Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
Le Désert des couleurs
Date de parution : 12/01/2023
Éditeurs :
Pocket
Nouveauté

Le Désert des couleurs

Date de parution : 12/01/2023
Laissez-vous emporter au cœur du désert des couleurs...
Dans le désert des couleurs, chaque grain de sable est un souvenir perdu et oublié. Marcher dans les dunes, c’est voir sa mémoire s’effacer. Alors pour se protéger, l’humanité s’est... Dans le désert des couleurs, chaque grain de sable est un souvenir perdu et oublié. Marcher dans les dunes, c’est voir sa mémoire s’effacer. Alors pour se protéger, l’humanité s’est réfugiée dans le cratère d’un volcan. Mais depuis quelque temps, le sable monte chaque jour le long de ses pentes,... Dans le désert des couleurs, chaque grain de sable est un souvenir perdu et oublié. Marcher dans les dunes, c’est voir sa mémoire s’effacer. Alors pour se protéger, l’humanité s’est réfugiée dans le cratère d’un volcan. Mais depuis quelque temps, le sable monte chaque jour le long de ses pentes, prêt à l’ensevelir.
Malgré les risques, Kabalraï, fils du marchand de sable, et Irae, sa demi-sœur, s’aventurent dans les dunes multicolores pour trouver un nouvel endroit où s’installer. Mais le désert est dangereux et une fois qu’on s’y engage, il est difficile de ne pas s’y perdre…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266326995
Code sériel : 07343
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782266326995
Code sériel : 07343
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

 « Un roman de toute poésie sur ce qui fait de nous des êtres vivants. Gros coup de cœur ! A lire absolument ! » 
Mathilde / Fnac Beauvais

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • DreamBookeuse 06/12/2022
    "𝐓𝐮 𝐧'𝐚𝐬 𝐚𝐮𝐜𝐮𝐧𝐞 𝐢𝐝𝐞𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐚𝐛𝐲𝐬𝐬𝐞𝐬 𝐪𝐮𝐢 𝐬'𝐨𝐮𝐯𝐫𝐞𝐧𝐭 𝐞𝐧 𝐞𝐮𝐱" Dans cette histoire de désert et de couleurs il y a mes larmes qui s'assèchent doucement sur ma peau et qui fige Mon sourire Mes espoirs Les animaux du cosmos, plein d'étoiles et de rêves chuchotés à la nuit Une fille, une femme, qui a grandi, douloureusement, comme tant d'autres filles, comme tant d'autres femmes, en aimant ses bourreaux La colombe sous son oeil Un enfant de quatre ans qui est un vieillard et qui conte dans la nuit des histoires, qui fabrique des mémoires, qui créent des oasis, des fleuves infinis, des arbres sublimes Un oiseau télépathe, qui transmet des messages à sa soeur, dans un volcan endormi, qui siffle, qui vole, qui meurt et vit Dans ce désert il y a, toujours, la plume d'Aurelie Wellenstein qui trace des personnages inoubliables Et forts Et denses Fournis de mille grains de sable, de mille traits, de mille facettes De véritables mosaïques colorées et vives, du sable vitrifié, dont sont faits les hommes, les femmes du monde, Dont je suis faite Il y a son rythme, celui de la marche, du temps qui passe, des souvenirs qui s'égrènent, qui fascinent - combien de souvenirs avons-nous perdu dans le grand sablier de la vie ? Nous... "𝐓𝐮 𝐧'𝐚𝐬 𝐚𝐮𝐜𝐮𝐧𝐞 𝐢𝐝𝐞𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐚𝐛𝐲𝐬𝐬𝐞𝐬 𝐪𝐮𝐢 𝐬'𝐨𝐮𝐯𝐫𝐞𝐧𝐭 𝐞𝐧 𝐞𝐮𝐱" Dans cette histoire de désert et de couleurs il y a mes larmes qui s'assèchent doucement sur ma peau et qui fige Mon sourire Mes espoirs Les animaux du cosmos, plein d'étoiles et de rêves chuchotés à la nuit Une fille, une femme, qui a grandi, douloureusement, comme tant d'autres filles, comme tant d'autres femmes, en aimant ses bourreaux La colombe sous son oeil Un enfant de quatre ans qui est un vieillard et qui conte dans la nuit des histoires, qui fabrique des mémoires, qui créent des oasis, des fleuves infinis, des arbres sublimes Un oiseau télépathe, qui transmet des messages à sa soeur, dans un volcan endormi, qui siffle, qui vole, qui meurt et vit Dans ce désert il y a, toujours, la plume d'Aurelie Wellenstein qui trace des personnages inoubliables Et forts Et denses Fournis de mille grains de sable, de mille traits, de mille facettes De véritables mosaïques colorées et vives, du sable vitrifié, dont sont faits les hommes, les femmes du monde, Dont je suis faite Il y a son rythme, celui de la marche, du temps qui passe, des souvenirs qui s'égrènent, qui fascinent - combien de souvenirs avons-nous perdu dans le grand sablier de la vie ? Nous souviendrons-nous de ceux qui disparaissent, des espèces qui meurent et du bruissement des feuilles ? Moi, je ne suis pas autrice Pas même ecrivaillonne C'est à peine si mes mots ont un sens Mais mes larmes en ont peut être un Et Aurélie Wellenstein a indéniablement ce talent, celui d'écrire de la beauté sublime, du sensible dans la haine, des couleurs dans un océan de sable, et de me les faire verser. Figées sur mon visage.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SapereAude 11/10/2022
    ➤ Un univers intéressant et post-apocalyptique L'autrice nous propose dans ce roman, un univers désertique où l'humanité s'éteint petit à petit tout en se forçant à échapper aux sables dévorants du désert. L'humanité s'est éteinte suite à une désertification mondiale et seule subsiste depuis plusieurs siècles une poche d'humanité au creux d'un ancien volcan. Ce peuple qui survit, bercé par les récits de l'ancien monde attend le jour où il pourra sortir de sa cité close et rejoindre Alnaïr, une cité providentielle et verdoyante à l'autre bout du désert. Mais le voyage est périlleux puisque les humains qui s'y aventurent, subissent le mal de ses lieux : la perte de leur mémoire sous forme de grains de sable. Puisque ce désert aux milles couleurs n'est constitué d'autres que des souvenirs des êtres vivants qui y sont mort. Le concept est vraiment intéressant et j'avoue, je ne savais pas où l'autrice allait réussir à nous emmener. ➤ Un récit particulier Il faut quand même souligner que derrière cette originalité il y a quand même des parties un peu plus floues et parfois spéciales. J'avoue que la première scène entre la mère du personnage et le marchand de sable m'a surprise, déjà parce qu'en... ➤ Un univers intéressant et post-apocalyptique L'autrice nous propose dans ce roman, un univers désertique où l'humanité s'éteint petit à petit tout en se forçant à échapper aux sables dévorants du désert. L'humanité s'est éteinte suite à une désertification mondiale et seule subsiste depuis plusieurs siècles une poche d'humanité au creux d'un ancien volcan. Ce peuple qui survit, bercé par les récits de l'ancien monde attend le jour où il pourra sortir de sa cité close et rejoindre Alnaïr, une cité providentielle et verdoyante à l'autre bout du désert. Mais le voyage est périlleux puisque les humains qui s'y aventurent, subissent le mal de ses lieux : la perte de leur mémoire sous forme de grains de sable. Puisque ce désert aux milles couleurs n'est constitué d'autres que des souvenirs des êtres vivants qui y sont mort. Le concept est vraiment intéressant et j'avoue, je ne savais pas où l'autrice allait réussir à nous emmener. ➤ Un récit particulier Il faut quand même souligner que derrière cette originalité il y a quand même des parties un peu plus floues et parfois spéciales. J'avoue que la première scène entre la mère du personnage et le marchand de sable m'a surprise, déjà parce qu'en terme de croyance et de mise en bouche, c'est particulier mais aussi tout simplement parce que finalement, passé ce moment, nous n’aurons que peu d'informations sur la nature du marchand de sable, et c'est un euphémisme. Si il y a bien un truc que je déteste dans un récit c'est quand il y a des éléments du mystère qui ne sont jamais éclairés... quand trop d'ombre ou de magie, sans explication aucune, persiste. Car l'autrice nous offre des explications à tout ou presque sauf sur l'identité du marchand de sable... D'ailleurs le phénomène qui explique la disparition des animaux et de la végétation est vraiment particulier et ne tolère aucune explication scientifique... Mais après tout, ce qui prime dans ce récit c'est la poésie et les métaphores que nous offrent l'autrice. ➤ Un récit contemplatif et visuel Ce qui fait néanmoins la force de ce récit c'est la capacité de l'autrice à rendre un lieu aussi solitaire et triste que le désert en un lieu intéressant, riche en couleur et pleins de surprises et de trésors. Les sables de ce désert sont des grains de souvenirs des êtres qui ont vécu sur cette terre et sont riches en images luxuriantes du passé. Notre personnage principal est bien sur captivé par ses images qui le laissent entrevoir ce que l'avenir pourrait être à nouveaux ! L'autrice arrive donc à rester dans le désert mais nous emporter dans les souvenirs de centaines de gens et voyager tout autant. C'est d'autant plus percutant quand on sait que l'autrice a écrit ce récit pendant le confinement de 2020. Néanmoins, il ne faut donc pas s'attendre à de très gros rebondissements, même si on ne s’ennuie pas au long le l'histoire, le rythme reste globalement le même et seul les secrets de notre héroïne viennent ponctuer la monotonie de leur voyage. ➤ Un récit tout aussi écologique que pyschologique Au fil du récit, on comprend que la vie de notre héroïne n'a pas été si facile et cette image de méchante jeune femme lui collera à la peau bien longtemps. Toutefois le lecteur attentif ne devrais pas se laisser berner par les images que distille l'autrice à travers les visions-souvenirs qu'ingère et restitue Kalbaraï et comprendre qu'un profond traumatisme met à mal les souvenirs de l'héroïne. J'avoue que passée ma première théorie, j'ai vite trouvé l'origine de ce mal-être. J'ai trouvé très intéressant que l'autrice réussisse à dénoncer à la fois une cause écologique et l’horreur d'un tel acte. Toutefois je n'ai pas réussi à m'accrocher plus que cela aux personnages et la monotonie ne m'a pas permis d'apprécier à 200% le récit. C'est donc une découverte intéressante pour ma part, porté par l'excellente plume de l'autrice mais qui offre un récit trop contemplatif et poétique à mon goût, à des lieux de ce que j'apprécie habituellement !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Valkyrie_Lectrice 31/07/2022
    Un gros coup de cœur pour moi. Un ascenseur émotionnel et des sujets qui sont extrêmement bien amenés. Irae et Kabalraï sont vraiment des personnages très attachants et pas une seule seconde d'ennui lors de la lecture de ce roman. On les suit volontier pendant leur quête, tournant les pages en se demandant s'ils arriveront à accomplir la mission qui leur a été confiée.
  • PetiteSourisDeBibliotheque 09/07/2022
    Ce fût ma première lecture de cette autrice, et de cette ME, et ce fût une réussite totale. J’ai découvert l’autrice grâce a @livrons_nous_ et sa chronique de Yardam, qui m’avait directement convaincue (et depuis lors, le livre attend dans ma PAL #oops ). Bref, j’étais fort curieuse et je n’ai pas du tout été déçue. J’ai adoré la plume de l’autrice, qui est très belle. Le livre dans son ensemble m’a paru très poétique et magique, sans que ça soit trop complexe. L’histoire est très belle, originale et loin des clichés. Il y a tellement de sujets abordés, mais en douceur et sans que ce soit trop lourd. Il y a notamment le thème des relations familiale, des souvenirs et de ce qui fait qui nous sommes. Ces thèmes peuvent paraitre compliqués, mais l’histoire est tellement bien construite que « ça passe crème », et je trouve donc ce livre parfait pour les ados. Autre sujet : l’environnement. C’est un sujet qui me touche, mais ce qui m’a plu le plus, c’est l’absence du côté moralisateur qui va souvent de paire avec l’écologie. Ici, on est plutôt dans la nostalgie, c’est aussi un peu défaitiste par moment (ce que trouve plus efficace,... Ce fût ma première lecture de cette autrice, et de cette ME, et ce fût une réussite totale. J’ai découvert l’autrice grâce a @livrons_nous_ et sa chronique de Yardam, qui m’avait directement convaincue (et depuis lors, le livre attend dans ma PAL #oops ). Bref, j’étais fort curieuse et je n’ai pas du tout été déçue. J’ai adoré la plume de l’autrice, qui est très belle. Le livre dans son ensemble m’a paru très poétique et magique, sans que ça soit trop complexe. L’histoire est très belle, originale et loin des clichés. Il y a tellement de sujets abordés, mais en douceur et sans que ce soit trop lourd. Il y a notamment le thème des relations familiale, des souvenirs et de ce qui fait qui nous sommes. Ces thèmes peuvent paraitre compliqués, mais l’histoire est tellement bien construite que « ça passe crème », et je trouve donc ce livre parfait pour les ados. Autre sujet : l’environnement. C’est un sujet qui me touche, mais ce qui m’a plu le plus, c’est l’absence du côté moralisateur qui va souvent de paire avec l’écologie. Ici, on est plutôt dans la nostalgie, c’est aussi un peu défaitiste par moment (ce que trouve plus efficace, je crois). Mais malgré un monde post-apocalyptique désolé et dangereux, l’autrice arrive à insuffler de la beauté dans son roman. Les descriptions sont très imagées, ce qu’il m’a permis de me faire une belle représentation de ce monde. La capacité de l’autrice à donner vie au désert m’a époustouflée. C’est donc dans un décor magnifique, sous une plume poétique, qu’on retrouve des personnages atypiques et touchants qui m’ont fortement émue. Je ne suis pas du genre à m’émouvoir facilement, mais ce livre m’a réellement touchée. Je n’ai donc qu’une dernière chose à vous dire : lisez ce livre, et faites-le lire aux plus jeunes !
    Lire la suite
    En lire moins
  • MelSaitLire 07/06/2022
    Je connais Aurélie Wellenstein qui est une autrice aimant malmener ses personnages et créer des situations désespérées, mais ce roman m’a mis une claque, bien plus forte que ce à quoi je m’attendais. Dès le départ les dés sont jetés : personne ne revient de cette expédition, le mimorian est destiné à y mourir et le risque pour l’humain de se perdre, tant physiquement que mentalement, est extrêmement élevé. Le désert est fait de milliards de grains de souvenirs d’humains consumés par le celui-ci depuis des siècles et le seul à avoir accès à ces fragments d’Histoire est Kabalraï. Cet être au vieillissement accéléré se retrouve propulsé dans un monde qu’il ne connait pas avec une mission divine pour seul objectif, et voir ce monde post apocalyptique à travers ses yeux innocents soulève de nombreux questionnements sur la nature de l’humain. La relation qu’il va tenter de tisser avec sa demi-sœur est au cœur de l’ouvrage : tantôt rejeté, tantôt aimé ou incompris, cette expédition est aussi une quête intérieure, surtout pour Irae. La nature même de Kabalraï et les zones d’ombres d’Irae créeront une tension constante dans le récit. Tous ces éléments sont portés par la plume d’Aurélie Wellenstein... Je connais Aurélie Wellenstein qui est une autrice aimant malmener ses personnages et créer des situations désespérées, mais ce roman m’a mis une claque, bien plus forte que ce à quoi je m’attendais. Dès le départ les dés sont jetés : personne ne revient de cette expédition, le mimorian est destiné à y mourir et le risque pour l’humain de se perdre, tant physiquement que mentalement, est extrêmement élevé. Le désert est fait de milliards de grains de souvenirs d’humains consumés par le celui-ci depuis des siècles et le seul à avoir accès à ces fragments d’Histoire est Kabalraï. Cet être au vieillissement accéléré se retrouve propulsé dans un monde qu’il ne connait pas avec une mission divine pour seul objectif, et voir ce monde post apocalyptique à travers ses yeux innocents soulève de nombreux questionnements sur la nature de l’humain. La relation qu’il va tenter de tisser avec sa demi-sœur est au cœur de l’ouvrage : tantôt rejeté, tantôt aimé ou incompris, cette expédition est aussi une quête intérieure, surtout pour Irae. La nature même de Kabalraï et les zones d’ombres d’Irae créeront une tension constante dans le récit. Tous ces éléments sont portés par la plume d’Aurélie Wellenstein dont j’aime le style à la fois direct et poétique. Elle n’écrit que des one shot et pour cause, elle est capable de créer des univers complexes dans de courts romans avec une excellente maitrise du rythme. J’ai été émue aux larmes par ce livre, c’est un énorme coup de cœur !
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.