Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264041074
Code sériel : 3766
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 752
Format : 108 x 177 mm

Du bout des doigts

Erika ABRAMS (Traducteur)
Date de parution : 20/01/2005
Héritière moderne de Dickens, mais aussi de Sapho et des Libertins, Sarah Waters nous offre une vision clandestine de l’Angleterre victorienne, un envers du décor où les héroïnes, de mariages secrets en amours interdites, ne se conduisent jamais comme on l’attendrait.
Londres, 1862. À la veille de ses dix-huit ans, Sue Trinder, l'orpheline de Lant Street, le quartier des voleurs, se voit proposer par un élégant, surnommé Gentleman, d'escroquer une riche héritière. Orpheline elle aussi, cette dernière est élevée dans un lugubre manoir par son oncle, collectionneur de livres d'un genre... Londres, 1862. À la veille de ses dix-huit ans, Sue Trinder, l'orpheline de Lant Street, le quartier des voleurs, se voit proposer par un élégant, surnommé Gentleman, d'escroquer une riche héritière. Orpheline elle aussi, cette dernière est élevée dans un lugubre manoir par son oncle, collectionneur de livres d'un genre tout particulier. Dans cette atmosphère saturée de mystère et de passions souterraines, Sue devra déjouer les complots les plus délicieusement cruels, afin de devenir, avec le concours de la belle demoiselle de Briar, une légende parmi les cercles interlopes de la bibliophilie érotique.

Héritière moderne de Dickens, mais aussi de Sapho et des Libertins, Sarah Waters nous offre une vision clandestine de l'Angleterre victorienne, un envers du décor où les héroïnes, de mariages secrets en amours interdites, ne se conduisent jamais comme on l'attendrait. Un roman décadent et virtuose.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264041074
Code sériel : 3766
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 752
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ils en parlent

« Retrouvant le parler cockney de la pègre londonienne, réinventant les décors crapoteux des bas quartiers, l'humidité glaciale des grandes demeures campagnardes, analysant le sadisme lamentable des responsables d'asiles de fous, Sarah Waters navigue avec habileté entre mélodrame historique, énigme et amours interdites. »
M.-C. A., Marie-Claire

« La très talentueuse Galloise Sarah Waters [...] connaît en experte sa grande littérature populaire, et ne peut s'empêcher de jongler avec ses ingrédients les plus extravagants. Avec un art sorcier, délicieusement audacieux, aussi. »
Christine Ferniot, Télérama

« Par des chemins détournés, en passant par l'amour entre deux femmes qui avaient tout pour se haïr, la romancière nous conduit par le bout du nez jusqu'où elle veut aller. Et, pour dire la vérité, on est heureux de s'être laissé mené ainsi. »
Pierre Maury, Le Soir

« Ce formidable récit se déroule dans une Angleterre victorienne et puritaine à souhait. Vous y trouverez les références que vous voudrez : Charles Dickens pour l'humidité froide de ses ambiances, Robert Louis Stevenson pour la noirceur des sentiments. En tout cas, et ce n'est pas lui faire injure que de l'affirmer, on ne dirait jamais que Sarah Waters, 37 ans, vit à notre époque. »
Caroline Andrieu, Le Parisien

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ya2meufs_qui_lisentetvoyagent Posté le 2 Juillet 2020
    A Londres en 1862, Sue Trinder, une jeune orpheline, vit chez une famille de voleurs, protégée par Madame Sucksby, une femme à la fois aimante, vorace et manipulatrice. Lorsque Gentleman, un séducteur détrousseur, leur propose une arnaque juteuse, il est décidé que Sue se fera embauchée comme dame de compagnie auprès de Maud Lilly, une riche héritière, pour l'escroquer. Mais rien ne va se passer comme prévu... Peu à peu, Sue et Maud se sentent attirées l'une par l'autre, mettant en péril toute l'affaire... Mais qui mène la danse dans cette escroquerie, qui est la servante, qui est la maitresse ? Et qui manipule l'autre? Sarah Waters signe un grand roman superbement écrit, porté par une plume classique magnifique et jamais surannée, celle qui nous avait déjà enthousiasmés avec "Caresser le velours". L'originalité du récit, c'est qu'il est d'abord raconté par Sue Trinder, l'escroc pendant la première moitié du roman. Puis par Maud, la victime, dans un retournement de situation virtuose et vertigineux. A la fois roman d'amour sensuel, suspense incroyable et peinture sociale de l'Angleterre victorienne et de ses bas fonds, "Du bout des doigts" est fascinant, cruel et audacieux. On y découvre le monde des voleurs et receleurs (le... A Londres en 1862, Sue Trinder, une jeune orpheline, vit chez une famille de voleurs, protégée par Madame Sucksby, une femme à la fois aimante, vorace et manipulatrice. Lorsque Gentleman, un séducteur détrousseur, leur propose une arnaque juteuse, il est décidé que Sue se fera embauchée comme dame de compagnie auprès de Maud Lilly, une riche héritière, pour l'escroquer. Mais rien ne va se passer comme prévu... Peu à peu, Sue et Maud se sentent attirées l'une par l'autre, mettant en péril toute l'affaire... Mais qui mène la danse dans cette escroquerie, qui est la servante, qui est la maitresse ? Et qui manipule l'autre? Sarah Waters signe un grand roman superbement écrit, porté par une plume classique magnifique et jamais surannée, celle qui nous avait déjà enthousiasmés avec "Caresser le velours". L'originalité du récit, c'est qu'il est d'abord raconté par Sue Trinder, l'escroc pendant la première moitié du roman. Puis par Maud, la victime, dans un retournement de situation virtuose et vertigineux. A la fois roman d'amour sensuel, suspense incroyable et peinture sociale de l'Angleterre victorienne et de ses bas fonds, "Du bout des doigts" est fascinant, cruel et audacieux. On y découvre le monde des voleurs et receleurs (le titre, traduction de "Fingersmith", fait allusion aux détrousseurs aux doigts de fée mais c'est aussi un titre à double sens...) et celui des amateurs de livres érotiques, un milieu rarement traité. Ne passez pas à côté de ce roman totalement original qui a inspiré plusieurs adaptations cinématographiques. Un téléfilm anglais en 2 parties de la BBC en 2005 avec la merveilleuse Sally Hawkins (La Forme de l'eau) et Elaine Cassidy, et un film de 2016, "Mademoiselle", transposé en Corée et merveilleusement vénéneux !
    Lire la suite
    En lire moins
  • lilasviolet Posté le 11 Juin 2020
    Sue Trinder a 17 ans et vit dans un quartier pauvre de Londres. Son entourage est composé de voleurs, de receleurs et de petits escrocs. Gentleman vient proposer un marché à la famille de Sue pour escroquer une jeune héritière. En effet, il a été embauché chez l'oncle de Maud qui est un passionné de livres. La jeune femme vit sous l'oppression de son oncle ultra maniaque avec des lubies mais pas seulement. Le plan de Gentleman est de s'enfuir avec elle, de se marier et de la placer dans une maison de fous pour récupérer son héritage avec la complicité de Sue. Or tout ne va pas se dérouler comme prévu... C'est un roman à deux voix, d'abord c'est Sue la narratrice puis ensuite c'est Maud qui raconte son histoire. Sarah Waters décrit avec beaucoup de détails l'environnement de chacune des deux jeunes filles si bien qu'on est vite plongé dans le XIXème siècle. La comparaison avec Dickens sur la quatrième de couverture me semble un peu facile car l'auteur utilise son propre univers pour écrire une très belle histoire victorienne. Les questions de l'homosexualité, de la place des femmes et des aliénés dans la société victorienne sont abordés... Sue Trinder a 17 ans et vit dans un quartier pauvre de Londres. Son entourage est composé de voleurs, de receleurs et de petits escrocs. Gentleman vient proposer un marché à la famille de Sue pour escroquer une jeune héritière. En effet, il a été embauché chez l'oncle de Maud qui est un passionné de livres. La jeune femme vit sous l'oppression de son oncle ultra maniaque avec des lubies mais pas seulement. Le plan de Gentleman est de s'enfuir avec elle, de se marier et de la placer dans une maison de fous pour récupérer son héritage avec la complicité de Sue. Or tout ne va pas se dérouler comme prévu... C'est un roman à deux voix, d'abord c'est Sue la narratrice puis ensuite c'est Maud qui raconte son histoire. Sarah Waters décrit avec beaucoup de détails l'environnement de chacune des deux jeunes filles si bien qu'on est vite plongé dans le XIXème siècle. La comparaison avec Dickens sur la quatrième de couverture me semble un peu facile car l'auteur utilise son propre univers pour écrire une très belle histoire victorienne. Les questions de l'homosexualité, de la place des femmes et des aliénés dans la société victorienne sont abordés dans le récit. Ces thématiques sont traitées par l'auteur avec beaucoup de justesse et surtout sans clichés. Sarah Waters nous réserve un certains nombre de rebondissements dans l'intrigue. C'est l'un des éléments que j'ai le plus apprécié. C'est un "roman à tiroirs" qui est très bien construit. J'envisage de découvrir prochainement ses autres romans.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fanfan-Do Posté le 19 Mai 2020
    Sue 17 ans, petite voleuse des bas-fonds londonien, est sollicitée par "Gentleman", aristocrate déchu, pour escroquer et spolier une jeune héritière. Au départ, le langage un peu particulier m'a laissée perplexe ; des mots et des expressions que je ne connaissais pas : grinchir, fourline... Mais rapidement j'ai aimé l'ambiance à la Dickens. Un histoire qui se déroule dans l'Angleterre victorienne, je ne pouvais que me laisser envoûter. Ça commence chez les laissés pour compte, les miséreux, les voleurs... voleurs et receleurs de tout d'ailleurs, de biens, de chiens, d'enfants, tout ce qui peut rapporter. Il y a quelque chose de terrifiant dans cette histoire, un jeu de dupes où quelqu'un verra sa vie détruite. La condition des femmes des milieux aisés à cette époque me fait froid dans le dos. Sous tutelle du début à la fin de leur existence, tout d'abord le père ou le tuteur, puis le mari, les hommes tout-puissants, les femmes sans jamais aucun droit... J'ai commencé cette lecture sans avoir réellement lu la 4ème de couv, et c'est tant mieux parce que je trouve qu'elle dévoile trop de choses. Et donc j'ai été dans la découverte la plus totale et ça en valait vraiment la peine ! L'intrigue est... Sue 17 ans, petite voleuse des bas-fonds londonien, est sollicitée par "Gentleman", aristocrate déchu, pour escroquer et spolier une jeune héritière. Au départ, le langage un peu particulier m'a laissée perplexe ; des mots et des expressions que je ne connaissais pas : grinchir, fourline... Mais rapidement j'ai aimé l'ambiance à la Dickens. Un histoire qui se déroule dans l'Angleterre victorienne, je ne pouvais que me laisser envoûter. Ça commence chez les laissés pour compte, les miséreux, les voleurs... voleurs et receleurs de tout d'ailleurs, de biens, de chiens, d'enfants, tout ce qui peut rapporter. Il y a quelque chose de terrifiant dans cette histoire, un jeu de dupes où quelqu'un verra sa vie détruite. La condition des femmes des milieux aisés à cette époque me fait froid dans le dos. Sous tutelle du début à la fin de leur existence, tout d'abord le père ou le tuteur, puis le mari, les hommes tout-puissants, les femmes sans jamais aucun droit... J'ai commencé cette lecture sans avoir réellement lu la 4ème de couv, et c'est tant mieux parce que je trouve qu'elle dévoile trop de choses. Et donc j'ai été dans la découverte la plus totale et ça en valait vraiment la peine ! L'intrigue est d'un machiavélisme à faire dresser les cheveux sur la tête, sur fond de misère et de filouterie. Pour moi il s'agit là d'un véritable coup de cœur. C'est une histoire de femmes, superbe et douloureuse. Un voyage incroyable dans l'Angleterre du XIXÈME siècle, avec ses excès, ses injustices et où la compassion n'avait pas sa place. J'ai adoré ce roman, pour moi grandiose de bout en bout !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Christophe_bj Posté le 9 Février 2020
    Une œuvre magistrale : une intrigue sensationnelle, brillante, parfaitement maîtrisée, une reconstitution historique hors pair, une symbolique très riche, un style plein de saveur : un roman qui réunit à la fois les qualités de page-turner des meilleurs thrillers américains, avec, en outre, une superbe qualité littéraire.
  • Foxy_booksy Posté le 15 Décembre 2019
    J'ai beaucoup aimé les personnages de Susan et Maud. L'histoire est bien recherchée et on ne peut se douter de tout le complot qui se trame derrière le dos des deux personnages. Les sentiments sont bien retranscrits et l'histoire est magnifique. La plume de l'auteur est parfaite et j'ai hâte de découvrir ces autres œuvres. Le seul bémol que j'ai trouvé est que le livre est fort tirer en longueur et aussi que la couverture n'est vraiment pas belle mais ça ne ma pas empêché d'apprécier à fond ma lecture.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Twist final : 10 romans dont la fin vous laissera bouche bée

    Choquant et inattendu, le retournement final fait partie de ces pirouettes, qui, lorsqu'elles sont bien réalisées, transforment une lecture agréable en lecture inoubliable. Du roman de SF culte La planète des singes au récent best-seller La Fille du train, focus sur dix romans avec une fin à couper le souffle. 

    Lire l'article