RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Chroniques de San Francisco

            10/18
            EAN : 9782264029959
            Code sériel : 3164
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Chroniques de San Francisco

            Olivier WEBER (Traducteur), Tristan DUVERNE (Traducteur)
            Date de parution : 02/03/2000

            Fin des seventies. San Francisco, la fureur au cœur et au corps, consomme la libération sexuelle sous des néons tapageurs. Débarquant de Cleveland, la jeune Mary Ann Singleton plante son camp au 28 Barbary Lane, un refuge pour « chats errants ». Logeuse pour le moins libérale, Mme Madrigal règne...

            Fin des seventies. San Francisco, la fureur au cœur et au corps, consomme la libération sexuelle sous des néons tapageurs. Débarquant de Cleveland, la jeune Mary Ann Singleton plante son camp au 28 Barbary Lane, un refuge pour « chats errants ». Logeuse pour le moins libérale, Mme Madrigal règne en douce matriarche sur cette étonnante pension de famille…

            « Ça va à toute vitesse, avec la profondeur d’un roman d’analyse et la légèreté d’un sitcom.»
            Stéphane Hoffmann, Madame Figaro 

            Traduit de l'anglais (Etats-Unis)
            par Olivier Weber et Tristan Duverne

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264029959
            Code sériel : 3164
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.10 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Anthea7 Posté le 6 Novembre 2018
              J’avais ce roman depuis quelque temps dans ma PAL. Tellement de monde m’en avait parlé en bien ou en moins bien que j’appréhendai sa lecture. Il aura fallu un LC pour que je le sorte de son sommeil. Et je n’ai pas regretté, les Chroniques de San Francisco est le livre qui m’a sortie de ma léthargie (je devrai plutôt dire panne de lecture d’ailleurs). Les personnages sont hauts en couleur et j’ai eu l’impression que Maupin me racontait des anecdotes sur sa vie et celle de ces ami(e)s, plutôt que de lire un roman. J’en suis même venu à me demander si le personnage de Michael ne serait pas son alter-ego. Au début, nous suivons les aventures de Mary Ann mais dès l’instant où elle s’installe à Barbery Lane, nous entrons dans la vie des habitants de cette petite pension de famille. Au fil du roman d’autre personnage se greffe à cette palette comme le patron de Mary Ann. Et une immense toile d’araignée se crée sous nos yeux reliant plusieurs habitants de Barbary Lane par le biais de personnage secondaire. J’ai ri, pleuré (un peu), découvert le San Francisco des années 70 (pas assez à mon goût). Au fil de ma lecture, je... J’avais ce roman depuis quelque temps dans ma PAL. Tellement de monde m’en avait parlé en bien ou en moins bien que j’appréhendai sa lecture. Il aura fallu un LC pour que je le sorte de son sommeil. Et je n’ai pas regretté, les Chroniques de San Francisco est le livre qui m’a sortie de ma léthargie (je devrai plutôt dire panne de lecture d’ailleurs). Les personnages sont hauts en couleur et j’ai eu l’impression que Maupin me racontait des anecdotes sur sa vie et celle de ces ami(e)s, plutôt que de lire un roman. J’en suis même venu à me demander si le personnage de Michael ne serait pas son alter-ego. Au début, nous suivons les aventures de Mary Ann mais dès l’instant où elle s’installe à Barbery Lane, nous entrons dans la vie des habitants de cette petite pension de famille. Au fil du roman d’autre personnage se greffe à cette palette comme le patron de Mary Ann. Et une immense toile d’araignée se crée sous nos yeux reliant plusieurs habitants de Barbary Lane par le biais de personnage secondaire. J’ai ri, pleuré (un peu), découvert le San Francisco des années 70 (pas assez à mon goût). Au fil de ma lecture, je me suis attachée à certain personnage et ai été à 2 doigts d’en haïr d’autre pour leur comportement. Bien qu’écrit dans les années 70, ces chroniques restent actuelles car elles abordent des thèmes universels comme la différence et les relations humaines (entre autre). Je me suis rapidement laissé emporter dans le monde crée par Maupin et il en a été de même pour les tomes suivant.
              Lire la suite
              En lire moins
            • stcyr04 Posté le 25 Octobre 2018
              La vague hippie a reflué depuis près d'une décennie sur San Francisco. La ville a toujours été le haut lieu de la culture alternative, contestataire et libertaire. On s'aime sans tabou, ni contrainte. Le drapeau arc-en-ciel flotte fièrement sur Frisco. Le 28 Barbary lane est un microcosme des plus représentatifs, tenu par Mme Madrigal, une logeuse à la main verte qui met un "joint d'honneur" à accueillir les nouveaux venus qu'elle materne en leur laissant un échantillon odoriférant de la production de son jardin. Chronique haute en couleur, aux chapitres courts et qui s’enchaînent au pas de charge, chroniques de San Francisco est un roman éminemment sympathique, drôle et attachant. On prend plaisir - au gré de péripéties grandes et petites, à partager le quotidien d'une foule de personnages originaux et libérés.
            • Tinaju Posté le 9 Octobre 2018
              Une éternité que ce bouquin trainait dans ma PAL et maintenant que je le referme, je me dis : Mais pourquoi je ne l'ai pas lu plus tot !? D'abord, l'écriture est vraiment innovante et différente. On a une succession de saynètes à 2 ou 3 personnages. Très peu de descriptions ou de mises en situations, tout passe par les dialogues. Par contre, beaucoup de personnages vont évoluer dans ce roman. Mais c'est là qu'on se rend compte que l'auteur est vraiment doué car sans les nommer ou les annoncer, on sait immédiatement qui parle et qui lui répond. Ce choix d'écriture rend le livre très fluide et permet de se rapprocher des protagonistes. La trame, c'est la vie d'un groupe de personnes à San Francisco. Rien d'exceptionnel me direz vous. Oui et non. OK car c'est juste le quotidien avec les bonheurs et les soucis que tout le monde rencontre. Et non car tous les personnages sont truculents et ils vivent donc des aventures à leur hauteur. Bref, j'ai passé un excellent moment sur la cote ouest et malgré la menace d'un tremblement de terre, je vais vite y retourner. Pioche d'octobre 2018 choisie par Frisouille
            • ZeroJanvier79 Posté le 31 Août 2018
              J'ai lu les fameuses et sympathiques Chroniques de San Francisco d'Armistead Maupin quand j'étais encore un jeune adulte, et j'avais pris énormément de plaisir à les lire. Je les recommande à tous les lecteurs qui aiment rire et être ému par un livre !
            • kitou94170 Posté le 2 Août 2018
              Aux vues du grand nombre de critiques concernant les « Chroniques de San Francisco » d’Armistead MAUPIN, il est évident qu’en rajouter une de plus n’ajoutera rien de nouveau. N’empêche j’ai tout de même envie d’en dire un petit mot ! Tout d’abord pourquoi ai-je attendu si longtemps avant de me plonger dans cette série ? Certainement parce que d’autres livres sont tout simplement passés avant ! Alors quoi de mieux qu’un été caniculaire pour découvrir les aventures des locataires du 28 Barbary Lane à San Francisco, pension de famille tenue par la pittoresque Anna Madrigal, logeuse pour le moins « libérale ». Bien sûr c’est très loin d’être de la grande littérature mais à travers les aventures des personnages (Mary An, Mickael, Brian, Mona et autres…), l’auteur nous plonge avec délice dans la vie artificielle de San Francisco dans la fin des années 70, décennie durant laquelle l’insouciance est encore de mise. La vie des personnages s'entrecroise à bride abattue, les tranches de vie se succèdent au rythme effréné des épisodes d'un roman-feuilleton. Vous y trouverez tout : l’humour, l’amour, la sexualité de tous bords, la drogue…bref toute la panoplie qui a composée ces années 70. L’auteur aborde tout ces thèmes et... Aux vues du grand nombre de critiques concernant les « Chroniques de San Francisco » d’Armistead MAUPIN, il est évident qu’en rajouter une de plus n’ajoutera rien de nouveau. N’empêche j’ai tout de même envie d’en dire un petit mot ! Tout d’abord pourquoi ai-je attendu si longtemps avant de me plonger dans cette série ? Certainement parce que d’autres livres sont tout simplement passés avant ! Alors quoi de mieux qu’un été caniculaire pour découvrir les aventures des locataires du 28 Barbary Lane à San Francisco, pension de famille tenue par la pittoresque Anna Madrigal, logeuse pour le moins « libérale ». Bien sûr c’est très loin d’être de la grande littérature mais à travers les aventures des personnages (Mary An, Mickael, Brian, Mona et autres…), l’auteur nous plonge avec délice dans la vie artificielle de San Francisco dans la fin des années 70, décennie durant laquelle l’insouciance est encore de mise. La vie des personnages s'entrecroise à bride abattue, les tranches de vie se succèdent au rythme effréné des épisodes d'un roman-feuilleton. Vous y trouverez tout : l’humour, l’amour, la sexualité de tous bords, la drogue…bref toute la panoplie qui a composée ces années 70. L’auteur aborde tout ces thèmes et sujets graves avec humour et légèreté mais en n’oubliant pas de faire passer son message de manière forte. Écrites dans la fin des années 70 et au début des années 80, la « sériemania » en tous genres ayant depuis déferlé soit sur nos écrans ou en librairie, nous pouvons concevoir qu’Amistead MAUPIN fait parti des novateurs du genre ! Alors amoureux de la grande littérature, passez vite votre chemin. Par contre, tous les autres (et notamment les adorateurs de « Friends », « Desesperate horsewiwes » et autres séries en tout genre comme moi je l’avoue !) précipitez vous dans la lecture de ces chroniques ! Certes vous ne deviendrez pas plus intelligents mais quel moment agréable vous allez passer ! Quant à moi, ami(e)s lecteurs et lectrices, je vous laisse… la saison 2 m’attend !
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…