En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Un appartement à Paris

        Pocket
        EAN : 9782266285025
        Code sériel : 17194
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 544
        Format : 108 x 177 mm
        Un appartement à Paris

        Date de parution : 15/03/2018
        « Le livre de la maturité et de l’audace. » Bernard Lehut – RTL

        Paris, un atelier d’artiste au fond d’une allée verdoyante.
        Madeline, une ex-flic londonienne, y est venue pour panser ses blessures.
        Gaspard, un auteur misanthrope, l’a loué pour écrire dans la solitude.
        À la suite d’une méprise, ces deux écorchés vifs...
        « Le livre de la maturité et de l’audace. » Bernard Lehut – RTL

        Paris, un atelier d’artiste au fond d’une allée verdoyante.
        Madeline, une ex-flic londonienne, y est venue pour panser ses blessures.
        Gaspard, un auteur misanthrope, l’a loué pour écrire dans la solitude.
        À la suite d’une méprise, ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelque temps.
        Dans l’atelier, où plane encore le fantôme de l’ancien propriétaire, Madeline et Gaspard vont mettre au jour un secret terrifiant.
        Et cette découverte glaçante va les forcer à affronter leurs propres démons dans une enquête vertigineuse qui les changera à jamais.

        « Un thriller extraordinaire. » Pierre Lescure – « C à vous », France 5

         « Le final laisse une fois de plus admiratif de l’imagination de ce romancier hors norme. » Bernard Thomasson – France Info

        « La tension et les sentiments s’équilibrent mutuellement, et procurent un agréable vertige. » Grégoire Delacourt

        « Un appartement à Paris mérite amplement le statut de thriller et révèle au passage une nouvelle nuance de son imaginaire. Comme un tableau, un roman est fait de couches. Musso le sait mieux que personne. Et il excelle dans la peinture au couteau. » Pierre Vavasseur – Le Parisien

        « Une intrigue qui vous tient en haleine jusqu’à la dernière page. » Marina Carrère d’Encausse – France 5

        « Addictif. » Emmanuelle Binet – Marie Claire
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266285025
        Code sériel : 17194
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 544
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        8.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • voyagelivresque Posté le 30 Septembre 2018
          Un appartement à Paris de Guillaume Musso, très bon moment de lecture, un agréable moment de détente. Certes, rien à voir avec les thrillers que j'ai l'habitude de lire, un autre style, un autre genre plus soft, plus ou moins psycho, mi-roman, mi-thriller. Gaspard Coutances et Madeline Greene arrivent à Paris. Gaspard est un acteur de théâtre qui arrive de Seattle afin de s'isoler pour écrire, il est alcoolique, misanthrope, cynique. Madeline est flic, dépressive, elle est venue d'Angleterre pour se ressourcer et fêter les fêtes de fin d'année. Un bug informatique va réunir ces deux êtres écorchés, car ils se trouvent avoir loué le même appartement lequel s'avère être l'ancien atelier du peintre Sean Lorenz. La cohabitation est difficile, les deux ne se supportent pas, mais ils vont faire la paix en se trouvant un centre d'intérêt commun la peinture et la vie de l'artiste . Sean Lorenz a été terrassé par l'assassinat de son petit garçon, un an auparavant et il a laissé 3 tableaux disparus. Gaspard et Madeline décide de mettre leurs forces en commun pour retrouver ces toiles réputées extraordinaires. Ceci en devant faire face à leur propre démon. L'histoire se déroule entre Paris et New York . On plonge dans l'art... Un appartement à Paris de Guillaume Musso, très bon moment de lecture, un agréable moment de détente. Certes, rien à voir avec les thrillers que j'ai l'habitude de lire, un autre style, un autre genre plus soft, plus ou moins psycho, mi-roman, mi-thriller. Gaspard Coutances et Madeline Greene arrivent à Paris. Gaspard est un acteur de théâtre qui arrive de Seattle afin de s'isoler pour écrire, il est alcoolique, misanthrope, cynique. Madeline est flic, dépressive, elle est venue d'Angleterre pour se ressourcer et fêter les fêtes de fin d'année. Un bug informatique va réunir ces deux êtres écorchés, car ils se trouvent avoir loué le même appartement lequel s'avère être l'ancien atelier du peintre Sean Lorenz. La cohabitation est difficile, les deux ne se supportent pas, mais ils vont faire la paix en se trouvant un centre d'intérêt commun la peinture et la vie de l'artiste . Sean Lorenz a été terrassé par l'assassinat de son petit garçon, un an auparavant et il a laissé 3 tableaux disparus. Gaspard et Madeline décide de mettre leurs forces en commun pour retrouver ces toiles réputées extraordinaires. Ceci en devant faire face à leur propre démon. L'histoire se déroule entre Paris et New York . On plonge dans l'art , la peinture et les peintres torturés , des génies fatigués, trop sollicités que leur art gangrène. L'intrigue s'installe lentement, puis une course au tableau commence pour finir par une chasse à l'homme. Le rythme est donné par des chapitres courts et des sous chapitres . Un bon thriller à découvrir ....
          Lire la suite
          En lire moins
        • musemania Posté le 30 Septembre 2018
          Fan de la première heure de Guillaume Musso, j’avais un peu délaissé ses livres depuis quelques années. Dans son avant-dernier livre paru, « Un appartement à Paris », il laisse le côté « surnaturel » de ses premières œuvres pour se consacrer à l’écriture d’un thriller et grand bien lui fasse ! Cet été, j’ai donc décidé de me plonger dans ce bouquin et je ne peux que m’auto-congratuler car je l’ai adoré ;) Certains médiront Guillaume Musso, surtout jaloux de son succès mais grâce à ce thriller, j’ai passé un très bon moment entre Paris, Madrid et New-York. Le rythme dans l’histoire monte crescendo pour qu’une fois le livre en mains, vous ne puissiez plus le lâcher. J’en sais quelque chose, j’ai eu la blague, m’enfermant dans mon cocon jusqu’à pas d’heures et même aux petites heures de la nuit. Gaspard Coutances est un dramaturge à succès misanthrope au possible tandis que Madeline Greene est une ancienne policière anglaise ayant bossé temporairement pour la police new-yorkaise. Leur point commun ? Le fameux appartement à Paris qui a appartenu à Sean Lorenz, peintre dont les toiles s’échangeaient pour des millions de dollars mais qui a connu une fin tragique après la... Fan de la première heure de Guillaume Musso, j’avais un peu délaissé ses livres depuis quelques années. Dans son avant-dernier livre paru, « Un appartement à Paris », il laisse le côté « surnaturel » de ses premières œuvres pour se consacrer à l’écriture d’un thriller et grand bien lui fasse ! Cet été, j’ai donc décidé de me plonger dans ce bouquin et je ne peux que m’auto-congratuler car je l’ai adoré ;) Certains médiront Guillaume Musso, surtout jaloux de son succès mais grâce à ce thriller, j’ai passé un très bon moment entre Paris, Madrid et New-York. Le rythme dans l’histoire monte crescendo pour qu’une fois le livre en mains, vous ne puissiez plus le lâcher. J’en sais quelque chose, j’ai eu la blague, m’enfermant dans mon cocon jusqu’à pas d’heures et même aux petites heures de la nuit. Gaspard Coutances est un dramaturge à succès misanthrope au possible tandis que Madeline Greene est une ancienne policière anglaise ayant bossé temporairement pour la police new-yorkaise. Leur point commun ? Le fameux appartement à Paris qui a appartenu à Sean Lorenz, peintre dont les toiles s’échangeaient pour des millions de dollars mais qui a connu une fin tragique après la disparition effroyable de son fils. À son décès, il aurait laissé trois toiles mystérieuses, pour lesquelles Gaspard et Madeline s’allieront afin de les retrouver… Ceci n’est qu’une infime partie de l’histoire mais je tairai la suite pour vous en laisser la surprise comme j’en ai eu l’occasion en lisant ces pages car il n’en sera que meilleur. Comme Guillaume Musso m’avait habituée avec ses premiers ouvrages, il a gardé une écriture très scénarisée et imagée permettant de parcourir l’aventure en compagnie de ses personnages. Les ressentis sont forts et les émotions transparaissent facilement. Chacun des personnages est nécessaire au déroulé de la trame et on s’y attache facilement. J’ai vraiment aimé redécouvrir cet auteur et cette fois-ci, je n’attendrai plus aussi longtemps pour le lire, qu’importe les critiques non méritées dont il est victime. C’est peut-être de l’écriture « simple » mais pour l’été plus particulièrement, je n’en demandais pas plus et j’ai apprécié ;)
          Lire la suite
          En lire moins
        • Jerome_C Posté le 8 Septembre 2018
          Avis écrit en juillet 2017 Un auteur de pièces de théâtre à succès, Gaspard Coutances, a l’habitude de se retirer pour écrire de nouveaux chefs-d'œuvre. Pour ce faire, il loue un appartement atypique en plein coeur de Paris. Or ce dernier est déjà occupé par Madeline Green, ex-flic, venue s’isoler pour se reposer. Outre une cohabitation qui s’annonce des plus tumultueuses, l’appartement - un ancien atelier ayant appartenu au peintre Sean Lorentz - renferme plusieurs secrets. Dans quelles circonstances a vécu Sean Lorentz, où sont passées ses trois dernières, quelle fut sa vie afin la fin tragique qui suivit l’enlèvement et la mort annoncée de son fils ? Un ensemble de questions qui va entraîner l’auteur à succès et l’ex-flic dans une enquête à multiples rebondissements tout en les confrontant à leurs propres démons que sont l’alcoolisme et la dépression. Mais vont-ils arriver ensemble à résoudre cette énigme ? Mon avis : un roman de 484 pages sorti le 30 mars dernier, bien écrit avec de nombreuses références à l’art ou citations d’écrivains, mais dont l’intrigue a - selon moi - du mal à démarrer. Pour les adeptes de Guillaume Musso, ils préfèreront certainement “La fille de Brooklyn”.
        • Monelle Posté le 29 Août 2018
          C'est agréable à lire. Pour une fois la ville de Paris est décrite comme elle est, sans en faire un mythe. Je ne suis pas encore allée au musée de la fondation Vuitton au bois de Boulogne mais un passage du livre donne envie d'y aller. Musso pique parfois des idées à d'autres auteurs. Par exemple quand Pénélope dit que Lorenz lui prenait sa vie, à mesure qu'il faisait son portrait pour la faire passer dans le tableau, mais c'est Poe, la nouvelle du "portrait ovale". Et lorsque Musso décrit les tableaux monochromes blancs de Lorenz, le "paysage d'hiver" avec des nuances de blanc, entièrement blanc, j'ai déjà lu cela dans le livre de Christoph Hein, "Paula K. une femme allemande". D'ailleurs le tableau de Paula, avec uniquement des nuances de blanc, n'avait plu à personne à Berlin et elle avait passé un an à le peindre, c'était le tableau de sa vie. Musso évidemment n'a pas de style. Mais bon, cela passe. Je vais continuer jusqu'au bout bien que je devine la fin, j'aime bien le personnage Gaspard Coutances. Il y a beaucoup de passages qui tiennent du conte de fées : la voisine mettant du Black Metal tonitruant et qui baisse... C'est agréable à lire. Pour une fois la ville de Paris est décrite comme elle est, sans en faire un mythe. Je ne suis pas encore allée au musée de la fondation Vuitton au bois de Boulogne mais un passage du livre donne envie d'y aller. Musso pique parfois des idées à d'autres auteurs. Par exemple quand Pénélope dit que Lorenz lui prenait sa vie, à mesure qu'il faisait son portrait pour la faire passer dans le tableau, mais c'est Poe, la nouvelle du "portrait ovale". Et lorsque Musso décrit les tableaux monochromes blancs de Lorenz, le "paysage d'hiver" avec des nuances de blanc, entièrement blanc, j'ai déjà lu cela dans le livre de Christoph Hein, "Paula K. une femme allemande". D'ailleurs le tableau de Paula, avec uniquement des nuances de blanc, n'avait plu à personne à Berlin et elle avait passé un an à le peindre, c'était le tableau de sa vie. Musso évidemment n'a pas de style. Mais bon, cela passe. Je vais continuer jusqu'au bout bien que je devine la fin, j'aime bien le personnage Gaspard Coutances. Il y a beaucoup de passages qui tiennent du conte de fées : la voisine mettant du Black Metal tonitruant et qui baisse gentiment (en s'excusant !) quand on vient lui reprocher son tapage et même invite à prendre un café. Ces deux célibataires intelligents qui se retrouvent dans le même appartement, et immense en plus, au lieu de familles ou de couples, etc.
          Lire la suite
          En lire moins
        • dks Posté le 27 Août 2018
          Se laisse lire...

        Ils en parlent

        « La tension et les sentiments s’équilibrent mutuellement, et procurent un agréable vertige. » Grégoire Delacourt
        « Une réussite totale. » Bernard Lehut – RTL
        « Un appartement à Paris mérite amplement le statut de thriller et révèle au passage une nouvelle nuance de son imaginaire. Comme un tableau, un roman est fait de couches. Musso le sait mieux que personne. Et il excelle dans la peinture au couteau. » Pierre Vavasseur – Le Parisien
        « Une intrigue qui vous tient en haleine jusqu’à la dernière page. » Marina Carrère d’Encausse – France 5
        « Comme à son habitude, Guillaume Musso nous entraine dans le vertige d’un page-turner haletant. La construction est remarquable, à l’américaine, parfaite du début à la fin. Et le final laisse une fois de plus admiratif de l’imagination de ce romancier hors norme. » Bernard Thomasson – France Info
        « Addictif. » Emmanuelle Binet – Marie Claire
        « Suspense, surprises, émotion : le cru 2017 est surprenant ! » Tatiana de Rosnay
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com