Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266243247
Code sériel : 4669
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm

Dracula

Jacques FINNE (Traducteur)
Date de parution : 30/08/2013

Répondant à l’invitation du comte Dracula qui prépare son prochain voyage en Angleterre, Jonathan Harker découvre, à son arrivée dans les Carpates, un pays mystérieux. Un pays aux forêts ténébreuses et aux montagnes menaçantes. Un pays peuplé de loups dont les habitants se signent au nom de Dracula. Malgré la...

Répondant à l’invitation du comte Dracula qui prépare son prochain voyage en Angleterre, Jonathan Harker découvre, à son arrivée dans les Carpates, un pays mystérieux. Un pays aux forêts ténébreuses et aux montagnes menaçantes. Un pays peuplé de loups dont les habitants se signent au nom de Dracula. Malgré la bienveillance de son hôte, Jonathan éprouve une angoisse grandissante : Dracula ne se reflète pas dans les miroirs et se déplace sur les murs en défiant les lois de l’apesanteur…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266243247
Code sériel : 4669
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Trollibi Posté le 13 Mai 2021
    Des instants de délicieuse angoisse. Voilà comment résumer ma découverte du « Dracula » de Bram Stoker qui est sans nul doute un des meilleurs romans fantastiques que j’ai lus ! Car, si tout le monde connaît le célèbre vampire, c’est réellement sous la plume de Bram Stoker, son « créateur, » qu’il est sublime et sublimé. La construction du récit est parfaite : l’alternance de plusieurs voix, sous forme d’extraits de journaux intimes ou de correspondances, des articles de presse, des mémorandum, permettent au lecteur de mener, aux côtés des héros, une enquête minutieuse dont ils nous offrent le témoignage. Cette alternance permet de varier les points de vue, de manière très vivante et elle donne aussi beaucoup de corps aux personnages. On finit par s’attacher à eux, chacun à sa manière révèle une force qu’il ne soupçonnait même pas. Et, du point de vue fantastique, tout y est : les avertissements donnés aux héros, les transgressions, la montée en puissance de l’angoisse que les personnages ressentent et de l’horreur qu’ils doivent surmonter pour vaincre un être diabolique. J’ai tremblé pour les héros, devenus chasseurs de vampire bien malgré eux mais avec une détermination et une foi à toute épreuve. La plume de Bram... Des instants de délicieuse angoisse. Voilà comment résumer ma découverte du « Dracula » de Bram Stoker qui est sans nul doute un des meilleurs romans fantastiques que j’ai lus ! Car, si tout le monde connaît le célèbre vampire, c’est réellement sous la plume de Bram Stoker, son « créateur, » qu’il est sublime et sublimé. La construction du récit est parfaite : l’alternance de plusieurs voix, sous forme d’extraits de journaux intimes ou de correspondances, des articles de presse, des mémorandum, permettent au lecteur de mener, aux côtés des héros, une enquête minutieuse dont ils nous offrent le témoignage. Cette alternance permet de varier les points de vue, de manière très vivante et elle donne aussi beaucoup de corps aux personnages. On finit par s’attacher à eux, chacun à sa manière révèle une force qu’il ne soupçonnait même pas. Et, du point de vue fantastique, tout y est : les avertissements donnés aux héros, les transgressions, la montée en puissance de l’angoisse que les personnages ressentent et de l’horreur qu’ils doivent surmonter pour vaincre un être diabolique. J’ai tremblé pour les héros, devenus chasseurs de vampire bien malgré eux mais avec une détermination et une foi à toute épreuve. La plume de Bram Stoker est vive et très visuelle : on s’immerge pleinement dans l’histoire, les descriptions précises permettent de dérouler dans son esprit les scènes et les paysages comme si on suivait un film (et un très bon film sans histoire d’amour entre Dracula et Mina, comme dans l’adaptation cinématographique de Coppola... Fascination et emprise ne signifie pas forcément amour tudieu...). Et nul besoin que ce soit gore pour créer l’horreur : elle est bien présente, on la ressent, on en a les cheveux qui se dresse sur la tête et les poils de la nuque qui se hérissent. Et, pour rendre encore un peu plus prenante la lecture de ce superbe roman, je vous conseille l’excellent lecture (et traduction, toutes deux libres de droits et gratuite) qu’en ont faite Pauline Pucciano et Vincent de l’Epine sur le site Litterature audio.com (http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/stoker-bram-dracula-oeuvre-integrale.html) Leurs voix et leur lecture si vivante et expressive donne réellement du corps à l’intrigue et aux personnages.
    Lire la suite
    En lire moins
  • iris29 Posté le 9 Mai 2021
    Tout le monde connaît Dracula et pourtant je ne puis m'empêcher de penser à ce slogan pour une pub de parfum célèbre : " Vous me connaissez sans me connaître." Pour moi, ça y est j'ai coché la case ! Et ma lecture fut laborieuse car il faut aimer le style gothique... Son vocabulaire grandiloquent, les sentiments exacerbés, poussés à leur paroxysme, les compliments en veux-tu en voilà, les mises en abîme qu'affectionnaient les écrivains du XIX ième siècle.. Je ne m'attendais pas à ce que ce roman soit écrit sous forme épistolaire , ainsi que sous forme de journaux tenus par les différents protagonistes qui nous font part de leurs craintes, de leurs peurs et de l'évolution de ce qui s'avère être la découverte de" l'espèce" vampire et la traque du comte Dracula. Jonathan Harker, un jeune anglais clerc de notaire puis associé , va voyager jusqu'à la demeure du comte Dracula dans les Carpates, pour lui faire parvenir un acte de vente à signer , au sujet d'une propriété en Angleterre. Mais le jeune homme se rend très vite compte que quelque chose ne tourne pas rond , il raconte tout cela à sa fiancée Mina par écrit, laquelle... Tout le monde connaît Dracula et pourtant je ne puis m'empêcher de penser à ce slogan pour une pub de parfum célèbre : " Vous me connaissez sans me connaître." Pour moi, ça y est j'ai coché la case ! Et ma lecture fut laborieuse car il faut aimer le style gothique... Son vocabulaire grandiloquent, les sentiments exacerbés, poussés à leur paroxysme, les compliments en veux-tu en voilà, les mises en abîme qu'affectionnaient les écrivains du XIX ième siècle.. Je ne m'attendais pas à ce que ce roman soit écrit sous forme épistolaire , ainsi que sous forme de journaux tenus par les différents protagonistes qui nous font part de leurs craintes, de leurs peurs et de l'évolution de ce qui s'avère être la découverte de" l'espèce" vampire et la traque du comte Dracula. Jonathan Harker, un jeune anglais clerc de notaire puis associé , va voyager jusqu'à la demeure du comte Dracula dans les Carpates, pour lui faire parvenir un acte de vente à signer , au sujet d'une propriété en Angleterre. Mais le jeune homme se rend très vite compte que quelque chose ne tourne pas rond , il raconte tout cela à sa fiancée Mina par écrit, laquelle a pour amie une certaine Lucy qui va très vite montrer des signes de fatigue, ainsi que deux petits points rouge à la base du cou... Son fiancé ainsi qu'un amoureux éconduit (directeur d'un asile de fous) et un professeur, vont essayer de la protéger puis d'éradiquer le Mal , en la personne du premier vampire de la littérature... Roman fantastique, mais aussi roman d'aventures car à cette époque , se rendre de Londres aux Carpates était déjà en soi, une aventure et prenait très longtemps , et toutes sortes de formes ( diligence, chevaux, bateaux...), ce roman est le père fondateur de toute la littérature concernant les vampires. le passage où Bram Stocker définit tout ce qui "fait" un vampire, est phénoménal . Les autres ne sont que des copieurs ! Il a tout inventé : comment ils se nourrissaient, comment ils se multipliaient, comment ils se transformaient pour échapper à leurs poursuivants, comment on pouvait les tuer, tout... Quelle imagination ! En cela , c'est un roman qui mérite d'être lu, pour s'instruire, revenir aux fondamentaux, échapper aux contrefaçons qui bien souvent sont vulgaires. Aucune allusion sexuelle dans ce Dracula. Aucune mention de sa beauté, bien au contraire, il fait peur à tout le monde . Mais , ce roman a beaucoup vieilli (je trouve ...). Beaucoup de longueurs de redondances, de répétitions. le style gothique ne me sied pas ! tantôt je m'ennuie, tantôt, cela m'agace... J'ai remarqué deux petites choses qui ne vont pas dans le sens de la pensée contemporaine. Quatre jeunes domestiques sont témoins de ce que Dracula a fait à leur maîtresse. Terrifiées, horrifiées , elles reçoivent des ordres des amis (tous notables) auxquels elles obéissent. Mais à aucun moment, alors que le danger est grand et que l'union (et le nombre) devraient faire la force, le professeur et ses "associés contre le crime " ne pensent à les faire rejoindre leur groupe ! On ne mélange pas les torchons et les serviettes, les domestiques et les maîtres... Est ce une question de classe sociale (bien marquées à l'époque) ou une question de sexe ? Les deux, camarade ... Le reste du groupe masculin n'arrête pas de vanter l'intelligence, la bonté, le courage de Mina, comme si c'était exceptionnel qu'une femme ait des idées ! C'est un roman que je ne regrette pas d'avoir lu, mais ce n'a pas été tout du long, une partie de plaisir...
    Lire la suite
    En lire moins
  • BitLitAddict Posté le 25 Janvier 2020
    N'étant pas une grande fan des classiques j'ai eu beaucoup de mal a le lire et pourtant Dracula est un monument du genre que j'affectionne particulièrement et qui reste la référence en matière de vampire plus d un siècle après sa parution. Il est le père fondateur de tous les vampires. Le fait que tout soit écrit par des morceaux de journaux et via des narrateurs différents m'a dérangé, je préfère une histoire romancée. Malgré tout je peux enfin dire que j'ai lu Dracula.
  • maeliah Posté le 13 Août 2019
    J'ai énormément de mal à accrocher au début du livre et puis je ne sais pas pourquoi, au milieu d'un chapitre, en reprenant ma lecture au bout de plusieurs mois, j'ai adoré. Je ne pouvais plus poser le livre et l'ai lu en quelques jours à peine. Les personnages sont attachants, avec des personnalités plutôt banales, mais réellement attachant. J'ai apprécié le fait que le talent féminin ne soit pas laissé pour compte et soit même apprécié. J'ai trouvé la fin un petit peu bâclée et n'en suis pas totalement satisfaite. Le livre n'en est pas moins bien pour autant et j'aurais aimé que l'auteur développe encore plus le monde des vampires. Je le recommande vivement à tous les amateurs de vampires et pour se familiariser avec les bases de leur histoire.
  • Link78 Posté le 18 Mars 2019
    Un classique qu'il faut avoir lu dans sa vie de lecteur. Intrigue un peu longue et quelques passages à vide cependant.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    (Re)découvrez 10 classiques de la littérature d'épouvante

    Une porte qui claque toute seule, une branche qui gratte à la fenêtre, une ombre dans le jardin… Vous voilà dans l’ambiance d’Halloween. Profitez-en pour (re)découvrir 10 classiques de la littérature d’épouvante, mais attention, c’est à vos risques et périls ! 

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Terreurs nocturnes : les classiques de la littérature d'épouvante à (re)découvrir

    Des portes qui claquent, des incantations qui résonnent au loin, et bientôt, des apparitions qui vous glacent le sang. Ouvrir un roman d'épouvante, c'est être transporté au coeur d'univers parallèles nimbés de mystère et parfois cauchemardesques. De Frankenstein à Rosemary's Baby, (re)découvrez les grands classiques qui ont façonné la littérature horrifique. À vos risques et périls !

    Lire l'article