Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264029959
Code sériel : 3164
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Chroniques de San Francisco

Olivier WEBER (Traducteur), Tristan DUVERNE (Traducteur)
Date de parution : 02/03/2000

Les seventies sont sur le déclin, mais San Francisco, la fureur au cœur et au corps, vibre encore d'une énergie contestataire. La libération sexuelle est consommée et s'affiche dans les rues aux couleurs d'enseignes et de néons tapageurs. Tout droit venue de Cleveland, Mary Ann Singleton, vingt-cinq ans, emprunte pour...

Les seventies sont sur le déclin, mais San Francisco, la fureur au cœur et au corps, vibre encore d'une énergie contestataire. La libération sexuelle est consommée et s'affiche dans les rues aux couleurs d'enseignes et de néons tapageurs. Tout droit venue de Cleveland, Mary Ann Singleton, vingt-cinq ans, emprunte pour la première fois les pentes du « beau volcan ». Elle plante son camp au 28 Barbary Lane, un refuge pour « chats errants ». Logeuse compréhensive et libérale, Mme Madrigal règne en matriarche sur le vieux bâtiment qui abrite une poignée de célibataires : Mona, rédactrice publicitaire, son colocataire Michael, chômeur et disciple de « l'amour interdit » et le beau Brian Hawkins, coureur de jupons insatiable. Les héros de cette tribu enchantée ont fait le bonheur de millions de lecteurs dans le monde entier, au fil des six volumes de cette saga.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264029959
Code sériel : 3164
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ostotorro Posté le 17 Novembre 2019
    Touchant et amusant. On a envie d'être amis avec les personnages qui en même temps nous exaspèrent (mais n'est ce pas ce font les bons amis). Les thématiques autour des questions de genre et d'attirances sexuelles sont traitées sans filtres mais aussi avec intelligence. On veut en savoir plus sur la vie de cette ville et sur la vie de ses habitants. Les dialogues se lisent tous seuls, c'est un plaisir !
  • SolennMirarchi Posté le 26 Août 2019
    Vous cherchez un livre à la lecture facile ? À l’humeur et l’humour joyeux ? Un petit bonbon littéraire qui n’en oublierait pas pour autant d’être profond et intéressant ? Arrêtez tout, direction San Francisco #9992;️ : ces chroniques là sont faites pour vous ! Armistead Maupin nous emmène au cœur de cette ville de tout les possibles : San Francisco. Mary Ann Singleton est une jeune femme origine de Cleveland, bien loin du folklore de « Frisco ». Arrivant en ville, elle trouve très vite refuge chez une logeuse pas comme les autres : l’intrigante Anna Madrigal et sa joyeuse bande « d’enfants », autrement dit, ses locataires. Une vraie famille déjantée et attachante dont on suit les multiples péripéties au cœur d’une ville, plus que jamais, vivante. Leurs amours, leurs amis, leurs emmerdes. Un genre de Friends politiquement incorrect qu’on dévore en sentant toute la fièvre de ces années nous embarquer 💃🏽🌈. Les situations peuvent paraître ubuesques, mais à San Francisco, on ne fait jamais rien comme tout le monde ! Une folie littéraire qu’on déguste comme une série. Écrit en mettant l’accent sur les dialogues, omni-présent dans le récit, on se sent réellement avec les personnages. On vit à leur côté. On... Vous cherchez un livre à la lecture facile ? À l’humeur et l’humour joyeux ? Un petit bonbon littéraire qui n’en oublierait pas pour autant d’être profond et intéressant ? Arrêtez tout, direction San Francisco #9992;️ : ces chroniques là sont faites pour vous ! Armistead Maupin nous emmène au cœur de cette ville de tout les possibles : San Francisco. Mary Ann Singleton est une jeune femme origine de Cleveland, bien loin du folklore de « Frisco ». Arrivant en ville, elle trouve très vite refuge chez une logeuse pas comme les autres : l’intrigante Anna Madrigal et sa joyeuse bande « d’enfants », autrement dit, ses locataires. Une vraie famille déjantée et attachante dont on suit les multiples péripéties au cœur d’une ville, plus que jamais, vivante. Leurs amours, leurs amis, leurs emmerdes. Un genre de Friends politiquement incorrect qu’on dévore en sentant toute la fièvre de ces années nous embarquer 💃🏽🌈. Les situations peuvent paraître ubuesques, mais à San Francisco, on ne fait jamais rien comme tout le monde ! Une folie littéraire qu’on déguste comme une série. Écrit en mettant l’accent sur les dialogues, omni-présent dans le récit, on se sent réellement avec les personnages. On vit à leur côté. On les accompagne dans ces boites bondées, dans ces parcs à l’esprit bohème, dans leur logement à l’odeur doucement magique. C’est rafraîchissant, tout simplement. Ça fait du bien. Une saga parfaite pour l’été ! Le tome 1 nous familiarise tranquillement avec les nombreux personnages et les différentes problématiques se dégageant autour de chacun d’eux : Mary Ann et sa recherche du grand amour, Michael et son homosexualité encore caché à ses parents, Mona en quête d’identité, et bien sûr Mme Madrigual et son énigmatique secret... J’entame le tome 2 avec beaucoup de joie. On se sent bien au 28 Barbery Lane 🍭 À lire pour le folklore des années 70 et le voyage dans un Frisco touchant ! À offrir à ceux qui avaient aimé la trilogie des crocodiles de Katherine Pancol, et oui, aussi surprenant que cela puisse paraître la forme du livre m’y fait beaucoup penser ! En version non-censurée vous vous en doutez ;) 🔥
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fafnirlit Posté le 24 Juillet 2019
    Ce premier tome des Chroniques de San Francisco, composé de courtes saynètes, se dévore à une vitesse folle. On y suit une palette de personnages hauts en couleur que l’on apprend à connaitre à travers leurs excès, leurs névroses, leurs joies et leurs peines. La plume de l’auteur est incisive et les « péripéties » vécues par les personnages sont truculentes. Armistead Maupin nous présente une ville où tous semblent possibles et où chacun peut vivre comme bon lui semble, mais, grâce à de nombreuses références, il ironise aussi et pointe du doigt les excès d’une société semblant vivre dans un rêve éveillé et fuyant la réalité.
  • Cranberries Posté le 19 Juillet 2019
    Voilà déjà quelques année qu'une de mes collègues me parle de son amour pour Les Chroniques de San Francisco. Chaque année pour la journée mondiale de lutte contre l'homophobie et notre sélection thématique pour le boulot, le sujet revient sur le tapis et chaque année, je me dis que c'est une lecture qui pourrait me plaire. Alors cette année après avoir regardé trois épisodes de l'adaptation en série sur Netflix, j'ai décidé de sauter le pas et de me procurer ce premier tome, afin de me faire mon propre avis. Et bon dieu, ce que ça m'a plu ! Sincèrement, il y avait longtemps que je n'avais pas lu un livre aussi rapidement et avidement. Dès les premières pages je me suis laissée prendre au jeu, tout en sachant que toutes les références ne me parleraient évidemment pas. Mais alors que cela aurait pu me rebuter pour un autre roman, ici je n'y ai pratiquement pas fait attention et j'ai dévoré les pages les unes après les autres. Je me suis totalement prise au jeu et j'ai adoré suivre les péripéties de Mary Ann, Michael, Mona et Brian - les personnages principaux - mais j'ai également eu beaucoup de plaisir à suivre les personnages secondaires... Voilà déjà quelques année qu'une de mes collègues me parle de son amour pour Les Chroniques de San Francisco. Chaque année pour la journée mondiale de lutte contre l'homophobie et notre sélection thématique pour le boulot, le sujet revient sur le tapis et chaque année, je me dis que c'est une lecture qui pourrait me plaire. Alors cette année après avoir regardé trois épisodes de l'adaptation en série sur Netflix, j'ai décidé de sauter le pas et de me procurer ce premier tome, afin de me faire mon propre avis. Et bon dieu, ce que ça m'a plu ! Sincèrement, il y avait longtemps que je n'avais pas lu un livre aussi rapidement et avidement. Dès les premières pages je me suis laissée prendre au jeu, tout en sachant que toutes les références ne me parleraient évidemment pas. Mais alors que cela aurait pu me rebuter pour un autre roman, ici je n'y ai pratiquement pas fait attention et j'ai dévoré les pages les unes après les autres. Je me suis totalement prise au jeu et j'ai adoré suivre les péripéties de Mary Ann, Michael, Mona et Brian - les personnages principaux - mais j'ai également eu beaucoup de plaisir à suivre les personnages secondaires tels que DeDe, Beauchamp, Edgar et les autres. Ce foisonnement de personnages pourrait perdre le lecteur, cependant ce ne fut pas le cas car Armistead Maupin prend toujours soin de rappeler de quel personnage il est question au début du chapitre. Il faut bien avouer que les chapitres sont courts et directs. Composés pour la majeure partie de dialogues, cela a le mérite de grandement faciliter la lecture. L'auteur de s’embarrasse pas de descriptions dithyrambiques inutiles et va droit au but à chaque fois. Pour être tout à fait honnête, ce n'est pas de la grande littérature. Je dirais même que parfois le style est très mauvais. Mais alors que cela m'embêterait énormément pour d'autres livres, ici je trouve que cela ajoute au charme de l'ensemble. On est vraiment sur du roman de gare comme il avait été pensé au XIXe siècle et il faut le consommer comme tel. Mais la cerise sur le gâteau en ce qui me concerne, c'est évidemment la sphère LGBTQIA+ qui gravite dans ce roman et plus largement dans cette saga. Pour l'époque de parution c'est très avant-gardiste, mais aujourd'hui encore c'est criant d'actualité. Je ne peux que conclure mon avis en vous invitant à découvrir par vous-même ce petit bijou que représente Les Chroniques de San Francisco. J'ai dévoré ce roman en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, et même si je n'ai pas compris toutes les références, j'ai tout de même beaucoup ri et souri durant ma lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Popotte Posté le 13 Juillet 2019
    La jalousie ne fait pas partie de mes nombreux défauts, mais quand je vois une personne lire ce livre, je suis jalouse. J'ai tellement aimé ce livre, y découvrir pour la première fois les vies de Mouse, Mona... Et d'autres part c'est l'un des seuls livres que j'ai pu lire sur cette époque aux Etats Unis. Les autres étaient plus des biographies ou témoignages, là on a l'impression de faire partie de la famille de Barbara L'âne et de vivre cette époque. Ce livre est très captivant, drôle, déluré pour certains mais surtout instructif et fédérateur pour ma part.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…