Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266243216
Code sériel : 15679
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 832
Format : 108 x 177 mm

Train d'enfer pour Ange rouge suivi de Deuils de miel

Date de parution : 03/10/2013

Lancée à un train d’enfer ou s’approchant silencieusement, la mort chemine sur des rails sanglants. Vieux Lille, Paris, banlieue… Terminus. Aller simple pour folie criminelle.
Le commissaire Sharko ne voyage pas léger. À chaque arrêt : la mort. Lente. Brutale. Barbare.
Réunies ici pour la première fois, ses deux premières enquêtes au cœur...

Lancée à un train d’enfer ou s’approchant silencieusement, la mort chemine sur des rails sanglants. Vieux Lille, Paris, banlieue… Terminus. Aller simple pour folie criminelle.
Le commissaire Sharko ne voyage pas léger. À chaque arrêt : la mort. Lente. Brutale. Barbare.
Réunies ici pour la première fois, ses deux premières enquêtes au cœur des ténèbres, où le miel et les larmes ont l’amertume du sang à jamais répandu.

« Conduite  du récit pied au plancher, imagination diabolique, rebondissements en rafale, le lecteur n'a pas de répit. » Michel Abescat – Télérama

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266243216
Code sériel : 15679
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 832
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

Train d'enfer pour Ange rouge

« Les amateurs de polars qui découvriront Train d’enfer pour Ange rouge piafferont sans doute d’impatience pour découvrir la suite des aventures concoctées par Franck Thilliez. » Frédéric Camus - La Voix du Nord

Deuils de miel

« Conduite du récit pied au plancher, imagination diabolique, rebondissements en rafale. (…) Outrance dramatique, frénésie du rythme, suréclairage des détails, le lecteur n’a pas de répit. » Michel Abescat - Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Eve-Yeshe Posté le 14 Décembre 2019
    Waouh ! encore une critique (il y en a déjà 248?) mais Waouh quand même! Le commissaire Sharko est appelé sur une scène de crime particulièrement sophistiquée : une femme mutilée, torturée, attachée grâce à un système de cordes compliqué, (comme ces lustres gigantesques avec des ampoules multiples, dignes de Versailles, et décapitée. Le tueur lui a extrait les yeux des orbites et posé à l’envers comme si elle contemplait le chef-d’œuvre de son tortionnaire. Chose étrange : le légiste a découvert des traces de poudre de granit, qui oriente notre commissaire vers la Bretagne où une autre jeune fille a disparu. Franck Sharko part à la chasse sur les traces d’un tueur en série, accompagnée d’une jeune profileuse qui l’aide à décrypter le mode de pensée, de fonctionnement du tueur en question. Franck Thilliez nous entraîne ainsi dans le milieu sadomasochiste, les pratiques, le côté sombre surtout, alors que Sharko baigne lui-même dans les ténèbres car sa femme a disparu depuis six mois et qu’il n’a toujours trouvé aucun indice, même s’il persiste à la croire vivante pour ne pas s’écrouler. Ce roman tient en haleine de début à la fin, ne nous épargne rien dans la violence qu’ont subie les victimes, on sent presque... Waouh ! encore une critique (il y en a déjà 248?) mais Waouh quand même! Le commissaire Sharko est appelé sur une scène de crime particulièrement sophistiquée : une femme mutilée, torturée, attachée grâce à un système de cordes compliqué, (comme ces lustres gigantesques avec des ampoules multiples, dignes de Versailles, et décapitée. Le tueur lui a extrait les yeux des orbites et posé à l’envers comme si elle contemplait le chef-d’œuvre de son tortionnaire. Chose étrange : le légiste a découvert des traces de poudre de granit, qui oriente notre commissaire vers la Bretagne où une autre jeune fille a disparu. Franck Sharko part à la chasse sur les traces d’un tueur en série, accompagnée d’une jeune profileuse qui l’aide à décrypter le mode de pensée, de fonctionnement du tueur en question. Franck Thilliez nous entraîne ainsi dans le milieu sadomasochiste, les pratiques, le côté sombre surtout, alors que Sharko baigne lui-même dans les ténèbres car sa femme a disparu depuis six mois et qu’il n’a toujours trouvé aucun indice, même s’il persiste à la croire vivante pour ne pas s’écrouler. Ce roman tient en haleine de début à la fin, ne nous épargne rien dans la violence qu’ont subie les victimes, on sent presque dans son propre corps, certaines tortures ! C’est une amie qui me l’a donné et comme je voulais en savoir plus sur les débuts de Sharko que j’aime bien, j’ai souffert mais le rythme haletant de l’auteur m’a emportée comme d’habitude. Si j’avais commencé à lire les polars de Franck Thilliez, je n’aurais peut-être pas continué. Heureusement j’ai commencé avec « Puzzle » que j’ai adoré, et la trilogie « Le syndrome E, Gattaca et Atomka » ce printemps qui m’a passionnée, alors je vais continuer à suivre le commissaire Sharko, (et d’autres policiers qui enquêtent dans les polars de l’auteur). En refermant le livre, les scènes dures s’évanouissent de la mémoire, je n’ai gardé que l’enquête, et le rythme haletant… (peut-être le côté magique de l’anesthésie générale !) La prochaine fois, ce sera « L’anneau de Moebius »…
    Lire la suite
    En lire moins
  • carobreizh Posté le 5 Décembre 2019
    C'est mon deuxième THILLIEZ mais mon premier Sharko. Et bien dans le genre quelle horreur on n'est pas déçu ... mais qui peut avoir l’esprit aussi tordu et machiavélique ... pour commettre ce genre d'atrocité. Mais revenons à notre histoire. Un commissaire de police dont la femme a disparu 6 mois plus tôt et toujours introuvable quel paradoxe pour un flic de la criminelle ... Alors il faut tout de même de se remettre au travail. Cette enquête va le mener, et nous avec, dans un monde où le rose n'existe pas. Découverte d'une première victime qui a été martyrisée à un point totalement inimaginable pour des êtres normalement équilibrés. Et là accrochez-vous bien car dans le style gore, glauque et compagnie vous serez servi ... âmes sensibles s'abstenir . Ajouter à tout ce cocktail un tueur diabolique, malin , omniprésent et toujours avec un coup d'avance ... Sharko ne ménage pas sa peine pour démêler les fils de son enquête, et Thilliez ne le ménage pas non plus. Il le fait sortir de ses retranchements et nous avec. Comment chacun de nous ressortirons de ce monde glauque et sans pitié ... aucune idée mais il nous fait découvrir un monde totalement inconnu pour moi ...... C'est mon deuxième THILLIEZ mais mon premier Sharko. Et bien dans le genre quelle horreur on n'est pas déçu ... mais qui peut avoir l’esprit aussi tordu et machiavélique ... pour commettre ce genre d'atrocité. Mais revenons à notre histoire. Un commissaire de police dont la femme a disparu 6 mois plus tôt et toujours introuvable quel paradoxe pour un flic de la criminelle ... Alors il faut tout de même de se remettre au travail. Cette enquête va le mener, et nous avec, dans un monde où le rose n'existe pas. Découverte d'une première victime qui a été martyrisée à un point totalement inimaginable pour des êtres normalement équilibrés. Et là accrochez-vous bien car dans le style gore, glauque et compagnie vous serez servi ... âmes sensibles s'abstenir . Ajouter à tout ce cocktail un tueur diabolique, malin , omniprésent et toujours avec un coup d'avance ... Sharko ne ménage pas sa peine pour démêler les fils de son enquête, et Thilliez ne le ménage pas non plus. Il le fait sortir de ses retranchements et nous avec. Comment chacun de nous ressortirons de ce monde glauque et sans pitié ... aucune idée mais il nous fait découvrir un monde totalement inconnu pour moi ... et franchement je n'ose imaginer la perversité de certains êtres humains. Après tout ça soit vous foncer affronter ce monde soit vous passez votre chemin. Bonne lecture à tous.
    Lire la suite
    En lire moins
  • collectifpolar Posté le 20 Novembre 2019
    La première enquête conduit le commissaire Sharko sur les pas de Suzanne, sa femme qui a disparu six mois plutôt.Or, un corps mutilé est retrouvé et la mise en scène macabre éveille les soupçons de Sharko sur un probable retour de l'Ange rouge. ce tueur en série met en scènes ses crimes de façon à la fois macabre et sophistiqué. ce qui l'aime par dessus tout c'est le pouvoir qu'il exerce sur ces femmes. Il ne les viole pas, non, son plaisir il le tire des souffrance qu'il fait subir à ses victime. Il aime faire durer le plaisir. Il aime aussi être le plus intelligent. Et il va vouloir jouer avec la police et pour entrer en contact avec Sharko, il lui fait parvenir un mail. Aussi l'enquête va embarquer nos flics dans les milieux sado-masochistes de la capitale. Alors que pour eux la descente aux enfer ne fait que commencer. Inutile de vous dire que la découverte de ce premier Thilliez fût un choc. Moi qui aime découvrir de nouveaux auteurs, avec ce titre je fut servie. D'abord Thilliez nous offre  une belle galerie de personnages plus attachants, les uns que les autres. Car si le commissaire Sharko est au centre de cette enquête,... La première enquête conduit le commissaire Sharko sur les pas de Suzanne, sa femme qui a disparu six mois plutôt.Or, un corps mutilé est retrouvé et la mise en scène macabre éveille les soupçons de Sharko sur un probable retour de l'Ange rouge. ce tueur en série met en scènes ses crimes de façon à la fois macabre et sophistiqué. ce qui l'aime par dessus tout c'est le pouvoir qu'il exerce sur ces femmes. Il ne les viole pas, non, son plaisir il le tire des souffrance qu'il fait subir à ses victime. Il aime faire durer le plaisir. Il aime aussi être le plus intelligent. Et il va vouloir jouer avec la police et pour entrer en contact avec Sharko, il lui fait parvenir un mail. Aussi l'enquête va embarquer nos flics dans les milieux sado-masochistes de la capitale. Alors que pour eux la descente aux enfer ne fait que commencer. Inutile de vous dire que la découverte de ce premier Thilliez fût un choc. Moi qui aime découvrir de nouveaux auteurs, avec ce titre je fut servie. D'abord Thilliez nous offre  une belle galerie de personnages plus attachants, les uns que les autres. Car si le commissaire Sharko est au centre de cette enquête, il n'est pas seul. Il y a ses lieutenants Syberski et Crombez piliers de la brigade. Et puis Elisabeth Williams, une psycho-criminologue qui a l'oreille de la police et de la gendarmerie. Il y a aussi sa voisine guyanaise, Doudou Camélia, une octogénaire médium à ses heures. Et puis bien sur Thomas Serpetti, l'ami de Sharko, une pointure en informatique toujours prêt à aider son pote. Ensuite, nous faire entrer de plein pied dans la tête d'un tueur particulièrement intelligent, pervers et retord. un tueur d'une froideur exceptionnelle, Les description des scènes de violences et de tortures ne sont jamais gratuites. Ici, point de voyeurisme malsain. Elles peuvent paraître insoutenables pour certaines âmes sensibles. Et si ces scènes ont une intensité rare à couper le souffle, elles sont l’intérêt de nous obliger à nous interroger sur la souffrance, le mal, la mort. Le commissaire va lui même interroger ces corps supplicié afin de découvrir quelles fascinations exerce sur le tueur toute cette barbarie mis en œuvre..Et par là m^me qu'elle fascination est a sur lui et sur nous. Nous allons aussi découvrir l'univers sombre, effrayant parfois glauque des nuits et des club sadomasochistes parisiens. Ce décor particulièrement noir va participer à l'atmosphère prégnante et angoissante de ce titre. Mais heureusement de temps à autres l'auteur nous ménage des soupapes de sécurité, il insère, notamment dans ses dialogues quelques notes d'humour bien venues afin de détente quelque peu l'ambiance et de nous laisser souffler dans cette lecture éprouvante mais fascinante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • boubile Posté le 8 Novembre 2019
    A peine refermé, j'ai envie de me faire toute la série des Sharko! Un thriller noir, glauque, âmes sensibles, s'abstenir, certaines descriptions m'ont un peu rebutée, c'est le moins qu'on puisse dire! Franck Thilliez nous embarque dans l'horreur à un rythme de dingue, un véritable page turner, sans reprendre son souffle. Je vais donc rapidement enchaîner sur les suivants.
  • Dallia Posté le 27 Septembre 2019
    "Le bonheur doit être l'exception; l'épreuve la règle". Cette phrase, écrite dans le texte par le tueur, semble être la formule toute appropriée pour Franck Sharko qui dans chacun des romans de Thilliez semble devoir subir le pire. Sharko, commissaire de police, vit seul depuis 6 mois, depuis que sa femme Suzanne a été mystérieusement enlevée un soir, alors qu'elle rentrait de son travail. Depuis, il exerce sa fonction assidument, entre l'espoir de la revoir, la crainte de la découvrir morte, ou pire, de ne rien savoir du tout. C'est alors qu'il est chargé de résoudre le meurtre de Martine Prieur, une jeune femme tuée à son domicile, vraisemblablement torturée et dont le cadavre a été curieusement mis en scène. Voilà. Après avoir lu dans le désordre Sharko, Deuils de miel et Luca, je me suis enfin décidée à lire la série des Sharko dans l'ordre. Très surprise par l'écriture de Franck Thilliez que j'ai d'ailleurs eu du mal à reconnaître. L'auteur en a parcouru du chemin depuis Train d'enfer pour Ange Rouge. Ici, le narrateur est Sharko. Il parle à la première personne - ce qui sauf erreur diffère de ses autres romans. Par ailleurs, le récit est très... "Le bonheur doit être l'exception; l'épreuve la règle". Cette phrase, écrite dans le texte par le tueur, semble être la formule toute appropriée pour Franck Sharko qui dans chacun des romans de Thilliez semble devoir subir le pire. Sharko, commissaire de police, vit seul depuis 6 mois, depuis que sa femme Suzanne a été mystérieusement enlevée un soir, alors qu'elle rentrait de son travail. Depuis, il exerce sa fonction assidument, entre l'espoir de la revoir, la crainte de la découvrir morte, ou pire, de ne rien savoir du tout. C'est alors qu'il est chargé de résoudre le meurtre de Martine Prieur, une jeune femme tuée à son domicile, vraisemblablement torturée et dont le cadavre a été curieusement mis en scène. Voilà. Après avoir lu dans le désordre Sharko, Deuils de miel et Luca, je me suis enfin décidée à lire la série des Sharko dans l'ordre. Très surprise par l'écriture de Franck Thilliez que j'ai d'ailleurs eu du mal à reconnaître. L'auteur en a parcouru du chemin depuis Train d'enfer pour Ange Rouge. Ici, le narrateur est Sharko. Il parle à la première personne - ce qui sauf erreur diffère de ses autres romans. Par ailleurs, le récit est très bien documenté, comme le sont toujours les Thilliez que j'ai pu lire - Ici, sur les prémices d'internet ou encore sur les réseaux sadomasochistes. En revanche, la procédure pénale rend ce roman policier moins crédible … récupérer un disque dur sans cadre légal ou feindre d'entendre une voix pour rentrer dans une habitation m'a laissée un peu perplexe. Enfin, si le roman et l'intrigue m'ont captivée, je n'ai pas été particulièrement surprise du dénouement ou de l'identité de notre tueur. En Bref, contente d'avoir découvert enfin le premier de la longue série des Sharko mais en même temps, j'apprécie d'en avoir lu d'autres avant car je ne suis pas certaine que cet opus m'aurait laissé un souvenir impérissable au point de m'entrainer à lire les suivants.
    Lire la suite
    En lire moins
Retenez votre souffle avec la newsletter Franck Thilliez !
Attention, vous allez adorer avoir peur…