Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264005786
Code sériel : 1606
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Le démon

Date de parution : 01/02/1984

Jeune cadre new-yorkais à qui tout réussit, Harry White s’adonne au plaisir du rêve américain. En lui pourtant le démon sommeille. Il guette, incontrôlable et dévastateur, prêt à bondir et à déployer sa fièvre sexuelle pour imposer le chaos... Le vertige éblouissant d’un don Juan moderne, aux prises avec ses...

Jeune cadre new-yorkais à qui tout réussit, Harry White s’adonne au plaisir du rêve américain. En lui pourtant le démon sommeille. Il guette, incontrôlable et dévastateur, prêt à bondir et à déployer sa fièvre sexuelle pour imposer le chaos... Le vertige éblouissant d’un don Juan moderne, aux prises avec ses obsessions sur le seuil de l’enfer.

« Selby se place au premier rang des romanciers américains. [...] Comprendre ses œuvres, c'est comprendre la détresse de l'Amérique. »
New York Times

Traduit de l'anglais (États-Unis) 
par Marc Gibot

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264005786
Code sériel : 1606
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MrAZ Posté le 29 Août 2020
    Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort ! (oui, j'avoue, il m'est arrivé de regarder Fort Boyard,...passons !) Harry White, le personnage principal de ce roman, a tout du gendre idéal (Il est intelligent, jeune, beau et mène une carrière brillantissime), oui mais voilà : il souffre de troubles psychiatriques qui vont l'amener à des dérives de plus en plus perverses. Pour lui, ça commence comme "Don Juan" et ça se termine comme "American Psycho" (de Bret Easton Ellis) : ce séducteur commence par butiner les femmes insatisfaites (et s'en débarrasse dès consommation), puis les besoins du "Démon" en lui deviennent de plus en plus exigeants pour le combler... C'est un très bon roman et je ne mets 4 étoiles que parce que la narration s'enlise parfois, s'embourbe.
  • Thomas_Harnois Posté le 12 Mai 2020
    Hubert Selby Jr est un géant de la littérature et "Le démon" son œuvre qui me fascine le plus avec sa construction géniale et son thème centrale montrant la puissance de certaines puissance souterraines aussi invincibles qu'incompréhensibles à notre entendement. Une de mes influences majeures !
  • garanemsa Posté le 30 Avril 2020
    Selby Jr Hubert Le démon Au départ, ce livre, je n’avais guère envie de le poursuivre pourtant je voulais en savoir plus, tenter de comprendre qui était ce personnage et ce qui le poussait à agir de la sorte Donc j’ai repris et n’ai plus su décrochés avant la din. Certes l’écriture est parfois déroutante et crue même mais cela fait partie du personnage. Mais qui est-il ? un jeune homme, travaillant dur dans un bureau avec l’espoir de gravir les échelons de la société, la gloire et l’argent qui va avec, la possibilité de fondé une famille, d’avoir une belle maison et d’être respecté de tous et de sa famille. Mais que se passe-t-il en lui ? au fur et à mesure qu’il se rend compte de sa capacité au travail, un démon l’agite, il est partagé, il veut arrivé, mais on dirait qu’il ressent que cela ne lui est pas permis et pourtant il le sait et son démon intérieur le pousse au fur et à mesure qu’il avance dans la hiérarchie à être quelqu’un d’autre, quelqu’un de laid, de fou, et plus il avance, plus il descend dans la fange, et plus il le regrette et plus il travaille Il est double, tiraillé... Selby Jr Hubert Le démon Au départ, ce livre, je n’avais guère envie de le poursuivre pourtant je voulais en savoir plus, tenter de comprendre qui était ce personnage et ce qui le poussait à agir de la sorte Donc j’ai repris et n’ai plus su décrochés avant la din. Certes l’écriture est parfois déroutante et crue même mais cela fait partie du personnage. Mais qui est-il ? un jeune homme, travaillant dur dans un bureau avec l’espoir de gravir les échelons de la société, la gloire et l’argent qui va avec, la possibilité de fondé une famille, d’avoir une belle maison et d’être respecté de tous et de sa famille. Mais que se passe-t-il en lui ? au fur et à mesure qu’il se rend compte de sa capacité au travail, un démon l’agite, il est partagé, il veut arrivé, mais on dirait qu’il ressent que cela ne lui est pas permis et pourtant il le sait et son démon intérieur le pousse au fur et à mesure qu’il avance dans la hiérarchie à être quelqu’un d’autre, quelqu’un de laid, de fou, et plus il avance, plus il descend dans la fange, et plus il le regrette et plus il travaille Il est double, tiraillé entre le désir du pouvoir et cette autre côté de lui qui le pousse à certaine extrémité et il en souffre terriblement. Il se marie, fonde une famille, des enfants, aime sa femme, mais parfois ne peut cacher ses humeurs et surtout ce désarroi qui est en lui, ce démon qui le tarabuste sans cesse, qui lui tord les entrailles jusqu’à la nausée. On dirait que d’un côté il est capable et se donne à fond pour être et vivre le rêve américain et que de l’autre, il se le reproche et se démène toujours de plus en plus bas au fur et à mesure de son élévation sociale. Cela pourrait être un cas traiter en psychiatrie il me semble. C’est ce qu’il tente, mais il ne parvient pas à expliquer à ce médecin ce qu’il fait car lui-même ne comprend pas bien, et puis on sent une sorte de gêne à en parler Et cela ne fera que s’aggraver et pourtant il tente de tout faire pour améliorer cette situation c’est comme une addiction. Comme je l’ai dit le départ semble désemparer le lecteur, on ne saisi pas bien la portée de son comportement, ni le pourquoi. Mais au fur et à mesure de la lecture et de l’escalade, on trouve un homme qui souffre terriblement et qui je pense lui-même ne saisi pas toute la portée de ce démon qui le ronge et il ira jusqu’à la fin ne pouvant en parler à personne. Il avait tout mais quelque chose en lui le poussait vers l’autre extrême. C’est très intéressant de LE lire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • secondo Posté le 29 Avril 2020
    Est-ce que Harry est Hubert, se gaussant de la déchéance de son personnage bio-cradingue, tout en ellipse typique de son écriture ? Est-ce que Hubert est Harry, recrachant en typographie décalée sa religion ? Bon sang, on croit entendre la maman d'Alex dans Orange Mécanique " fils, est-ce donc un démon qui te dévore le coeur ?" Pour moi, Selby Jr est un style à lui seul, reconnaissable à chaque phrase, à chaque scène, chaque dialogue sans tiret, chaque descente aux enfers. Un grand !
  • Othello64 Posté le 18 Février 2020
    J'ai été finalement un peu déçu par les aventures de Harry. Si la première moitié du roman se révèle tonique, si je puis dire, la seconde semble verser dans un délire assez peu crédible de notre héros, atteint d'une pathologie mentale difficilement explicable et peu identifiable médicalement à dire vrai... Son épouse semble en outre complètement inerte face aux alertes et son patron, assez peu perspicace. Les dernières pages sont donc d'une lecture quelque peu pénible et c'est dommage car le roman partait fort ! Je le conseille tout de même mais moins que Portnoy, de P. Roth, dans une veine similaire mais drolatique.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…