Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266264402
Code sériel : 7210
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm

Le Crépuscule des dieux

Date de parution : 10/01/2019
Mai 1942. Reinhard Heydrich se meurt dans un hôpital de Prague. À moins que... Le monde est à feu et à sang, l'humanité se consume dans les affres d'une guerre comme elle n'en a jamais connu. Dans le chaos du conflit qui déchire le monde d'hier s'esquisse déjà celui de... Mai 1942. Reinhard Heydrich se meurt dans un hôpital de Prague. À moins que... Le monde est à feu et à sang, l'humanité se consume dans les affres d'une guerre comme elle n'en a jamais connu. Dans le chaos du conflit qui déchire le monde d'hier s'esquisse déjà celui de demain, mais les véritables enjeux de cette boucherie planétaire se dévoilent enfin – bien plus cruciaux que tout ce qu'il était possible d'imaginer. Un futur que l'ancien SS Friedrich Saxhäuser refuse. Désormais coule dans ses veines l'impensable puissance révélée au cœur du Kurdistan irakien. Un pouvoir tel qu'il pourrait bien provoquer ce que, dans les secrets méandres du complot, tous redoutent : le Crépuscule des dieux...

« Stéphane Przybylski mène parfaitement ce récit conciliant faits historiques et inventions. Du grand art, tout simplement ! » Yozone
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266264402
Code sériel : 7210
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Une belle saga aussi passionnante qu'enrichissante. Une lecture à conseiller aux amateurs d'Indiana Jones, de X-Files, et à tous ceux que l'Histoire, le mystère, et la grande aventure, passionnent. », Quoi de neuf sur ma pile

« Ce roman vient donc conclure en beauté une excellente série française d’imaginaire. Stéphane Przybylski nous offre une tétralogie mêlant histoire, aventure, espionnage et extraterrestres avec une connaissance extraordinaire de l’histoire et se permet ainsi de créer une véritable histoire secrète passionnante à lire. Je suivrai avec grand intérêt les prochains ouvrages de l’auteur. », Au pays des caves trolls

« À chacun de se faire une idée, pour ma part, cette tétralogie m'a captivé de son début à sa fin, par son originalité, sa vivacité, sa galerie de personnages troubles, ambigus, pouvant franchir à tout moment la ligne séparant le bien du mal… », Appuyez sur la touche lecture

« Vaste fresque centrée autour de la seconde guerre mondiale, Origines se nourrit du conflit pour développer une histoire alternative où ils sont parmi nous. Dans un numéro d’équilibriste, Stéphane Przybylski mène parfaitement ce récit conciliant faits historiques et inventions. Du grand art, tout simplement ! », Yozone

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • the_bill Posté le 3 Janvier 2020
    Et voilà la tétralogie bouclée. Même si ce dernier tome ne m'a pas pleinement convaincu, il en reste un ensemble d'une très bonne facture. Une oeuvre d'une vraie ambition parfaitement maîtrisée, mêlant admirablement SF et Histoire. Pour revenir à ce quatrième tome, j'ai ressenti comme un certain essoufflement, la dynamique était un peu grippée. La faute, à mes yeux, à deux aspects différents: Tout d'abord, le choix de l'écrivain de faire raconter à deux protagonistes, en 2017, le dénouement qui se déroule dans les années 50. Cet artifice, un peu éculé, dénote avec la construction des tomes précédents qui alternaient les époques et les lieux dans une joyeuse pagaille qui maintenait l'intérêt. Cette fois-ci, mis à part les aller et retour vers 2017, une certaine linéarité s'installe. Pour un quatrième tome, après plusieurs milliers de pages de lecture, c'est dommage... L'autre réserve, plus personnelle, concerne la transformation de deux protagonistes en espèce de super-héros. J'ai une récente et profonde allergie à cette dimension fantastique (un peu comme les vampires ou les zombies d'ailleurs....). Alors forcément, ce combat des chefs m'a donné un peu des boutons.... La SF, oui, les super héros, non !! Mais ne vous arrêtez pas à ces deux petites réserves parce que... Et voilà la tétralogie bouclée. Même si ce dernier tome ne m'a pas pleinement convaincu, il en reste un ensemble d'une très bonne facture. Une oeuvre d'une vraie ambition parfaitement maîtrisée, mêlant admirablement SF et Histoire. Pour revenir à ce quatrième tome, j'ai ressenti comme un certain essoufflement, la dynamique était un peu grippée. La faute, à mes yeux, à deux aspects différents: Tout d'abord, le choix de l'écrivain de faire raconter à deux protagonistes, en 2017, le dénouement qui se déroule dans les années 50. Cet artifice, un peu éculé, dénote avec la construction des tomes précédents qui alternaient les époques et les lieux dans une joyeuse pagaille qui maintenait l'intérêt. Cette fois-ci, mis à part les aller et retour vers 2017, une certaine linéarité s'installe. Pour un quatrième tome, après plusieurs milliers de pages de lecture, c'est dommage... L'autre réserve, plus personnelle, concerne la transformation de deux protagonistes en espèce de super-héros. J'ai une récente et profonde allergie à cette dimension fantastique (un peu comme les vampires ou les zombies d'ailleurs....). Alors forcément, ce combat des chefs m'a donné un peu des boutons.... La SF, oui, les super héros, non !! Mais ne vous arrêtez pas à ces deux petites réserves parce que le job est quand même très bien fait (voir critiques des tomes précédents) et cela fait bien longtemps que je n'étais pas allé jusqu'à un tome 4 d'un cycle !! Une performance.
    Lire la suite
    En lire moins
  • RachelFleurotte Posté le 23 Mars 2019
    J'avais dévoré les trois premiers tomes après avoir assisté à une conférence de l'auteur aux Imaginales, qui m'avait donné envie de découvrir son univers. J'avais été happée par l'histoire et les personnages, et je me suis plongée dans la lecture du tome 4, et je n'ai pas été déçue. S'il m'a fallu parfois fouiller mes souvenirs pour me rappeler certains personnages, j'ai apprécié le travail de l'auteur qui, en quelques mots, permet de retrouver le fil de l'histoire. J'ai beaucoup aimé le nouveau personnage introduit dès le début, Emma, qui se retrouve face à celui qui a tiré les ficelles dans les trois premiers tomes, Jack Lee. Leurs échanges sert de fil rouge pour dévoiler, peu à peu, tous les points laissés dans l'ombre par les précédents tomes. Lorsqu'on arrive à la fin (qui survient trop vite à mon goût, j'aurais voulu rester encore avec les héros), on a l'impression que la boucle est bouclée et que tout est résolu, même si la fin reste ouverte et peut éventuellement déboucher sur une nouvelle série. Je suis vite replongée dans la façon si particulière de l'auteur de construire son histoire, en alternant les sauts dans le temps et dans le monde, pour former un puzzle très... J'avais dévoré les trois premiers tomes après avoir assisté à une conférence de l'auteur aux Imaginales, qui m'avait donné envie de découvrir son univers. J'avais été happée par l'histoire et les personnages, et je me suis plongée dans la lecture du tome 4, et je n'ai pas été déçue. S'il m'a fallu parfois fouiller mes souvenirs pour me rappeler certains personnages, j'ai apprécié le travail de l'auteur qui, en quelques mots, permet de retrouver le fil de l'histoire. J'ai beaucoup aimé le nouveau personnage introduit dès le début, Emma, qui se retrouve face à celui qui a tiré les ficelles dans les trois premiers tomes, Jack Lee. Leurs échanges sert de fil rouge pour dévoiler, peu à peu, tous les points laissés dans l'ombre par les précédents tomes. Lorsqu'on arrive à la fin (qui survient trop vite à mon goût, j'aurais voulu rester encore avec les héros), on a l'impression que la boucle est bouclée et que tout est résolu, même si la fin reste ouverte et peut éventuellement déboucher sur une nouvelle série. Je suis vite replongée dans la façon si particulière de l'auteur de construire son histoire, en alternant les sauts dans le temps et dans le monde, pour former un puzzle très efficace qui tient en haleine jusqu'au bout. Cette série reste pour moi une de mes plus belles découvertes du genre, et je la recommande vivement pour plonger dans les méandres de l'Histoire tout en découvrant un monde alternatif terriblement crédible.
    Lire la suite
    En lire moins
  • TmbM Posté le 24 Janvier 2019
    En conclusion, cette tétralogie parvient à tenir le lecteur en haleine sur plus de deux-mille pages - allez, malgré peut-être une vague longueur dans le troisième volume - et c'est une jolie prouesse ! Il faut dire que l'auteur avait les moyens de son ambition. Les personnages sont vraiment bons et, grâce à son scénario tiré au cordeau et son montage original, l'intrigue est passionnante. Le contexte historique n'y est pas étranger. D'une incroyable richesse, il est très documenté, à la fois scrupuleusement proche de la grande Histoire et finalement assez délirant. N'oublions pas qu'il est question de nazis et d'ovnis. L'article complet sur mon blog.
  • Seraphita Posté le 11 Juillet 2018
    24 décembre 2017, La Gomera, îles Canaries. C’est un long échange qui commence, à deux voix ; celle de l’homme du 52ème étage, Mr Lee, personnage sur le déclin, relié à une machine pour survivre ; celle d’Emma, la petite-fille de Friedrich Saxhäuser. Bien qu’héritière d’une lourde histoire, la jeune femme reste résolument tournée vers l’avenir. En prenant le parti de lui raconter l’histoire de son aïeul, Mr Lee aimerait lui transmettre le flambeau de ses espoirs. L’ultime combat approche. Les extraterrestres autrefois tout puissants se livrent aujourd’hui une guerre sans merci, aidés en cela par des figures de l’Histoire : d’un côté, Friedrich Saxhäuser, ancien nazi repenti ; de l’autre Reinhard Heydrich qui a survécu à la seconde guerre mondiale et à l’anéantissement du nazisme. Alors que ces figures légendaires s’affrontent, sur fond de menace nucléaire et d’anéantissement de l’espèce humaine, quelle force finira par vaincre ? Mr Lee fera-t-il d’Emma l’héritière de son combat ? « Le Crépuscule des Dieux », en référence à un opéra de Wagner, est le quatrième et dernier tome de l’ambitieuse Tétralogie des Origines conçue et portée par la plume de Stéphane Przybylski. On retrouve dans ce dernier opus tout le charme des tomes précédents... 24 décembre 2017, La Gomera, îles Canaries. C’est un long échange qui commence, à deux voix ; celle de l’homme du 52ème étage, Mr Lee, personnage sur le déclin, relié à une machine pour survivre ; celle d’Emma, la petite-fille de Friedrich Saxhäuser. Bien qu’héritière d’une lourde histoire, la jeune femme reste résolument tournée vers l’avenir. En prenant le parti de lui raconter l’histoire de son aïeul, Mr Lee aimerait lui transmettre le flambeau de ses espoirs. L’ultime combat approche. Les extraterrestres autrefois tout puissants se livrent aujourd’hui une guerre sans merci, aidés en cela par des figures de l’Histoire : d’un côté, Friedrich Saxhäuser, ancien nazi repenti ; de l’autre Reinhard Heydrich qui a survécu à la seconde guerre mondiale et à l’anéantissement du nazisme. Alors que ces figures légendaires s’affrontent, sur fond de menace nucléaire et d’anéantissement de l’espèce humaine, quelle force finira par vaincre ? Mr Lee fera-t-il d’Emma l’héritière de son combat ? « Le Crépuscule des Dieux », en référence à un opéra de Wagner, est le quatrième et dernier tome de l’ambitieuse Tétralogie des Origines conçue et portée par la plume de Stéphane Przybylski. On retrouve dans ce dernier opus tout le charme des tomes précédents : action, suspens, rebondissements, roman hybride mélangeant savamment aventures, histoire, espionnage, science-fiction … Et pourtant, même si tous ces ingrédients sont présents, la magie peine à opérer ; une déception peut-être à la hauteur des espoirs qu’on avait pu nourrir au fil des longs tomes et de l’attente de cet ultime opus comme point d’orgue de cette œuvre grandiose ? Dans cet ultime opus, l’auteur insiste, peut-être à outrance, sur les théories conspirationnistes, tant et si bien que le lecteur se perd dans un écheveau embrouillé d’intrigues dont il peine à démêler le vrai du faux. Comme dans les tomes précédents, l’auteur se plaît à mélanger dans un même chapitre les temps et les espaces. Si auparavant, la trame semblait maîtrisée, l’impression ici reste celle d’un dédale inutilement compliqué, l’auteur faisant beaucoup référence aux opus précédents. La complexité des relations humaines et des tractations politiques prend le pas sur les descriptions, pourtant si belles, de lieux mythiques, tel le Château des millions d’années. Avec les extraterrestres et les pouvoirs surhumains développés par Saxhäuser et Heydrich, la science-fiction occupe ici une place plus conséquente qu’avant. Certains mystères sont levés, d’autres demeurent. Même si le charme est un peu brisé, si la magie opère moins, la lecture du « Crépuscule des Dieux » reste captivante tant on a envie de connaître la fin.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BlackWolf Posté le 15 Octobre 2017
    En Résumé : J’ai passé un très sympathique moment de lecture avec ce quatrième et dernier tome qui m’a, en partie, pris à contre-pied dans son traitement, même si certains points m’ont aussi légèrement frustré. Ce tome est ainsi porté par un rythme plus lent que les précédents, nous proposant une intrigue moins porté sur l’intense mais plus sur les jeux des pouvoirs des différentes factions apparues à la fin du quatrième même si cela n’empêche pas certaines scènes d’actions de se révéler percutantes. J’avoue je me suis laissé porté par ce récit en forme de chant du cygne annonçant la fin d’un cycle, mais cela pourra peut-être en bloquer certains. L’un des gros points forts de ce cycle vient clairement du travail historique proposé par l’auteur, le tout mâtine de touches fantastiques qui paraissent très cohérentes, réalistes et collent parfaitement au récit. La touche très X-Files et série du genre apportent un vrai plus à l’ensemble. Les personnages ne manquent pas non plus d’attraits ne tombant jamais dans le manichéisme et s’avérant convaincant, même si j’aurai aimé que certains secondaires soient un peu plus développés où tombent un peu dans la caricature. Un tome qui nous offre aussi quelques... En Résumé : J’ai passé un très sympathique moment de lecture avec ce quatrième et dernier tome qui m’a, en partie, pris à contre-pied dans son traitement, même si certains points m’ont aussi légèrement frustré. Ce tome est ainsi porté par un rythme plus lent que les précédents, nous proposant une intrigue moins porté sur l’intense mais plus sur les jeux des pouvoirs des différentes factions apparues à la fin du quatrième même si cela n’empêche pas certaines scènes d’actions de se révéler percutantes. J’avoue je me suis laissé porté par ce récit en forme de chant du cygne annonçant la fin d’un cycle, mais cela pourra peut-être en bloquer certains. L’un des gros points forts de ce cycle vient clairement du travail historique proposé par l’auteur, le tout mâtine de touches fantastiques qui paraissent très cohérentes, réalistes et collent parfaitement au récit. La touche très X-Files et série du genre apportent un vrai plus à l’ensemble. Les personnages ne manquent pas non plus d’attraits ne tombant jamais dans le manichéisme et s’avérant convaincant, même si j’aurai aimé que certains secondaires soient un peu plus développés où tombent un peu dans la caricature. Un tome qui nous offre aussi quelques réflexions comme sur la notion d’expérimentation, d’avenir ou encore de pouvoir. Alors après je regretterai un certain manque de tension du fait du choix de narration dans le duel entre Saxhausër et un personnage dévoilé à la fin du tome précédent. Une ou deux passages m’ont paru ne pas apporter grand chose au récit et enfin une certaine linéarité se fait ressentir. Au final des défauts qui n’empêchent pas pour autant ce dernier tome de s’avérer très sympathique, offrant une conclusion qui pourra peut-être en déranger certains, mais qui m’a bien accroché. La plume de l’auteur s’avère simple, efficace et entraînante et je lirai sans soucis d’autres écrits de l’auteur sans soucis. Retrouvez la chronique complète sur le blog.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.