RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Chroniques de San Francisco

            10/18
            EAN : 9782264029959
            Code sériel : 3164
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Chroniques de San Francisco

            Olivier WEBER (Traducteur), Tristan DUVERNE (Traducteur)
            Date de parution : 02/03/2000

            Les seventies sont sur le déclin, mais San Francisco, la fureur au cœur et au corps, vibre encore d'une énergie contestataire. La libération sexuelle est consommée et s'affiche dans les rues aux couleurs d'enseignes et de néons tapageurs. Tout droit venue de Cleveland, Mary Ann Singleton, vingt-cinq ans, emprunte pour...

            Les seventies sont sur le déclin, mais San Francisco, la fureur au cœur et au corps, vibre encore d'une énergie contestataire. La libération sexuelle est consommée et s'affiche dans les rues aux couleurs d'enseignes et de néons tapageurs. Tout droit venue de Cleveland, Mary Ann Singleton, vingt-cinq ans, emprunte pour la première fois les pentes du « beau volcan ». Elle plante son camp au 28 Barbary Lane, un refuge pour « chats errants ». Logeuse compréhensive et libérale, Mme Madrigal règne en matriarche sur le vieux bâtiment qui abrite une poignée de célibataires : Mona, rédactrice publicitaire, son colocataire Michael, chômeur et disciple de « l'amour interdit » et le beau Brian Hawkins, coureur de jupons insatiable. Les héros de cette tribu enchantée ont fait le bonheur de millions de lecteurs dans le monde entier, au fil des six volumes de cette saga.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264029959
            Code sériel : 3164
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.10 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Kando65 Posté le 28 Janvier 2019
              Un roman qui fut pour moi une bulle d'air frais, un vrai plaisir de lecture, pour un moment de détente enjoué. Cette histoire nous raconte celle de jeunes adultes en quête d'avenir : ne sachant plus trop ce qu'ils désir. Témoignage actuel d'une jeunesse joyeuse, cependant, en perte de repaires.
            • llamy89 Posté le 11 Janvier 2019
              Issue de ces chroniques écrites pour le « The San Francisco Chronicle », ce roman est un instantané d’une époque dans une ville emblématique, qui fait rêver : Frisco ! Des scénettes racontant les seventies au sortir de la guerre du Vietnam, liberté, amour, drogue, l’homosexualité sujet encore tabou, la vie entrecroisée d’une poignée de colocataires marquants leur époque, attachants, libres. Vous entendez Jefferson Airplane ? Les Chroniques de San Francisco, c’est la vie de Mary Ann Singleton, d’une poignée de célibataires, dans une pension de famille pittoresque au 28 Barbery Lane, tenue par Madame Madrigal, véritable matriarche. C’est plein d’humour, touchant, on y sent la bonne odeur des herbes produites par cette logeuse étonnante, plutôt libérale ! Vous détesterez, aimerez trop, cette clique de personnages excentriques, libérés, truculents. Impossible de lâcher ce premier tome, qui vous transporte dans cette Amérique décadente et ardente, dans un style étonnant. Quelques personnages, des scènes vivantes, des dialogues percutants, un rythme qui séduit. J’ai voyagé, versé quelques larmes, souvent ri malgré les thèmes difficiles pour l'époque. Rien n’est tu des difficultés de vivre ! Pourtant ce premier tome d’une série de 6 volumes est un vrai régal totalement inattendu, captivant.
            • Anthea7 Posté le 6 Novembre 2018
              J’avais ce roman depuis quelque temps dans ma PAL. Tellement de monde m’en avait parlé en bien ou en moins bien que j’appréhendai sa lecture. Il aura fallu un LC pour que je le sorte de son sommeil. Et je n’ai pas regretté, les Chroniques de San Francisco est le livre qui m’a sortie de ma léthargie (je devrai plutôt dire panne de lecture d’ailleurs). Les personnages sont hauts en couleur et j’ai eu l’impression que Maupin me racontait des anecdotes sur sa vie et celle de ces ami(e)s, plutôt que de lire un roman. J’en suis même venu à me demander si le personnage de Michael ne serait pas son alter-ego. Au début, nous suivons les aventures de Mary Ann mais dès l’instant où elle s’installe à Barbery Lane, nous entrons dans la vie des habitants de cette petite pension de famille. Au fil du roman d’autre personnage se greffe à cette palette comme le patron de Mary Ann. Et une immense toile d’araignée se crée sous nos yeux reliant plusieurs habitants de Barbary Lane par le biais de personnage secondaire. J’ai ri, pleuré (un peu), découvert le San Francisco des années 70 (pas assez à mon goût). Au fil de ma lecture, je... J’avais ce roman depuis quelque temps dans ma PAL. Tellement de monde m’en avait parlé en bien ou en moins bien que j’appréhendai sa lecture. Il aura fallu un LC pour que je le sorte de son sommeil. Et je n’ai pas regretté, les Chroniques de San Francisco est le livre qui m’a sortie de ma léthargie (je devrai plutôt dire panne de lecture d’ailleurs). Les personnages sont hauts en couleur et j’ai eu l’impression que Maupin me racontait des anecdotes sur sa vie et celle de ces ami(e)s, plutôt que de lire un roman. J’en suis même venu à me demander si le personnage de Michael ne serait pas son alter-ego. Au début, nous suivons les aventures de Mary Ann mais dès l’instant où elle s’installe à Barbery Lane, nous entrons dans la vie des habitants de cette petite pension de famille. Au fil du roman d’autre personnage se greffe à cette palette comme le patron de Mary Ann. Et une immense toile d’araignée se crée sous nos yeux reliant plusieurs habitants de Barbary Lane par le biais de personnage secondaire. J’ai ri, pleuré (un peu), découvert le San Francisco des années 70 (pas assez à mon goût). Au fil de ma lecture, je me suis attachée à certain personnage et ai été à 2 doigts d’en haïr d’autre pour leur comportement. Bien qu’écrit dans les années 70, ces chroniques restent actuelles car elles abordent des thèmes universels comme la différence et les relations humaines (entre autre). Je me suis rapidement laissé emporter dans le monde crée par Maupin et il en a été de même pour les tomes suivant.
              Lire la suite
              En lire moins
            • stcyr04 Posté le 25 Octobre 2018
              La vague hippie a reflué depuis près d'une décennie sur San Francisco. La ville a toujours été le haut lieu de la culture alternative, contestataire et libertaire. On s'aime sans tabou, ni contrainte. Le drapeau arc-en-ciel flotte fièrement sur Frisco. Le 28 Barbary lane est un microcosme des plus représentatifs, tenu par Mme Madrigal, une logeuse à la main verte qui met un "joint d'honneur" à accueillir les nouveaux venus qu'elle materne en leur laissant un échantillon odoriférant de la production de son jardin. Chronique haute en couleur, aux chapitres courts et qui s’enchaînent au pas de charge, chroniques de San Francisco est un roman éminemment sympathique, drôle et attachant. On prend plaisir - au gré de péripéties grandes et petites, à partager le quotidien d'une foule de personnages originaux et libérés.
            • Tinaju Posté le 9 Octobre 2018
              Une éternité que ce bouquin trainait dans ma PAL et maintenant que je le referme, je me dis : Mais pourquoi je ne l'ai pas lu plus tot !? D'abord, l'écriture est vraiment innovante et différente. On a une succession de saynètes à 2 ou 3 personnages. Très peu de descriptions ou de mises en situations, tout passe par les dialogues. Par contre, beaucoup de personnages vont évoluer dans ce roman. Mais c'est là qu'on se rend compte que l'auteur est vraiment doué car sans les nommer ou les annoncer, on sait immédiatement qui parle et qui lui répond. Ce choix d'écriture rend le livre très fluide et permet de se rapprocher des protagonistes. La trame, c'est la vie d'un groupe de personnes à San Francisco. Rien d'exceptionnel me direz vous. Oui et non. OK car c'est juste le quotidien avec les bonheurs et les soucis que tout le monde rencontre. Et non car tous les personnages sont truculents et ils vivent donc des aventures à leur hauteur. Bref, j'ai passé un excellent moment sur la cote ouest et malgré la menace d'un tremblement de terre, je vais vite y retourner. Pioche d'octobre 2018 choisie par Frisouille
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…