Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266297684
Code sériel : 7284
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Le Dieu Oiseau

Date de parution : 19/03/2020
Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l'île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d'orgie où les vainqueurs peuvent disposer de leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils d'un... Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l'île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d'orgie où les vainqueurs peuvent disposer de leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils d'un chef du clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Enfin la nouvelle compétition est sur le point de commencer. L'occasion tant attendue par Faolan pour prendre sa revanche. Aura-t-elle le goût du sang ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266297684
Code sériel : 7284
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Aurélie Wellenstein signe un nouveau roman dans lequel on retrouve une fois encore tous les éléments qui font sa marque de fabrique : un rythme enlevé, une ambiance sombre et emprunte de désespoir, des personnages forcés de se questionner sur leurs valeurs... et bien sûr l'omniprésence des animaux. Un roman prenant et divertissant. »
Babelio

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LadyNephtys Posté le 19 Septembre 2021
    Si le début m'avait complètement happé je ne peux pas en dire du reste de l'histoire... Toute l'intrigue psychologique autour de Faolan et Torok est prenante à suivre (mais à ne pas mettre dans toutes les mains), c'est sombre et cruel, j'ai bien aimé la plume de l'autrice. Le reste n'est pas à la hauteur, surtout les épreuves sur l'île. La fin est moyennement convaincante, je m'attendais à pire !
  • LouneIsaamov Posté le 21 Août 2021
    L'univers est tout bonnement incroyable. Tout ce que j'aime, avec l'horreur humaine à son paroxysme et des inégalités qui vous font frémir les entrailles. De quoi me rendre très heureuse, d'autant plus que la fin, après mûre réflexion, m'a plu beaucoup plus que l'impression qu'elle m'a pourtant laissée lorsque j'ai terminé le roman. J'aurais ADORÉ mettre une meilleure note car j'aurais ADORÉ ne pas lâcher ce livre de bout en bout. Il avait tout pour me plaire : un univers impitoyable, un tournoi en Battle Royale et des enjeux importants. Malheureusement, je suis passée à côté de l'histoire durant une bonne partie du livre. Au milieu du livre, j'ai commencé à décroché, au moment du tournoi. J'ai beaucoup aimé tout ce qui se passe avant et qui met en place les personnages et l'univers. Même le personnage principal a un côté très anti-héros que j'affectionne particulièrement, et son rival est détestable au point qu'on ne peut lui souhaiter autre chose que la mort mais tout en restant parfaitement cohérent. Et puis ça dérape. Alors je sais que dans ce genre d'ouvrage, l'horreur humaine est le centre des aventures et des comportements des personnages, et elle peut faire sombrer mais le plus saints des... L'univers est tout bonnement incroyable. Tout ce que j'aime, avec l'horreur humaine à son paroxysme et des inégalités qui vous font frémir les entrailles. De quoi me rendre très heureuse, d'autant plus que la fin, après mûre réflexion, m'a plu beaucoup plus que l'impression qu'elle m'a pourtant laissée lorsque j'ai terminé le roman. J'aurais ADORÉ mettre une meilleure note car j'aurais ADORÉ ne pas lâcher ce livre de bout en bout. Il avait tout pour me plaire : un univers impitoyable, un tournoi en Battle Royale et des enjeux importants. Malheureusement, je suis passée à côté de l'histoire durant une bonne partie du livre. Au milieu du livre, j'ai commencé à décroché, au moment du tournoi. J'ai beaucoup aimé tout ce qui se passe avant et qui met en place les personnages et l'univers. Même le personnage principal a un côté très anti-héros que j'affectionne particulièrement, et son rival est détestable au point qu'on ne peut lui souhaiter autre chose que la mort mais tout en restant parfaitement cohérent. Et puis ça dérape. Alors je sais que dans ce genre d'ouvrage, l'horreur humaine est le centre des aventures et des comportements des personnages, et elle peut faire sombrer mais le plus saints des saints. Mais Faolan devient juste imbuvable. Il ne laisse plus aucune chance à l'humanité et du coup, il devient tout aussi détestable que son rival. Donc l'implication émotionnelle disparait également. Après le roman est tout de même bon, j'ai passé un bon moment à le lire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • christellefillion Posté le 20 Août 2021
    Ce roman, au même titre que le Roi des Fauves, nous offre un univers lugubre, sanglant, propice aux tourments de l'âme et de la chair. Barbarisme, cannibalisme, séquestration, torture et viol, l'auteure n'épargne rien aux protagonistes, qui contrairement aux héros habituels, se révèlent plus nuancés, presque ambigus. C'est d'ailleurs cette complexcité qui rend le récit plus attrayant dans la mesure où le lecteur ne parvient pas à anticiper leurs choix. Vont-ils faire les bons ? Existe t-il seulement une finalité plus louable qu'une autre ? L'homme est un loup pour l'homme, c'est bien connu. Il fait preuve de cruauté envers ses semblables tout en entretenant un besoin paradoxale de s'accrocher aux autres, de vivre pour eux, par eux, ou contre eux. J'adore la façon dont l'auteure fait ressortir la noirceur enfouie sous l'épais vernis des bonnes intentions. Nous désirons tous quelque chose, reste à déterminer ce dont nous sommes capables pour l'obtenir. Parmi les thèmes abordés, nous retrouvons évidemment le dépassement de soi : persévérer malgré la peur, la solitude, la souffrance et la faim. Tomber de Charybde en Scylla, mais se relever quoi qu'il en coûte. Petite préférence de mon côté pour Le Dieu Oiseau, une quête pour la liberté... Ce roman, au même titre que le Roi des Fauves, nous offre un univers lugubre, sanglant, propice aux tourments de l'âme et de la chair. Barbarisme, cannibalisme, séquestration, torture et viol, l'auteure n'épargne rien aux protagonistes, qui contrairement aux héros habituels, se révèlent plus nuancés, presque ambigus. C'est d'ailleurs cette complexcité qui rend le récit plus attrayant dans la mesure où le lecteur ne parvient pas à anticiper leurs choix. Vont-ils faire les bons ? Existe t-il seulement une finalité plus louable qu'une autre ? L'homme est un loup pour l'homme, c'est bien connu. Il fait preuve de cruauté envers ses semblables tout en entretenant un besoin paradoxale de s'accrocher aux autres, de vivre pour eux, par eux, ou contre eux. J'adore la façon dont l'auteure fait ressortir la noirceur enfouie sous l'épais vernis des bonnes intentions. Nous désirons tous quelque chose, reste à déterminer ce dont nous sommes capables pour l'obtenir. Parmi les thèmes abordés, nous retrouvons évidemment le dépassement de soi : persévérer malgré la peur, la solitude, la souffrance et la faim. Tomber de Charybde en Scylla, mais se relever quoi qu'il en coûte. Petite préférence de mon côté pour Le Dieu Oiseau, une quête pour la liberté teintée de rituels sacrificiels d'une extrême violence, avec un soupçon de Hunger Games magnifié par la complexité du personnage de Faolan.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Davpunk Posté le 19 Août 2021
    Déjà auteures de plusieurs romans de fantasy, Aurélie Wellenstein se lance dans celui-ci dans l’espoir de ne pas nous laisser indifférent. Faolan est l’esclave de Torok. Celui ci l’a obtenu alors que le pére de Faolan a été vaincu lors d’une compétition et que son coeur a été dévoré par le chef de clan adverse. Tout les 10 ans se tient cette compétition entre une dizaine de clans. Et cette année, Torok y participe, ainsi que Faolan, qui compte bien gagner et faire évoluer les choses… Et voilà comment démarre cette histoire. Elle démarre sans avoir beaucoup de précisions sur l’univers du récit, qui va se dévoiler au fur et à mesure. Un univers sans concession. Violent. Sanglant. Un univers fait de coeur dévoré, de viol et d’autres actes d’une extrême violence. Et au milieu de tout ça, un jeune homme qui ne le tolére pas mais qui est surtout motivé par sa haine de celui qui a tué son pére. A moins que ce ne soit son pouvoir qu’il veuille ? C’est ce qu’il va lui même devoir découvrir au fur et à mesure de la compétition. Parcequ’il faut bien le dire, si le roman a une limite, c’est dans sa structure... Déjà auteures de plusieurs romans de fantasy, Aurélie Wellenstein se lance dans celui-ci dans l’espoir de ne pas nous laisser indifférent. Faolan est l’esclave de Torok. Celui ci l’a obtenu alors que le pére de Faolan a été vaincu lors d’une compétition et que son coeur a été dévoré par le chef de clan adverse. Tout les 10 ans se tient cette compétition entre une dizaine de clans. Et cette année, Torok y participe, ainsi que Faolan, qui compte bien gagner et faire évoluer les choses… Et voilà comment démarre cette histoire. Elle démarre sans avoir beaucoup de précisions sur l’univers du récit, qui va se dévoiler au fur et à mesure. Un univers sans concession. Violent. Sanglant. Un univers fait de coeur dévoré, de viol et d’autres actes d’une extrême violence. Et au milieu de tout ça, un jeune homme qui ne le tolére pas mais qui est surtout motivé par sa haine de celui qui a tué son pére. A moins que ce ne soit son pouvoir qu’il veuille ? C’est ce qu’il va lui même devoir découvrir au fur et à mesure de la compétition. Parcequ’il faut bien le dire, si le roman a une limite, c’est dans sa structure : il s’agit d’affrontements par épreuve. Et tout ceci fonctionne pendant un temps mais empêche d’avoir la profondeur qu’on voudrait de ce type de récit. Parceque ce n’est pas assez ample, on reste bloqué sur une île avec au final assez peu de personnages, bien que ceux-ci, ceux qui sont développés, soient intéressants. L’écriture, fluide et faites de moments quasi onirique, fonctionne aussi plutôt bien même si j’avoue avoir un poil lâché l’histoire durant une vingtaine de page à la moitié. Mais rien de bien grave, le résultat étant globalement trés bon.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lucie_bibliotheque Posté le 2 Juillet 2021
    Je mets d'abord un warning. Ce roman parle de sujets très compliqués que ce soit, violence, viol, traumatisme, combat, cannibalisme ou encore addiction, il ne faut pas laisser ce roman a une personne sensible. Je le dis, il n'est pas à laisser entre toutes les mains. Mais personnellement j ai beaucoup accroché à ce roman. La façon d'écrire de l auteure est violente, simple mais violente en quelques pages on ressent le mal être de Faolan, elle réussi à nous mettre à sa place, à rendre le personnage réel. Je trouve ça assez fou. Je me suis pris d affection pour le personnage complexe qu est Faolan, il a un réel traumatisme, et n'a pas eu une vie tranquille, pourtant le personnage m intrigue. J ai beaucoup aimé le roman, déjà parce que la fantasy et le combat sont mes styles de lecture favoris mais aussi pour sa complexité et sa fin a mon goût magnifique. Je le recommande si vous êtes prêts pour ça. Tout simplement excellent il faut que je me penche vers d autres romans de l auteur.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.