Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266230285
Code sériel : 15261
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 108 x 177 mm

Poussière d'homme

Date de parution : 12/07/2012

« Ce dimanche 3 avril, au soir, tes jours d’homme m’ont filé entre les doigts. Au presque commencement de ma vie, je t’ai perdu, toi avec qui je voulais la finir. Nous avions oublié d’être mortels, le temps nous a rattrapés… »
David LELAIT

« Je viens de finir ce livre, c'est...

« Ce dimanche 3 avril, au soir, tes jours d’homme m’ont filé entre les doigts. Au presque commencement de ma vie, je t’ai perdu, toi avec qui je voulais la finir. Nous avions oublié d’être mortels, le temps nous a rattrapés… »
David LELAIT

« Je viens de finir ce livre, c'est un VÉRITABLE CHOC !!!!! Non seulement l'histoire est bouleversante mais le style est éblouissant !! Les mots claquent, lumineux et remplis de poésie ! Une émotion tout en pudeur pare ce livre d'une couleur unique. » Gérard Collard

« Lyrique et sensible, juste et touchant, bouleversant même quand il ne reste qu'une poignée d'heures avant la séparation ultime. » Ph.-J.C. – Le Monde

« Un texte émouvant et d'une exquise sensibilité. » Delphine Apiou – Biba

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266230285
Code sériel : 15261
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Je viens de finir ce livre (…) c’est un VÉRITABLE CHOC !!!!! Non seulement l’histoire est bouleversante mais le style est éblouissant !! Les mots claquent, lumineux et remplis de poésie ! Une émotion tout en pudeur pare ce livre d’une couleur unique. » Gérard COLLARD 

« Lyrique et sensible, juste et touchant, bouleversant même quand il ne reste qu’une poignée d’heure avant la séparation ultime, ce chant sait être sobre (…). » Ph.-J. C. – Le Monde

« Une des plus belles histoires d'amour que j'aie lues. » Marina Carrère d'Encausse - Le Magazine de la santé

« (…) un texte émouvant et d’une exquise sensibilité. » Biba

« Le livre blesse. Hante l’âme de longues journées après sa lecture. Balance d’énormes bouffées d’émotions brutes. Une histoire d’amour et de chagrin. » Patrice Demailly – Nord-Éclair

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • blandine5674 Posté le 15 Juillet 2020
    Livre qui m’a chamboulée. Triste puisqu’il s’agit de la perte d’une personne qu’on aime. Et le hasard a fait que je l’ai lu à la date d’anniversaire de la perte de mon meilleur ami, il y a deux ans. Beaucoup de descriptions m’ont ramené de beaux et tristes souvenirs. Peu importe que dans cette histoire c’est l’amour d’un homme pour un autre homme. Voir critique de Afleurdelivres qui, par son enthousiaste, m’a dirigée vers cette lecture et est plus complète que la mienne.
  • FloChavy Posté le 13 Juillet 2020
    Magnifique histoire/de#769;claration/preuve d’amour ce roman est un incroyable concentre#769; d’e#769;motions. Hommage et hymne a#768; l’amour et a#768; l’e#770;tre cher emporte#769; par la maladie, avec des mots qui vous touchent en plein cœur.
  • redmary Posté le 18 Mars 2020
    Un très joli roman que voici, lu d'une traite, les larmes aux yeux une page sur deux. C'est dur mais jamais pesant, c'est juste la vie, tout simplement. Et il est beau et heureux que certaines personnes puissent dépasser les tabous pour en parler, simplement, justement, dans ce qui est beau et difficile, dans ces moments durs que nous traversons tous sans exception, à condition d'aimer. Magnifique.
  • Afleurdelivres Posté le 24 Février 2020
    ❤️💔Je referme ce sublime roman, ce déchirant hurlement d’amour à la sensibilité et la beauté inouïes, totalement bouleversée. Ce livre est merveilleux. Merveilleux dans sa profondeur. Merveilleux dans l’amour inconditionnel qui en émane. Merveilleux dans sa force. Merveilleux dans sa poésie et son ardeur mais aussi sa pudeur. Il a été écrit par David Lelait en 2006 suite à la mort de son compagnon d’une cruelle maladie pour dire « l’après toi, le sans toi, la béance à chaque secondes de mes jours ...l’amour de toi qui me cogne au dedans sans jamais plus te parvenir ». De son écriture pulsionnelle il s’adresse à lui. Ses pensées,sa chair, ses sens sont polarisés sur lui. Lui, dont l’absence devient « un compagnon fidèle qui ourle désormais mes chemins d’exilé ». On le suit dans son « improbable voyage » pour accompagner dans sa Bretagne natale son désormais « Toi de poussière » confiné dans sa gangue d’albâtre blanc funéraire. Il se souvient. De leur rencontre, leur vie à deux, leur moments de joie et de fusion, l’annonce de la maladie, la peur, les soins à « l’usine-des-vies-fragiles » jusqu’à ses derniers mots qui ne le quitteront plus. D’un soutien sans failles, il le sublime même dans sa décrépitude. Attendant désespérément « l’habitude... ❤️💔Je referme ce sublime roman, ce déchirant hurlement d’amour à la sensibilité et la beauté inouïes, totalement bouleversée. Ce livre est merveilleux. Merveilleux dans sa profondeur. Merveilleux dans l’amour inconditionnel qui en émane. Merveilleux dans sa force. Merveilleux dans sa poésie et son ardeur mais aussi sa pudeur. Il a été écrit par David Lelait en 2006 suite à la mort de son compagnon d’une cruelle maladie pour dire « l’après toi, le sans toi, la béance à chaque secondes de mes jours ...l’amour de toi qui me cogne au dedans sans jamais plus te parvenir ». De son écriture pulsionnelle il s’adresse à lui. Ses pensées,sa chair, ses sens sont polarisés sur lui. Lui, dont l’absence devient « un compagnon fidèle qui ourle désormais mes chemins d’exilé ». On le suit dans son « improbable voyage » pour accompagner dans sa Bretagne natale son désormais « Toi de poussière » confiné dans sa gangue d’albâtre blanc funéraire. Il se souvient. De leur rencontre, leur vie à deux, leur moments de joie et de fusion, l’annonce de la maladie, la peur, les soins à « l’usine-des-vies-fragiles » jusqu’à ses derniers mots qui ne le quitteront plus. D’un soutien sans failles, il le sublime même dans sa décrépitude. Attendant désespérément « l’habitude de l’absence », le deuil, ce « sorcier », lui semble impossible. Le « nous » est obsessionnel, les mots destinés à le prolonger. Le thème est tristement banal mais c’est son style flamboyant et sa densité qui confèrent au roman une singularité. Un amour infini se dégage de chaque phrase vous jaillit en pleine face et vous saisit à même le corps. Et puis la vie, la lumière reviennent par intermittence, marquées par l’abandon des anxiolytiques car «  la plaie doit maintenant respirer à l’air libre ». Les dernières pages, bouleversantes, mêlent pulsion de vie et de mort jusqu’à l’acceptation de le laisser partir. Et l’on se prend à espérer intensément que dans son éternité ces mots d’amour poignants et leur souffle soient parvenus à cet homme de poussière et que soient gravées à jamais dans l’immensité, parmi toutes les autres poussières agglomérées, les trois lettres de son prénom.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Octopussy Posté le 13 Février 2020
    Il est des rencontres littéraires que l'on sait gravées à jamais dans son cœur et dans son esprit, des lectures qui vous font dire qu'il y a un avant et un après, des textes qui vous empêchent de vous plonger dans les mots d'un autre juste après les avoir refermés, des auteurs ou des autrices qui vous bouleversent au-delà de ce que vous imaginiez en ouvrant leur livre. J'ai acheté Poussière d'homme après un déjeuner en compagnie d'une amie. Les mots qu'elle a posés sur sa lecture et sa rencontre avec l'auteur ont piqué ma sensibilité. Je n'imaginais pas à quel point le récit me retournerait! Poussière d'homme est un récit autobiographique. Il commence par le pire. La mort et le vide, l'absence et la douleur. David Lelait-Helo perd son compagnon, son essentiel, l'homme de sa vie. Il accompagne l'urne qui contient ses cendres dans le village natal de son grand amour. A partir de cet instant T, il remonte le cours du temps et relate la rencontre, les premiers mois, la vie, les élans, les désirs, puis l'annonce de la maladie, les hospitalisations, la séparation définitive et le manque. Atroce. Insupportable. Mais ce qui transpire à chaque page, dans chaque mot,... Il est des rencontres littéraires que l'on sait gravées à jamais dans son cœur et dans son esprit, des lectures qui vous font dire qu'il y a un avant et un après, des textes qui vous empêchent de vous plonger dans les mots d'un autre juste après les avoir refermés, des auteurs ou des autrices qui vous bouleversent au-delà de ce que vous imaginiez en ouvrant leur livre. J'ai acheté Poussière d'homme après un déjeuner en compagnie d'une amie. Les mots qu'elle a posés sur sa lecture et sa rencontre avec l'auteur ont piqué ma sensibilité. Je n'imaginais pas à quel point le récit me retournerait! Poussière d'homme est un récit autobiographique. Il commence par le pire. La mort et le vide, l'absence et la douleur. David Lelait-Helo perd son compagnon, son essentiel, l'homme de sa vie. Il accompagne l'urne qui contient ses cendres dans le village natal de son grand amour. A partir de cet instant T, il remonte le cours du temps et relate la rencontre, les premiers mois, la vie, les élans, les désirs, puis l'annonce de la maladie, les hospitalisations, la séparation définitive et le manque. Atroce. Insupportable. Mais ce qui transpire à chaque page, dans chaque mot, chaque virgule, chaque espace, c'est cet Amour absolument fou qui l'unit à son homme. Le texte est d'une beauté extraordinaire. Il m'a cueillie à chaque seconde. Me laissant en apnée. J'ai rarement été aussi touchée en lisant. Et je ne sais même pas vraiment comment partager avec vous mon émotion. Mes mots me semblent si dérisoires comparés à ce coup de foudre littéraire et humain. Je ne sais pas quel livre ouvrir après celui-ci. Je ne sais pas comment "passer à autre chose". Je ne sais pas comment ranger cette déclaration d'amour dans un coin de ma tête. Parce qu'elle a en fait laissé un trou béant en plein milieu de mon palpitant! 💔
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.