Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266285025
Code sériel : 17194
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Un appartement à Paris

Date de parution : 15/03/2018
« Le livre de la maturité et de l’audace. » Bernard Lehut – RTL

Paris, un atelier d’artiste au fond d’une allée verdoyante.
Madeline, une ex-flic londonienne, y est venue pour panser ses blessures.
Gaspard, un auteur misanthrope, l’a loué pour écrire dans la solitude.
À la suite d’une méprise, ces deux écorchés vifs...
« Le livre de la maturité et de l’audace. » Bernard Lehut – RTL

Paris, un atelier d’artiste au fond d’une allée verdoyante.
Madeline, une ex-flic londonienne, y est venue pour panser ses blessures.
Gaspard, un auteur misanthrope, l’a loué pour écrire dans la solitude.
À la suite d’une méprise, ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelque temps.
Dans l’atelier, où plane encore le fantôme de l’ancien propriétaire, Madeline et Gaspard vont mettre au jour un secret terrifiant.
Et cette découverte glaçante va les forcer à affronter leurs propres démons dans une enquête vertigineuse qui les changera à jamais.

« Un thriller extraordinaire. » Pierre Lescure – « C à vous », France 5

 « Le final laisse une fois de plus admiratif de l’imagination de ce romancier hors norme. » Bernard Thomasson – France Info

« La tension et les sentiments s’équilibrent mutuellement, et procurent un agréable vertige. » Grégoire Delacourt

« Un appartement à Paris mérite amplement le statut de thriller et révèle au passage une nouvelle nuance de son imaginaire. Comme un tableau, un roman est fait de couches. Musso le sait mieux que personne. Et il excelle dans la peinture au couteau. » Pierre Vavasseur – Le Parisien

« Une intrigue qui vous tient en haleine jusqu’à la dernière page. » Marina Carrère d’Encausse – France 5

« Addictif. » Emmanuelle Binet – Marie Claire
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266285025
Code sériel : 17194
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« La tension et les sentiments s’équilibrent mutuellement, et procurent un agréable vertige. » Grégoire Delacourt
« Une réussite totale. » Bernard Lehut – RTL
« Un appartement à Paris mérite amplement le statut de thriller et révèle au passage une nouvelle nuance de son imaginaire. Comme un tableau, un roman est fait de couches. Musso le sait mieux que personne. Et il excelle dans la peinture au couteau. » Pierre Vavasseur – Le Parisien
« Une intrigue qui vous tient en haleine jusqu’à la dernière page. » Marina Carrère d’Encausse – France 5
« Comme à son habitude, Guillaume Musso nous entraine dans le vertige d’un page-turner haletant. La construction est remarquable, à l’américaine, parfaite du début à la fin. Et le final laisse une fois de plus admiratif de l’imagination de ce romancier hors norme. » Bernard Thomasson – France Info
« Addictif. » Emmanuelle Binet – Marie Claire
« Suspense, surprises, émotion : le cru 2017 est surprenant ! » Tatiana de Rosnay

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cheyennemercier Posté le 5 Mai 2020
    Franchement, j'ai adoré l'intrigue et ce duo touchant ! Ça faisait longtemps que je n'avais plus lu un " Musso" mais ce bouquin m'a donné l'envie de m'y remettre
  • sanae16 Posté le 5 Mai 2020
    Et voilà, j’ai fini mon premier Musso. C’est peut-être étrange mais j’ai l’impression d’avoir passé un cap. Ça fait si longtemps que j’en entends parler, on m’a souvent vanté ses talents et étant une lectrice assidue, je ne pouvais pas me permettre de continuer à lire sans m’essayer à l’un de ses romans 😉 Maintenant je peux le confirmer, c’était très bien. Mais « très bien » c’est un peu vague, non ? Alors développons ! Parlons déjà un peu de la préface. Elle m’a tant intriguée, c’est si rare de se sentir happée aussi tôt dans un livre ; comme si un voile de tristesse m’avait enveloppé. Attention ce n’était pas désagréable mais très étrange car en seulement quelques pages, j’ai accroché. Une atmosphère sombre a dès lors commencé à se dégager du livre. Pas de doute, un thriller. Les chapitres se sont donc enchainés dans cette ambiance. Le tout en phase avec l’univers mystérieux de la peinture et de ses artistes. J’en profite d’ailleurs pour tirer mon chapeau à l’auteur, quel incroyable travail de documentation à ce sujet ! Cela enrichit pleinement l’histoire, certes la fiction l’emporte par moment mais cela apporte tellement. Je ne dois pas être... Et voilà, j’ai fini mon premier Musso. C’est peut-être étrange mais j’ai l’impression d’avoir passé un cap. Ça fait si longtemps que j’en entends parler, on m’a souvent vanté ses talents et étant une lectrice assidue, je ne pouvais pas me permettre de continuer à lire sans m’essayer à l’un de ses romans 😉 Maintenant je peux le confirmer, c’était très bien. Mais « très bien » c’est un peu vague, non ? Alors développons ! Parlons déjà un peu de la préface. Elle m’a tant intriguée, c’est si rare de se sentir happée aussi tôt dans un livre ; comme si un voile de tristesse m’avait enveloppé. Attention ce n’était pas désagréable mais très étrange car en seulement quelques pages, j’ai accroché. Une atmosphère sombre a dès lors commencé à se dégager du livre. Pas de doute, un thriller. Les chapitres se sont donc enchainés dans cette ambiance. Le tout en phase avec l’univers mystérieux de la peinture et de ses artistes. J’en profite d’ailleurs pour tirer mon chapeau à l’auteur, quel incroyable travail de documentation à ce sujet ! Cela enrichit pleinement l’histoire, certes la fiction l’emporte par moment mais cela apporte tellement. Je ne dois pas être la seule mais j’ai essayé de trouver Sean Lorentz sur le net pour en savoir plus. Je voulais voir à quoi ressemblait ces tableaux dont la description me fascinait. Encore bravo à l’écrivain car jusqu’à ce livre, je n’avais jamais essayé de découvrir avec autant de frénésie un personnage. Tout avançait par démesure avec une tension pouvant s’avérer vraiment palpable. Une sorte d’enquête se formait ; tout n’était jamais blanc, jamais noir ; Musso ne cessait de nous appeler à nous poser des questions. Il en a été de même pour ses protagonistes, Gaspard et Madeline. Ça ne peut pas être les seules personnes que compte ce récit me direz-vous. C’est vrai, certains chapitres sont d’ailleurs destinés à d’autres mais il n’ont jamais eu leur importance. Tout ce qui importe passe au travers de Gaspard et Madeline, même si cela ne les concerne pas directement. Cela semble étrange dit ainsi, je le conçois, mais c’est en lisant que vous comprendrez peut-être mon ressenti. Au départ, on doute que ces âmes perdues (à mon sens on peut les nommer ainsi) puissent s’entendre. En effet, je les trouvais si différents l’un de l’autre, on ne savait pas où on mettait les pieds avec eux. Pourtant plus le récit prenait de l’ampleur plus on s’attachait à ce duo atypique. Leurs failles se révélaient et il en fut de même pour leur fragilité commune mais bien dissimulée. Ils la partageaient malgré eux et cela donnait un vrai sens au récit, comme si cette enquête était un tremplin pour avancer. J’ai eu la sensation qu’ils voulaient se renouveler et réussir à se retrouver. Ils étaient loin d’être des personnages tristes et moroses. Leurs échanges étaient fabuleux avec des dialogues très drôles et percutants où le cynisme de l’un s’emportait face à la franchise de l’autre. J’ai pris plaisir à relire certains chapitres uniquement pour cela. C’est pour cela, avec tous ses éléments, imaginez la difficulté de poser ce livre. J’étais pleinement ancré à l’intérieur tant et si bien que j’en ai même rêvé la nuit ! Il y a un sentiment de réel très fort qui se libère du roman et ça en devient presque perturbant par moment ^^’. Je peux donc vous assurer que vous ne serez pas déçus ! Chaque coin d’ombres de l’enquête est tôt ou tard éclairé, c’est important de le souligner car on a la sensation de partir à la recherche de plusieurs vérités et des détails en amenant d’autres, le récit progresse intelligemment. Quant au dénouement, il est comme qui dirait surprenant. Si j’ai réussi à vous appâter, vous savez ce qu’il vous reste à faire 😉.
    Lire la suite
    En lire moins
  • maya6484 Posté le 2 Mai 2020
    Madeline, ex-flic londonienne, et Gaspard, auteur misanthrope se rencontrent à Paris, par erreur, dans l'atelier de Sean Lorenz, peintre décédé il y a un an. Fascinés par l'oeuvre du célèbre peintre, Madeline et Gaspard vont mener une enquête pour retrouver les trois derniers tableaux de Sean, enquête qui les mènera sur un terrain qu'ils n'imaginaient pas. Un thriller exaltant!
  • Livreavous Posté le 29 Avril 2020
    Ou est la fluidité de Musso? L histoire est intéressante mais ce n est pas fluide et léger. Dommage
  • Elodiecombeau Posté le 27 Avril 2020
    Une lecture qui devient très vite addictive, qui nous emporte dans le monde de l'art, dans la vie d'un peintre Sean Lorenz. Mais c'est aussi l'histoire d'un rencontre entre Madeline et Gaspard, deux personnes que tout oppose qui vont être contraints de cohabiter ensemble. Un thiller envoûtant et ficeler à la perfection. Nous sommes tenu en haleine du début à la fin.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.