Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264041074
Code sériel : 3766
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 752
Format : 108 x 177 mm

Du bout des doigts

Erika ABRAMS (Traducteur)
Date de parution : 20/01/2005
Héritière moderne de Dickens, mais aussi de Sapho et des Libertins, Sarah Waters nous offre une vision clandestine de l’Angleterre victorienne, un envers du décor où les héroïnes, de mariages secrets en amours interdites, ne se conduisent jamais comme on l’attendrait.
Londres, 1862. À la veille de ses dix-huit ans, Sue Trinder, l'orpheline de Lant Street, le quartier des voleurs, se voit proposer par un élégant, surnommé Gentleman, d'escroquer une riche héritière. Orpheline elle aussi, cette dernière est élevée dans un lugubre manoir par son oncle, collectionneur de livres d'un genre... Londres, 1862. À la veille de ses dix-huit ans, Sue Trinder, l'orpheline de Lant Street, le quartier des voleurs, se voit proposer par un élégant, surnommé Gentleman, d'escroquer une riche héritière. Orpheline elle aussi, cette dernière est élevée dans un lugubre manoir par son oncle, collectionneur de livres d'un genre tout particulier. Dans cette atmosphère saturée de mystère et de passions souterraines, Sue devra déjouer les complots les plus délicieusement cruels, afin de devenir, avec le concours de la belle demoiselle de Briar, une légende parmi les cercles interlopes de la bibliophilie érotique.

Héritière moderne de Dickens, mais aussi de Sapho et des Libertins, Sarah Waters nous offre une vision clandestine de l'Angleterre victorienne, un envers du décor où les héroïnes, de mariages secrets en amours interdites, ne se conduisent jamais comme on l'attendrait. Un roman décadent et virtuose.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264041074
Code sériel : 3766
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 752
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Retrouvant le parler cockney de la pègre londonienne, réinventant les décors crapoteux des bas quartiers, l'humidité glaciale des grandes demeures campagnardes, analysant le sadisme lamentable des responsables d'asiles de fous, Sarah Waters navigue avec habileté entre mélodrame historique, énigme et amours interdites. »
M.-C. A., Marie-Claire

« La très talentueuse Galloise Sarah Waters [...] connaît en experte sa grande littérature populaire, et ne peut s'empêcher de jongler avec ses ingrédients les plus extravagants. Avec un art sorcier, délicieusement audacieux, aussi. »
Christine Ferniot, Télérama

« Par des chemins détournés, en passant par l'amour entre deux femmes qui avaient tout pour se haïr, la romancière nous conduit par le bout du nez jusqu'où elle veut aller. Et, pour dire la vérité, on est heureux de s'être laissé mené ainsi. »
Pierre Maury, Le Soir

« Ce formidable récit se déroule dans une Angleterre victorienne et puritaine à souhait. Vous y trouverez les références que vous voudrez : Charles Dickens pour l'humidité froide de ses ambiances, Robert Louis Stevenson pour la noirceur des sentiments. En tout cas, et ce n'est pas lui faire injure que de l'affirmer, on ne dirait jamais que Sarah Waters, 37 ans, vit à notre époque. »
Caroline Andrieu, Le Parisien

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • tantquilyauradeslivres Posté le 31 Octobre 2020
    L’année dernière j’ai eu envie de lire des histoires de fantômes. Après plusieurs déceptions, la lecture de L’indésirable de Sarah Waters avait comblé mes attentes. J’avais aimé le style de l’autrice, rappelant les grands noms de la littérature britannique. Je m’étais alors promis de découvrir un peu plus l’œuvre de Sarah Waters et c’est le billet d’Eva, suivi d’une émission des Bibliomaniacs, qui m’a poussée vers ce livre. Je l’ai emporté dans ma valise pendant les vacances et le moment n’aurait pas pu être plus propice. Car le roman est de ceux que l’on a du mal à lâcher, j’ai donc ainsi pu m’y plonger pendant de longues heures et dévorer ses 750 pages en deux jours. Sarah Waters nous raconte l’histoire de deux jeunes filles, Sue et Maud. Sue a grandi dans les bas-fonds de Londres, sa mère était une criminelle, pendue alors qu’elle était encore bébé. Elle a été élevée par une gardienne d’enfants, au milieu des voleurs, des escrocs et des receleurs, même si elle a été relativement épargnée et protégée par sa mère de substitution. Un jour, un escroc qui se fait appeler Gentleman, vient lui proposer de prendre part à une arnaque. Il s’est fait engager... L’année dernière j’ai eu envie de lire des histoires de fantômes. Après plusieurs déceptions, la lecture de L’indésirable de Sarah Waters avait comblé mes attentes. J’avais aimé le style de l’autrice, rappelant les grands noms de la littérature britannique. Je m’étais alors promis de découvrir un peu plus l’œuvre de Sarah Waters et c’est le billet d’Eva, suivi d’une émission des Bibliomaniacs, qui m’a poussée vers ce livre. Je l’ai emporté dans ma valise pendant les vacances et le moment n’aurait pas pu être plus propice. Car le roman est de ceux que l’on a du mal à lâcher, j’ai donc ainsi pu m’y plonger pendant de longues heures et dévorer ses 750 pages en deux jours. Sarah Waters nous raconte l’histoire de deux jeunes filles, Sue et Maud. Sue a grandi dans les bas-fonds de Londres, sa mère était une criminelle, pendue alors qu’elle était encore bébé. Elle a été élevée par une gardienne d’enfants, au milieu des voleurs, des escrocs et des receleurs, même si elle a été relativement épargnée et protégée par sa mère de substitution. Un jour, un escroc qui se fait appeler Gentleman, vient lui proposer de prendre part à une arnaque. Il s’est fait engager comme secrétaire par un riche gentilhomme campagnard, qui vit seul avec sa nièce. Nièce qui doit toucher une jolie fortune à son mariage. Gentleman espère séduire la jeune fille, l’épouser, empocher sa fortune puis l’abandonner dans un asile. Mais pour cela il a besoin de l’aide d’un complice, qui pourrait intercéder en sa faveur, manipuler la jeune fille pour qu’elle tombe amoureuse et la convaincre de s’enfuir avec lui. Sue accepte le marché et se fait engager comme femme de chambre auprès de la victime du piège : Maud. L’histoire aurait pu être simple, mais Sarah Waters nous propose une intrigue complexe et riche en rebondissements, marquée par la duplicité des personnages. Construit en trois grandes parties, le récit alterne les points de vue, commençant avec Sue, puis se poursuivant avec Maud pour revenir à Sue. Cette construction permet de revoir complètement l’histoire à l’aune d’un nouveau personnage, les événements de la première partie prenant un éclairage nouveau dans la seconde. L’atmosphère rappelle les grands romans victoriens, avec les codes propres au genre : une douce jeune fille à marier, un manoir lugubre, l’asile, les quartiers miséreux. On pourrait trouver cela convenu, mais Sarah Waters va casser les codes en nous réservant de nombreuses surprises. On dirait un mélange de Dickens et Hitchcock, le tout teinté d’érotisme lesbien ! C’est surprenant, inattendu et complètement addictif. Apparemment il existe une série tirée du roman, il va falloir que je recherche ça et que je m’empresse de découvrir les autres romans de l’autrice (Eva recommande Caresser le velours).
    Lire la suite
    En lire moins
  • Riz-Deux-ZzZ Posté le 31 Août 2020
    En bref, un roman surprenant derrière les convenances de l'époque victorienne. La narration à la première personne entraîne le lecteur en plein Londres du XIXe siècle, au départ bien loin des petits salons et des visites de courtoisie, mais plutôt dans les bas-fonds sales et sombres où le vol et le recel sont les seuls moyens de survivre. J'ai aimé découvrir une des héroïnes, Sue, et voir son évolution au fur et à mesure du déroulement de l'intrigue. [...]
  • Symphonie Posté le 29 Août 2020
    Angleterre, 1860 : deux jeunes filles que tout oppose se retrouvent au centre d'un cruel complot, savamment orchestré par un certain Monsieur Gentleman Voilà un roman efficace, où les rebondissements tiennent le lecteur en haleine du début à la fin. Sarah Wather nous ouvre les portes d'un monde particulièrement érotique, dans une ambiance feutrée. Un pavé dont l'intrigue se dévore à une allure vertigineuse. Une trame qui donne le tournis, emporte le lecteur, à tel point qu'hypnotisée dès les premières pages de ma lecture et n'ayant pas vu mon tour arriver, la bibliothécaire m'a sortie de ma captivité en me lançant gentiment : Eh#8239;! Bien dites-moi, Il a l'air passionnant ce roman. " Et il l'est ! L'écriture de Sarah Waters est un pur délice. Une brique magistrale de 750 pages à lire !
  • MahaultMots Posté le 16 Août 2020
    Mon premier Sarah Waters, et certainement pas mon dernier. Du bout des doigts est un roman historique - l'intrigue se déroulant dans l'Angleterre Victorienne - sur fond de manipulation. Si dès le début j'ai été charmée, c'était sans compter sur le tournant que l'intrigue prend à l'issue du premier quart du livre, qui a démultipliée mon intérêt. On se retrouve alors face à une intrigue à tiroirs retorse et des personnages tout aussi compliqués, envers lesquels on ressent beaucoup d'empathie. Bref, c'est une totale réussite.
  • ya2meufs_qui_lisentetvoyagent Posté le 2 Juillet 2020
    A Londres en 1862, Sue Trinder, une jeune orpheline, vit chez une famille de voleurs, protégée par Madame Sucksby, une femme à la fois aimante, vorace et manipulatrice. Lorsque Gentleman, un séducteur détrousseur, leur propose une arnaque juteuse, il est décidé que Sue se fera embauchée comme dame de compagnie auprès de Maud Lilly, une riche héritière, pour l'escroquer. Mais rien ne va se passer comme prévu... Peu à peu, Sue et Maud se sentent attirées l'une par l'autre, mettant en péril toute l'affaire... Mais qui mène la danse dans cette escroquerie, qui est la servante, qui est la maitresse ? Et qui manipule l'autre? Sarah Waters signe un grand roman superbement écrit, porté par une plume classique magnifique et jamais surannée, celle qui nous avait déjà enthousiasmés avec "Caresser le velours". L'originalité du récit, c'est qu'il est d'abord raconté par Sue Trinder, l'escroc pendant la première moitié du roman. Puis par Maud, la victime, dans un retournement de situation virtuose et vertigineux. A la fois roman d'amour sensuel, suspense incroyable et peinture sociale de l'Angleterre victorienne et de ses bas fonds, "Du bout des doigts" est fascinant, cruel et audacieux. On y découvre le monde des voleurs et receleurs (le... A Londres en 1862, Sue Trinder, une jeune orpheline, vit chez une famille de voleurs, protégée par Madame Sucksby, une femme à la fois aimante, vorace et manipulatrice. Lorsque Gentleman, un séducteur détrousseur, leur propose une arnaque juteuse, il est décidé que Sue se fera embauchée comme dame de compagnie auprès de Maud Lilly, une riche héritière, pour l'escroquer. Mais rien ne va se passer comme prévu... Peu à peu, Sue et Maud se sentent attirées l'une par l'autre, mettant en péril toute l'affaire... Mais qui mène la danse dans cette escroquerie, qui est la servante, qui est la maitresse ? Et qui manipule l'autre? Sarah Waters signe un grand roman superbement écrit, porté par une plume classique magnifique et jamais surannée, celle qui nous avait déjà enthousiasmés avec "Caresser le velours". L'originalité du récit, c'est qu'il est d'abord raconté par Sue Trinder, l'escroc pendant la première moitié du roman. Puis par Maud, la victime, dans un retournement de situation virtuose et vertigineux. A la fois roman d'amour sensuel, suspense incroyable et peinture sociale de l'Angleterre victorienne et de ses bas fonds, "Du bout des doigts" est fascinant, cruel et audacieux. On y découvre le monde des voleurs et receleurs (le titre, traduction de "Fingersmith", fait allusion aux détrousseurs aux doigts de fée mais c'est aussi un titre à double sens...) et celui des amateurs de livres érotiques, un milieu rarement traité. Ne passez pas à côté de ce roman totalement original qui a inspiré plusieurs adaptations cinématographiques. Un téléfilm anglais en 2 parties de la BBC en 2005 avec la merveilleuse Sally Hawkins (La Forme de l'eau) et Elaine Cassidy, et un film de 2016, "Mademoiselle", transposé en Corée et merveilleusement vénéneux !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Twist final : 10 romans dont la fin vous laissera bouche bée

    Choquant et inattendu, le retournement final fait partie de ces pirouettes, qui, lorsqu'elles sont bien réalisées, transforment une lecture agréable en lecture inoubliable. Du roman de SF culte La planète des singes au récent best-seller La Fille du train, focus sur dix romans avec une fin à couper le souffle. 

    Lire l'article