RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Surtensions

            Pocket
            EAN : 9782266270809
            Code sériel : 16787
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Surtensions

            Date de parution : 09/03/2017
            Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu’on lui propose pour faire évader son frère de prison ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui se sont installés dans sa maison ? Comment cinq criminels – un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un... Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu’on lui propose pour faire évader son frère de prison ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui se sont installés dans sa maison ? Comment cinq criminels – un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur – se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ?
            Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance…
             
            « Palpitant, l’intrigue n’a rien à envier aux maîtres du genre ! » L’Express
             
            « L’électrochoc ! » Le Point
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266270809
            Code sériel : 16787
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Un polar âpre et haletant, habité par l’expérience de l’auteur, lui-même lieutenant de police en Seine-Saint-Denis depuis dix-sept ans. » Pèlerin

            « Ce roman policier est palpitant et l’intrigue de Norek n’a rien à envier aux maîtres du genre comme Coben ou le Carré ! » L’Express

            « À 40 ans, Olivier Norek, lieutenant de police en banlieue parisienne, signe Surtensions, un polar ultra-réaliste. » Le Parisien Magazine

            « Une fois encore, Olivier Norek met en scène des flics hantés par les victimes et parfois minés par le découragement. Tel le capitaine Coste, véritable roc que l’on voit se fissurer au fil des pages. » Gala

            « Un regard implacable sur notre époque, nos institutions et nos malfrats. » Le Point
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Livramoi Posté le 4 Juin 2019
              Après avoir lu et adoré " Territoires ", je m'étais promis de lire le tout premier roman d'Olivier Norek " code 93 " et bien sûr, j'ai pas eu le temps de m'y atteler que j'aperçois " Surtentions " en tête de gondole dans ma librairie habituelle et qui plus est, étiqueté coup de coeur par la libraire. Code 93 attendra donc un peu et va pour Surtentions. Encore une fois, c'est un très bon polar que nous sert Olivier Norek avec une construction magistrale. Je me demande toujours comment il s'est pas fait des noeuds au cerveau en bâtissant une histoire pareille. Plusieurs parties, bien distinctes les unes des autres et pourtant le tout est parfaitement bien ficelé et bluffant de réalisme. On y explore tout comme si on y était, le milieu carcéral, les bureaux de la police judiciaire et même les salles d'autopsie. Il tisse il tisse il tisse sa toile Olivier Norek, méticuleusement, prudemment mais sûrement. Il sait exactement où il veut nous mener et il nous y mène par le bout du nez, parce qu'on le suit sans rechigner accroché à notre bouquin des deux mains. Je l'ai lu jusqu'au bout du bout, jusqu'aux remerciements... Après avoir lu et adoré " Territoires ", je m'étais promis de lire le tout premier roman d'Olivier Norek " code 93 " et bien sûr, j'ai pas eu le temps de m'y atteler que j'aperçois " Surtentions " en tête de gondole dans ma librairie habituelle et qui plus est, étiqueté coup de coeur par la libraire. Code 93 attendra donc un peu et va pour Surtentions. Encore une fois, c'est un très bon polar que nous sert Olivier Norek avec une construction magistrale. Je me demande toujours comment il s'est pas fait des noeuds au cerveau en bâtissant une histoire pareille. Plusieurs parties, bien distinctes les unes des autres et pourtant le tout est parfaitement bien ficelé et bluffant de réalisme. On y explore tout comme si on y était, le milieu carcéral, les bureaux de la police judiciaire et même les salles d'autopsie. Il tisse il tisse il tisse sa toile Olivier Norek, méticuleusement, prudemment mais sûrement. Il sait exactement où il veut nous mener et il nous y mène par le bout du nez, parce qu'on le suit sans rechigner accroché à notre bouquin des deux mains. Je l'ai lu jusqu'au bout du bout, jusqu'aux remerciements qu'il m'arrive de zapper parfois et j'ai bien fait. Ça m'a permis de me rendre compte qu'il n'oublie vraiment personne. Il va même jusqu'à remercier les blogueurs fous de lecture qui le soutiennent. Et bien entendu, " c'est contagieux " de David Smadja que j'ai découvert sur un groupe de lecture a sa place d'honneur parmi les remerciements. En bref, c'est un très très bon polar un poil en dessous de Territoires ( à mon humble avis ) qui a cependant toutes ses chances d'être adapté au cinéma.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Alinette74 Posté le 31 Mai 2019
              Retour sur ma lecture qui fut un gros coup de cœur! Le dernier de le trilogie du capitaine Coste et un pincement à la fin de ce roman de devoir le quitter. J’avais déjà beaucoup aimé les deux enquêtes précédentes mais celle-ci est pour moi la meilleure. J’ai été emportée dans l’enquête qui a été menée de main de maître et l’empathie pour les policiers est encore plus présente. L’auteur maîtrise à la perfection son sujet et on ne s’ennuie aucune seconde! Les chapitres s’enchaînent et sont courts ce qui fait qu’on le lit avec plaisir et stress aussi. Je suis définitivement fan de l’auteur alors un grand bravo à @norekolivier c’est toujours avec regrets que je quitte ses livres. @editions_pocket
            • lecturesdudimanche Posté le 22 Mai 2019
              La lecture de « Surface » m’avait rendue nostalgique. Éprouvant un besoin irrépressible de replonger dans les écrits de l’auteur, j’avais sauté sur « Surtensions », le seul Norek que je n’avais pas encore lu. Alors, ça a donné quoi ? De retour au SDPJ 93 avec le groupe Coste, le premier chapitre nous annonce la couleur : il va se passer un drame, et notre groupe Crime 1 va morfler. Qui, quoi, comment ? Retour en arrière et on commence par le commencement… L’effet papillon, vous connaissez ? C’est exactement ce qui va se passer ici. Norek pose calmement les bases d’un engrenage fatal dont le lecteur prend peu à peu conscience, mais que, bien sûr, il ne pourra pas arrêter ! Norek va poser le décor dans plusieurs endroits. D’abord en prison, où l’on s’aperçoit (même si on le savait déjà) que certains caïds à la ville deviennent vite des petites choses fragiles en prison et qu’un esprit fragile se brise en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. D’un côté, bien sûr on se dit que lorsqu’on fini en prison, c’est qu’on l’a bien cherché. Mais d’un autre côté, si la vie en prison n’apporte que brimade et déshumanisation,... La lecture de « Surface » m’avait rendue nostalgique. Éprouvant un besoin irrépressible de replonger dans les écrits de l’auteur, j’avais sauté sur « Surtensions », le seul Norek que je n’avais pas encore lu. Alors, ça a donné quoi ? De retour au SDPJ 93 avec le groupe Coste, le premier chapitre nous annonce la couleur : il va se passer un drame, et notre groupe Crime 1 va morfler. Qui, quoi, comment ? Retour en arrière et on commence par le commencement… L’effet papillon, vous connaissez ? C’est exactement ce qui va se passer ici. Norek pose calmement les bases d’un engrenage fatal dont le lecteur prend peu à peu conscience, mais que, bien sûr, il ne pourra pas arrêter ! Norek va poser le décor dans plusieurs endroits. D’abord en prison, où l’on s’aperçoit (même si on le savait déjà) que certains caïds à la ville deviennent vite des petites choses fragiles en prison et qu’un esprit fragile se brise en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. D’un côté, bien sûr on se dit que lorsqu’on fini en prison, c’est qu’on l’a bien cherché. Mais d’un autre côté, si la vie en prison n’apporte que brimade et déshumanisation, pas sûre qu’à la sortie, la société soit gagnante lorsqu’on relâche des individus qui ont vécu un temps certains dans un enclos d’une violence indescriptible. Et que dire des innocents qui y atterrissent par erreur ! On part ensuite en planque avec une bande d’allumés corses, qu’on imagine aisément avec un couteau entre les dents, bien décidés à sortir de prison le petit frère faiblard qui décline à vue d’œil. En Corse, rien n’est plus important que la famille… (oui, oui, vous pouvez prendre un petit accent italien en mode « le parrain » pour prononcer ces mots…) Et tant pis si, pour parvenir à leurs fins, les malfrats doivent terroriser une autre famille ! Et puis bien sûr, retour au SDPJ 93 où Coste semble en plein tumulte cognitif sur on avenir. Léa, qu’il a négligée, son père, qui lui rappelle qu’il oublie de vivre, sa supérieure qui s’en va et lui laisse assurer l’intérim avant l’arrivée de son remplaçant, et ce remplaçant, qui semble avoir autant de jugeote qu’un petit pois cramé… Autant de grains de sable qui vont enrayer la machine pourtant si bien huilée du Groupe Crime 1. On rit, on rage, on supplie, on crise, on espère, on désespère, tout ça au même rythme que Coste. On sait qu’il mérite la tranquillité, mais on n’a pas envie de le laisser partir ! Au final, c’est la nostalgie qui m’a précipitée vers cette dernière aventure de Coste. Une fois la page final tournée, je ne suis plus nostalgique mais carrément en dépression !!! Bravo, Monsieur Norek, vous avez joué avec mes nerfs, mon cœur, et au final, c’est complètement bouleversée que je termine ce livre ! Une réussite totale, tant sur le fond que sur la forme, où l’humanité côtoie la violence. Un polar au grand cœur et tout simplement pour moi, un coup de cœur !
              Lire la suite
              En lire moins
            • loeildem Posté le 22 Mai 2019
              « Surtensions » voilà un titre qui n’a jamais collé aussi bien à un livre ! Et à mon état d’esprit ! J’étais tendue comme un arc (pour ne pas dire autre chose) ! J’ai commencé ce roman dimanche soir, je l’ai terminé hier et franchement, on peut dire que je l’ai savouré. Je découvrais la plume d’Olivier Norek et je suis soufflée ! On sent l’expérience du policier, on sent que tout est savamment pensé et étudié. Les mots sont posés là où ils doivent être avec ce qu’il faut de suspens. Et les personnages ? Attachants au possible. Ronan, Johanna, Sam et Coste sont une équipe que j’ai adoré suivre dans leur enquête. Plusieurs histoires qui se croisent, qui nous propulsent dans une course contre la montre, un sprint sans nous laisser le temps de reprendre notre souffle. Mon premier Norek mais sûrement pas le dernier ! Je valide 👍🏻
            • bellottidelphine Posté le 1 Mai 2019
              #surtensions mais qu une fin !!tout simplement énorme ! Une vrai enquête avec des vrais flics et des vrais sentiments ... un très bon policier d @norekolivier !!!je vous conseille vivement cette tribologie en espérant retrouver Coste dans un prochain roman. #bibliotheque #passionlecture #kindle #bookinstagram #lectureterminee #polar #oliviernorek #coste #instabook Bon premier à tous !!! Et vivement demain pour le nouveau de @virginiegrimaldi
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.