En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Loups chantants

        Pocket
        EAN : 9782266273138
        Code sériel : 7230
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 108 x 177 mm
        Les Loups chantants

        Date de parution : 08/03/2018
        Au plus profond des terres glacées de Sibérie, règne le dieu de l’Hiver et ses cruels envoyés. Le village et ses habitants survivent grâce à la magie de ses Gardiens qui les maintient dissimulés et protégés par un Blizzard constant. Mais celui-ci n’a pas pu retenir la bien-aimée de Yuri.... Au plus profond des terres glacées de Sibérie, règne le dieu de l’Hiver et ses cruels envoyés. Le village et ses habitants survivent grâce à la magie de ses Gardiens qui les maintient dissimulés et protégés par un Blizzard constant. Mais celui-ci n’a pas pu retenir la bien-aimée de Yuri. Attirée par les hurlements des loups, elle a disparu dans l’implacable froidure. Tous la disent perdue, mais Yuri ne peut pas faire son deuil.
        Bientôt, c’est sa sœur, Kira, qui est menacée. Sa peau se recouvre peu à peu de cristaux de glace. Déclarée maudite, elle est bannie de la communauté. Déterminé à la sauver, Yuri prépare son attelage. Ils s’enfoncent dans le Blizzard, pour un long périple semé d’embûches, les loups chantants à leurs trousses. Très vite, la voix de son amie retentit dans la tête de Yuri, elle l’appelle…

        « On se laisse ainsi tantôt subjugué par les descriptions de ces paysages enneigés, tantôt apeuré par ces événements surnaturels qui nous plongent dans l'angoisse. Aurélie a réussi à nous dépeindre un conte qui ne laisse pas indifférent. » Salomé Lelièvre – ActuSF
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266273138
        Code sériel : 7230
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 288
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Soleney Posté le 10 Juin 2018
          Kira est maudite. Son corps est en train de se recouvrir de glace, et dans peu de temps, elle deviendra une sbire de Korochun, le dieu de l'Hiver. Pour la sauver, son frère Yuri n'a d'autre choix que de lui faire traverser la Sibérie, en quête d'un remède. Mais peut-on vraiment contrer la volonté d'un dieu ? Ou bien n'est-ce qu'une maladie génétique, comme l'affirme Anastasia ? J'ai été littéralement happée par les aventures des trois protagonistes. Le rythme ne m'a jamais lâchée : la course contre la montre est haletante, les paysages infinis et glacés de la Sibérie sont d'une beauté à couper le souffle, le danger est partout – surtout dans les rêves. J'ai fini ce roman en deux jours. Son point fort ? Le mystère. Entre rêve et réalité, vérité et mensonges, on ne sait jamais à qui se fier. Poursuivis par des loups chantants (créatures éthérées qui ont la réputation d'hypnotiser leurs proies), manipulés par le chaman de leur clan, sujets à des hallucinations (causées par la faim et la fatigue ou bien par les loups ?), les trois jeunes gens vont devoir démêler le vrai du faux pour survivre. Pire : Yuri, doté d'une sensibilité si grande... Kira est maudite. Son corps est en train de se recouvrir de glace, et dans peu de temps, elle deviendra une sbire de Korochun, le dieu de l'Hiver. Pour la sauver, son frère Yuri n'a d'autre choix que de lui faire traverser la Sibérie, en quête d'un remède. Mais peut-on vraiment contrer la volonté d'un dieu ? Ou bien n'est-ce qu'une maladie génétique, comme l'affirme Anastasia ? J'ai été littéralement happée par les aventures des trois protagonistes. Le rythme ne m'a jamais lâchée : la course contre la montre est haletante, les paysages infinis et glacés de la Sibérie sont d'une beauté à couper le souffle, le danger est partout – surtout dans les rêves. J'ai fini ce roman en deux jours. Son point fort ? Le mystère. Entre rêve et réalité, vérité et mensonges, on ne sait jamais à qui se fier. Poursuivis par des loups chantants (créatures éthérées qui ont la réputation d'hypnotiser leurs proies), manipulés par le chaman de leur clan, sujets à des hallucinations (causées par la faim et la fatigue ou bien par les loups ?), les trois jeunes gens vont devoir démêler le vrai du faux pour survivre. Pire : Yuri, doté d'une sensibilité si grande qu'il peut entrer en contact avec l'esprit des animaux, est constamment interpellé par la louve de tête. Elle prétend être Asya – sa fiancée disparue dans le Blizzard l'an dernier. Le deuxième point fort du roman ? La chute. Surprenante, travaillée, empreinte d'une morale quelque peu inhabituelle, elle m'a bouleversée.[masquer] Pendant des jours, Yuri s'échine à sauver sa soeur de la malédiction qui la ronge… Les moyens de réussite échouent les uns après les autres… Et puis, la louve chantante lui donne un espoir : suis-nous, ce n'est pas Korochun qui est responsable de son état ; il peut même la sauver. Mais… Cette ruse était destinée à transformer Kira en louve. Depuis le début : c'est Louve Asya qui est à l'origine de la malédiction. Yuri perd donc sa soeur, qui devient ce dont il craignait depuis le début : une créature de l'hiver – un suppôt de Korochun. Je ne vais pas vous mentir. Quand j'ai lu les dernières pages, je suis restée sur le cul. C'est tellement audacieux de conclure sur la victoire des opposants ! J'ai lu tellement de romans de fantasy qu'il est désormais très difficile de me surprendre – rien que pour ça, j'ai envie de féliciter l'auteure. Après avoir discuté avec elle, justement (puisque j'ai eu la chance de la croiser aux Imaginales :)), j'ai même réalisé que j'avais raté une grosse partie de la morale. En réalité, le but d'Asya était de libérer Kira de la société patriarcale dans laquelle elle vivait. de lui permettre d'être enfin libre de courir en plein hiver, de ne plus craindre le froid, de ne plus craindre le chaman, d'avoir d'autres perspectives d'avenir que celui de se marier et d'avoir des enfants. Je ne le réalise que maintenant, mais effectivement Kira ne pouvait se permettre d'avoir beaucoup d'ambitions. Après réflexion, je pense que la raison pour laquelle je suis passée à côté du message est que Kira n'énonce jamais clairement ses aspirations. Ce sont systématiquement les autres personnages qui prennent les décisions pour son avenir : Yuri en voulant la laisser humaine et Asya en voulant la transformer. Que veut vraiment Kira, finalement ? On ne sait pas. Elle n'avait pas l'air malheureux au village et sa malédiction la terrifie. Mais si elle avait su qu'elle allait devenir une louve chantante, aurait-elle eu peur ?[/masquer] Toutes ces qualités m'ont fait aimer les personnages. Au début, j'avais un peu de mal avec Yuri, qui me paraissait un peu « fragile ». J'avais peur de voir en lui un personnage-martyr qui se victimise. Fort heureusement, la situation devient tellement insoutenable que ses peurs, ses erreurs et ses atermoiements se justifient complètement. J'aurais fait de même à sa place. Son attachement profond à sa soeur, son amour des chiens, des espaces immenses, sa douleur d'avoir perdu l'amour de sa vie en fond un personnage romantique assez étoffé. Anastasia et Kira, qui l'accompagnent, sont elles aussi touchantes, la première pour la confiance aveugle qu'elle place en Yuri, la seconde pour l'énorme poids qui pèse sur ses épaules et le sentiment de responsabilité qu'elle entretient à l'égard des deux autres. Je me suis même attachée aux chiens - moi qui préfère les chats ! Aurélie Wellenstein les dépeint avec beaucoup de sensibilité et j'ai été particulièrement touchée par Orion, le malamute. J'ai plusieurs fois tremblé pour lui à cause de ce que lui faisait subir le pouvoir de Yuri. En fin de compte, il n'y a que deux choses que je peux reprocher à ce roman : - L'univers : certains détails montrent qu'il est plus riche qu'il n'y paraît (pourquoi Kira a-t-elle des cheveux bleus ? Comment se fait-il qu'elle et son frère aient des pouvoirs ? D'autres personnes ont-elles le même don que Yuri ? Comment sont-elles perçues dans ces petites communautés du fin fond de la Sibérie ? Comment fonctionne la magie que manipule Kira ? Est-ce que les gens des grandes villes, entourés de technologie, sont au courant de l'existence de ces pouvoirs ?), mais les pistes ne sont pas exploitées. Ce roman est un prologue idéal pour une saga, mais très frustrant en tant que one-shot. En réalité, l'univers est lui aussi un point fort puisqu'il a le potentiel pour nourrir une trilogie ; - Les dialogues : autant j'ai adoré les descriptions, autant j'ai trouvé les échanges verbaux plats. Dommage ! Pour tout le reste, c'était parfait. Jusqu'à la couverture, que je trouve absolument superbe. Autant vous le dire : le Roi des fauves a rejoint ma PAL aussitôt.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Kurel Posté le 25 Avril 2018
          J'avais entendu parler de cette auteur par un ami lors du salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil en Décembre dernier. Alors quand je l'ai vue dans la sélection de la dernière Masse Critique et face à une si belle couverture, je n'ai pas pu résister :) Merci à Babelio pour l'envoi et la découverte ! Dans ce livre, Yuri, un jeune musher plutôt doué, vit dans la toundra sibérienne dans un village coupé du monde par un Hiver magique et sans pitié 6 mois de l'année. Il se retrouve contraint d'affronter cet enfer glacé pour essayer de guérir sa sœur atteinte d'un mal la couvrant de glace peu à peu. Dans cette course contre la montre et la glaciation complète de sa sœur Kira, il pourra compter sur l'aide d'Anastasia, infirmière et de ses chiens de traineaux au grand cœur. J'ai été emballée assez vite par l'univers de ce roman dans un premier temps. On pourrait le croire ancrer dans une époque proche de la notre mais avec un soupçon de magie et de mythes hivernaux. Les descriptions nous donnent vraiment envie de prendre un aller-simple pour les paysages blancs de la Russie et l'auteur arrive à... J'avais entendu parler de cette auteur par un ami lors du salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil en Décembre dernier. Alors quand je l'ai vue dans la sélection de la dernière Masse Critique et face à une si belle couverture, je n'ai pas pu résister :) Merci à Babelio pour l'envoi et la découverte ! Dans ce livre, Yuri, un jeune musher plutôt doué, vit dans la toundra sibérienne dans un village coupé du monde par un Hiver magique et sans pitié 6 mois de l'année. Il se retrouve contraint d'affronter cet enfer glacé pour essayer de guérir sa sœur atteinte d'un mal la couvrant de glace peu à peu. Dans cette course contre la montre et la glaciation complète de sa sœur Kira, il pourra compter sur l'aide d'Anastasia, infirmière et de ses chiens de traineaux au grand cœur. J'ai été emballée assez vite par l'univers de ce roman dans un premier temps. On pourrait le croire ancrer dans une époque proche de la notre mais avec un soupçon de magie et de mythes hivernaux. Les descriptions nous donnent vraiment envie de prendre un aller-simple pour les paysages blancs de la Russie et l'auteur arrive à nous donner des frissons quand elle narre les courses-poursuites dans le Blizzard et sur la glace. Cependant, par moment on se perd un peu entre l'aventure enneigée des 3 protagonistes et les rêves induits par les Loups, créatures mystérieuses au centre de l'histoire. L'expérience est donc un peu interrompue. Un des point fort indéniable ce sont les personnages. Au cours de ce road-trip un peu survival par endroits, les caractères et les blessures se révèlent, pour le meilleur et pour le pire. Ce roman s'adresse clairement à un public ados/jeunes adultes minimum. Certains passages sont en effet assez durs/crus pour des lecteurs plus jeunes. En résumé : un livre avec un fort potentiel mais qui s’essouffle un peu vers la fin. Même si celle-ci reste incertaine jusqu'au bout, j'ai trouvé la conclusion décevante comme incomplète et laissant beaucoup d'interrogations. Mais les personnes cherchant un peu de frisson glacé y trouveront certainement leur compte
          Lire la suite
          En lire moins
        • Chinouk Posté le 24 Avril 2018
          Yuri et Kira ont frère et sœur. Ils vivent dans un village au milieu de la Sibérie, un village cerné par le blizzard et Korochun, le dieu de l'hiver. Un jour, Kira souffre d'un mal étrange : sa peau se recouvre de glace. Les gens du village la pensent maudite, alors ils la chassent. Yuri, ne voulant pas laisser sa sœur, part avec elle pour tenter de la délivrer du mal qui la ronge. Avec leurs chiens de traîneaux, ils partent pour un long périple où ils affronteront le blizzard et tenteront de résister à l'appel des loups chantants. Un appel qui a déjà coûté la vie à Asya, la petite amie de Yuri. Anastasia, une amie d'enfance les accompagne dans leur périple. Ce livre fut pour moi une lecture en demi-teinte. J'ai adoré l'ambiance glacée du récit, mais j'ai eu du mal à m'intéresser aux personnages. Leur course contre la monte pour sauver Kira m'a presque laissée indifférente, je n'ai pas réussi à ressentir cette sensation d'urgence. J'ai eu l’impression que l'auteur a voulu faire de l'immensité glacée de la Sibérie son personnage principal et du coup ce qui arrive aux trois personnages est secondaire. En revanche, j'ai aimé... Yuri et Kira ont frère et sœur. Ils vivent dans un village au milieu de la Sibérie, un village cerné par le blizzard et Korochun, le dieu de l'hiver. Un jour, Kira souffre d'un mal étrange : sa peau se recouvre de glace. Les gens du village la pensent maudite, alors ils la chassent. Yuri, ne voulant pas laisser sa sœur, part avec elle pour tenter de la délivrer du mal qui la ronge. Avec leurs chiens de traîneaux, ils partent pour un long périple où ils affronteront le blizzard et tenteront de résister à l'appel des loups chantants. Un appel qui a déjà coûté la vie à Asya, la petite amie de Yuri. Anastasia, une amie d'enfance les accompagne dans leur périple. Ce livre fut pour moi une lecture en demi-teinte. J'ai adoré l'ambiance glacée du récit, mais j'ai eu du mal à m'intéresser aux personnages. Leur course contre la monte pour sauver Kira m'a presque laissée indifférente, je n'ai pas réussi à ressentir cette sensation d'urgence. J'ai eu l’impression que l'auteur a voulu faire de l'immensité glacée de la Sibérie son personnage principal et du coup ce qui arrive aux trois personnages est secondaire. En revanche, j'ai aimé le contexte. C'est-à-dire qu'au début de l'histoire on peut presque trouver une solution rationnelle à l’événement qui se déroule : phénomènes climatiques, le hurlement des loups, le mal dont souffre Kira. Puis non, c’est vraiment de la Fantasy, mais de la Fantasy douce (cela n'explose pas dans tous les sens) comme j'aime. L'écriture de l'auteure est agréable, elle a su me subjuguer avec ses descriptions et son chant des loups. J'étais à deux doigts de les entendre moi aussi. Je pense que si je n'ai pas pleinement apprécié ma lecture, c’est que ce n'était pas le bon timing pour m'y plonger. Il faut dire que pendant ma lecture des loups chantants, il a fait très (très) chaud en Bretagne, et lire un tel récit par 27 °C, ce n’est pas l'idéal. J'aime qu'il fasse froid quand je lis un récit qui se passe dans le froid, moi. Je l'ai donc lu par petits morceaux, ce qui, je pense, ne m'a pas aidée à entrer dans l'histoire. Avec "Les loups chantants ", Aurélie Wellenstein nous offre une plongée dans l'hiver Siberien ! Frisson garanti
          Lire la suite
          En lire moins
        • ClaireDoc Posté le 17 Avril 2018
          Voici une course contre le temps au cœur de la Sibérie…qui ne laisse pas indifférent. Le récit prend l’apparence une quête classique pour trouver un remède (médical ou magique). Un garçon mène ses chiens dans le Blizzard pour sauver sa soeur, ou se perdre lui-même… La question de l’émancipation féminine est le foyer central de l’histoire. Anastasia, la citadine rationnelle en jean pourrait paraitre l’archétype de l’émancipation, mais ce sont Asya et Kira, toutes deux mystiques,[masquer] en acceptant leur part animale[/masquer], qui sont les véritables Femmes-flammes. Le personnage d’Anastasia était le plus intéressant de mon point de vue, étant celle qui bascule de la rationalité à l’acceptation du surnaturel. Mais on a peu son point de vue, car l’auteur ménage un effet de surprise sur sa motivation dans ce voyage périlleux. J’ai apprécié ce rythme intense qui fait lire le roman d’une traite. Dès le départ, on est plongé dans cet univers qui fait penser à un conte fantastique, avec ses monstres, ses rituels (les « mots de pouvoirs ») et ses doutes lancinants. Mais l’auteur a su éviter l’emploi d’un personnage naïf qui découvrirait ce monde et nous plonge directement dedans, procédé que je préfère toujours. Le thème des chamans m’a plu... Voici une course contre le temps au cœur de la Sibérie…qui ne laisse pas indifférent. Le récit prend l’apparence une quête classique pour trouver un remède (médical ou magique). Un garçon mène ses chiens dans le Blizzard pour sauver sa soeur, ou se perdre lui-même… La question de l’émancipation féminine est le foyer central de l’histoire. Anastasia, la citadine rationnelle en jean pourrait paraitre l’archétype de l’émancipation, mais ce sont Asya et Kira, toutes deux mystiques,[masquer] en acceptant leur part animale[/masquer], qui sont les véritables Femmes-flammes. Le personnage d’Anastasia était le plus intéressant de mon point de vue, étant celle qui bascule de la rationalité à l’acceptation du surnaturel. Mais on a peu son point de vue, car l’auteur ménage un effet de surprise sur sa motivation dans ce voyage périlleux. J’ai apprécié ce rythme intense qui fait lire le roman d’une traite. Dès le départ, on est plongé dans cet univers qui fait penser à un conte fantastique, avec ses monstres, ses rituels (les « mots de pouvoirs ») et ses doutes lancinants. Mais l’auteur a su éviter l’emploi d’un personnage naïf qui découvrirait ce monde et nous plonge directement dedans, procédé que je préfère toujours. Le thème des chamans m’a plu et le pouvoir de Yuri m’a fait penser à la superbe série Chroniques de temps obscurs. La partie « chiens de traineaux » et les paysages m’ont eux plutôt renvoyé à Jack London (Croc-blanc et L’appel de la forêt). En tout les cas, un conte bien glacé, avec scènes d’horreurs [masquer] comme l’attaque des monstres « unbrascolléàunejambe ».[/masquer] Dès le départ de me suis doutée du destin de Kira, de la nature de la louve, personnage à part entière, mais j’avoue avoir été surprise par la fin, bien plus ouverte que je ne l’aurais pensé. On sort du conte pour rejoindre le roman d’initiation. Un bon roman.
          Lire la suite
          En lire moins
        • boudicca Posté le 6 Avril 2018
          Une course contre la montre dans un milieu inhospitalier ça vous tente ? Parce que c'est justement ce que nous propose Aurélie Wellenstein dans ce court roman qui retrace la quête désespérée d'un trio d'adolescents dans l'enfer de l'Arctique. Bien que conscient des dangers qui l'attend, Yuri se refuse pourtant à renoncer à cette mission suicidaire qui représente son tout dernier espoir de sauver sa sœur. Car celle-ci a soudainement commencé à se recouvrir de glace, une manifestation évidente, pour le chamane, de la colère du dieu Korochun et qui leur vaut, à elle et son frère, l’exclusion de leur communauté. Rejoins par Anastasia, une amie d'enfance du jeune homme et étudiante infirmière dans une ville éloignée, les adolescents entreprennent alors un long et périlleux voyage dans le but de trouver un remède pour sauver la jeune Kira. Le rythme est mené tambour battant du début à la fin, les personnages allant de difficultés en difficultés sans véritables accalmies. On peut toutefois regretter le point de vue unique adopté par l'auteur (celui de Yuri) quand une alternance aurait permis d'étoffer davantage les deux autres personnages. Même si le jeune homme reste tout du long très attachant, ses deux compagnes n'en restent... Une course contre la montre dans un milieu inhospitalier ça vous tente ? Parce que c'est justement ce que nous propose Aurélie Wellenstein dans ce court roman qui retrace la quête désespérée d'un trio d'adolescents dans l'enfer de l'Arctique. Bien que conscient des dangers qui l'attend, Yuri se refuse pourtant à renoncer à cette mission suicidaire qui représente son tout dernier espoir de sauver sa sœur. Car celle-ci a soudainement commencé à se recouvrir de glace, une manifestation évidente, pour le chamane, de la colère du dieu Korochun et qui leur vaut, à elle et son frère, l’exclusion de leur communauté. Rejoins par Anastasia, une amie d'enfance du jeune homme et étudiante infirmière dans une ville éloignée, les adolescents entreprennent alors un long et périlleux voyage dans le but de trouver un remède pour sauver la jeune Kira. Le rythme est mené tambour battant du début à la fin, les personnages allant de difficultés en difficultés sans véritables accalmies. On peut toutefois regretter le point de vue unique adopté par l'auteur (celui de Yuri) quand une alternance aurait permis d'étoffer davantage les deux autres personnages. Même si le jeune homme reste tout du long très attachant, ses deux compagnes n'en restent pas moins trop effacées et donc moins aptes à susciter l'empathie du lecteur. Si on ne s'ennuie pas une seconde à la lecture de ce périple mouvementé, la plupart des rebondissements de l'intrigue restent malgré tout très prévisibles. C'est le cas notamment de tout ce qui tourne autour d'Asya, l'ancienne compagne du héros, dont le lecteur devine immédiatement la nature et qui pourra donc s'agacer des hésitations sans cesse ressassées par le jeune Yuri pour retarder l'inévitable confrontation. Le plus gros point fort du récit reste son cadre : l'Arctique, un décor rude et hostile dans lequel la mort menace de partout. Outre la progression de la maladie de la jeune Kira, nos héros auront ainsi à faire au froid, à la faim, aux tempêtes, mais aussi au dégel. En dépit de la dangerosité de cet environnement, le lecteur comme les personnages ne peuvent s'empêcher d'admirer la beauté de ces étendues désertiques d'une blancheur immaculée que l'auteur décrit avec beaucoup de sensibilité. On ne peut cela dit s'empêcher d'être frustrés par la quasi totale absence d'informations concernant le monde en dehors de ces terres glacées qui constituent le seul et unique décor du roman. L'auteur se montre d'ailleurs à ce point vague sur le sujet qu'on se croirait au début du récit dans un milieu totalement déconnecté de notre réalité, jusqu'à ce que plusieurs références modernes nous fassent réaliser qu'il existe bien un lien ténue entre cette étrange contrée et notre monde. Peu à peu, le lecteur rassemble les pièces du puzzle et comprend qu'on doit se situer dans une région particulièrement reculée de Sibérie. Une Sibérie qui n'est pas vraiment la notre puisque des phénomènes d'ordre surnaturel y ont lieu. Le village est par exemple coupé du monde six mois sur douze par le Blizzard, une tempête effroyable qui recouvre une partie de ces terres désolées et qu'il est presque impossible de traverser. Les habitants de ces territoires disposent cela dit d'une protection redoutable contre la tempête en la personne des Gardiens, des villageois formés pour utiliser une magie liée à un livre à propos duquel l'auteur ne nous fournit aucune explication particulière. C'est d'ailleurs au départ l'un des rares aspects qui relève pleinement de la magie et qui nous fait comprendre avec certitude que le récit relève bien de la fantasy et non pas du fantastique. L'auteur tente pourtant à certaines reprises de semer le doute dans la tête du lecteur en avançant des explications plausibles à certains événements interprétés de façon superstitieuse par les deux protagonistes. Et si, par exemple, l'affliction de Kira n'était pas une malédiction mais relevait au contraire d'une maladie, certes rare, mais connue de la science ? Cet états indécis à la frontière du réel ne dure malheureusement pas, Aurélie Wellenstein se hâtant de trancher la question et faisant irrémédiablement basculer son récit dans la fantasy. Cela se manifeste notamment par l'apparition de créatures étranges qui vont donner bien du fil à retordre aux protagonistes et qui s'avèrent pour certaines franchement perturbantes. La plupart sont en effet totalement fantasques et ne s’apparentent à aucun bestiaire connu, une marque de fabrique de l'auteur qui, de ce point de vue, se démarque par son originalité (les créatures du « Roi des fauves » et de « La mort du temps » valent elles aussi le coup d’œil). Les animaux occupent également une place centrale dans l'ensemble de ses écrits, et « Les loups chantants » ne fait pas exception à la règle. Comme le titre l'indique, les loups sont évidemment au cœur du récit, présences tour à tour menaçante ou rassurante qui rôdent autour de nos héros de la première à la dernière page. Les chiens de traîneau sont eux aussi fréquemment mis en avant grâce au don exceptionnel de Yuri qui possède la capacité de mêler son esprit à selon de ses compagnons à fourrure. L'occasion de découvrir les capacités exceptionnelles de ces mastodontes qui font preuve d'une résistance et d'une endurance incroyables qui s'avèrent fort utile dans un milieu tel que celui de l'Arctique. Aurélie Wellenstein signe avec ce court roman un récit haletant qui séduit aussi bien par son cadre que par son bestiaire original. On y retrouve sans surprises un certain nombre d'éléments récurrents dans tous les textes de l'auteur, à commencer par l’omniprésence des animaux ainsi que la mise en avant d'un certain nombre de valeurs (la solidarité, la persévérance...). S'il n'est pas exempt de défauts, le roman n'en reste pas moins divertissant et vous fera donc passer un agréable moment de lecture.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Aurélie Wellenstein nous présente ici un conte qui mêle quête, traque, et magie dans ce décor givré sibérien. On se laisse ainsi tantôt subjugué par les descriptions de ces paysages enneigés, tantôt apeuré par ces événements surnaturels qui nous plongent dans l’angoisse. Aurélie a réussi là à nous dépeindre un conte qui ne laisse pas indifférent. »
        Salomé Lelièvre, ActuSF

        « Sa plume est toujours aussi précise, colorée dans les images et sombre dans les thèmes. Elle décrit le froid et la douleur aussi abruptement qu’ils arrivent dans la vraie vie, et les paysages des terres enneigées aussi grandioses et irréels qu’on les imagine. »
        The Bloomsburry Muffin

        « Une intrigue efficace et entraînante avec son lot de rebondissements et de surprises, [une] ambiance à la fois oppressante, glaçante, angoissante et qui pourtant dévoile des lieux magiques et magnifiques [et] des héros intrigants, complexes, efficaces et attachants. »
        O Livre
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com