Lisez! icon: Search engine

Bad Man

Belfond
EAN : 9782714479952
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 448
Format : 140 x 225 mm
Bad Man

Nathalie PERONNY (Traducteur)
Collection : Belfond Noir
Date de parution : 21/02/2019
Révélation ! Bad Man signe l’entrée fracassante de Dathan Auerbach dans l’arène des maîtres du suspense et de l’angoisse en successeur de Stephen King.



 

On dit que, passé quarante-huit heures, les chances de retrouver une personne disparue sont quasi nulles. Deux jours pour ratisser les bois alentour, frapper à toutes les portes, remuer ciel et terre. Passé ce délai, l’espoir n’est plus permis.

Eric, trois ans, a disparu il y a cinq ans. Peu à...

On dit que, passé quarante-huit heures, les chances de retrouver une personne disparue sont quasi nulles. Deux jours pour ratisser les bois alentour, frapper à toutes les portes, remuer ciel et terre. Passé ce délai, l’espoir n’est plus permis.

Eric, trois ans, a disparu il y a cinq ans. Peu à peu, les affichettes ont jauni, les policiers se sont désintéressés de l’affaire, la vie a repris son cours dans cette petite ville désaffectée de Floride.

Pas pour Ben, le grand frère de la victime. Qui ne s’est jamais remis du drame. Qui a vu sa famille sombrer. Mais qui n’a jamais cessé ses recherches.

Recruté en tant que magasinier de nuit dans le supermarché même où Eric a disparu, Ben sent que les lieux ont quelque chose à lui révéler. Quelqu’un sait où est son frère, une personne qui prend un malin plaisir à se jouer de lui. Qui ? Le directeur qui n’a jamais collaboré à l’enquête ? Ses collègues auxquels il a accordé trop vite sa confiance ? Mais il y a plus que ça, une présence impalpable, diffuse, qui brouille ses pensées… Qui est ce bad man dont l’ombre inquiétante plane sur la ville ?
 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714479952
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 448
Format : 140 x 225 mm
Belfond

Ils en parlent

« Imaginez The Shining dans un supermarché… Vous aurez alors une petite idée de ce que vous réserve Bad Man. Dathan Auerbach fait preuve d’un talent fou pour créer des atmosphères, inviter l’angoisse dans des territoires à faible potentiel anxiogène. Un maître de l’horreur à ne pas quitter des yeux. »
Booklist

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ninaalu Posté le 29 Août 2019
    Enfilez votre manteau, prenez votre sac de courses, votre porte-monnaie et direction le supermarché. Mais pas n’importe lequel, l’un de ces magasins sans âme, perdu dans une petite ville de l’Amérique profonde. Pour l’heure ? Allez-y la nuit, lorsqu’il est fermé, et que de jeunes hommes en manque d’argent en assurent la surveillance. L’ambiance est sombre, poisseuse, vous n’aurez pas le cœur à rire. D’autant plus que cinq ans auparavant, Ben (15 ans) y a perdu son frère Éric (3 ans). L’enfant s’est volatilisé, on ne l’a jamais retrouvé, et Ben ne s’en est jamais remis. Ben porte les stigmates de la disparition, dans ses douleurs chroniques et son obésité, mais surtout dans sa tête. Il ne s’est jamais résigné, tout comme sa belle-mère névrosée, et son père indifférent à lui. L’ambiance chez lui est si pesante, qu’il accepte un travail de veilleur de nuit dans ce supermarché. L’auteur fait de ce magasin anxiogène, un personnage à part entière. Il rythme le livre et les journées de Ben et ses collègues. Il permet aux souvenirs d’affluer, aux indices de remonter, et délivre petit à petit les horreurs qu’il cache. Le fait qu’on oscille entre présent et passé, entre les faits, les interrogations... Enfilez votre manteau, prenez votre sac de courses, votre porte-monnaie et direction le supermarché. Mais pas n’importe lequel, l’un de ces magasins sans âme, perdu dans une petite ville de l’Amérique profonde. Pour l’heure ? Allez-y la nuit, lorsqu’il est fermé, et que de jeunes hommes en manque d’argent en assurent la surveillance. L’ambiance est sombre, poisseuse, vous n’aurez pas le cœur à rire. D’autant plus que cinq ans auparavant, Ben (15 ans) y a perdu son frère Éric (3 ans). L’enfant s’est volatilisé, on ne l’a jamais retrouvé, et Ben ne s’en est jamais remis. Ben porte les stigmates de la disparition, dans ses douleurs chroniques et son obésité, mais surtout dans sa tête. Il ne s’est jamais résigné, tout comme sa belle-mère névrosée, et son père indifférent à lui. L’ambiance chez lui est si pesante, qu’il accepte un travail de veilleur de nuit dans ce supermarché. L’auteur fait de ce magasin anxiogène, un personnage à part entière. Il rythme le livre et les journées de Ben et ses collègues. Il permet aux souvenirs d’affluer, aux indices de remonter, et délivre petit à petit les horreurs qu’il cache. Le fait qu’on oscille entre présent et passé, entre les faits, les interrogations de Ben et ses cauchemars brouillent les pistes. Tous les personnages ont des choses à cacher, personne n’est complètement innocent. Ce livre est un véritable roman noir, pas un thriller avec mille rebondissements. Tout tient dans l’écriture de l’auteur et l’atmosphère qu’il distille. Il y a l’Amérique profonde, la forêt mystérieuse, mais surtout le choix de ce lieu si particulier. À la fois si commun, tout le monde a dû y faire ses courses un jour, mais aussi énigmatique. Qui sait ce qu’il s’y passe lorsque les portes se referment ? Les personnages qui oscillent entre obsessions et secrets ajoutent encore à l’atmosphère pesante. Alors pourquoi ce n’est pas un coup de cœur ? Il y a quand même des longueurs, une petite difficulté à s’attacher au protagoniste et surtout une fin bien trop opaque et ouverte. Et vous savez que j’aime les fins bien claires et guidées !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Snoopythecat Posté le 30 Juillet 2019
    Facile à lire, ce roman me laisse toutefois un goût d'inachevé. Ai-je lu trop vite ? N'ai-je pas lu entre les lignes ? Ai-je mal compris certaines choses ?
  • blackbookspolar Posté le 29 Juillet 2019
    « La ferveur et l’intensité qui l’accompagnaient à chaque lever du jour s’étaient lentement consumés à travers la ville, jusque dans son propre cœur. » Ben a 20 ans. Voilà maintenant 5 ans que son petit frère, Eric, a disparu lors d’un passage au supermarché alors qu’il était sous sa surveillance. Aucune piste n’a pu mener la police ou même la famille à retrouver la trace de l’enfant. Malgré les centaines d’affiches et la volonté féroce de Ben pour retrouver son petit frère de 3 ans, rien ne se passe. A présent, il est temps pour ce jeune homme de trouver un travail, seulement, la seule réponse positive qu’il reçoit suite aux nombreuses demandes qu’il a pu faire, provient de ce si tristement célèbre supermarché. C’est ainsi que Ben se retrouve magasinier de nuit dans le lieu qui le hante depuis toutes ces années. Tout semble le pousser à découvrir la vérité sur ce qui s’est réellement passé ce jour. Ce jour où sa vie a basculé. Bad Man est le deuxième roman de Dathan Auerbach, mais c’est le premier à être publié en France. C’est au détour d’un stand au festival Quais Du Polar 2019 que je l’ai aperçu, seul, à attendre les potentiels lecteurs intéressés par... « La ferveur et l’intensité qui l’accompagnaient à chaque lever du jour s’étaient lentement consumés à travers la ville, jusque dans son propre cœur. » Ben a 20 ans. Voilà maintenant 5 ans que son petit frère, Eric, a disparu lors d’un passage au supermarché alors qu’il était sous sa surveillance. Aucune piste n’a pu mener la police ou même la famille à retrouver la trace de l’enfant. Malgré les centaines d’affiches et la volonté féroce de Ben pour retrouver son petit frère de 3 ans, rien ne se passe. A présent, il est temps pour ce jeune homme de trouver un travail, seulement, la seule réponse positive qu’il reçoit suite aux nombreuses demandes qu’il a pu faire, provient de ce si tristement célèbre supermarché. C’est ainsi que Ben se retrouve magasinier de nuit dans le lieu qui le hante depuis toutes ces années. Tout semble le pousser à découvrir la vérité sur ce qui s’est réellement passé ce jour. Ce jour où sa vie a basculé. Bad Man est le deuxième roman de Dathan Auerbach, mais c’est le premier à être publié en France. C’est au détour d’un stand au festival Quais Du Polar 2019 que je l’ai aperçu, seul, à attendre les potentiels lecteurs intéressés par son livre. Ma curiosité m’avait déjà piqué et j’avais pour projet de l’acheter lors de sa sortie en poche. Seulement voilà… L’opportunité était trop belle pour que je ne la saisisse pas. J’ai donc eu la chance de rencontrer un auteur adorable et abordable, un brin timide et flatté par l’intérêt que je lui portais. Son écriture fluide et ses chapitres courts sont vraiment l’atout principal de ce bouquin. L’intrigue est plutôt bien pensée mais les longueurs sont tout de même largement présentes. Je pense avoir misé un peu trop d’espoir sur Bad Man, au point de probablement en attendre beaucoup plus que ce qu’il nous offre réellement. Les personnages sont attachants et plutôt mystérieux, la ville est suffocante, sinistre et très bien décrite. On suffoque, on comprend l’ennui des personnages. Il est possible de catégoriser ce livre de thriller psychologique mais je l’ai trouvé trop plat sur plus de 250 pages… Ce qui fait quand même beaucoup sur un total de près de 450… Cela ressemble à un rendez-vous manqué non? En même temps, je ne peux pas dire que cette lecture m’est complètement déplu. Je me sentais plutôt bien dans cette monotonie qui s’installe très vite au fil des chapitres. Ce ne fut pas avec une impatience incontrôlable que je me plongeais dans l’histoire mais de là à dire que j’y allais à reculons… non non non! Disons que je me suis laissée porter, sans rechigner. On tourne en rond, on déambule, on attend le rebondissement, mais peut-être qu’il s’agit là d’une volonté de l’auteur. Celui-ci nous explique à la fin, qu’il s’est largement inspiré de son vécu et que le personnage de Marty (collègue puis ami de Ben) est le miroir de l’un de ses amis, avec qui il a travaillé de nuit dans une supérette miteuse. Ce climat peu propice à la surprise doit avoir été travaillé par Auerbach afin de nous donner une sensation d’étouffement et de lassitude, semblable à celle que ressent Ben. Malheureusement pour moi, l’ampleur de ce sentiment a été trop grande et a pris une place majoritaire dans ma lecture. Il est vrai que la construction de ce roman est plutôt réussie sur un point: La boucle est bouclée entre le premier et le dernier chapitre, seulement le nombre de pages entre les deux est peut-être trop important. Bref… Vous l’aurez compris, le soufflé est retombé. Il est fort possible comme je vous l’ai dit (enfin écrit…) que j’en attendais beaucoup trop, ayant lu des avis assez positifs sur ce roman, je me suis probablement imaginé une toute autre chose. La promesse de la couverture « Osez le frisson » est peut-être un chouïa ambitieuse… Après, tous les goûts sont dans la nature, fort heureusement. Je retiens tout de même l’ambiance pesante présente tout le long, l’écriture vraiment agréable de l’auteur mais surtout, sa sympathie lors de notre rencontre. Je refuse donc de rester sur ce petit goût amer et je suis certaine de faire partie des futures lectrices du prochain bouquin de Dathan Auerbach.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Reginalda Posté le 25 Juillet 2019
    Le frère de Ben a disparu dans un supermarché il y a cinq ans, alors qu'il était sous sa supervision. Comme on pourrait s'y attendre, la famille ne s'en est jamais remise. Et voilà que Ben, faute de trouver autre chose, prend un poste de magasinier dans ce même supermarché. Le jeune homme, obèse, mal dans sa peau et handicapé par un genou défaillant, n'a jamais vraiment cessé de chercher son frère et ce nouvel emploi ne va faire que raviver ses angoisses, tout en l'incitant à redoubler d'efforts dans ses recherches. Le problème, avec ce livre, c'est qu'on sent les efforts et les intentions, sans jamais éprouver de véritable plaisir de lecture. Dan Auerbach a cherché à transformer un environnement banal et à périr de médiocrité en un univers inquiétant où n'importe quel lieu (à commencer par le supermarché) est susceptible de receler une force obscure. Ce n'est pas mal fait, mais on s'ennuie un peu devant la répétition des mêmes schémas. On a le sentiment que l'auteur a introduit de force une intrigue de thriller dans cette envie qu'il avait de faire du banal le lieu paradoxal du mystère et de la menace, sauf que la mayonnaise ne prend pas.... Le frère de Ben a disparu dans un supermarché il y a cinq ans, alors qu'il était sous sa supervision. Comme on pourrait s'y attendre, la famille ne s'en est jamais remise. Et voilà que Ben, faute de trouver autre chose, prend un poste de magasinier dans ce même supermarché. Le jeune homme, obèse, mal dans sa peau et handicapé par un genou défaillant, n'a jamais vraiment cessé de chercher son frère et ce nouvel emploi ne va faire que raviver ses angoisses, tout en l'incitant à redoubler d'efforts dans ses recherches. Le problème, avec ce livre, c'est qu'on sent les efforts et les intentions, sans jamais éprouver de véritable plaisir de lecture. Dan Auerbach a cherché à transformer un environnement banal et à périr de médiocrité en un univers inquiétant où n'importe quel lieu (à commencer par le supermarché) est susceptible de receler une force obscure. Ce n'est pas mal fait, mais on s'ennuie un peu devant la répétition des mêmes schémas. On a le sentiment que l'auteur a introduit de force une intrigue de thriller dans cette envie qu'il avait de faire du banal le lieu paradoxal du mystère et de la menace, sauf que la mayonnaise ne prend pas. La résolution de l'intrigue paraît artificielle et, en attendant, on a rongé son frein en lisant la énième métamorphose du supermarché en antre de la peur ou le énième rêve perturbant de Ben, avec la sensation que l'auteur n'a pas su insuffler unité et vie à son roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • celine13120 Posté le 25 Juillet 2019
    Je suis toujours terrifiée lorsque je commence un polar ayant pour trame une disparition d'enfants mais je dois être un peu maso car j'en lis souvent. Celui-ci est un peu plus dérangeant que d'habitude car il s'éloigne des sentiers battus : il n'y a pas d’enquêteur, la police est très peu présente, et le héros pas vraiment attachant. Mais il se dégage de ce thriller une vrai ambiance mystérieuse et un peu glauque et la fin est terrible. Je vais suivre cet auteur de près !
Toute l'actualité des éditions Belfond Noir
Succombez à vos instincts de serial lecteur.

Lisez maintenant, tout de suite !