Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266278331
Code sériel : 17032
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm
Je sais pas
Date de parution : 09/11/2017
Éditeurs :
Pocket

Je sais pas

Date de parution : 09/11/2017
C'est le grand jour de la sortie en forêt de l'école maternelle des Pinsons : un avant-goût de vacances. Tout se déroule pour le mieux jusqu'au moment du retour, quand... C'est le grand jour de la sortie en forêt de l'école maternelle des Pinsons : un avant-goût de vacances. Tout se déroule pour le mieux jusqu'au moment du retour, quand une enfant manque à l'appel. Emma, cinq ans, a disparu. C'est l'affolement général. Que s’est-il passé dans la forêt ?... C'est le grand jour de la sortie en forêt de l'école maternelle des Pinsons : un avant-goût de vacances. Tout se déroule pour le mieux jusqu'au moment du retour, quand une enfant manque à l'appel. Emma, cinq ans, a disparu. C'est l'affolement général. Que s’est-il passé dans la forêt ? À cinq ans, on est innocent. Pourtant, ne dit-on pas qu’une figure d’ange peut cacher un cœur de démon ?

« De rebondissements en coups de théâtre, on termine le livre le souffle coupé. » Point de vue

« L'auteur est fidèle à ses habitudes et nous livre, une fois de plus, un super thriller à en faire frissonner plus d'un. » Maïté Hamouchi – Métro (Belgique)
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266278331
Code sériel : 17032
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Difficile d'imaginer plus glaçant que l'histoire d'Emma dans Je sais pas. » Fabienne Huart, L'Indépendant

« Ou « quand la vie d'un adulte est entre les mains d'un enfant... » Terriblement noir ! » Mathieu Menossi, Les Choix Nolim

«  L'auteure est fidèle à ses habitudes et nous livre, une fois de plus, un super thriller à en faire frisonner plus d'un. » Maïté Hamouchi, Métro Belgique

« Chez Barbara Abel, il n'y a ni « bons » ni « méchants », simplement des gens comme vous et moi qu'un enchaînement de micro-évènements va entraîner au bord du gouffre. Un suspense qu'on lâche difficilement. Epatant ! »  F.R., Télé 7 jours,

« De rebondissements en coup de théâtre, on termine le livre le souffle coupé. » J.C., Point de vue

« Comment Barbara Abel peut-elle inventer des histoires et des personnages aussi pervers, tordus et extrêmes ? Faut-il chercher au fond d'elle-même ? » ELLE Belgique


 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Framboisine7282 10/09/2022
    Très déçue par « les fêlures » j’ai eu envie de relire « Je sais pas » un ancien roman de cette auteure qui a une place importante dans mes choix de lecture. Peu de personnages dans cette histoire, qui se déroule sur un temps très court et qui a pour point de départ une sortie scolaire pour une classe de maternelle. Au programme visite d’une ferme pédagogique, pique-nique dans les bois, construction d’une cabane. Les enfants sont ravis, les accompagnants un peu moins, car Mylène n’est pas arrivée et les enfants dont elle est responsable sont un peu ingérables. Cette jeune institutrice n’arrive pas à s’intégrer au sein du groupe scolaire. Elle n’est pas jolie, pas sympathique, et ses collègues ne vont pas spontanément vers elle. Elle avait cinq ans quand sa mère est partie refaire sa vie avec un américain. Elle a grandi auprès de son père dans une famille peu chaleureuse. Diabétique comme lui elle est dépendante de ses injections régulières d’insuline, ce qui complique beaucoup sa vie. Puis nous faisons la connaissance de Camille architecte d’intérieur, mariée avec Patrick professeur de lettres. Leur petite fille Emma est âgée de 5 ans. Tout semble aller pour le mieux. En apparence seulement, puisque la jeune... Très déçue par « les fêlures » j’ai eu envie de relire « Je sais pas » un ancien roman de cette auteure qui a une place importante dans mes choix de lecture. Peu de personnages dans cette histoire, qui se déroule sur un temps très court et qui a pour point de départ une sortie scolaire pour une classe de maternelle. Au programme visite d’une ferme pédagogique, pique-nique dans les bois, construction d’une cabane. Les enfants sont ravis, les accompagnants un peu moins, car Mylène n’est pas arrivée et les enfants dont elle est responsable sont un peu ingérables. Cette jeune institutrice n’arrive pas à s’intégrer au sein du groupe scolaire. Elle n’est pas jolie, pas sympathique, et ses collègues ne vont pas spontanément vers elle. Elle avait cinq ans quand sa mère est partie refaire sa vie avec un américain. Elle a grandi auprès de son père dans une famille peu chaleureuse. Diabétique comme lui elle est dépendante de ses injections régulières d’insuline, ce qui complique beaucoup sa vie. Puis nous faisons la connaissance de Camille architecte d’intérieur, mariée avec Patrick professeur de lettres. Leur petite fille Emma est âgée de 5 ans. Tout semble aller pour le mieux. En apparence seulement, puisque la jeune femme a un amant, Etienne, rencontré à la sortie de l’école et qu’elle envisage de quitter son mari. Un peu classique tout ça… Mais non ! Car Emma est dans la classe de Mylène, qui est la fille d’Etienne. Camille met régulièrement son couple en danger et finit par commettre une imprudence lourde de conséquences. On revient dans la forêt où la sortie scolaire a un franc succès. Les enfants sont motivés et se préparent à construire la plus belle cabane, quand Emma demande à changer de groupe pour ne pas rester avec Mylène. Emma est une petite fille très jolie, autoritaire et capricieuse, et pour éviter un affrontement qui gâcherait cette belle journée elle rejoint donc une autre institutrice. La journée s’achève, il est temps de rejoindre le car, mais la fillette manque à l’appel… Mylène décide de partir à sa recherche et disparaît à son tour. Le décor est planté. Bien évidement la police est prévenue, impossible de faire autrement. Emma est retrouvée mais pas Mylène. Au sein du groupe l’angoisse s’installe : que s’est-il passé dans la forêt ? La fillette s’enferme dans un silence dont elle ne sortira pas. Aux nombreuses questions qui lui sont posées elle répond « je sais pas » et même sa maman dont elle est très proche n’obtiendra rien d’elle. Elle devient distante et Camille commence à se poser des questions : sa fille qui l’a surprise dans les bras d’ Etienne veut-elle se venger ? En une journée la vie des principaux personnages bascule peu à peu et les rebondissements sont nombreux. Comme dans tous ses romans Barbara ABEL sait entretenir le suspense. Le dénouement dont je ne me souvenais pas fait apparaître les failles et les faiblesses de chacun, et le tableau est bien sombre… Un bon roman que j’ai relu Avec plaisir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Commedans1livre 10/09/2022
    Je ne lis pas souvent des thrillers mais quand cela arrive, je suis rarement déçue par mes choix ! « Je sais pas » c’est le dernier roman écrit par Barbara Abel. J’aime bien quand il y a beaucoup de suspense et quand on s’interroge sur le personnage principal. En l’occurrence ici, il y en a deux. D’une part, Emma, une adorable petite peste peu appréciée par les autres enfants, et Mylène, une instit mal dans sa peau, qui a parfois des difficultés à maîtriser ses émotions.
  • Archilectures 31/08/2022
    Alors, tout d'abord, je tiens à dire que les enfants ce n'est pas forcément mon délire et que ce livre ne m'a clairement pas donné envie de changer d'avis, la petite Emma étant une sale petite peste. Mais ce roman est une vraie pépite ! Tout se mélange, se croise, et quand les faits commencent à se mettre en place on n'en croit pas ses yeux, et plus le récit avance plus on est bouche bée devant tout ce méli-mélo destructeur ! On est embarqués dans un véritable ascenseur émotionnel et quand on pense avoir découvert tous les rouages de l'histoire, voilà qu'on s'en reprend une couche jusqu'aux révélations finales qui m'ont laissée pantoise. Finalement les destins de la petite et de son institutrice se rejoignent, se mêlent et finissent par se ressembler en tout point dans une sorte de boucle infernale magnifiquement exécutée. C'est bien écrit, c'est captivant, c'est tordu, j'ai adoré !
  • Fanvin54 29/08/2022
    Je sais pas ... un peu facile comme réponse, meme de la part d'une toute jeune fille, ça ressemble plutôt à une esquive, une volonté de taire, dissimuler. Parce que l'on a des choses à se reprocher peut-être ? Mon premier Barbara Abel... et alors, me direz-vous ? Je sais pas serait la réponse facile... d'un côté, une histoire qui tient en haleine, pleine de rebondissements. De l'autre, des personnages guère attachants, une écriture qui ne m'a pas emballé (l'emploi a maintes reprises du terme irradier pour évoquer la propagation de la douleur dans le corps d'une protagoniste a fini par me sortir par les yeux...), une fin qui m'a laissé dubitatif... Je sais donc ce que je pense de ce roman (ce n'est que mon humble avis bien entendu...) : il s'agit d'un honnête thriller se lisant assez facilement, mais qui est loin d'atteindre des sommets...
  • angelita.manchado 26/08/2022
    Je sais pas de Barbara Abel présentation Camille est mariée, elle a une petite fille de 5 ans. Elle a un amant. Elle se sent belle, désirée, libre avec lui. Mais la culpabilité est là. Cela bouleverse toute sa vie, ses idées. Une sorite scolaire doit avoir lieu. Mylène, institutrice,, va être en retard car elle doit récupérer sa dose d’insuline. Avis Je sais pas de Barbara Abel Un roman très psychologique comme sait les offrir Barbara Abel qui dissèque les comportements humains, aussi bien ceux des adultes que ceux des enfants. Car un enfant est-il si innocent que ça ? N’est-il pas un manipulateur de première ? Ne cherche-t-il pas à se venger d’une situation ? Est-ce qu’un enfant éprouve de la culpabilité comme peut la ressentir un adulte ? Camille a semble-t-il tout pour être heureuse. Elle est mariée, maman d’une petite fille de 5 ans, Emma, et elle a un bon job. Mais depuis 5 semaines, elle mène une double vie et retrouve son amant, Etienne. Ce dernier vient la voir chez elle un soir et Emma les surprend en train de s’embrasser. Lors d’une sortie scolaire, Emma est portée disparue, très vite retrouvée par les forces de l’ordre. Mais dans la... Je sais pas de Barbara Abel présentation Camille est mariée, elle a une petite fille de 5 ans. Elle a un amant. Elle se sent belle, désirée, libre avec lui. Mais la culpabilité est là. Cela bouleverse toute sa vie, ses idées. Une sorite scolaire doit avoir lieu. Mylène, institutrice,, va être en retard car elle doit récupérer sa dose d’insuline. Avis Je sais pas de Barbara Abel Un roman très psychologique comme sait les offrir Barbara Abel qui dissèque les comportements humains, aussi bien ceux des adultes que ceux des enfants. Car un enfant est-il si innocent que ça ? N’est-il pas un manipulateur de première ? Ne cherche-t-il pas à se venger d’une situation ? Est-ce qu’un enfant éprouve de la culpabilité comme peut la ressentir un adulte ? Camille a semble-t-il tout pour être heureuse. Elle est mariée, maman d’une petite fille de 5 ans, Emma, et elle a un bon job. Mais depuis 5 semaines, elle mène une double vie et retrouve son amant, Etienne. Ce dernier vient la voir chez elle un soir et Emma les surprend en train de s’embrasser. Lors d’une sortie scolaire, Emma est portée disparue, très vite retrouvée par les forces de l’ordre. Mais dans la forêt, seule Emma sait ce qui s’est passé entre elle et sa maîtresse, Mylène, une jeune femme qui ne se lie pas aux autres, qui est revêche, d’un caractère assez violent envers les enfants et diabétique de type 1. Très vite, Barbara Abel met son grain de sel dans l’histoire en liant les uns et les autres à son roman, pour encore plus de culpabilité, encore plus de colère. Les personnages sont au bord de l’explosion, de la rupture, pour montrer leurs plus vils comportements, surtout que certains ont un passé qui refait surface. Le but est de retrouver Mylène, la fille d’Etienne. C’est une question de vie ou de mort. Et seule une personne, une enfant, peut dire ce qui s’est passé et où peut être Mylène. Barbara Abel nous révèle nos pires instincts car combien de fois ai-je voulu secouer Emma, cette petite fille de 5 ans, belle comme au coeur, qui parait candide. Un certain nombre, je dois l’avouer même après les dernières révélations, mon opinion n’a pas changé. Car le comportement des adultes, au coeur de cette histoire et face aux rebondissements, n’est pas nouveau. Ils sont adultes et malgré la douleur, la colère, la vengeance, ils révèlent leurs pires tourments. Il est facile d’accuser lorsque l’on est soi-même coupable d’une situation, lorsque l’on culpabilise, lorsque l’on veut sauver son couple, ne pas révéler une liaison car on sait que l’on peut tout perdre. Mylène veut se sauver, être sauvée. Elle déploie des trésors d’imagination pour remonter à la surface. Mais la maladie sera-t-elle plus forte qu’elle ? Oui, elle s’apitoie sur son sort, sur ses relations chaotiques avec les autres, sur son physique ingrat. Elle n’a jamais accepté sa maladie, elle s’est rebellé contre son père. Ses fugues à répétition ne vont pas lui servir, ni son comportement envers les enfants. Un roman mené de main de maître où les questions succèdent aux questions, les révélations aux révélations. En trois jours, les personnages passent par diverses émotions avec rappels de leur passé, les souvenirs en commun avec un enfant. La trahison, l’adultère ne sont pas bons. Qui manipule qui ? Et 10 ans après ce drame, familial aussi, est-ce qu’une personne a pu être sauvée ou l’histoire se répète-t-elle ? Malgré le caractère d’un enfant, les adultes ne prennent pas en compte qu’une expérience peut le détruire profondément et pour toujours.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Belfond

    [interview] L'amour et la haine selon Barbara Abel

    Après le succès retantissant de Je sais pas, Barbara Abel revient avec un nouveau thriller psychologique au dénouement stupéfiant. L'auteure nous embarque sur les chemins tortueux de la culpabilité et de la peur à travers une intrigue où ni méchants ni gentils ne triomphent. Interrogée à l'occasion de la parution de Je t'aime, elle revient sur l'amour et la haine, deux notions omniprésentes dans son roman.

    Lire l'article