Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266272070
Code sériel : 16790
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Trafics

Date de parution : 09/03/2017
Toulouse, quartiers nord, écrasés par la fournaise de l'été, les trafics, l'ennui, le désespoir. Sergine Hollard est de garde dans sa clinique vétérinaire quand la jeune Samia vient la chercher en pleine nuit. Il y a un chien dans une cave de la cité, il est malade, il va mourir.... Toulouse, quartiers nord, écrasés par la fournaise de l'été, les trafics, l'ennui, le désespoir. Sergine Hollard est de garde dans sa clinique vétérinaire quand la jeune Samia vient la chercher en pleine nuit. Il y a un chien dans une cave de la cité, il est malade, il va mourir. Sergine doit le sauver, Sergine ne doit rien dire. Et contre toutes les règles de prudence, parce que Samia la touche, la vétérinaire accepte. De soigner un chien rempli de drogue appartenant à un caïd du quartier de la ville où la criminalité est la plus élevée, un quartier pris en étau entre rêves d'argent facile et rêves de djihad. Des rêves qui risquent de transformer la vie de Sergine en cauchemar…
 
« Intelligent, bien écrit, courageux. Une véritable réussite. » Marc Fernandez – Metronews
 
Cet ouvrage a obtenu le Prix de l’Embouchure 2016

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266272070
Code sériel : 16790
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Intelligent, bien écrit, courageux. Une véritable réussite. »
Marc Fernandez, Metronews

« Benoît Séverac écrit ici son meilleur livre, détaillant avec finesse un quartier laissé-pour-compte, brossant un portrait sombre, mais non dénué d’un certain espoir, de ceux qui l’habitent. »
Audrey  Dubreuil in La page des libraires
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • titiseb77 Posté le 31 Août 2020
    Mon avis est vraiment très mitigé sur ce roman, l'écriture de Benoît Séverac que je découvre avec ce livre est vraiment très plaisante, mais c'est plutôt l'histoire par elle-même qui m'a un peu gênée, vraiment trop proche de la réalité, réalité qui me met hors de moi. Nous suivons Sergine, vétérinaire, proche d'une cité à problèmes, reçoit l'appel d'une jeune fille qui la prévient qu'un chien est vraiment mal en point dans les caves de la cité et que si celle-ci n'intervient pas, le chien va mourir. Commence pour Sergine, un véritable cauchemar, puisqu'elle va se retrouver dans l'engrenage des cités, avec leurs dealers, leurs criminels, leurs terroristes... bref, un domaine dont elle avait entendu parler mais qu'elle ne côtoyer pas du tout. L'histoire est intéressante, plein de faits divers régulièrement entendus à la télé ou à la radio sont traités dans ce livre, mais quand je lis un thriller, même si je sais que l'auteur s'inspire très souvent de faits réels, cette histoire m'a quand même dérangée. D'ailleurs quand j'ai parlé de ce livre à un de mes proches, celui-ci m'a demandé si je n'étais pas en train de lire Le parisien.
  • Bill Posté le 14 Juin 2020
    J'ai découvert Benoît Séverac en 2008, en lisant son excellent "Les chevelues" un polar gaulois !  Je l'ai retrouvé quelques années plus tard, avec "Rendez-vous au 10 avril", en 1921. J'ai fortement apprécié Silence et Little sister, ses romans pour ados. Trafics traînait depuis plusieurs années dans ma Pile-A-Lire ... mais je l'ai dévoré en deux jours !  Dans un mois de juin toulousain déjà caniculaire, Sergine, une jeune vétérinaire, est de garde dans un des quartiers sensibles de la Ville Rose. En pleine nuit, une jeune fille, Samia, vient la chercher pour qu'elle vienne soigner un gros chien qui a l'air mal en point. Une radio lui apprendra que le chien est en fait une mule. Sur fond de guerre des polices, de montée d'un islamisme radical, de jeunes filles mariées très jeunes au bled, Roman Séverac nous gratifie d'un roman bien rythmé aux personnages féminins bien campés. Un roman qui montre le quotidien d'un quartier-village, quartier nord mal famé d'une ville du sud ; comme dans Little sister, il évoque les sirènes de l'islamisme radical et ses conséquences sur les autres membres de la famille  Un roman qui pointe du doigt, les logiques de territoire des différentes branches de la police, où on peut se demander qui... J'ai découvert Benoît Séverac en 2008, en lisant son excellent "Les chevelues" un polar gaulois !  Je l'ai retrouvé quelques années plus tard, avec "Rendez-vous au 10 avril", en 1921. J'ai fortement apprécié Silence et Little sister, ses romans pour ados. Trafics traînait depuis plusieurs années dans ma Pile-A-Lire ... mais je l'ai dévoré en deux jours !  Dans un mois de juin toulousain déjà caniculaire, Sergine, une jeune vétérinaire, est de garde dans un des quartiers sensibles de la Ville Rose. En pleine nuit, une jeune fille, Samia, vient la chercher pour qu'elle vienne soigner un gros chien qui a l'air mal en point. Une radio lui apprendra que le chien est en fait une mule. Sur fond de guerre des polices, de montée d'un islamisme radical, de jeunes filles mariées très jeunes au bled, Roman Séverac nous gratifie d'un roman bien rythmé aux personnages féminins bien campés. Un roman qui montre le quotidien d'un quartier-village, quartier nord mal famé d'une ville du sud ; comme dans Little sister, il évoque les sirènes de l'islamisme radical et ses conséquences sur les autres membres de la famille  Un roman qui pointe du doigt, les logiques de territoire des différentes branches de la police, où on peut se demander qui est en charge de la vision en plan large, loin des préoccupations égoïstes et carriéristes. Un auteur qui ne déçoit jamais et qui montre ici une nouvelle facette de son talent  ...   A suivre ... bientôt - j'ai un autre de ses romans en attente dans ma bibliothèque parisienne (mais pour le lire ... il faut que je puisse retourner à Paris !) 
    Lire la suite
    En lire moins
  • YvonS Posté le 18 Décembre 2019
    Noir. Noir de chez noir. C'est comme ça que j'ai ressenti ce polar pas tout à fait comme les autres.  Polar actuel, polar social, polar d'actualités  (le "s" est volontaire 😊). Voyons un peu de quoi il retourne... Quels trafics? De drogue et d'influences ( oui, le "s" est encore volontaire 😊). On est à Toulouse, il fait chaud,  très très chaud,  et on ne parle pas que de météo. Une cité telle qu'on entend ce mot de nos jours, pauvreté,  abandon social,  trafic de drogue au grand jour, islamisme radical tendance terrorisme, flics épuisés et désabusés, jeunes filles écrasées par leur famille et leurs frères... tout ça n'est pas rose. Débarque là-dedans Sergine, une vétérinaire un peu borderline qui va se mêler de ce qui ne la regarde pas parce qu'elle a eu un coup de coeur pour Samia, une fillette promise à un mariage forcé. On y rencontre aussi un chien en souffrance  (âmes sensibles, vous êtes prévenues ), des dealers arrogants et violents prêts à tout, un "émir" et deux frères apprentis terroristes, une fliquette coincée entre sa hiérarchie et sa conscience, entre son humanité et les influences des divers services de police. Et notre Sergine qui va débouler et mettre... Noir. Noir de chez noir. C'est comme ça que j'ai ressenti ce polar pas tout à fait comme les autres.  Polar actuel, polar social, polar d'actualités  (le "s" est volontaire 😊). Voyons un peu de quoi il retourne... Quels trafics? De drogue et d'influences ( oui, le "s" est encore volontaire 😊). On est à Toulouse, il fait chaud,  très très chaud,  et on ne parle pas que de météo. Une cité telle qu'on entend ce mot de nos jours, pauvreté,  abandon social,  trafic de drogue au grand jour, islamisme radical tendance terrorisme, flics épuisés et désabusés, jeunes filles écrasées par leur famille et leurs frères... tout ça n'est pas rose. Débarque là-dedans Sergine, une vétérinaire un peu borderline qui va se mêler de ce qui ne la regarde pas parce qu'elle a eu un coup de coeur pour Samia, une fillette promise à un mariage forcé. On y rencontre aussi un chien en souffrance  (âmes sensibles, vous êtes prévenues ), des dealers arrogants et violents prêts à tout, un "émir" et deux frères apprentis terroristes, une fliquette coincée entre sa hiérarchie et sa conscience, entre son humanité et les influences des divers services de police. Et notre Sergine qui va débouler et mettre involontairement la pagaille en allant là où il ne faut pas, au risque de sa vie ! J'ai eu un peu de mal à rentrer dans ce livre, retrouver dans mes lectures la dureté du monde actuel, ses problématiques, sa violence sociale,  c'est pas trop .... ma came, habituellement. Et pourtant je me suis laissé prendre par des personnages si humains  (sympathiques ou pas, d'ailleurs ). On craque pour Sergine la fonceuse, pour les flics de ce commissariat de quartier. Même les deux apprentis terroristes sont humains... Benoît Séverac nous a concocté ici une fin explosive et frénétique,  violente mais aussi humaine. Et puis, on sourit quand même, finalement,  parce que rien n'est tout à fait noir de chez noir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • collectifpolar Posté le 23 Octobre 2019
    Sergine Ollard est vétérinaire à une clinique des Izards, à Toulouse. Un jour, Samia, une adolescente, lui demande d’examiner un chien que son frère Nourredine Ben Arfa a caché dans une cave d’immeuble. Le docteur découvre que l’animal a le ventre rempli de drogue. La clinique est braquée par deux frères islamistes radicaux qui ont décidé de prendre le pouvoir sur le quartier. Mais ça Sergine ne le sait pas, elle pense que se sont les propriétaires du chien qui sont venu le récupérer. Les Izards, quartier difficile, quartier Nord de Toulouse. Plaque tournante du trafic de drogue mais aussi base avant de l’islamisme radical. Voici le décor que nous propose Benoit Séverac pour son dernier roman. Il nous immerge au cœur des cités là où le chômage fait des ravages , la déscolarisation et le trafic de drogue font le reste ou presque. Puisque l’islam radical a aussi décidé d’y mettre son grain de sel. Et pour compléter ce décor, l’auteur situe aussi son action en été, un été caniculaire. La chaleur est étouffante,la pelouse du seul terrain de foot est grillée par le soleil. On respire mal. C’est dans cet environnement que nous découvrons ce roman noir de la France d’aujourd’hui.... Sergine Ollard est vétérinaire à une clinique des Izards, à Toulouse. Un jour, Samia, une adolescente, lui demande d’examiner un chien que son frère Nourredine Ben Arfa a caché dans une cave d’immeuble. Le docteur découvre que l’animal a le ventre rempli de drogue. La clinique est braquée par deux frères islamistes radicaux qui ont décidé de prendre le pouvoir sur le quartier. Mais ça Sergine ne le sait pas, elle pense que se sont les propriétaires du chien qui sont venu le récupérer. Les Izards, quartier difficile, quartier Nord de Toulouse. Plaque tournante du trafic de drogue mais aussi base avant de l’islamisme radical. Voici le décor que nous propose Benoit Séverac pour son dernier roman. Il nous immerge au cœur des cités là où le chômage fait des ravages , la déscolarisation et le trafic de drogue font le reste ou presque. Puisque l’islam radical a aussi décidé d’y mettre son grain de sel. Et pour compléter ce décor, l’auteur situe aussi son action en été, un été caniculaire. La chaleur est étouffante,la pelouse du seul terrain de foot est grillée par le soleil. On respire mal. C’est dans cet environnement que nous découvrons ce roman noir de la France d’aujourd’hui. Un roman noir urbain où l’auteur montre sans porter aucun jugement la France d’en bas, les laissés pour compte qui décident de s’en sortir seul. Pour cela il y a l’économie souterraine. Celle des trafiquants qui font vivre presque toutes les famille de la cité. Mais il y a aussi la rédemption, celle que propose les frères musulmans, celle qui passe par la radicalisation. Celle qui nie le savoir vivre ensemble dans cette France multiculturelle. Benoit Séverac tape juste. Il montre simplement les dérèglements de notre société contemporaine. Il met le doigt sur la pauvreté, la précarité des zones devenues de non droit que l’état a abandonné, reléguant ainsi nos quartiers en territoire de seconde zone. Et laissant s’installer toutes les dérives possibles. Et si notre auteurs parlent de sujets sensibles, il n’y met aucun sensationnalisme, aucun jugement de valeur, il ne stigmatise aucune communauté. Il ne prononce aucun anathème !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pietro38 Posté le 10 Septembre 2019
    Vous avez dit ville rose ? Toulouse la ville rose ? Oui, mais pas que. Car à l'instar de la plupart des grandes métropoles françaises, la capitale occitane se fragmente, se disloque, s'archipellise. Je me permets ici de faire référence à l'excellent ouvrage de Jérôme Fourquet L'archipel français, paru en début d'année. Un livre touffu, passionnant, qui dresse un constat objectif, factuel, chiffré, sur la France d'hier et d'aujourd'hui. Un livre essentiel que je vous recommande vivement si vous souhaitez savoir où nous en sommes et aussi où nous allons. Une grille de lecture de la réalité. La France est une nation multiple et divisée. Toulouse est une métropole multiple et divisée. Trafics illustre pour moi parfaitement cet état de fait. Plus qu'un roman policier, Trafics raconte avec une justesse hors du commun à quoi ressemble aujourd'hui la ville rose. C'est une histoire terrifiante de réalisme, mettant en scène des personnages très fouillés, et surtout représentatifs de toutes les strates sociales qui composent aujourd'hui une grande ville française. Trafics est donc aussi passionnant dans sa mécanique purement policière que dans son arrière-fond social. C'est vraiment la force de ce roman totalement abouti. D'un côté, l'auteur a su construire une intrigue policière passionnante,... Vous avez dit ville rose ? Toulouse la ville rose ? Oui, mais pas que. Car à l'instar de la plupart des grandes métropoles françaises, la capitale occitane se fragmente, se disloque, s'archipellise. Je me permets ici de faire référence à l'excellent ouvrage de Jérôme Fourquet L'archipel français, paru en début d'année. Un livre touffu, passionnant, qui dresse un constat objectif, factuel, chiffré, sur la France d'hier et d'aujourd'hui. Un livre essentiel que je vous recommande vivement si vous souhaitez savoir où nous en sommes et aussi où nous allons. Une grille de lecture de la réalité. La France est une nation multiple et divisée. Toulouse est une métropole multiple et divisée. Trafics illustre pour moi parfaitement cet état de fait. Plus qu'un roman policier, Trafics raconte avec une justesse hors du commun à quoi ressemble aujourd'hui la ville rose. C'est une histoire terrifiante de réalisme, mettant en scène des personnages très fouillés, et surtout représentatifs de toutes les strates sociales qui composent aujourd'hui une grande ville française. Trafics est donc aussi passionnant dans sa mécanique purement policière que dans son arrière-fond social. C'est vraiment la force de ce roman totalement abouti. D'un côté, l'auteur a su construire une intrigue policière passionnante, pleine de suspense et de rebondissements. Que je vous résume brièvement: Sergine Hollard est de garde dans sa clinique vétérinaire, située à côté de la cité des Izards, quand une jeune fille vient la chercher en pleine nuit. Samia Ben Arfa, la soeur d'un des caïds des Izards, demande à Sergine de l'aider à récupérer un chien malade dans une cave de la cité. Sergine accepte et ramène l'animal dans sa clinique. C'est le début des gros ennuis. Sergine se retrouve embarquée dans une sale histoire, sur fond de trafics de drogue et de terrorisme. De l'autre côté, Benoît Sévérac établit donc un constat sans concession de Toulouse et de ses cités, sans jamais tomber dans la facilité ni dans une vision manichéenne des choses. Les rebondissements se doublent d'un portrait lucide, crédible des quartiers nords de Toulouse, écartelés entre la pauvreté, la drogue, et le radicalisme. Sur la forme, c'est bien écrit dans un style limpide et musclé, au service d'un récit parfaitement construit. Au final, un thriller socio-politique coup de poing, aussi surprenant qu'intelligent. Il y a vraiment de la profondeur, de la densité, du caractère dans cette histoire inspirée de l'affaire Mohammed Merah. Benoît Séverac démontre avec Trafics un talent certain pour échafauder des scénarios crédibles et camper des personnages forts. Et tellement vrais qu'on a l'impression qu'ils vont sortir du livre à tout moment.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.