Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266290333
Code sériel : 17504
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 496
Format : 108 x 177 mm

Je t'aime

Date de parution : 09/05/2019
À 18 ans, Alice est à l’âge des premiers « Je t’aime ». Pendant que Simon, son père, prend un nouveau départ : il vient de rencontrer Maude.
Entre cette dernière et Alice, les relations sont distantes, un statu quo de famille recomposée. Aussi, lorsque Maude surprend l’adolescente à fumer du...
À 18 ans, Alice est à l’âge des premiers « Je t’aime ». Pendant que Simon, son père, prend un nouveau départ : il vient de rencontrer Maude.
Entre cette dernière et Alice, les relations sont distantes, un statu quo de famille recomposée. Aussi, lorsque Maude surprend l’adolescente à fumer du cannabis dans sa chambre, accepte-t-elle, devant ses supplications, de ne rien dire à Simon. Une innocente cachotterie qui provoquera, six mois plus tard, une immense tragédie…
Il n’y a pas de petit mensonge. Et rien n’est plus proche de l’amour que la haine…

« Un thriller dans un cadre familial banal qui tourne au thriller… psychologique. » 20 minutes
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266290333
Code sériel : 17504
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 496
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Un thriller dans un cadre familial banal qui tourne au thriller… psychologique. » 20 minutes

« Plus complexe, plus intéressant qu’un simple roman, sous des aspects légers, quelque chose de solide qui se dessine. » Branchés culture

« Avec toute la sensibilité qu’on lui connaît, Barbara Abel fait un retour remarqué. » Lettres it be
Presse

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • BooksandMartini Posté le 8 Juin 2021
    Je ne vais pas vous mentir, j’ai littéralement englouti ce livre. Il n’y a pas d’autres mots. Lu en l’espace de 24h, vous voyez une meilleure description de ma lecture ? . Alors pour ce thriller psychologique je me suis simplement retrouver à me dire « Pu**** j’aurais fait quoi à sa place ?! ». Et cette question revenait sans cesse. Et c’est sûrement grâce à cette question, grâce au chapitre cours et passant d’une protagoniste à une autre assez régulièrement. . Je n’avais jamais lu de Barbara Abel avant celui là. Et je ne peux me prononcer si je renouvellerai l’expérience ou non. Mais je trouve que l’auteure a très bien su dépeindre tout le drame qui suit le premier drame. Un très belle représentation de tout ce que peux engendrer ce qui paraissait au premier abord être un minuscule mensonge, ou vérité caché. . Bien que j’ai trouver certaine réaction, action, suite logique, un peu « hollywoodienne », carrément exagéré. Même si grâce aux changements de voix entre ces 4 femmes, on finit par comprendre chacune d’elles. Par ressentir leur angoisse, désir de vengeance, tristesse.
  • Giraud_mm Posté le 30 Mai 2021
    Divorcée, Maude et ses deux enfants, Arthur et Suzie, tentent de reconstruire une famille avec Simon, veuf, et sa fille Alice, adolescente. Solange et Samuel couvent leur jeune fils Thibault. Nicole a élevé seule son fils Bruno, majeur depuis peu. Alice et Bruno s'aiment. Un après-midi où ils ont fumé du hachich, Bruno raccompagne Alice chez elle en voiture. En rentrant chez lui il provoque un accident, causant sa mort et celle de Thibault. La vie de trois familles ordinaires vient de basculer dans un cauchemar qui ne fait que commencer... Barba Abel, que je découvre, raconte cette histoire avec une précision chirurgicale. Elle se met dans la peau de chacun des principaux protagonistes pour nous faire partager son ressenti. On est ainsi plongé dans la vie de Maude, Simon, Alice, Nicole, Solange..., et on y croit. Leurs réactions sont celles que nous pourrions tous avoir. L'enchaînement des faits est celui que l'on devrait redouter, pour chercher à s'en écarter le plus possible. L'écriture est précise et agréable, plutôt légère malgré la gravité du sujet. Le roman est bien rythmé, avec des chapitres courts et de fréquents changements de point de vue. La qualité de l'intrigue, de l'écriture et de la narration rendent la lecture... Divorcée, Maude et ses deux enfants, Arthur et Suzie, tentent de reconstruire une famille avec Simon, veuf, et sa fille Alice, adolescente. Solange et Samuel couvent leur jeune fils Thibault. Nicole a élevé seule son fils Bruno, majeur depuis peu. Alice et Bruno s'aiment. Un après-midi où ils ont fumé du hachich, Bruno raccompagne Alice chez elle en voiture. En rentrant chez lui il provoque un accident, causant sa mort et celle de Thibault. La vie de trois familles ordinaires vient de basculer dans un cauchemar qui ne fait que commencer... Barba Abel, que je découvre, raconte cette histoire avec une précision chirurgicale. Elle se met dans la peau de chacun des principaux protagonistes pour nous faire partager son ressenti. On est ainsi plongé dans la vie de Maude, Simon, Alice, Nicole, Solange..., et on y croit. Leurs réactions sont celles que nous pourrions tous avoir. L'enchaînement des faits est celui que l'on devrait redouter, pour chercher à s'en écarter le plus possible. L'écriture est précise et agréable, plutôt légère malgré la gravité du sujet. Le roman est bien rythmé, avec des chapitres courts et de fréquents changements de point de vue. La qualité de l'intrigue, de l'écriture et de la narration rendent la lecture assez addictive : on en vient vite à se demander comment les personnages vont se réveiller du cauchemar et si l'amour et la justice vont l'emporter sur la haine et la vengeance, et à ne plus pouvoir abandonner la lecture...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Olga34 Posté le 20 Mai 2021
    Avec Je t'aime, roman inquiétant sur l'explosion en plein vol d'une famille recomposée, Barbara Abel confirme sa position sur l'échiquier du polar belge et risque de se faire de nouveaux amis. Un livre qui scrute les habitudes familiales et qui fait éclater les certitudes. Barbara Abel est une grande autrice et la lire génère de grands moments d'angoisse. Cette dernière est distillée goutte à goutte jusqu'à l'explosion finale.
  • Anneke456 Posté le 20 Mai 2021
    Alice est surprise à fumer un joint par sa belle-mère. Celle-ci décide de ne rien raconter à son conjoint question d'éviter toute bisbrouille. Puis elle a suffisamment de soucis avec son ex qui menace de récupérer Suzie, dont ils se partagent la garde alternée À partir d'une trame empruntée à la panoplie des "petits tracas du quotidien", Barbara Abel met en place un quadrillage de sentiments et ressentiments, conjuguant le chagrin de deux femmes à leur désir de vengeance. Doucement, elle s'approche des silences et de la violence des familles. Beau cadastre d'une société !
  • RazKiss Posté le 14 Mai 2021
    Quelques secrets bien gardés peuvent faire exploser une famille recomposée malgré la bonne entente entre ses membres. C'est ce que nous démontre ce roman. Maude surprend sa belle-fille, Alice, en train de fumer un joint. Elles sont loin d'être copines, Alice a toujours gardé ses distances. Alors, Maude se dit qu'elle pourrait en profiter pour améliorer leurs relations, elle accepte donc de ne pas en parler à son compagnon et demande à Alice de ne plus jamais fumer de cannabis. Elle ne se doute pas que ce petit secret va mener la famille à sa perte... Il y a deux choses que j'ai beaucoup appréciées dans ce roman : le style de Barbara Abel, très agréable à lire, et la dimension psychologique. Le lecteur est propulsé dans la tête de nombreux personnages (la famille d'Alice, mais aussi les proches des victimes). Chacun(e) a sa propre vision de la vérité et de la justice. Tous ont des motivations différentes. C'est fascinant de voir la toile se tisser entre les différents personnages au fur et à mesure de leurs interactions. On se rend compte qu'on peut effectivement passer très vite de l'amour à la folie, en passant par la haine. Par contre, la thématique... Quelques secrets bien gardés peuvent faire exploser une famille recomposée malgré la bonne entente entre ses membres. C'est ce que nous démontre ce roman. Maude surprend sa belle-fille, Alice, en train de fumer un joint. Elles sont loin d'être copines, Alice a toujours gardé ses distances. Alors, Maude se dit qu'elle pourrait en profiter pour améliorer leurs relations, elle accepte donc de ne pas en parler à son compagnon et demande à Alice de ne plus jamais fumer de cannabis. Elle ne se doute pas que ce petit secret va mener la famille à sa perte... Il y a deux choses que j'ai beaucoup appréciées dans ce roman : le style de Barbara Abel, très agréable à lire, et la dimension psychologique. Le lecteur est propulsé dans la tête de nombreux personnages (la famille d'Alice, mais aussi les proches des victimes). Chacun(e) a sa propre vision de la vérité et de la justice. Tous ont des motivations différentes. C'est fascinant de voir la toile se tisser entre les différents personnages au fur et à mesure de leurs interactions. On se rend compte qu'on peut effectivement passer très vite de l'amour à la folie, en passant par la haine. Par contre, la thématique du cannabis me paraissait moins crédible. [masquer]Même si certains personnages mentionnent que c'est une drogue douce, le cannabis est tout de même assimilé dans ce roman à une drogue assez addictive (paradoxalement, il est dit à un moment qu'elle génère pas ou peu d'addiction pourtant), dans laquelle "on tombe" et qui fait des dégâts. La maman de Bruno affirme que son fils ne touchait pas à ça, qu'il se contentait de boire quelques verres le weekend avec ses amis. Comme si faire un accident en étant alcoolisé était moins grave qu'en étant défoncé... Je ne comprends pas non plus comment Maude a fait pour cultiver du cannabis dans le sous-sol sans que personne ne s'en rende compte. Comment a-t-elle fait pour transporter là-bas une centaine de litres de terreau tous les 3-4 mois sans se faire remarquer ? Comment a-t-elle fait pour récolter à chaque fois ses 15 plantes, les tailler, les mettre dans les pacsons et évacuer les déchets sans éveiller les soupçons ? A la fin du roman, il me semble qu'on ne sait toujours pas où était caché l'argent et comment elle s'y prenait pour l'écouler. Enfin, je ne comprends pas pourquoi l'avocat d'Alice n'a pas pensé à éplucher les factures d'électricité. Si l'installation dans la cave était son œuvre, il y aurait eu une nette hausse de la consommation électrique à partir du moment où elle a emménagé là avec son père.[/masquer] Je suis contente d'avoir enfin découvert la plume de Barbara Abel. Même si je ne suis pas très convaincue par l'intrigue de "Je t'aime", je suis curieuse de voir comment elle exploite les drames familiaux dans d'autres romans. Je pense me tourner un de ces jours vers "Derrière la haine" dont le résumé m'a toujours paru alléchant...
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.