Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266280013
Code sériel : 420
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 592
Format : 108 x 177 mm

Métaphysique

Bernard Sichère (traduit par)
Collection : Agora
Date de parution : 17/08/2017
La Métaphysique est cet ouvrage qu’Aristote n’a jamais écrit, ou plutôt cet ensemble de leçons, rassemblées tardivement par un copiste-bibliothécaire, au sujet du savoir suprême. Dans ces textes, Aristote s’efforce de situer, en regard de la physique, ce haut savoir qu’il désigne à plusieurs reprises comme « philosophie première ».
Cette...
La Métaphysique est cet ouvrage qu’Aristote n’a jamais écrit, ou plutôt cet ensemble de leçons, rassemblées tardivement par un copiste-bibliothécaire, au sujet du savoir suprême. Dans ces textes, Aristote s’efforce de situer, en regard de la physique, ce haut savoir qu’il désigne à plusieurs reprises comme « philosophie première ».
Cette traduction singulière de Bernard Sichère redonne sa tonalité à la langue d’Aristote tout en la confrontant à la lecture novatrice qu’en a fait Heidegger.
Elle est publiée pour la première fois en un seul volume.

Traduction depuis le grec ancien en français moderne par Bernard Sichère
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266280013
Code sériel : 420
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 592
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SebastienFontaniere Posté le 10 Novembre 2021
    Il est toujours plus difficile de juger un argumentaire ancien. Il faut sans doute le juger profond au regard de l'influence théorique exercée. Ce corpus de traités manque en effet d'unité (comment le reprocher alors que ce sont ses successeurs qui rassemblèrent ces traités dans ce volume ?) mais mais pas vraiment de cohérence doctrinale : certaines positions sur la substance sont en revanche directement en contradiction avec les Analytiques.
  • Thomas_Harnois Posté le 26 Janvier 2021
    A la fin de ce volumineux ouvrage, on comprend pourquoi l’influence d’Aristote sera gigantesque sur les trois religions monothéistes. En effet, la « Métaphysique » offre un terrain idéal pour le développement d’une justification philosophique à l’existence d’un dieu unique. C’est donc au Moyen-Age, qu’une nouvelle science, la Scolastique, tentera la réunification des thèses aristotéliciennes avec la religion. Je savais que l’église chrétienne avait été influencée par Aristote par l’intermédiaire des travaux de Thomas d’Aquin mais j’ignorais que le Judaïsme par les travaux de Maimonide ou l’Islam par ceux d’Averroès, avaient également subi cette influence. Il est à noter cependant que contrairement à ceux de Maimonide, les travaux d’Averroès furent massivement rejetés par les autorités religieuses musulmanes. Pour ces raisons on peut considérer la « Métaphysique » d’Aristote comme l’un des livres les plus importants ou influents de l’Histoire de l’homme. Après avoir bien étudié ce philosophe, je dois admettre être toujours impressionné par l’étendue et la portée de ces travaux visant à atteindre une sorte de savoir total multi disciplinaire. Certes, le style d’Aristote est souvent austère, professoral, difficile, peu littéraire (surtout comparé à celui de Platon) mais je suis impressionné par sa rigueur scientifique et son coté « savant ». J’aime cette approche de... A la fin de ce volumineux ouvrage, on comprend pourquoi l’influence d’Aristote sera gigantesque sur les trois religions monothéistes. En effet, la « Métaphysique » offre un terrain idéal pour le développement d’une justification philosophique à l’existence d’un dieu unique. C’est donc au Moyen-Age, qu’une nouvelle science, la Scolastique, tentera la réunification des thèses aristotéliciennes avec la religion. Je savais que l’église chrétienne avait été influencée par Aristote par l’intermédiaire des travaux de Thomas d’Aquin mais j’ignorais que le Judaïsme par les travaux de Maimonide ou l’Islam par ceux d’Averroès, avaient également subi cette influence. Il est à noter cependant que contrairement à ceux de Maimonide, les travaux d’Averroès furent massivement rejetés par les autorités religieuses musulmanes. Pour ces raisons on peut considérer la « Métaphysique » d’Aristote comme l’un des livres les plus importants ou influents de l’Histoire de l’homme. Après avoir bien étudié ce philosophe, je dois admettre être toujours impressionné par l’étendue et la portée de ces travaux visant à atteindre une sorte de savoir total multi disciplinaire. Certes, le style d’Aristote est souvent austère, professoral, difficile, peu littéraire (surtout comparé à celui de Platon) mais je suis impressionné par sa rigueur scientifique et son coté « savant ». J’aime cette approche de la vie intellectuelle, spéculative et méditative à qui il attribue la part de divinité de l’homme. Je me demande parfois (un peu vainement ) ce qu’aurait écrit un tel esprit visionnaire si il avait été doté d’outils technologiques aussi affûtés que les nôtres. Nul doute que son prodigieux sens de l’observation, son esprit curieux et son intelligence aiguë auraient amené l’Humanité encore plus en avant sur les chemins escarpés de la connaissance. Je pense donc relire un jours plus tard la « Métaphysique » mais doté moi même d’outils intellectuels plus performants pour me hisser davantage au niveau du Maitre. Malgré tout le voyage n’ a pas été sans bienfaits.
    Lire la suite
    En lire moins
  • vincentf Posté le 1 Janvier 2011
    Le livre fondateur de la tradition philosophie occidentale demeure bien obscur. Que cherche-t-il ? Ce qu'est l'être en tant qu'être. Vaste programme réalisé sous toutes les coutures durant cinq cents pages. Que retenir, à défaut de vraiment comprendre ? La notion de substance. L'être est substance. Il n'est pas séparé des choses. Les principes ne sont pas extérieurs aux êtres en actes. Platon au tapis : la théorie des idées est balayée, parce qu'elle dédouble tout, qu'il n'est pas nécessaire que le principe soit ailleurs qu'en substance. Bien d'autres principes me sont sans doute passés sous le nez, dans la complexité et la distance historique des propos aristotéliciens. Il me manque, à moi le non-philosophe, le concret, le tactile, le sensuel, le littéraire et l'historique, pour ne pas passer un peu ou beaucoup à côté d'un momument trop impressionnant de la pensée pure.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.