Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266274081
Code sériel : 16968
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

La Vengeance des mères

Jean-Luc PININGRE (Traducteur)
Date de parution : 21/09/2017
1875. En dépit de tous les traités, la tribu du chef cheyenne Little Wolf, qui avait échangé mille chevaux contre mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers, ne tarde pas à être exterminée par l'armée américaine. Quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre. Parmi elles, deux sœurs,... 1875. En dépit de tous les traités, la tribu du chef cheyenne Little Wolf, qui avait échangé mille chevaux contre mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers, ne tarde pas à être exterminée par l'armée américaine. Quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre. Parmi elles, deux sœurs, Margaret et Susan Kelly. Prêtes à tout pour venger la mort de leurs enfants, elles décident de prendre le parti du peuple indien et vont se lancer à corps perdu dans une lutte désespérée pour leur survie…

« Jim Fergus compose une épopée grandiose mais surtout émouvante et charnelle à travers ces sacrées héroïnes, courageuses et magiciennes. » LiRE

« Deux voix, mais une seule écriture, légère, énergique, à la fois enjouée et grave, et de sublimes portraits de femmes. On a bien fait de patienter. » L'Express
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266274081
Code sériel : 16968
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

"La Vengeance des mères est un roman épique au féminin, une leçon de vie." Lucie Etchebers, Grazia

"A lire d'une traite. Une fabuleuse épopée." M.G., Femme actuelle

"Une lecture passionnante, stimulante et émouvante." Farid Ameur, Historia

"Son Amérique à lui, c'est celle des grands espaces et de la nature sauvage." Catherine Balle, Aujourd'hui en France

"Tous les ingrédients du premier tome - l'amour, la bravoure et une amitié indéfectible - font de ce roman une aventure exaltante dans la paure tradition de la saga de l'Ouest américain." Avantages

"Une saga féministe qui traverse les paysages grandioses de l'Ouest américain et un épisode peu glorieux de l'histoire des Etats-Unis." Carrefour savoirs
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • GISELECOTTIN Posté le 14 Juin 2020
    J’avais adoré « Mille femmes blanches » et ce roman qui nous replonge dans les grandes plaines du nord des USA, sur les territoires cheyennes pendant la 2èmepartie du XIXème siècle m’a là encore enchanté. J’ai été émerveillée par la capacité de l’auteur à évoquer une part terrible de l’histoire du peuplement de ces territoires par les anglo-saxons. Il apporte beaucoup à la connaissance de ces faits historiques longtemps tus ou niés. J’ai été submergée d’émotion par ses descriptions des paysages aujourd’hui disparus, la richesse de la faune et de la flore qui permettait aux peuples autochtones d’y vivre de chasse, pêche et cueillettes. Et surtout Jim Fergus y excelle dans l’analyse psychologique de ces femmes, véritables héros de cette histoire. Qu’elles soient indiennes, noires ou blanches ; elles sont merveilleuses de volonté, de force, d’ouverture d’esprit, d’aptitude au changement ; bien loin donc des femmes potiches, putes ou boniches typiques des Western hollywoodien. En cela Jim Fergus leur fait la part belle ! car si l’on peut comprendre que les mères ont un instinct presque animal de préservation de leurs petits, sont-elles pour autant meilleures et à l’abri de toute corruption ? Pas si sûre.... mais on peut rêver un... J’avais adoré « Mille femmes blanches » et ce roman qui nous replonge dans les grandes plaines du nord des USA, sur les territoires cheyennes pendant la 2èmepartie du XIXème siècle m’a là encore enchanté. J’ai été émerveillée par la capacité de l’auteur à évoquer une part terrible de l’histoire du peuplement de ces territoires par les anglo-saxons. Il apporte beaucoup à la connaissance de ces faits historiques longtemps tus ou niés. J’ai été submergée d’émotion par ses descriptions des paysages aujourd’hui disparus, la richesse de la faune et de la flore qui permettait aux peuples autochtones d’y vivre de chasse, pêche et cueillettes. Et surtout Jim Fergus y excelle dans l’analyse psychologique de ces femmes, véritables héros de cette histoire. Qu’elles soient indiennes, noires ou blanches ; elles sont merveilleuses de volonté, de force, d’ouverture d’esprit, d’aptitude au changement ; bien loin donc des femmes potiches, putes ou boniches typiques des Western hollywoodien. En cela Jim Fergus leur fait la part belle ! car si l’on peut comprendre que les mères ont un instinct presque animal de préservation de leurs petits, sont-elles pour autant meilleures et à l’abri de toute corruption ? Pas si sûre.... mais on peut rêver un peu.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nanou3250 Posté le 7 Juin 2020
    16 ans après la parution de "mille femmes blanches" voici enfin la suite, tant attendue. Je retrouve avec un grand plaisir plusieurs femmes réchappées des batailles qui clôturaient le premier tome du roman. De nouvelles arrivées vont se joindre à elles. Roman épique, roman engagé, l'intrigue donne à l'auteur le moyen de louer la culture indienne et de nous la partager. Un triste constat de l'influence désastreuse de la civilisation occidentale sur cette culture clôture ce roman.
  • verobleue Posté le 3 Mars 2020
    J'ai commencé avec plaisir « La Vengeance des mères » qui suit « Mille femmes blanches ». Jim Fergus reprend le récit en 1876 lors du raid sanglant de l'armée américaine sur le village cheyenne de Little Wolf. La tribu est exterminée et seulement quelques femmes blanches échappent au massacre. Parmi elles, deux jumelles Irlandaises, Margaret et Susan Kelly, traumatisées par la perte de leurs bébés et par le comportement sanguinaire de l'armée des états Unis d'Amérique. Elles refusent de rejoindre la civilisation et trouvent refuge dans la tribu de Crazy Horse, un chef Lakota. Elles comprennent qu'il ne s'agit plus d'intégration mais d'extermination. Ces deux femmes y rencontrent un groupe de sept femmes blanches arrivées comme elles pour être mariées aux indiens mais capturées lors de leur voyage en train vers Fort Laramie. Cette suite est construite, comme le premier tome, d'extraits de carnets. Ceux-ci sont retranscrits par le rédacteur en chef J.W. Dodd III, lointain descendant de May Dodd. La trame du roman comporte des extraits des journaux intimes de Margaret Kelly, une des soeurs jumelles et ceux de Molly McGill, dernière recrue du programme FBI, institutrice d'origine écossaise incarcérée à Sing Sing pour le meurtre de son mari ce... J'ai commencé avec plaisir « La Vengeance des mères » qui suit « Mille femmes blanches ». Jim Fergus reprend le récit en 1876 lors du raid sanglant de l'armée américaine sur le village cheyenne de Little Wolf. La tribu est exterminée et seulement quelques femmes blanches échappent au massacre. Parmi elles, deux jumelles Irlandaises, Margaret et Susan Kelly, traumatisées par la perte de leurs bébés et par le comportement sanguinaire de l'armée des états Unis d'Amérique. Elles refusent de rejoindre la civilisation et trouvent refuge dans la tribu de Crazy Horse, un chef Lakota. Elles comprennent qu'il ne s'agit plus d'intégration mais d'extermination. Ces deux femmes y rencontrent un groupe de sept femmes blanches arrivées comme elles pour être mariées aux indiens mais capturées lors de leur voyage en train vers Fort Laramie. Cette suite est construite, comme le premier tome, d'extraits de carnets. Ceux-ci sont retranscrits par le rédacteur en chef J.W. Dodd III, lointain descendant de May Dodd. La trame du roman comporte des extraits des journaux intimes de Margaret Kelly, une des soeurs jumelles et ceux de Molly McGill, dernière recrue du programme FBI, institutrice d'origine écossaise incarcérée à Sing Sing pour le meurtre de son mari ce qui apporte des regards croisés sur les mêmes événements. Le quotidien de cette dizaine de femmes est toujours aussi bien raconté. L'auteur narre avec réalisme leur caractère, leur vécu, leurs problèmes, leur intégration aux Cheyennes ou aux Lakotas. On a d'un côté, les soeurs Kelly qui veulent venger la mort de leurs enfants et qui partent retrouver Little Wolf et batailler contre l'armée américaine. Et de l'autre, ces femmes ayant adopté le mode de vie des indiens et qui se révoltent contre l'injustice du gouvernement US. Ce livre alterne des scènes de la vie quotidienne et des récits guerriers dans des paysages grandioses. L'auteur attire l'attention sur la manière dont on a traité les Indiens Ceux-ci ont subi un conflit permanent avec les colons qui exterminaient les troupeaux de bisons, principale source de nourriture et avec l'armée qui reniait les traités, réduisait leurs territoires en leur livrant des batailles continuelles. Mais l'auteur donne également une voix aux femmes rejetées, victimes de leur condition sociale, d'une justice aveugle, du patriarcat, des préjugés sexistes de l'époque et qui ne leur a laissé que la rébellion et la délinquance pour pouvoir survivre. Ce page-turner a su attirer mon attention, titiller mon désir d'apprendre, emporter ma conviction.
    Lire la suite
    En lire moins
  • musemania Posté le 19 Décembre 2019
    Il s’agit du second tome de la trilogie, après “Mille femmes blanches” que Jim Fergus a consacré à des femmes blanches parties vivre dans des tribus indiennes suite au programme gouvernemental mis en place par le président des États-Unis. Le premier tome m’avait plu malgré quelques longueurs et difficultés de m’y passionner à tout moment. Sans être une « amoureuse » de cette période de l’histoire des Etats-Unis, j’ai aimé découvrir cette vie si lointaine de ce que nous connaissons actuellement. Comme je vous le disais dans ma précédente chronique (https://www.musemaniasbooks.be/2019/10/04/chronique-rapide-mille-femmes-blanches-de-jim-fergus-roman/), j’avais particulièrement apprécié l’idée de l’auteur de commencer son récit sur la base d’un fait réel (celui d’échanger 1000 femmes blanches contre des chevaux afin de tenter une trêve de paix entre les « blancs » et les tribus indiennes). Ici dans cette seconde aventure, nous retrouvons certains personnages du premier volet (comme les soeurs jumelles irlandaises, Kelly) mais nous en rencontrons également de nouveaux. Nous évoluons à nouveau au sein de la tribu indienne des Cheyennes, dans les grandes plaines américaines. Les rivalités entre tribus mais aussi vis-à-vis des troupes gouvernementales ne s’apaisent pas malgré la tentative du programme instauré par le président, Grant. Les journaux sont notamment... Il s’agit du second tome de la trilogie, après “Mille femmes blanches” que Jim Fergus a consacré à des femmes blanches parties vivre dans des tribus indiennes suite au programme gouvernemental mis en place par le président des États-Unis. Le premier tome m’avait plu malgré quelques longueurs et difficultés de m’y passionner à tout moment. Sans être une « amoureuse » de cette période de l’histoire des Etats-Unis, j’ai aimé découvrir cette vie si lointaine de ce que nous connaissons actuellement. Comme je vous le disais dans ma précédente chronique (https://www.musemaniasbooks.be/2019/10/04/chronique-rapide-mille-femmes-blanches-de-jim-fergus-roman/), j’avais particulièrement apprécié l’idée de l’auteur de commencer son récit sur la base d’un fait réel (celui d’échanger 1000 femmes blanches contre des chevaux afin de tenter une trêve de paix entre les « blancs » et les tribus indiennes). Ici dans cette seconde aventure, nous retrouvons certains personnages du premier volet (comme les soeurs jumelles irlandaises, Kelly) mais nous en rencontrons également de nouveaux. Nous évoluons à nouveau au sein de la tribu indienne des Cheyennes, dans les grandes plaines américaines. Les rivalités entre tribus mais aussi vis-à-vis des troupes gouvernementales ne s’apaisent pas malgré la tentative du programme instauré par le président, Grant. Les journaux sont notamment ceux des soeurs Kelly pour lesquelles la lecture n’est pas toujours aisée, l’auteur ayant pris le parti de les écrire comme dans leur façon de parler, si particulière aux émigrants irlandais. J’ai préféré ce deuxième livre par rapport au premier. Pourquoi? Il n’y a pas de raisons particulières, peut-être s’attache-t-on finalement à ces héroïnes. Elles ont souvent tenté de fuir des quotidiens misérables mais n’ont jamais envisagé toutes les conséquences de cette expatriation au sein d’un peuple ne partageant que peu de similitudes dans leur vie quotidienne. Je me plongerai très prochainement dans le troisième volet, « Les amazones », que je vous chroniquerai ici, bien évidemment.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Delyd Posté le 2 Décembre 2019
    Magnifique comme le premier volume
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.