RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Captive

            Robert Laffont
            EAN : 9782221124284
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 630
            Format : 135 x 215 mm
            Captive
            Alias Grace

            Michèle ALBARET-MAATSCH (Traducteur)
            Collection : Pavillons
            Date de parution : 12/10/2017

            1859. Grace Marks, condamnée à perpétuité, tourne lentement en rond dans la cour d’un pénitencier canadien. À l’âge de seize ans, elle a été accusée de deux meurtres horribles. Personne n’a jamais su si elle était coupable, innocente ou folle. Lors de son procès, après avoir donné trois versions des...

            1859. Grace Marks, condamnée à perpétuité, tourne lentement en rond dans la cour d’un pénitencier canadien. À l’âge de seize ans, elle a été accusée de deux meurtres horribles. Personne n’a jamais su si elle était coupable, innocente ou folle. Lors de son procès, après avoir donné trois versions des faits, elle s’est murée dans le silence : amnésie ou dissimulation ? Le docteur Simon Jordan, jeune et prometteur spécialiste de la maladie mentale, veut découvrir la vérité. Il obtient l’autorisation de rencontrer Grace, de la faire longuement parler…
            Avec lui, la prisonnière va dévider le terrible fuseau de ses souvenirs : son enfance irlandaise, l’agonie de sa mère sur le bateau qui les emmène au Canada, ses emplois de domestique, la mort de sa seule amie…
            À écouter ce récit, Grace ne semble ni démente ni criminelle, et pourtant, que sont ces troublants rêves qu’elle cache à Jordan : cauchemars, hallucinations ou réminiscences d’actes monstrueux ?
            Inspiré d’un fait divers sanglant qui a bouleversé le Canada au XIXe siècle, Captive plonge le lecteur dans un fascinant mystère, oscillant sans cesse entre vérité et mensonge. Après l’adaptation de La Servante écarlate pour le petit écran, unanimement saluée par la critique, ce roman est lui aussi devenu une série TV, sous le titre Alias Grace, avec Sarah Gadon, Zachary Levi et Anna Paquin au casting.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221124284
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 630
            Format : 135 x 215 mm
            Robert Laffont
            18.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • MAPATOU Posté le 10 Décembre 2018
              En ce mois de décembre 2018 où la magie de Noël tarde à se faire sentir, j’ai une suggestion à vous faire : offrez, faites-vous offrir ou même offrez-vous « Captive » . Tout d’abord parce que les Editions 10-18 viennent de le publier en édition spéciale dont la couverture est absolument magnifique et c’est déjà un beau cadeau. Ensuite parce que c’est un excellent roman de Margaret Atwood, de la veine de « La femme comestible ». Elle dresse un portrait de femme basé sur des faits réels : en 1873, la jeune Grace Marks, âgée de 16 ans, est accusée d’avoir participé à un double meurtre. Jugée coupable par le Tribunal de Toronto, elle sera condamnée à la réclusion à perpétuité ; son co-accusé sera lui pendu. Ce fait divers a fait grand bruit au Canada car il a été très difficile, voir impossible de savoir quel rôle avait réellement joué la jeune fille. A-t-elle participé aux meurtres ou bien était-elle sous la contrainte de James McDermott ? Grace semble souffrir de troubles, notamment d’évanouissements et de pertes de mémoire. En cette fin du 19ème siècle, la médecine s’intéresse à l’étude de la folie et aux troubles du comportement. Un... En ce mois de décembre 2018 où la magie de Noël tarde à se faire sentir, j’ai une suggestion à vous faire : offrez, faites-vous offrir ou même offrez-vous « Captive » . Tout d’abord parce que les Editions 10-18 viennent de le publier en édition spéciale dont la couverture est absolument magnifique et c’est déjà un beau cadeau. Ensuite parce que c’est un excellent roman de Margaret Atwood, de la veine de « La femme comestible ». Elle dresse un portrait de femme basé sur des faits réels : en 1873, la jeune Grace Marks, âgée de 16 ans, est accusée d’avoir participé à un double meurtre. Jugée coupable par le Tribunal de Toronto, elle sera condamnée à la réclusion à perpétuité ; son co-accusé sera lui pendu. Ce fait divers a fait grand bruit au Canada car il a été très difficile, voir impossible de savoir quel rôle avait réellement joué la jeune fille. A-t-elle participé aux meurtres ou bien était-elle sous la contrainte de James McDermott ? Grace semble souffrir de troubles, notamment d’évanouissements et de pertes de mémoire. En cette fin du 19ème siècle, la médecine s’intéresse à l’étude de la folie et aux troubles du comportement. Un jeune médecin Simon Jordan est mandaté pour rencontrer la jeune femme et tenter de découvrir si elle peut être tenue responsable de ses actes. De ses rencontres quasi-quotidiennes avec Grace va naître le récit de sa vie. Dès son arrivée à Toronto environ 3 ans avant les faits avec sa famille, elle n’aura pas d’autre choix, pour échapper à la violence et l’alcoolisme de son père , que de se faire embaucher comme servante dans une riche demeure. Engagée dans diverses maisons, Grace finira par trouver un emploi assez bien payé chez M. Kinnear à Richmond Hill. Ce dernier est célibataire mais entretient une liaison avec sa femme de charge. Ce sont eux qui seront assassinés. Margaret Atwood ne livre pas la clé du mystère Grace Marks mais signe là encore un excellent roman qui décrit parfaitement l’époque et les lieux dont il traite.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Ophelien Posté le 2 Décembre 2018
              Enfin fini ce petit pavé de poche d'environ 600 pages et j'avoue je ne ressors pas indifférente de cette lecture ! On découvre l'histoire de Grace Marks, jeune fille qui au XIXème siècle se voit condamné à perpétuité pour le meurtre de celui qui l'a engagée comme domestique : M. Kinnear et le meurtre de Nancy Montgomery, la gouvernante mais aussi sûrement maîtresse de ce dernier. Le docteur Jordan rencontre Grace des années après sa condamnation et souhaite entendre la vérité sur cette sordide affaire de la bouche de la criminelle. Il étudie également les maladies de l'esprit et se demande si l’amnésie de Grace suite à ces événements est feinte ou non. Ainsi Grace raconte son histoire au docteur Jordan et c'est cette histoire que nous entendons nous aussi. Ça fourmille de petits détails basiques (et c'est ce qui fait un peu la lourdeur de l'ouvrage) tout en nous exposant le caractère particulier de Grace. On se demande si ce qu'elle nous raconte est vrai, si elle ment au docteur Jordan, si c'est une manipulatrice ou pas... Bref on se pose bon nombre de questions à propos de sa culpabilité. J'ai trouvé très choquant qu'elle fustige certains actes de... Enfin fini ce petit pavé de poche d'environ 600 pages et j'avoue je ne ressors pas indifférente de cette lecture ! On découvre l'histoire de Grace Marks, jeune fille qui au XIXème siècle se voit condamné à perpétuité pour le meurtre de celui qui l'a engagée comme domestique : M. Kinnear et le meurtre de Nancy Montgomery, la gouvernante mais aussi sûrement maîtresse de ce dernier. Le docteur Jordan rencontre Grace des années après sa condamnation et souhaite entendre la vérité sur cette sordide affaire de la bouche de la criminelle. Il étudie également les maladies de l'esprit et se demande si l’amnésie de Grace suite à ces événements est feinte ou non. Ainsi Grace raconte son histoire au docteur Jordan et c'est cette histoire que nous entendons nous aussi. Ça fourmille de petits détails basiques (et c'est ce qui fait un peu la lourdeur de l'ouvrage) tout en nous exposant le caractère particulier de Grace. On se demande si ce qu'elle nous raconte est vrai, si elle ment au docteur Jordan, si c'est une manipulatrice ou pas... Bref on se pose bon nombre de questions à propos de sa culpabilité. J'ai trouvé très choquant qu'elle fustige certains actes de telle ou telle personne mais qu'elle se permette de faire des choses comme : porter les vêtements de Nancy alors qu'ils viennent de la tuer, comme si tout cela était normal, après tout elle est morte, ça ne lui servira plus à rien... Bref pleins de petits moments comme ça où on croit qu'elle est forcément coupable et d'autres (comme la séance avec le faux docteur Jeremiah) où on se pose de franches questions. Est-ce qu'elle serai une si bonne actrice ? Elle en vient à faire douter un homme de science et même nous, lecteurs. Si ça n'a pas été un véritable coup de cœur pour moi c'est un très bon roman car on nous manipule dans un sens ou dans l'autre et c'est une très belle description de vie du début jusqu'à la fin. C'est rempli de détails, et ça peut parfois être redondant mais au final c'est exécuté avec grâce.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Khalya Posté le 6 Novembre 2018
              J’ai beaucoup aimé ce roman inspiré d’un fait divers canadien. Même si l’auteur a romancé l’histoire, on peut voir qu’elle s’est documentée et qu’elle est restée aussi proche que possible de la réalité, du moins pour ce que l’on en sait. J’ai apprécié qu’elle ne cherche pas à nous donner une fin tranchée et que, si elle nous offre plusieurs explications possibles au cas Grace Marks (manipulatrice, innocente, amnésique ou victime de dédoublement de la personnalité), elle reste dans l’incertitude puisque la vérité à ce sujet n’a jamais été découverte et qu’aujourd’hui encore on se demande qu’elle a été la réelle implication de Grace dans les meurtres de son patron et de la femme de charge. Le récit alterne entre l’histoire à la troisième personne suivant le docteur Simon Jordan, le récit à la première personne de Grace et les lettres échangées, des coupures de journaux, des citations, qui éclairent sur l’opinion publique. D’ailleurs l’auteur effectue un changement de style entre les différentes parties. Grace a un langage oral, familier, elle dit les choses comme elles lui viennent, tandis que les parties concernant le docteur Jordan sont plus structurées, avec un ton plus soutenu. Les dialogues ne sont pas marqués par des tirets... J’ai beaucoup aimé ce roman inspiré d’un fait divers canadien. Même si l’auteur a romancé l’histoire, on peut voir qu’elle s’est documentée et qu’elle est restée aussi proche que possible de la réalité, du moins pour ce que l’on en sait. J’ai apprécié qu’elle ne cherche pas à nous donner une fin tranchée et que, si elle nous offre plusieurs explications possibles au cas Grace Marks (manipulatrice, innocente, amnésique ou victime de dédoublement de la personnalité), elle reste dans l’incertitude puisque la vérité à ce sujet n’a jamais été découverte et qu’aujourd’hui encore on se demande qu’elle a été la réelle implication de Grace dans les meurtres de son patron et de la femme de charge. Le récit alterne entre l’histoire à la troisième personne suivant le docteur Simon Jordan, le récit à la première personne de Grace et les lettres échangées, des coupures de journaux, des citations, qui éclairent sur l’opinion publique. D’ailleurs l’auteur effectue un changement de style entre les différentes parties. Grace a un langage oral, familier, elle dit les choses comme elles lui viennent, tandis que les parties concernant le docteur Jordan sont plus structurées, avec un ton plus soutenu. Les dialogues ne sont pas marqués par des tirets ou des guillemets dans le récit de Grace. C’est un peu déroutant, au début, car si on ne fait pas attention, on peut vite perdre le fil et ne plus savoir qui dit quoi, mais on fini par s’y habituer, d’autant plus que c’est assez logique puisque le texte est censé être la transcription du récit de la jeune femme. Le roman est long, tout est raconté de manière extrêmement détaillé, et le rythme est assez lent. Il n’y a pas vraiment d’action qui nous pousse à aller plus vite, pas de suspense concernant l’histoire puisqu’on sait qu’elle se fini par le meurtre et l’emprisonnement de Grace. C’est un roman passionnant mais qu’on peut avoir besoin de poser de temps en temps. Du côté des personnages, j’ai trouvé qu’en dehors de Grace, ils étaient, dans l’ensemble, assez antipathiques. Ils se montrent très souvent condescendants et considèrent Grace comme une distraction, même ceux qui cherchent à prouver son innocence. Quant au docteur Simon Jordan, je ne suis pas certaine de l’apprécier. Certes il essaie d’aider Grace, mais il veut avant tout se faire un nom et le cas de la jeune femme pourrait le propulser sur le devant de la scène. Son comportement en dehors des séances montre qu’il se croit facilement supérieur à ses semblables et j’ai eu du mal à le supporter. Grace, elle, est d’une complexité troublante. Elle est pétrie de contradictions et son récit laisse perplexe à plusieurs reprises. J’avoue que je m’interroge à propos d’un éventuel dédoublement de personnalité car elle a vécut un choc qui aurait pu le provoquer. Mais j’ai été incapable de découvrir si Grace simulait ou non les passages à ce propos. Je sais qu’une série a été faite sur ce livre, « Alias Grace », et j’ai hâte de voir ce qu’elle donne, maintenant que j’ai lu le livre !
              Lire la suite
              En lire moins
            • bbtiz Posté le 30 Septembre 2018
              Encore une fois, comme avec la servante écarlate, je fini cette lecture un peu perdue... J’ai adoré l’écriture, la narration de l’auteure est vivante, passant d’un point de vue à un autre, nous révélant les pensées des protagonistes sans toutefois nous dévoiler le fond de leur cœur, leurs souvenirs complets, la vérité en somme! Mais d’un autre côté le flou dans lequel nous laisse l’auteure ainsi que l’absence de réelle action et chute m’a laissée un peu sur ma faim et décontenancée tout au long de la lecture! Cependant il se dégage une ambiance, une sorte de confort du voyeurisme pendant toute la lecture, qui nous garde captivés et prisonniers des pages jusqu’à la dernière!
            • Stef1309 Posté le 26 Septembre 2018
              Après avoir lu la Servante écarlate, j'ai recherché la même "révélation". Évidemment j'ai été un peu déçue... Ici point d'anticipation même si on retrouve certaines convictions de l'auteur, son style agréable à lire. La documentation sur le fait divers romancé est riche, impeccable. On se laisse complètement prendre à la question de la culpabilité de l’héroïne qu'on imagine tour à tour coupable, manipulatrice, manipulée... A vous de voir !?
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.