Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266273138
Code sériel : 7230
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Les Loups chantants

Date de parution : 08/03/2018
Au plus profond des terres glacées de Sibérie, règne le dieu de l’Hiver et ses cruels envoyés. Le village et ses habitants survivent grâce à la magie de ses Gardiens qui les maintient dissimulés et protégés par un Blizzard constant. Mais celui-ci n’a pas pu retenir la bien-aimée de Yuri.... Au plus profond des terres glacées de Sibérie, règne le dieu de l’Hiver et ses cruels envoyés. Le village et ses habitants survivent grâce à la magie de ses Gardiens qui les maintient dissimulés et protégés par un Blizzard constant. Mais celui-ci n’a pas pu retenir la bien-aimée de Yuri. Attirée par les hurlements des loups, elle a disparu dans l’implacable froidure. Tous la disent perdue, mais Yuri ne peut pas faire son deuil.
Bientôt, c’est sa sœur, Kira, qui est menacée. Sa peau se recouvre peu à peu de cristaux de glace. Déclarée maudite, elle est bannie de la communauté. Déterminé à la sauver, Yuri prépare son attelage. Ils s’enfoncent dans le Blizzard, pour un long périple semé d’embûches, les loups chantants à leurs trousses. Très vite, la voix de son amie retentit dans la tête de Yuri, elle l’appelle…

« On se laisse ainsi tantôt subjugué par les descriptions de ces paysages enneigés, tantôt apeuré par ces événements surnaturels qui nous plongent dans l'angoisse. Aurélie a réussi à nous dépeindre un conte qui ne laisse pas indifférent. » Salomé Lelièvre – ActuSF
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266273138
Code sériel : 7230
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Aurélie Wellenstein nous présente ici un conte qui mêle quête, traque, et magie dans ce décor givré sibérien. On se laisse ainsi tantôt subjugué par les descriptions de ces paysages enneigés, tantôt apeuré par ces événements surnaturels qui nous plongent dans l’angoisse. Aurélie a réussi là à nous dépeindre un conte qui ne laisse pas indifférent. »
Salomé Lelièvre, ActuSF

« Sa plume est toujours aussi précise, colorée dans les images et sombre dans les thèmes. Elle décrit le froid et la douleur aussi abruptement qu’ils arrivent dans la vraie vie, et les paysages des terres enneigées aussi grandioses et irréels qu’on les imagine. »
The Bloomsburry Muffin

« Une intrigue efficace et entraînante avec son lot de rebondissements et de surprises, [une] ambiance à la fois oppressante, glaçante, angoissante et qui pourtant dévoile des lieux magiques et magnifiques [et] des héros intrigants, complexes, efficaces et attachants. »
O Livre

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Khalya Posté le 12 Mai 2020
    J’adore les livres d’Aurélie Wellenstein. Le fait qu’il y ait toujours une part de frustration (du moins pour moi) à la fin de ses romans, contribue bizarrement à la quasi-vénération que je voue à cet auteur depuis que j’ai lu « le roi des fauves ». Et « Les loups chantants » ne fait pas exception à la règle. Ce roman mêle parfaitement réalisme et fantasy, au point que, pendant un moment, je me suis demandé si les éléments de fantasy ne relevaient pas simplement de l’imagination des personnages, exacerbée par les superstitions de leur peuple. Dès les premières pages, nous sommes plongés dans la neige, le froid et le blizzard. Le peuple Yuri, Kira et Anastasia, les trois principaux protagonistes de l’histoire, a un rapport compliqué avec le blizzard. D’un côté, ils le redoutent mais d’un autre, ils semblent le considérer comme une protection indispensable contre ce qu’ils appellent les monstres de l’hiver. Kira fait partie des gardiens, qui utilisent la magie pour protéger le village du blizzard et de ce qu’il contient. La plus grosse des menaces est la présence des loups psychiques : des loups qui traquent leurs proies en s’infiltrant dans leurs pensées, les attirants à eux par le biais... J’adore les livres d’Aurélie Wellenstein. Le fait qu’il y ait toujours une part de frustration (du moins pour moi) à la fin de ses romans, contribue bizarrement à la quasi-vénération que je voue à cet auteur depuis que j’ai lu « le roi des fauves ». Et « Les loups chantants » ne fait pas exception à la règle. Ce roman mêle parfaitement réalisme et fantasy, au point que, pendant un moment, je me suis demandé si les éléments de fantasy ne relevaient pas simplement de l’imagination des personnages, exacerbée par les superstitions de leur peuple. Dès les premières pages, nous sommes plongés dans la neige, le froid et le blizzard. Le peuple Yuri, Kira et Anastasia, les trois principaux protagonistes de l’histoire, a un rapport compliqué avec le blizzard. D’un côté, ils le redoutent mais d’un autre, ils semblent le considérer comme une protection indispensable contre ce qu’ils appellent les monstres de l’hiver. Kira fait partie des gardiens, qui utilisent la magie pour protéger le village du blizzard et de ce qu’il contient. La plus grosse des menaces est la présence des loups psychiques : des loups qui traquent leurs proies en s’infiltrant dans leurs pensées, les attirants à eux par le biais de rêves et de promesses. Quand Kira est bannie, accusée d’être maudite, Anastasia, une amie qui fait des études à la capitale et qui rejette en partie les croyances ancestrales de son peuple, et Yuri, le frère de Kira qui pleure la mort de sa promise, tombée entre les griffes des loups chantants, décident de se lancer dans la périlleuse traversée du blizzard pour tenter de la sauver. Le voyage regorge de rencontres avec les monstres de l’hiver, tous plus terrifiant que les précédents, ainsi qu’avec des humains qui n’ont rien à leur envier. On ne sait pas trop dire si les loups chantants sont une menace, des alliés, des prédateurs, des démons, des esprits… Ils sont vraiment très difficiles à cerner. Mais le pire ennemi du trio reste le froid implacable de cet hiver sibérien. Un frois si intense que les larmes gèlent sur le visage à peine versées, un froid si cruel qui s’arrêter de bouger peut conduire à la mort. Le roman se lit vite, le rythme est effréné et la tension nous pousse à toujours vouloir savoir ce qu’il se passe à la page suivante. Pour un roman aussi court, les croyances du peuple de Yuri et Kira sont parfaitement détaillés pour nous attirer au cœur de cet univers magnifique et dangereux. Et comme toujours à la fin d’un roman d’Aurélie Wellenstein, la fin m’a apportée la satisfaction… assortie d’une pointe de frustration.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Emy_Lit Posté le 29 Décembre 2019
    Une chevauchée glaçante dans le blizzard et le froid. Des étendues neigeuses, une nature pure. Des monstres, des animaux étranges. Une meute de chien. Des loups. Des loups chantants. Et une course contre la montre, contre la mort. J'ai bien apprécié ma lecture, même si quelques passages m'ont été difficiles à visualiser et m'ont du coup un peu génée. On se laisse emporter par Orion et ses comparses dans l'étendue de neige, la glace. On frissonne avec les personnages, et on se glace pour eux. Une fin qui me faisait peur au vu de l'évolution du récit. Mais un coup de maitre de l'auteur et me voilà entièrement satisfaite.
  • Ilfioredelmale Posté le 1 Juillet 2019
    « Les loups chantants » est le 3e titre d’Aurelie Welleinstein que je lis. Se passant dans l’Hiver impitoyable de la Sibérie, l’auteure nous immisce dans la vie de Yuri un musher très attaché à ses chiens, le grand frère de Kira, une Gardienne des esprits. Yuri a perdu la jeune femme qu’il aime : Asya, emportée par les loups chantants, des entités du Korochun le dieu de l’hiver. Il refuse de croire en sa mort, persuadé qu’en la cherchant il l’a retrouvera et va régulièrement affronter le Blizzard et le froid de la toundra dans ce but, malgré tous les autres êtres maléfiques de glace qui le peuple. Dont les loups chantants qui « chantent » et hypnotisent leurs proies, influencent leurs rêves, les affaiblissant mentalement jusqu’à ce qu’ils rendent les armes et aillent à leur rencontre mettre un terme à leur douleur psychologique et leur insomnie. Vous vous en doutez alors, l‘aspect mental des personnages qui est un élément auquel l’auteur accorde son importance est présent aussi dans ce livre. L’endurance face au froid et autres phénomènes étranges, la fatigue de la course du musher qui encourage ses loups, les désirs d’un homme amoureux désespéré et en deuil qui craint... « Les loups chantants » est le 3e titre d’Aurelie Welleinstein que je lis. Se passant dans l’Hiver impitoyable de la Sibérie, l’auteure nous immisce dans la vie de Yuri un musher très attaché à ses chiens, le grand frère de Kira, une Gardienne des esprits. Yuri a perdu la jeune femme qu’il aime : Asya, emportée par les loups chantants, des entités du Korochun le dieu de l’hiver. Il refuse de croire en sa mort, persuadé qu’en la cherchant il l’a retrouvera et va régulièrement affronter le Blizzard et le froid de la toundra dans ce but, malgré tous les autres êtres maléfiques de glace qui le peuple. Dont les loups chantants qui « chantent » et hypnotisent leurs proies, influencent leurs rêves, les affaiblissant mentalement jusqu’à ce qu’ils rendent les armes et aillent à leur rencontre mettre un terme à leur douleur psychologique et leur insomnie. Vous vous en doutez alors, l‘aspect mental des personnages qui est un élément auquel l’auteur accorde son importance est présent aussi dans ce livre. L’endurance face au froid et autres phénomènes étranges, la fatigue de la course du musher qui encourage ses loups, les désirs d’un homme amoureux désespéré et en deuil qui craint de perdre sa sœur à cause d’un mal hivernal qui la ronge, la confusion entre rêve et réalité, la lutte de l’espérance contre la fatalité. L’auteure n’est pas du genre à simplifier la vie de ses personnages, alors on ne sait jamais trop ce qu’il va se passer, une réussite ou un échec se trouve-t-il à la fin de ce périple contre la montre ? Le mal s’étend à vitesse grand V peut-il être éradiqué ? Si oui, par quels moyens ? C’est ce qu’il vous reste à découvrir. J’ai apprécié cette lecture car j’aime la plume d’Aurélie Welleinstein, j’ai aussi aimé le dépaysement et pour l’effet glacé qu’elle fait ressentir, moi qui n’aime pas le froid j’ai été servi, m’étranglant avec ma salive en lisant « -15 degré, le temps est bon « . Les descriptions font bien ressortir l’horrible climat et l’état physique et mental de chacun, tout en allant droit au but, malgré les nombreuses embûches. Mon intérêt est resté éveillé par le combat de Yuri, accompagné d’ Anastasia une amie d’enfance pour sauver sa sœur. Alors qu’il essaie d’être bon et droit, l’envie que cette souffrance prenne fin, y compris la sienne se faisant plus forte, lui ouvre les yeux sur ses intentions cachées et véritables. L’auteure n’a pas créé un personnage tout beau. Après deux livres sous sa plume, on se rend compte que celui qui semble le plus « noble » est souvent celui qui est le plus cassé.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Didinebzh29 Posté le 20 Février 2019
    Un "road trip" à traîneau avec une dimension fantastique qui ne m'a pas complètement convaincu. Bonne lecture mais sans plus.
  • MDWI Posté le 8 Janvier 2019
    Après un début qui ne pouvait que me plaire puisqu'il parle de chiens de traineau, l'histoire s'enlise très légèrement dans différentes péripéties qui sonnent un peu jeunesse. Mais comme c'est bien écrit, ça se lit tout seul. On est immergé dans la course poursuite aux frontières du fantastique menée par ces 3 adolescents jusqu'à un final qui va de surprise en surprise, où on ne sait plus qui croire et qui ment, et qui finit sur un ultime retournement de situation que j'ai trouvé un tout petit peu précipité et qui n'aurait pas souffert d'une page de plus pour être bien installé. C'était ma première lecture d'Aurélie Wellenstein et j'aime beaucoup son style et cette façon d'écrire une intrigue plus complexe qu'elle n'en a l'air de prime d'abord.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.