Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264029928
Code sériel : 3257
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm
Babycakes
Pascal Loubet (traduit par)
Date de parution : 18/01/2001
Éditeurs :
10/18

Babycakes

Pascal Loubet (traduit par)
Date de parution : 18/01/2001

 

A l’aune des années 80, les trentenaires du 28 Barbary Lane peinent à s’assagir. Toujours célibataire, Michael bouscule sa vie et part à Londres pour un improbable échange d’appartement. De...

 

A l’aune des années 80, les trentenaires du 28 Barbary Lane peinent à s’assagir. Toujours célibataire, Michael bouscule sa vie et part à Londres pour un improbable échange d’appartement. De son côté, Mona, fauchée, entame une étrange relation avec un Lord… Dans la nostalgie des seventies, San Francisco vibre à...

 

A l’aune des années 80, les trentenaires du 28 Barbary Lane peinent à s’assagir. Toujours célibataire, Michael bouscule sa vie et part à Londres pour un improbable échange d’appartement. De son côté, Mona, fauchée, entame une étrange relation avec un Lord… Dans la nostalgie des seventies, San Francisco vibre à tout rompre au rythme de cette tribu loufoque.

« Une peinture des mœurs californiennes absolument irrésistible. »
Ouest France 

Traduit de l'anglais (Etats-Unis)
par Pascal Loubet

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264029928
Code sériel : 3257
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

" Les Chroniques nous parlent du présent sur un mode littéraire désuet : Maupin n'est pas sans rappeler Dickens. [...] Mais c'est aussi la verve comique et le romanesque le plus échevelé, fait d'enquêtes, d'énigmes et d'anagrammes. [...] C'est que, chez Maupin, tous les destins peuvent ou doivent se croiser : l'action est faite de ces hasards de comédie. Mais les rencontres improbables, n'est-ce pas aussi, en dépit des préjugés des gays chics, la logique sociale de l'exogamie homosexuelle ? Vérité de l'invraisemblable : nous voici bien plongés dans un univers dickensien, où la fantaisie est la clé du réalisme. Du reste, les Chroniques n'ont-elles pas été d'abord été publiées en feuilleton, dans un quotidien de San Francisco - à la manière des grands romans du siècle dernier ? Le bonheur de Maupin, c'est donc peut-être cette innocence narrative retrouvée. " Éric Fassin, Le Monde

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bfauriaux Posté le 4 Septembre 2021
    Comme toujours un regal que ces chroniques qui mélangent humour et realisme et nousxofffre des tranches de vis simples de San Francisco en mettant l'accent sur le caractere ouvert et cosmopolite de cette ville.Les livres peuvent se lire dans le sens voulu ils sont independants les uns des autres.
  • mapetiterevolutionlitteraire Posté le 12 Juin 2021
    Quel plaisir de retrouver la bande du 28 Barbary Lane! Et de retrouver Mme Madrigal et tout ses pensionnaires. Encore une fois, l'auteur me séduit avec un livre si rythmé qu'il se lit extrêmement vite. On enchaîne le scandale, secret, mystère de l'un et les disputes de l'autre. Ces livres sont écrits comme une série (l'adaptation ne m'étonne pas du tout d'ailleurs) car il se passe toujours quelque chose ! La débauche du monde gay de années 90... Ou plutôt sa naissance #x1f914;. L'arrivée du sida, Lady Di... Sont les seuls signes qui me rappellent que ce tome 4 (saison 4) se déroule pendant l'année 1984. Les dialogues, les actions, les rebondissements sont si actuels ! Pour finir, je trouve que l'ouverture d'esprit de l'auteur et du coup de ces personnages est incroyable pour "l'époque"! Alors oui on parle d'homophobie et de racisme, mais au travers de personnes qui n'en ont strictement rien à faire et donc qui sont outrés face à ceux qui voient des différences et bizarreries là où il n'y en a pas. Bref vraiment cette saga me séduit énormément, pour la 4ème fois ! Je trouve ces livres largement sous côtés alors laissez-vous tenter si vous avez l'occasion de... Quel plaisir de retrouver la bande du 28 Barbary Lane! Et de retrouver Mme Madrigal et tout ses pensionnaires. Encore une fois, l'auteur me séduit avec un livre si rythmé qu'il se lit extrêmement vite. On enchaîne le scandale, secret, mystère de l'un et les disputes de l'autre. Ces livres sont écrits comme une série (l'adaptation ne m'étonne pas du tout d'ailleurs) car il se passe toujours quelque chose ! La débauche du monde gay de années 90... Ou plutôt sa naissance #x1f914;. L'arrivée du sida, Lady Di... Sont les seuls signes qui me rappellent que ce tome 4 (saison 4) se déroule pendant l'année 1984. Les dialogues, les actions, les rebondissements sont si actuels ! Pour finir, je trouve que l'ouverture d'esprit de l'auteur et du coup de ces personnages est incroyable pour "l'époque"! Alors oui on parle d'homophobie et de racisme, mais au travers de personnes qui n'en ont strictement rien à faire et donc qui sont outrés face à ceux qui voient des différences et bizarreries là où il n'y en a pas. Bref vraiment cette saga me séduit énormément, pour la 4ème fois ! Je trouve ces livres largement sous côtés alors laissez-vous tenter si vous avez l'occasion de découvrir les chroniques de San Francisco.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kenehan Posté le 28 Février 2021
    La visite de la reine d’Angleterre, d’entrée de jeu, laisse à penser que ce tome poursuit les folles aventures des locataires de Barbary Lane. Or, le rocambolesque s’atténue mais l’humour persiste. Les personnages grandissent et leurs ambitions suivent cette évolution. La carrière journalistique avec Mary Ann, le désir de fonder une famille avec Brian, la reconstruction de Michael suite au décès de Jon, et la recherche de sens de Mona. Seule constance, Mme Madrigal, ses plans de cannabis et sa bienveillance. Comme toujours, nombre de rôles secondaires, anciens et nouveaux, gravitent autour de ce noyau historique, se croisent et se décroisent. En San Francisco et l’Angleterre, on prend plaisir à suivre ces nouveaux épisodes au cœur des années 1980.
  • SabrinaTrublet Posté le 31 Juillet 2020
    Babycakes Armistead MAUPIN Mary Ann est très prise par son boulot de journaliste télé alors que son mari Brian veut un bébé ! Michaël échange son appartement de San Francisco avec Simon (lieutenant déserteur sur un bateau de croisière) à Londres. Et tout se complique quand Mary Ann tend un piège à Simon pour satisfaire Brian... Difficile à suivre ? Par procuration oui mais dans ce livre c’est un régal ! Pour le moment c’est mon tome préféré ce 4 ème ! Vivement la suite !!!
  • Cranberries Posté le 7 Octobre 2019
    Parce qu'il faut savoir apprécier les bonnes choses, je reviens une nouvelle fois vous parler des Chroniques de San Francisco d'Armistead Maupin avec ce quatrième tome que j'ai dévoré. De saga de l'été, celle-ci va finalement devenir ma saga de l'année. J'aime commencer un nouveau tome après avoir fait des lectures plus longues ou plus compliquées. Les livres d'Armistead Maupin sont alors une vraie bouffée d'air frais et de détente ! Comme je l'ai déjà dit précédemment, un grand nombre de références m'échappent étant donné que ma culture sur les années 70 et 80 aux USA est assez limitée - voire inexistante. Mais cela ne m'empêche pas de savourer chaque tome comme il se doit et d'en comprendre l'intrigue sinon ce serait dommage quand même. Nous continuons donc de suivre Mary Ann, Bryan, Michael, Anna Madrigal et les autres dans la belle ville de San Francisco. Mary Ann continue sa carrière à la télévision locale tandis que Bryan ronge son frein chez Perry's en souhaitant de tout son coeur avoir un enfant. Michael de son côté part à Londres à l'occasion d'un échange d'appartement et va aller de surprises en surprises. De son côté, Anna Madrigal reste fidèle à sa personnalité dans son rôle de... Parce qu'il faut savoir apprécier les bonnes choses, je reviens une nouvelle fois vous parler des Chroniques de San Francisco d'Armistead Maupin avec ce quatrième tome que j'ai dévoré. De saga de l'été, celle-ci va finalement devenir ma saga de l'année. J'aime commencer un nouveau tome après avoir fait des lectures plus longues ou plus compliquées. Les livres d'Armistead Maupin sont alors une vraie bouffée d'air frais et de détente ! Comme je l'ai déjà dit précédemment, un grand nombre de références m'échappent étant donné que ma culture sur les années 70 et 80 aux USA est assez limitée - voire inexistante. Mais cela ne m'empêche pas de savourer chaque tome comme il se doit et d'en comprendre l'intrigue sinon ce serait dommage quand même. Nous continuons donc de suivre Mary Ann, Bryan, Michael, Anna Madrigal et les autres dans la belle ville de San Francisco. Mary Ann continue sa carrière à la télévision locale tandis que Bryan ronge son frein chez Perry's en souhaitant de tout son coeur avoir un enfant. Michael de son côté part à Londres à l'occasion d'un échange d'appartement et va aller de surprises en surprises. De son côté, Anna Madrigal reste fidèle à sa personnalité dans son rôle de femme sage et énigmatique, toujours prête à fournir conseils et marijuana à ses locataires. Même si ce tome continue de nous réserver pas mal de surprises, je l'ai trouvé moins farfelu que ses prédécesseurs. Attention, je ne veux en aucun cas dire que cela le rend moins bon que les autres. C'est juste qu'après tous les événements survenus auparavant, on a l'impression de faire une pause et de se laisser porter par les événements. Ceci dit, rassurez-vous, des situations cocasses il y en a tout de même encore. Elles sont juste un tout petit peu moins tirées par les cheveux. Il y aurait encore énormément de choses à dire sur ce bouquin. Des passages qui m'ont émue, qui m'ont rendu triste ou qui m'ont fait beaucoup rire. Mais je n'ai aucune envie de vous spoiler, car les mystères et les découvertes font tout le charme de cette saga emblématique. Je ne peux que conclure cette chronique en vous invitant à vous faire votre propre avis sur l'univers d'Armistead Maupin. Promis, vous ne serez pas déçus du voyage !
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…