l'intrigue est quand même présente. Je me suis attaché au personnage du "tueur", un pauvre enfant sur lequel on a mené des expériences. Au final j'ai aimé ce livre. Merci à Babélio de m'avoir fait découvrir ce livre.
        • ktycat Posté le 14 Octobre 2018
          Résumé du livre pour ne pas spoiler trop (je n'en dirai pas plus concernant l'histoire dans ma critique) : " Les tueurs voient l'enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs... " Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d'un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages... et ses vêtements ensanglantés. Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s'en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut... --- A force de lire des thrillers et d'aimer ce genre, on trouve que beaucoup de livres se ressemblent car ils restent plus ou moins cantonnés à la "simple" élucidation d'un meutre ou de l'enquête pour arrêter un tueur en série. Dans Sur le toit de l'enfer, ça n'a rien à voir.... Résumé du livre pour ne pas spoiler trop (je n'en dirai pas plus concernant l'histoire dans ma critique) : " Les tueurs voient l'enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs... " Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d'un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages... et ses vêtements ensanglantés. Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s'en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut... --- A force de lire des thrillers et d'aimer ce genre, on trouve que beaucoup de livres se ressemblent car ils restent plus ou moins cantonnés à la "simple" élucidation d'un meutre ou de l'enquête pour arrêter un tueur en série. Dans Sur le toit de l'enfer, ça n'a rien à voir. Et j'ai eu la bêtise de penser, en débutant cette lecture, qu'Ilaria Tuti nous contait une n-ième histoire de ce genre. Les descriptions des paysages sont vraiment intéressants et si on aime un tant soi peu la nature, on y plonge avec délectation. On a également bien là un véritable thriller psychologique avec des personnages qui semblent tellement réels avec de la profondeur dans leur caractères et surtout de l'humanité avec leurs doutes. On accompagne avec clarté le cheminement de pensée de Teresa et on semble faire corps avec elle, on ressent totalement ses émotions et j'aime particulièrement son côté maternel qu'elle aimerait tant pouvoir partager. C'est là toute la force de frappe de l'autrice qui nous rend tous ses personnages réels. Mais ce qui m'a également totalement conquise, c'est de voir qu'au final, le meurtre de départ n'est presque qu'une "excuse" pour plonger dans quelque chose de plus grand en abordant des thèmes humains : l'abandon, la solitude, la mort, le besoin social,... L'humain en soi. J'ai aussi énormément apprécié l'omniprésence des enfants qui montrent, par leur force et détermination, comme ils sont souvent plus intelligents et "éthiques" que leurs aînés. Le style d'écriture m'a conquise, franc, dynamique, efficace et pourtant avec beaucoup de sentiment et d'émotion. Je met une demi-étoile en moins pour certains passages un peu biscornus quand on suit Andreas qui n'est censé pas tout comprendre au monde "social". Mais ce livre est véritablement un coup de coeur et j'espère pouvoir lire d'autres romans de cette autrice qui est une très belle découverte !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Ptitnam Posté le 12 Octobre 2018
          Une superbe ambiance feutrée, mystérieuse ds cette province italienne quasi inaccessible. Ajoutez à cela 1 meurtre sauvage, la place omniprésente des enfants....une communauté villageoise qui vit retirée du monde et qui garde de profonds secrets. Tous les ingrédients y sont. Saupoudrez de références historiques très bien documentées sur "la dépression anaclitique" des enfants. Et enfin un personnage principal Teresa Battaglia une femme mûre, au caractère bien trempé, mais pleine d'empathie, à l humanité débordante, qui se bat contre la maladie. Ses réparties cinglantes sont un vrai délice, ses tourments un vrai supplice. Hâte de la retrouver très vite Résumé " Les tueurs voient l'enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs... " Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d'un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages... et ses vêtements ensanglantés. Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler... Une superbe ambiance feutrée, mystérieuse ds cette province italienne quasi inaccessible. Ajoutez à cela 1 meurtre sauvage, la place omniprésente des enfants....une communauté villageoise qui vit retirée du monde et qui garde de profonds secrets. Tous les ingrédients y sont. Saupoudrez de références historiques très bien documentées sur "la dépression anaclitique" des enfants. Et enfin un personnage principal Teresa Battaglia une femme mûre, au caractère bien trempé, mais pleine d'empathie, à l humanité débordante, qui se bat contre la maladie. Ses réparties cinglantes sont un vrai délice, ses tourments un vrai supplice. Hâte de la retrouver très vite Résumé " Les tueurs voient l'enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs... " Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d'un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages... et ses vêtements ensanglantés. Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s'en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut...
          Lire la suite
          En lire moins
        • delfina Posté le 10 Octobre 2018
          Ilaria Tuti nous livre un roman policier très bien construit et assez prenant même si le rythme se rapproche plus des enquêtes scandinaves que françaises voire américaines. En effet, pas de courses poursuites, d’actions extravagantes et de cliffhangers haletants… Seulement, des enquêteurs qui se triturent les méninges pour trouver qui tue dans la petite ville de Traveni et ses alentours. Les meurtres sont horribles mais l’auteure ne tombe jamais dans le gore en nous décrivant les corps. Le commissaire Battaglia et son équipe dont l’inspecteur Marini qui vient de prendre son poste et qui subit les foudres de sa supérieure, ont du mal à cerner le tueur même quand il leur file entre les doigts à quelques secondes près… Une enquête difficile, un petit village qui se replie sur lui-même et garde ses secrets, un environnement naturel difficile, voilà ce qui attend le commissaire et les lecteurs. L’auteure n’oublie pas la psychologie des personnages, des victimes et des bourreaux. La partie sur le syndrome de privation affective est courte mais très intéressante. Sur le toit de l’enfer d’Ilaria Tuti est une bonne découverte et je souhaite qu’il en soit de même les prochaines enquêtes de Battaglia et Marini. Je remercie Babelio ainsi que... Ilaria Tuti nous livre un roman policier très bien construit et assez prenant même si le rythme se rapproche plus des enquêtes scandinaves que françaises voire américaines. En effet, pas de courses poursuites, d’actions extravagantes et de cliffhangers haletants… Seulement, des enquêteurs qui se triturent les méninges pour trouver qui tue dans la petite ville de Traveni et ses alentours. Les meurtres sont horribles mais l’auteure ne tombe jamais dans le gore en nous décrivant les corps. Le commissaire Battaglia et son équipe dont l’inspecteur Marini qui vient de prendre son poste et qui subit les foudres de sa supérieure, ont du mal à cerner le tueur même quand il leur file entre les doigts à quelques secondes près… Une enquête difficile, un petit village qui se replie sur lui-même et garde ses secrets, un environnement naturel difficile, voilà ce qui attend le commissaire et les lecteurs. L’auteure n’oublie pas la psychologie des personnages, des victimes et des bourreaux. La partie sur le syndrome de privation affective est courte mais très intéressante. Sur le toit de l’enfer d’Ilaria Tuti est une bonne découverte et je souhaite qu’il en soit de même les prochaines enquêtes de Battaglia et Marini. Je remercie Babelio ainsi que les éditions Laffont qui m’ont permis de découvrir Sur le toit de l’enfer lors d’une Masse Critique.
          Lire la suite
          En lire moins
        • BlackKat Posté le 8 Octobre 2018
          Teresa Battaglia, commissaire sexagénaire, au talent de profilage certain, doit faire face à un meurtre atypique qui ne peut rester isolé. Oui mais voilà, le cadre est particulier. Dans ces montagnes italiennes, l'esprit de village est solidement ancré et son enquête ne va pas en être facilitée. Surtout qu'elle doit également gérer ses soucis de santé et l'arrivée d'un jeune inspecteur bien orgueilleux, Massimo Marini... Malgré des chapitres courts, l'intrigue est un peu lente et parfois décousue à mon goût. Mais le thème abordé est très intéressant. Comme rappelé en Note de l'auteur, "l'étude des effets dévastateurs du syndrome de privation affective sur les nouveaux-nés (...) a été conduite par René Spitz, psychanalyste (...). Émigré aux États-Unis avant la Seconde Guerre Mondiale, ce médecin hongrois naturalisé américain a mis en exergue les conséquences de la carence affective maternelle chez les bébés et très jeunes enfants.  Et ce thème alimente l'intrigue de ce thriller psychologique au travers de la construction et du passé d'Andreas, et des flash backs de l'orphelinat.  Ce que subit un enfant, il l'emmène bien loin dans sa vie d'adulte... L'auteur a su développer ce côté psychologique de manière fine, tout en développant la psyché de ses personnages principaux, et j'ai beaucoup apprécié ce schéma... Teresa Battaglia, commissaire sexagénaire, au talent de profilage certain, doit faire face à un meurtre atypique qui ne peut rester isolé. Oui mais voilà, le cadre est particulier. Dans ces montagnes italiennes, l'esprit de village est solidement ancré et son enquête ne va pas en être facilitée. Surtout qu'elle doit également gérer ses soucis de santé et l'arrivée d'un jeune inspecteur bien orgueilleux, Massimo Marini... Malgré des chapitres courts, l'intrigue est un peu lente et parfois décousue à mon goût. Mais le thème abordé est très intéressant. Comme rappelé en Note de l'auteur, "l'étude des effets dévastateurs du syndrome de privation affective sur les nouveaux-nés (...) a été conduite par René Spitz, psychanalyste (...). Émigré aux États-Unis avant la Seconde Guerre Mondiale, ce médecin hongrois naturalisé américain a mis en exergue les conséquences de la carence affective maternelle chez les bébés et très jeunes enfants.  Et ce thème alimente l'intrigue de ce thriller psychologique au travers de la construction et du passé d'Andreas, et des flash backs de l'orphelinat.  Ce que subit un enfant, il l'emmène bien loin dans sa vie d'adulte... L'auteur a su développer ce côté psychologique de manière fine, tout en développant la psyché de ses personnages principaux, et j'ai beaucoup apprécié ce schéma narratif. J'ai également beaucoup aimé les descriptions de la nature au fil des saisons. L'auteur est en terrain connu et cela se sent au travers des termes pour traduire les couleurs et les odeurs qui frôlent parfois même la poésie.  Mais le hic, c'est que je n'ai pas accroché avec le personnage principal, Teresa. Une rencontre se passe de mots parfois, l'individu se doit de conserver un brin de mystère, surtout s'il est amené à venir vous visiter pour d'autres romans. Et avec Sur le toit de l'enfer, j'ai déjà l'impression d'avoir fait le tour de la personnalité de Teresa qui occupe très (trop?) largement le devant de la scène. Et c'est dommage car elle campe une femme atypique dans le paysages des héroïnes de romans. Elle allie la fragilité humaine, les émotions et l'empathie à son efficacité de flic et de profiler, elle materne d'une manière bourrue ses acolytes.  Mention spéciale pour ses réparties savoureuses, toutefois!  Pour un premier roman, le talent d'Ilaria Tuti est très prometteur! Un bel essai, à confirmer pour ma part car je ne suis pas entièrement convaincue!
          Lire la suite
          En lire moins
        Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
        Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com