Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes
Catherine Gibert (traduit par)
Date de parution : 19/01/2023
Éditeurs :
Pocket
En savoir plus
Nouveauté

Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes

Catherine Gibert (traduit par)
Date de parution : 19/01/2023
Un roman explosif sur un couple de sexagénaires en crise et un portrait mordant de nos sociétés obsédées par la santé et le culte du corps.
Pathétique… Quand Remington, la soixantaine, annonce à sa femme son ambition de courir le marathon, Serenata n’en revient pas. Lui qui n’a jamais couru plus de dix mètres de la... Pathétique… Quand Remington, la soixantaine, annonce à sa femme son ambition de courir le marathon, Serenata n’en revient pas. Lui qui n’a jamais couru plus de dix mètres de la chambre au salon… Est-ce la peur de vieillir ? L’oisiveté de sa retraite forcée ? Peut-être la silhouette très pneumatique de Bambi,... Pathétique… Quand Remington, la soixantaine, annonce à sa femme son ambition de courir le marathon, Serenata n’en revient pas. Lui qui n’a jamais couru plus de dix mètres de la chambre au salon… Est-ce la peur de vieillir ? L’oisiveté de sa retraite forcée ? Peut-être la silhouette très pneumatique de Bambi, sa nouvelle coach ? Ou bien tout simplement le conformisme, ce culte du corps, de la performance, qui règne sur l’époque ? Las, la résolution de Remington n’a rien d’une lubie et leur couple s’essouffle.
Chronique d’une vie conjugale en bout de course…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266323413
Code sériel : 18568
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus
EAN : 9782266323413
Code sériel : 18568
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Lionel Shriver, ton caustique et esprit flingueur, la romancière s’attaque à la nouvelle obsession américaine pour la performance sportive. Jubilatoire. »
Le Figaro Littéraire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Forestiere 01/11/2022
    J’ai beaucoup aimé ce livre de Lionel Shriver. Tout comme d’autres de ses livres précédents, j’admire la description qu’elle fait de ses personnages, on sent chez elle une grande observation du comportement humain. Dans ce cas-ci, on a l’impression de particulièrement bien connaitre Serenata avec ses forces et faiblesses. Dans ce livre, le couple formé de Serenata et Remington s’adonne à de la performance sportive intense : l’une via un entrainement quotidien étalé sur plusieurs années et l’autre sur un entrainement tardif très exigeant. On est entrainé par le parcours de ceux-ci et les raisons qui se cachent derrière cet acharnement à performer. On lit le livre en se disant que cela n’a pas de sens de s’entrainer autant et on ne saurait dire lequel des 2 personnages est le plus excessif, tellement tout cela nous semble insensé. C’est intéressant de voir jusqu’où ils vont aller dans cette quête de performance et la réflexion faite à la fin du livre est salvatrice pour tous.
  • nounet 27/10/2022
    Remington, 62 ans, fraîchement licencié, annonce un beau jour à Serenata, sa femme, qu'il veut s'entraîner pour courir un marathon ! Pas sportif pour un sou, l'annonce est d'abord accueillie avec cynisme et incrédulité par celle-ci. Avec un zeste de rancœur et un léger sentiment d'injustice, également, puisqu'elle avait dû, de son côté, arrêter le running à cause de genoux récalcitrants. Mais à sa grande surprise, au fil des entraînements, Remington prouve sa motivation et l'objectif devient de plus en plus concret. Et quand arrive Bambi, une coach sportive de 30 ans sa cadette, bronzée, parfaitement musclée et un peu trop familière, la coupe est pleine... Porté par une galerie de portraits parfois savoureux (la coach irritante, les sportifs monomaniaques, la fille endoctrinée..), ce roman est une lecture souvent agréable, mais avec quelques longueurs cependant. Quelques coups de gueule salutaires contre les extrémismes religieux ou le politiquement correct m'ont fait sourire (le chapitre décrivant la raison pour laquelle Rem est licencié mérite une mention); d'autres passages où Serenata se plaint à répétition m'ont, par contre, semblé redondants. Bref, pas le livre de l'année, mais une friandise plutôt originale.
  • danaebsn16 20/08/2022
    Lionel Shriver dresse un tableau ironique et savoureux de notre société actuelle obsédée par le culte du corps et la performance physique. Les échanges d'un vieux couple qui s'aime mais ne se supporte plus sont drôlement véridiques et divertissants. Un livre facile à lire et qui remonte le moral !
  • Mouche307 24/07/2022
    Tout commence lorsque Remington, soixante-quatre ans, décide pour occuper sa retraite, de courir un marathon. Commence alors une inversion des rôles dans son couple, puisque c'est sa femme, Serenata, la sportive de toujours, quand Remington n'a, lui, jamais chaussé une basket. Ironie du sort, Serenata souffre d'arthrose au genou et elle a dû remplacer ses quinze kilomètres de jogging quotidien par des exercices de fitness dans leur chambre d'amis. Et c'est le grain de sable dans leur couple pourtant si heureux et bien assorti. Incompréhension, ou envie, ou jalousie, Serenata n'est pas exactement la supportrice idéale pour son mari. Mais elle serre les dents en attendant que la lubie passe à son mari. Las ! Remington rencontre alors une coach sportive au physique idéal qui fait de lui son client pour la préparation d'un triathlon. Pire que si elle était sa maîtresse, elle prend alors le contrôle de la vie de Remington, sous les yeux incrédules de Serenata. Le roman est intéressant parce que Serenata et Remington sont à la fois attachants et détestables et on se reconnaît très bien dans leurs mauvais côtés. Serenata paraît certes rabat-joie et doute constamment des capacités de son mari, mais est-ce par jalousie ou par... Tout commence lorsque Remington, soixante-quatre ans, décide pour occuper sa retraite, de courir un marathon. Commence alors une inversion des rôles dans son couple, puisque c'est sa femme, Serenata, la sportive de toujours, quand Remington n'a, lui, jamais chaussé une basket. Ironie du sort, Serenata souffre d'arthrose au genou et elle a dû remplacer ses quinze kilomètres de jogging quotidien par des exercices de fitness dans leur chambre d'amis. Et c'est le grain de sable dans leur couple pourtant si heureux et bien assorti. Incompréhension, ou envie, ou jalousie, Serenata n'est pas exactement la supportrice idéale pour son mari. Mais elle serre les dents en attendant que la lubie passe à son mari. Las ! Remington rencontre alors une coach sportive au physique idéal qui fait de lui son client pour la préparation d'un triathlon. Pire que si elle était sa maîtresse, elle prend alors le contrôle de la vie de Remington, sous les yeux incrédules de Serenata. Le roman est intéressant parce que Serenata et Remington sont à la fois attachants et détestables et on se reconnaît très bien dans leurs mauvais côtés. Serenata paraît certes rabat-joie et doute constamment des capacités de son mari, mais est-ce par jalousie ou par amour ? Remington se montre égocentrique et dépensier, mais est-ce pour repousser ses limites ou prendre une revanche personnelle ? Selon les moments, le point de vue sur eux change et prête à réfléchir. Et l'humour souvent cynique de l'auteure, en particulier avec les personnages secondaires, apporte un plaisir de lecture supplémentaire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • amuri59 11/07/2022
    Le titre est trompeur si vous vous attendez à un livre sur la course à pied. Evidemment le sport est présent mais sert surtout de prétexte pour s’immiscer au sein d’un couple qui va progressivement s’enfoncer dans une crise tant par la lassitude des années de mariage que par le changement de statut social du mari. Remington, la soixantaine, décide du jour au lendemain qu’il courra un marathon alors que sa seule activité physique était son trajet pédestre maison/voiture/bureau. Serenata, sa femme, en prend ombrage car de son côté, cette hyperactive a dû stopper à cause d’arthrose aux genoux. Pensant à une lubie passagère, elle ne prend pas Remington au sérieux et use souvent de répliques caustiques, parfois acerbes. Elle devra aussi affronter la sulfureuse Bambi, érigée en déesse du coaching. Serenata se pose en observatrice critique de la société américaine et par extrapolation occidentale, par le biais d’introspections qui l’amènent aussi à se pencher sur son entourage. Analyse fine de la part de l’auteure qui, pêle-mêle, évoque l’obsession du culte du corps et le refus de vieillir, les dérives religieuses. L’auteure utilise certains personnages à la limite de la caricature pour faire passer son message et propose une réflexion philosophique... Le titre est trompeur si vous vous attendez à un livre sur la course à pied. Evidemment le sport est présent mais sert surtout de prétexte pour s’immiscer au sein d’un couple qui va progressivement s’enfoncer dans une crise tant par la lassitude des années de mariage que par le changement de statut social du mari. Remington, la soixantaine, décide du jour au lendemain qu’il courra un marathon alors que sa seule activité physique était son trajet pédestre maison/voiture/bureau. Serenata, sa femme, en prend ombrage car de son côté, cette hyperactive a dû stopper à cause d’arthrose aux genoux. Pensant à une lubie passagère, elle ne prend pas Remington au sérieux et use souvent de répliques caustiques, parfois acerbes. Elle devra aussi affronter la sulfureuse Bambi, érigée en déesse du coaching. Serenata se pose en observatrice critique de la société américaine et par extrapolation occidentale, par le biais d’introspections qui l’amènent aussi à se pencher sur son entourage. Analyse fine de la part de l’auteure qui, pêle-mêle, évoque l’obsession du culte du corps et le refus de vieillir, les dérives religieuses. L’auteure utilise certains personnages à la limite de la caricature pour faire passer son message et propose une réflexion philosophique sur notre monde et notre manière de nous comporter et notre rapport à l’amour conjugal. Après un début de récit un peu compliqué qui a failli me faire interrompre cette lecture, l’auteure monte en pression. Je me suis vraiment délecté des sorties ironiques voire cinglantes. J’ai mis en parallèle, mon regard de sportif sur les dérives de certaines agissements aussi bien consuméristes que prosélytiques dans la manière de suivre un espèce de dogme et non de chercher sa propre pratique, adaptée à son corps et ses besoins
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !