Lisez! icon: Search engine
À Paraître
May et Chance
Jean-Luc Piningre (traduit par)
Date de parution : 18/04/2024
Éditeurs :
Pocket
En savoir plus
8.60 €
Date de parution: 18/04/2024
À Paraître

May et Chance

Jean-Luc Piningre (traduit par)
Date de parution : 18/04/2024
L’incroyable destin de May Dodd, l’héroïne de la trilogie Mille femmes blanches.
Wyoming, 1876.
« Être décédée présente certains avantages » : ainsi recommence le journal de May Dodd, que tous ont cru morte l’année précédente. Du passé cependant, elle n’a rien oublié. Ni l’asile d’aliénés,...
Wyoming, 1876.
« Être décédée présente certains avantages » : ainsi recommence le journal de May Dodd, que tous ont cru morte l’année précédente. Du passé cependant, elle n’a rien oublié. Ni l’asile d’aliénés, où sa famille l’a jadis enfermée, ni sa fuite au désert, et son mariage à un puissant chef cheyenne.
Mais aujourd’hui...
Wyoming, 1876.
« Être décédée présente certains avantages » : ainsi recommence le journal de May Dodd, que tous ont cru morte l’année précédente. Du passé cependant, elle n’a rien oublié. Ni l’asile d’aliénés, où sa famille l’a jadis enfermée, ni sa fuite au désert, et son mariage à un puissant chef cheyenne.
Mais aujourd’hui qu’une nouvelle vie s’offre à elle, c’est à ses enfants qu’elle pense – ces enfants dont on l’a séparée et qu’avec son amant Chance, elle court retrouver à Chicago.
Là, le monde des Blancs les attend de pied ferme, et l’aventure aussi, sous les traits d’un certain Buffalo Bill…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266336338
Code sériel : 19096
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus
8.60 €
Date de parution: 18/04/2024
EAN : 9782266336338
Code sériel : 19096
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sylviedoc 16/02/2024
    Je m'était promis de lire la suite de "Mille femmes blanches", et j'ai réussi à mettre la main dessus avant d'avoir oublié l'histoire. Même quand une lecture vous a beaucoup plu, quand on lit autant on a parfois tendance à avoir quelques trous de mémoire, à mon âge vénérable ! Je vais essayer de ne pas dévoiler trop d'éléments de la trilogie qui précède cet ultime volume, mais si vous avez l'intention de la lire ne regardez pas de trop près ce billet. Comme l'indique le titre, l'histoire est centrée sur May, l'héroïne de la saga depuis le début, et son nouveau compagnon Chance, un sang-mêlé avec lequel elle file le parfait amour depuis qu'elle a tenté de lui voler son cheval dans le tome 3. Dans les premiers chapitres ils sont encore accompagnés de Martha, compagne d'infortune de May depuis le début, et de son fils Little Tangle Hair, le bébé qu'elle a eu de son époux indien, ainsi que de Lady Ann, qui apparaissait dans le second tome et souhaite rentrer en Angleterre. Mo, le jeune "horse-boy" indien de May va également les rejoindre au cours de leur périple à cheval pour rejoindre Chicago, d'où sont originaires May et Martha. La route est longue, et les membres indiens de la petite troupe sont fréquemment interdits de séjour dans les auberges ou les commerces des localités traversées. Pour se procurer de quoi aller au bout de leur voyage, ils tentent de vendre leurs montures à un marchand qu'avait déjà croisé May alors qu'elle faisait du trafic de chevaux volés. Celui-ci, M. Bartlett, va se montrer d'une aide inespérée pour la suite de l'histoire. D'ailleurs le groupe va faire plusieurs belles rencontres, j'ai même trouvé qu'ils étaient un peu trop chanceux parfois ! Peut-être le prénom de Chance y est-il pour quelque chose ? Toujours est-il qu'après pas mal de péripéties, le départ de Lady Ann, un mariage, ils finissent par arriver aux abords de Chicago où May n'a pas perdu l'espoir de retrouver ses enfants dont on l'a séparé des années auparavant en la plaçant à l'asile sous un motif futile, comme cela était courant à l'époque pour se débarrasser d'une femme encombrante. Je m'arrêterai là pour la narration de l'histoire, sinon vous n'aurez plus besoin de lire le livre. J'ai été très heureuse de retrouver l'univers et certains personnages de "Mille femmes blanches", mais je n'ai pas éprouvé autant d'enthousiasme qu'au début de la saga. Les éléments qui m'attiraient le plus ne sont ici qu'anecdotiques, notamment le combat des tribus indiennes pour garder leurs territoires et leur liberté. On constate que la plupart d'entre elles ont cédé à la pression des colons blancs et se sont laissé parquer dans les réserves. Le voyage des héros est certes émaillé d'incidents plus ou moins intéressants, mais manquait un peu d'intérêt par moments. Le combat de May pour retrouver ses enfants m'a plus tenu en haleine, cette partie du roman relance l'action. Dans la suite, la rencontre des deux héros avec la troupe de William Cody, autrement dit Buffalo Bill et son célèbre Wild West Show (un des nombreux éléments réels de l'histoire) apporte un éclairage intéressant sur la façon dont le public se représente l'histoire de la conquête de l'Amérique par les colons. May et Chance vont d'ailleurs tenter d'infléchir cette vision pour le moins faussée des évènements. Quant à la fin, ce n'est pas celle que j'imaginais, ce n'est peut-être pas la plus convaincante, mais elle plaira sans doute à nombre de lecteurs de la saga ! Nonnon, n'insistez pas, vous ne saurez rien de plus ! Vous n'avez qu'à lire les 4 volumes,'à peine 1600 pages, à la louche... Mais pour nous, une broutille !Je m'était promis de lire la suite de "Mille femmes blanches", et j'ai réussi à mettre la main dessus avant d'avoir oublié l'histoire. Même quand une lecture vous a beaucoup plu, quand on lit autant on a parfois tendance à avoir quelques trous de mémoire, à mon âge vénérable ! Je vais essayer de ne pas dévoiler trop d'éléments de la trilogie qui précède cet ultime volume, mais si vous avez l'intention de la lire ne regardez pas de trop près ce billet. Comme l'indique le titre, l'histoire est centrée sur May, l'héroïne de la saga depuis le début, et son nouveau compagnon Chance, un sang-mêlé avec lequel elle file le parfait amour depuis qu'elle a tenté de lui voler son cheval dans le tome 3. Dans les premiers chapitres ils sont encore accompagnés de Martha, compagne d'infortune de May depuis le début, et de son fils Little Tangle Hair, le bébé qu'elle a eu de son époux indien, ainsi que de Lady Ann, qui apparaissait dans le second tome et souhaite rentrer en Angleterre. Mo, le jeune "horse-boy" indien de May va également les rejoindre au cours de leur périple à cheval pour rejoindre Chicago, d'où sont originaires May et...
    Lire la suite
    En lire moins
  • 56Sophie 20/12/2023
    Heureuse de retrouver May. Cependant ce tome ne vaut pas les précédents. Il n'y a plus de lien avec les indiens et cela est vraiment dommage... Nous n'avons plus de nouvelles des autres personnages... Le livre se lit bien mais je reste sur ma faim.
  • Jmlyr 05/12/2023
    May et Chance J’ai pris beaucoup de plaisir à replonger dans l’univers des Mille femmes blanches, retrouver les Cheyennes et leur mode de vie, et surtout May Dodd, l’héroïne blanche que l’on suit depuis le tout début. Bien sûr, les passages de violence, inhérents au contexte, la lutte des Amérindiens tentant de sauver leurs terres et de résister à l’enfermement dans des réserves, heurtent toujours ma sensibilité, mais restituent probablement avec fidélité une triste réalité. L’auteur nous entraîne dans ce monde-là avec toujours autant de talent, nous fait de nouveau voyager, jusqu’à Chicago cette fois et même Paris. May rentrera peu à peu en résilience… son nouveau mari Chance à ses côtés… Je ne résumerai pas l’histoire, je dirai simplement qu’elle se poursuit, que les femmes sont toujours mises à l’honneur, que l’amour est une valeur sûre, mais que cet opus est un prétexte de plus à dénoncer l’horrible massacre des Amérindiens…
  • tripackbyron 13/11/2023
    N'ayant pas lu la trilogie "Les mille femmes blanches" dont j'ai entendu beaucoup de bien, lorsque je suis tombé sur ce roman exposé en bonne place dans ma bibliothèque municipale préférée, je me suis laissé tenter et je ne le regrette pas, car ce livre se lit très facilement indépendamment des premiers. L'écriture est très agréable, le procédé de la relation du récit par le biais des carnets "intimes" de l'héroïne est pertinent et intéressant. Les personnages sont très attachants, leurs aventures assez rocambolesques, mais on se laisse facilement entraîner. La fidernière partie me paraît un peu trop à l'eau de rose, mais dans l'ensemble, c'était une lecture très agréable. Je crois bien que je vais lire un de ces jours le premier tome de la trilogie.
  • isa-vp 14/08/2023
    Deux ans après son évasion d’un asile d’aliénés à Boston et son intégration au programme Mille Femmes Blanches pour les Indiens, May Dodd prend un nouveau départ avec l’homme qu’elle aime, Chance. Echappant au massacre de sa tribu Cheyenne, elle laisse derrière elle son compagnon Little Wolf, grand chef indien et sa petite fille Wren, et part avec Chance dans un long périple à travers l’Amérique pour retrouver les deux enfants que son père lui a arrachés. May et Chance dans leur long voyage, croisent la route de nombreux personnages, tous représentatifs du pays en cette fin du 19ème siècle et c’est au sein de la troupe de théâtre de Bill Cody, le Wild West Show, qu’ils se mettent à sillonner le monde et finissent par trouver un lieu paisible où s’installer. Une aventure qui tient plus de la romance que du récit historique mais qui n’en demeure pas moins une source d’informations intéressantes sur les lendemains des guerres indiennes. Avec cette traversée de l’Amérique du Nord au Sud, Jim Fergus raconte à la fois la traque des indiens récalcitrants, leur regroupement dans les réserves et surtout l’idéologie des colons portée par la fameuse « destinée manifeste » qui a justifié tant d’exactions durant la conquête de l’Ouest. Et l’on comprend alors comment la construction de ce nouveau monde a pu se faire au détriment des peuples natifs. En écrivant ce quatrième volet qui fait suite à la trilogie des Mille femmes blanches, l’auteur ajoute une fin qui manquait certainement à cette grande épopée. L’écriture sous forme de journal intime de ce roman est assez naïve et faite de nombreux dialogues que j’ai trouvés un peu puérils. Traitée de cette façon, cette période si difficile des débuts des Etats-Unis pourrait sembler presque supportable, et en tout cas moins dramatique que sa triste réalité. J’ai eu du mal à me détacher de toutes ces horreurs pour apprécier ce roman mais je pense que ce côté « fleur bleue » qui a fait la veine de la saga, réjouira les amateurs de romance historique.Deux ans après son évasion d’un asile d’aliénés à Boston et son intégration au programme Mille Femmes Blanches pour les Indiens, May Dodd prend un nouveau départ avec l’homme qu’elle aime, Chance. Echappant au massacre de sa tribu Cheyenne, elle laisse derrière elle son compagnon Little Wolf, grand chef indien et sa petite fille Wren, et part avec Chance dans un long périple à travers l’Amérique pour retrouver les deux enfants que son père lui a arrachés. May et Chance dans leur long voyage, croisent la route de nombreux personnages, tous représentatifs du pays en cette fin du 19ème siècle et c’est au sein de la troupe de théâtre de Bill Cody, le Wild West Show, qu’ils se mettent à sillonner le monde et finissent par trouver un lieu paisible où s’installer. Une aventure qui tient plus de la romance que du récit historique mais qui n’en demeure pas moins une source d’informations intéressantes sur les lendemains des guerres indiennes. Avec cette traversée de l’Amérique du Nord au Sud, Jim Fergus raconte à la fois la traque des indiens récalcitrants, leur regroupement dans les réserves et surtout l’idéologie des colons portée par la fameuse « destinée manifeste » qui a justifié tant d’exactions durant...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.