Lisez! icon: Search engine

Territoires

Pocket
EAN : 9782266252782
Code sériel : 16101
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm
Territoires

Date de parution : 08/10/2015
Les exécutions sommaires de trois jeunes caïds de Malceny, "plaque tournante de la came pour l'Île-de-France", mettent la SDPJ sur les dents. Mais le capitaine Coste n'a pas peur de mettre le feu aux poudres...
À Malceny, dans le 93, on est habitués aux règlements de comptes. Mais un nouveau prédateur est arrivé en ville et, en quelques jours, les trois plus gros caïds du territoire sont exécutés. Le capitaine Coste et son équipe vont devoir agir vite, car leur nouvel ennemi s'implante comme un virus... À Malceny, dans le 93, on est habitués aux règlements de comptes. Mais un nouveau prédateur est arrivé en ville et, en quelques jours, les trois plus gros caïds du territoire sont exécutés. Le capitaine Coste et son équipe vont devoir agir vite, car leur nouvel ennemi s'implante comme un virus dans cette ville laissée à l'abandon, qui n'attend qu'un gramme de poudre pour exploser. Une ville où chacun a dû s'adapter pour survivre : des milices occultes surentraînées, des petits retraités dont on devrait se méfier, d'inquiétants criminels de 12 ans, des politiciens aveugles mais consentants, des braqueurs audacieux, des émeutiers que l'État contrôle à distance de drone. Et pendant ce temps, doucement, brûle la ville.
La dernière affaire du capitaine Coste ? Elle se passe en enfer...

« Le maître du polar. » ELLE

« Scénario au réalisme effarant. Dialogues aux petits oignons. Sens de la mise en scène. Pourvu qu'il récidive ! » L'Express
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266252782
Code sériel : 16101
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

" La révélation de l'année du polar français. " RTL
" Un roman qui sonne juste. " Sud-Ouest
"Etonnant de réalisme. Olivier Norek a fait fort." Le Parisien
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LaBibliothequeDeReb Posté le 25 Novembre 2019
    📚 « ET PENDANT CE TEMPS, DOUCEMENT, BRÛLE LA VILLE »🔥 Olivier Norek est indéniablement un de mes auteurs favoris!#9989; Avec Territoires il nous entraîne dans le 9-3 à Malceny où notre capitaine (chouchou) Coste va vivre un enfer! Tout part d’un triple meurtre qui a des allures de règlement compte dans un réseau de drogue. Affaire à suivre... Un enchaînement de meurtres, de la politique peu clean, une course contre la montre, une vive chasse au meurtrier, des adolescents qui ont les mains tout sauf innocentes...tout est réuni pour passer un moment de lecture parfait! Ce Polar se lit d’une traite, il nous brûle littéralement les doigts!🌺
  • Christian2009 Posté le 21 Novembre 2019
    On retrouve l’équipe d’enquêteurs de l’aventure précédente avec bcp de plaisir. L’histoire est un mélange de constats réalistes sur la situation de certains quartiers et le côté humain des policiers. On échappe aux côtés surhumains de certains personnages des romans américains. On sent que l’auteur parle de ce qu’il a pu voir lui même. Je lirai le prochain épisode de la saga Victor Coste avec plaisir. Je conseille franchement cette lecture.
  • Lecturepissenlit Posté le 11 Novembre 2019
    Retour au SDPJ 93 en compagnie du capitaine Coste et de son équipe. Quel bonheur de tous les retrouver, même si l’on se doute que cela ne sera sûrement pas « pour le meilleur » mais bien « pour le pire ». Dans Territoires, les policiers assistent médusés aux exécutions en règle de gros caïds de la drogue de la ville de Malceny, ce qui va entraîner une redistribution des cartes que nul ne saurait prévoir. Suite à ces évènements, la tension monte à la Cité des Poètes, engendrant de violentes émeutes. C’est sous fond de violences urbaines, de drogue, de caïds en scooter et de politiciens véreux que Coste et son équipe vont devoir évoluer afin de résoudre cette enquête, soyons honnêtes, plus que brûlante ! Le style incisif que l’on trouvait dans Code 93 est toujours présent. Bien entendu le fait qu’Olivier Norek soit lieutenant de police au SDPJ 93 n’y est pas étranger. J’ai de nouveau eu l’impression d’être en immersion au sein d’une équipe de police. Olivier Norek décrit les scènes d’émeutes avec une précision telle que j’oubliais qu’il ne s’agissait que d’un roman. J’ai vraiment eu peur, j’ai ressenti un énorme malaise à me retrouver au milieu de cette violence. La peur,... Retour au SDPJ 93 en compagnie du capitaine Coste et de son équipe. Quel bonheur de tous les retrouver, même si l’on se doute que cela ne sera sûrement pas « pour le meilleur » mais bien « pour le pire ». Dans Territoires, les policiers assistent médusés aux exécutions en règle de gros caïds de la drogue de la ville de Malceny, ce qui va entraîner une redistribution des cartes que nul ne saurait prévoir. Suite à ces évènements, la tension monte à la Cité des Poètes, engendrant de violentes émeutes. C’est sous fond de violences urbaines, de drogue, de caïds en scooter et de politiciens véreux que Coste et son équipe vont devoir évoluer afin de résoudre cette enquête, soyons honnêtes, plus que brûlante ! Le style incisif que l’on trouvait dans Code 93 est toujours présent. Bien entendu le fait qu’Olivier Norek soit lieutenant de police au SDPJ 93 n’y est pas étranger. J’ai de nouveau eu l’impression d’être en immersion au sein d’une équipe de police. Olivier Norek décrit les scènes d’émeutes avec une précision telle que j’oubliais qu’il ne s’agissait que d’un roman. J’ai vraiment eu peur, j’ai ressenti un énorme malaise à me retrouver au milieu de cette violence. La peur, l’angoisse, le malaise, sont des émotions que j’ai aimé ressentir. Enfin un livre qui fait vibrer tout en restant réaliste ! J’ai été choquée par la scène avec le chat, cette scène m’a vraiment retournée, j’en ai voulu à Olivier Norek d’avoir écrit cela et paradoxalement au fond de moi je l’ai remercié de me secouer à ce point, de me faire vivre des émotions et des ressentis aussi forts ! Les dialogues sont toujours géniaux, et les relations entre les membres de l’équipe de Coste sont désormais bien définies, ce qui m’a permis de m’attacher encore plus à eux. On les sent désormais bien dans leurs bottes, ils se lâchent, se taquinent, se soutiennent… J’aime vraiment la direction que leur fait prendre Olivier Norek. Ce que j’ai aussi apprécié c’est que j’ai eu l’impression que ce tome pouvait être lu séparément de Code 93. Très peu de situations sont en rapport direct avec le précédent tome, et si c’est le cas, l’explication est donnée. Tous les personnages et leur rôle sont présentés au lecteur sans que cela semble répétitif pour quelqu’un comme moi qui connaît déjà tout ce petit monde. De la tension, du rythme, des scènes plus vraies que nature, du scabreux et une belle cohésion, voici ce que j’ai envie de retenir de cette lecture. Je vais continuer l’aventure avec Surtensions pour voir ce qu’Olivier Norek nous a réservé !
    Lire la suite
    En lire moins
  • collectifpolar Posté le 1 Novembre 2019
    L'exécution, en une semaine, de trois caïds de la drogue, plonge l'équipe soudée du capitaine Coste dans une surprenante guerre. Elle devra affronter des voyous sans état d'âme et des situations inquiétantes : un adolescent de 13 ans, chef de bande psychopathe, un adjoint au maire torturé à mort, la fille d'un élu qui reçoit une balle à la sortie de l'école. Dans ce second opus , nous retrouvons le capitaine Coste et son équipe à la SDPJ 93. Trois meurtres en quelques jours en banlieue parisienne , un banal règlement de comptes ? Coste va vite comprendre que cette affaire n'est pas des plus banales , et que les enjeux sont bien plus importants qu'il ne le croit .     Tout le monde télécharge des séries (les très très bonnes séries) , parce que quand c'est super bien , on ne peut pas attendre une  semaine  pour connaître la suite de l'histoire , et bien, "Territoires" a été ma série d'hier , un excellent polar , et vous pourrez le lire d'une traite !!! Totalement addictif , impossible à lâcher . C'est puissant , parfois, très violent , le rythme est soutenu , pas de temps morts . Beaucoup d'humour dans les dialogues qui allège la... L'exécution, en une semaine, de trois caïds de la drogue, plonge l'équipe soudée du capitaine Coste dans une surprenante guerre. Elle devra affronter des voyous sans état d'âme et des situations inquiétantes : un adolescent de 13 ans, chef de bande psychopathe, un adjoint au maire torturé à mort, la fille d'un élu qui reçoit une balle à la sortie de l'école. Dans ce second opus , nous retrouvons le capitaine Coste et son équipe à la SDPJ 93. Trois meurtres en quelques jours en banlieue parisienne , un banal règlement de comptes ? Coste va vite comprendre que cette affaire n'est pas des plus banales , et que les enjeux sont bien plus importants qu'il ne le croit .     Tout le monde télécharge des séries (les très très bonnes séries) , parce que quand c'est super bien , on ne peut pas attendre une  semaine  pour connaître la suite de l'histoire , et bien, "Territoires" a été ma série d'hier , un excellent polar , et vous pourrez le lire d'une traite !!! Totalement addictif , impossible à lâcher . C'est puissant , parfois, très violent , le rythme est soutenu , pas de temps morts . Beaucoup d'humour dans les dialogues qui allège la noirceur des personnages ou des situations .  On découvre les banlieues sous un jour nouveau  , les milieux politiques avec leurs petits et grandes combines ... "Territoires" vous permet de percevoir la société autrement , vous ouvrez les yeux sur les manipulations médiatiques et autres ... c'est avec un petit goût amer dans la bouche que vous refermerez ce livre .  " La violence crée la peur , et la peur soumet les hommes" ... Merci Monsieur Norek , et vivement la saison 3
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nicolas9 Posté le 17 Octobre 2019
    Nous sommes dans une commune urbaine de Seine-St-Denis, le département le plus pauvre de France. Alors qu’ils sont en train d’espionner le chef dealer d’une cité HLM, les hommes du capitaine Coste assistent impuissants à un assassinat en pleine rue. Ce qui apparaît au départ comme un fait divers isolé n’est rien de moins que le préambule d’un coup d’état mafieux sur la petite ville (imaginaire) de Malceny. Alors, quand les meurtres commencent à se succéder, Madame le maire Andrea Vesperini finit par demander des comptes à la police judiciaire départementale (SDPJ 93). Un scénario qui paraît cousu de fil blanc sauf que, tout va aller à vau-l’eau suite à un coup de fil troublant entre deux personnes qui n’auraient jamais dû se parler. Pour ne pas révéler l’intrigue, je n’en dévoilerai pas plus. Une chose est sûre, je suis resté scotché par la qualité narrative et le suspens de ce 2e opus du lieutenant Olivier Norek. Il faut dire qu’en tant qu’authentique flic séquano-dionysien, il a dû en voir en quinze ans de carrière. Et, c’est ce qui interpelle dans ce polar qui sonne profondément juste : la misère sociale et les turpitudes des politiques jouent un rôle central. D’ailleurs, si 50%... Nous sommes dans une commune urbaine de Seine-St-Denis, le département le plus pauvre de France. Alors qu’ils sont en train d’espionner le chef dealer d’une cité HLM, les hommes du capitaine Coste assistent impuissants à un assassinat en pleine rue. Ce qui apparaît au départ comme un fait divers isolé n’est rien de moins que le préambule d’un coup d’état mafieux sur la petite ville (imaginaire) de Malceny. Alors, quand les meurtres commencent à se succéder, Madame le maire Andrea Vesperini finit par demander des comptes à la police judiciaire départementale (SDPJ 93). Un scénario qui paraît cousu de fil blanc sauf que, tout va aller à vau-l’eau suite à un coup de fil troublant entre deux personnes qui n’auraient jamais dû se parler. Pour ne pas révéler l’intrigue, je n’en dévoilerai pas plus. Une chose est sûre, je suis resté scotché par la qualité narrative et le suspens de ce 2e opus du lieutenant Olivier Norek. Il faut dire qu’en tant qu’authentique flic séquano-dionysien, il a dû en voir en quinze ans de carrière. Et, c’est ce qui interpelle dans ce polar qui sonne profondément juste : la misère sociale et les turpitudes des politiques jouent un rôle central. D’ailleurs, si 50% de ce que raconte Norek est vrai, alors on peut se faire du souci sur la maîtrise des quartiers « difficiles » par la République. Comparé aux Minguettes (Vénissieux, 69) où j’ai résidé une année, l’univers quasi syrien dépeint ici ferait presque passer la municipalité rhodanienne pour un lieu paisible où il fait bon vivre... Mais, avec un taux de chômage des jeunes de 40% dans plusieurs communes et 30% des ménages du département qui se retrouvent sous le seuil de pauvreté (soit 961 € par mois), comment pourrait-il en aller autrement ? Heureusement pour lui, le quatre-vingts treize n’est qu’à quelques kilomètres de l’Élysée. Et la menace réelle qu’il représente pour l’ordre établi du 7e pays le plus riche au monde (France) constitue un levier que d’aucuns n’hésitent pas à actionner pour atteindre des objectifs inavouables. Au final, un roman modérément violent, mais diablement prenant qui m’a fait passer un foutu bon moment. Vivement que je puisse découvrir les autres polars du lieutenant Norek.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.