Lisez! icon: Search engine

Captive

Robert Laffont
EAN : 9782221124284
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 630
Format : 135 x 215 mm
Captive
Alias Grace

Michéle ALBARET-MAATSCH (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 12/10/2017

1859. Grace Marks, condamnée à perpétuité, tourne lentement en rond dans la cour d’un pénitencier canadien. À l’âge de seize ans, elle a été accusée de deux meurtres horribles. Personne n’a jamais su si elle était coupable, innocente ou folle. Lors de son procès, après avoir donné trois versions des...

1859. Grace Marks, condamnée à perpétuité, tourne lentement en rond dans la cour d’un pénitencier canadien. À l’âge de seize ans, elle a été accusée de deux meurtres horribles. Personne n’a jamais su si elle était coupable, innocente ou folle. Lors de son procès, après avoir donné trois versions des faits, elle s’est murée dans le silence : amnésie ou dissimulation ? Le docteur Simon Jordan, jeune et prometteur spécialiste de la maladie mentale, veut découvrir la vérité. Il obtient l’autorisation de rencontrer Grace, de la faire longuement parler…
Avec lui, la prisonnière va dévider le terrible fuseau de ses souvenirs : son enfance irlandaise, l’agonie de sa mère sur le bateau qui les emmène au Canada, ses emplois de domestique, la mort de sa seule amie…
À écouter ce récit, Grace ne semble ni démente ni criminelle, et pourtant, que sont ces troublants rêves qu’elle cache à Jordan : cauchemars, hallucinations ou réminiscences d’actes monstrueux ?
Inspiré d’un fait divers sanglant qui a bouleversé le Canada au XIXe siècle, Captive plonge le lecteur dans un fascinant mystère, oscillant sans cesse entre vérité et mensonge. Après l’adaptation de La Servante écarlate pour le petit écran, unanimement saluée par la critique, ce roman est lui aussi devenu une série TV, sous le titre Alias Grace, avec Sarah Gadon, Zachary Levi et Anna Paquin au casting.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221124284
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 630
Format : 135 x 215 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Gaoulette Posté le 3 Août 2019
    Depuis le temps que je voulais lire ce Margaret Atwood. J'admire sa plume, son engagement, ses idées. Des romans qui ne prennent pas une ride. Mais quand j'ai vu l'épaisseur et le sujet délicat abordé et la direction que prenait l'auteure, j'ai eu très peur du roman soporifique. Mais avec Margaret Atwood on ressort toujours heureux en quittant son roman. Et il me tarde qu'une chose regarder la série adaptée Alias Grace. Je sens que je vais que je vais kiffer. De quoi parle Captive? De Grace Marks. Qui est t'elle? Et bien cette jeune femme fut emprisonnée à l'âge de 16 ans pour un double homicide, ses employeurs. Emprisonnée avec son prétendu amant qui lui fut exécuté. Grâce attend depuis 20 ans sagement. Elle n'attend plus rien de la vie, juste la mort dans sa cellule. Mais un petit groupe ne croit pas en sa responsabilité et un Docteur Jordan, médecin de l'esprit, psychiatre pour nous, va tout faire pour étudier Grace. Il va essayer de comprendre les rouages de son cerveau. Il va faire la lumière de son amnésie pendant certains moments dramatiques de sa vie. Margaret Atwood nous offre encore un roman à couper le souffle. Doucement... Depuis le temps que je voulais lire ce Margaret Atwood. J'admire sa plume, son engagement, ses idées. Des romans qui ne prennent pas une ride. Mais quand j'ai vu l'épaisseur et le sujet délicat abordé et la direction que prenait l'auteure, j'ai eu très peur du roman soporifique. Mais avec Margaret Atwood on ressort toujours heureux en quittant son roman. Et il me tarde qu'une chose regarder la série adaptée Alias Grace. Je sens que je vais que je vais kiffer. De quoi parle Captive? De Grace Marks. Qui est t'elle? Et bien cette jeune femme fut emprisonnée à l'âge de 16 ans pour un double homicide, ses employeurs. Emprisonnée avec son prétendu amant qui lui fut exécuté. Grâce attend depuis 20 ans sagement. Elle n'attend plus rien de la vie, juste la mort dans sa cellule. Mais un petit groupe ne croit pas en sa responsabilité et un Docteur Jordan, médecin de l'esprit, psychiatre pour nous, va tout faire pour étudier Grace. Il va essayer de comprendre les rouages de son cerveau. Il va faire la lumière de son amnésie pendant certains moments dramatiques de sa vie. Margaret Atwood nous offre encore un roman à couper le souffle. Doucement mais surement, elle fait la lumière sur cet homicide et la responsabilité de la jeune Grace. Encore une fois, ce roman à plus de 20 ans et elle apporte sa touche avant-gardiste, mais aussi ses engagements féministes. Nous sommes au milieu du XIXème siècle et la femme est pointée du doigt. Elle n'a pas le droit d'être jolie et quand elle est énigmatique elle doit subir les attaques sans broncher. Grace Marks est telle quel et de plus meurtrière. Elle fascine autant qu'elle fait peur. Avec son roman polar historique, Margaret Atwwod met en lumière les premières recherches et surtout la responsabilité dans les tribunaux des maladies psychiatriques sur l'être humain. Aujourd'hui en tout, l'avocat n'a plus peur d'être mal vu pour utiliser l'irresponsabilité du meurtrier pour le sortir d'une prison dite traditionnelle. D'abord soigner l'esprit avant de le juger complétement coupable. Un roman qu'on peut facilement transposer à notre époque. A part que la voiture est remplacée par les calèches. J'ai toujours cette sensation qu'à travers ses romans Margaret Atwood voulait anticiper, prévenir les générations futures comme dans la Servante Ecarlate. A travers le récit poignant de Grace Marks, elle nous pousse à la réflexion sur les actes des personnes malades. Margaret Atwood a l'art de nous embarquer dans son univers, son décor, dans l'esprit torturé de ses personnages. Son roman est tiré des faits divers mais il reste une parfaite fiction. J'ai adoré la touche supplémentaire, la note de l'auteure qui clôture brillamment ce long récit. Il faut passer par ces 620 pages pour comprendre pourquoi Grace Marks est Captive.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Foufoubella Posté le 31 Juillet 2019
    Encore une fois, je me suis laissée emporter par la plume de Margaret Atwood que j'ai trouvée, une fois n'est pas coutume, plus académique que d'habitude (et je précise que ce n'est pas une critique). Margaret Atwood m'avait habituée à des écrits beaucoup plus féministes et engagés, et aussi, surtout, à des récits plus farfelus. Là, on retrouve la veine féministe mais tournée d'une autre manière. Et ce fut un régal. Margaret Atwood s'est emparé d'un fait divers ayant fait grand bruit au Canada vers le milieu du XIXème siècle, l'assassinat d'un notable et de sa gouvernante qui était, aussi, sa maîtresse. Les coupables furent vite retrouvés, il s'agissait de deux des employés du domaine dont Grace Marks, tout juste âgée de 16 ans. Les deux protagonistes furent condamnés à mort car jugés coupables du meurtre de leur employeur– et soit dit en passant, comme les deux homicides étaient jugés l'un après l'autre, la justice n'a pas jugé utile, c'est le cas de le dire, de procéder à l'élucidation du meurtre de Nancy, la gouvernante, la sentence de mort ayant déjà été prononcée. Si McDermott, le complice supposé de Grace Marks, fut pendu, mettant d'ailleurs l'entière responsabilité des meurtres sur le... Encore une fois, je me suis laissée emporter par la plume de Margaret Atwood que j'ai trouvée, une fois n'est pas coutume, plus académique que d'habitude (et je précise que ce n'est pas une critique). Margaret Atwood m'avait habituée à des écrits beaucoup plus féministes et engagés, et aussi, surtout, à des récits plus farfelus. Là, on retrouve la veine féministe mais tournée d'une autre manière. Et ce fut un régal. Margaret Atwood s'est emparé d'un fait divers ayant fait grand bruit au Canada vers le milieu du XIXème siècle, l'assassinat d'un notable et de sa gouvernante qui était, aussi, sa maîtresse. Les coupables furent vite retrouvés, il s'agissait de deux des employés du domaine dont Grace Marks, tout juste âgée de 16 ans. Les deux protagonistes furent condamnés à mort car jugés coupables du meurtre de leur employeur– et soit dit en passant, comme les deux homicides étaient jugés l'un après l'autre, la justice n'a pas jugé utile, c'est le cas de le dire, de procéder à l'élucidation du meurtre de Nancy, la gouvernante, la sentence de mort ayant déjà été prononcée. Si McDermott, le complice supposé de Grace Marks, fut pendu, mettant d'ailleurs l'entière responsabilité des meurtres sur le dos de Grace, la peine de cette dernière a été commuée en perpétuité. Margaret Atwood narre donc la vie de cette jeune femme, en axant son récit sur la rencontre entre un médecin psychiatre et la jeune femme alors qu'elle est incarcérée depuis une quinzaine d'années déjà, déroulant le fil de ce fait divers Ô combien singulier. Comme toujours, Margaret Atwood met une femme au centre de son histoire et tente une nouvelle fois de démontrer les dérives dont font l'objet les femmes. Car même si elle a eu la vie sauve, Grace Marks reste marquée au fer rouge. Bien entendu, c'est à cause d'elle que du sang a coulé, la femme, la tentatrice, la pécheresse, l'objet de tous les vices. Ou alors, à l'inverse, comme c'est une femme, donc, par définition, pas une personne à part entière dans la société, elle est à la limite de la débilité. Il est intéressant de voir que peu importe le temps du récit, Margaret Atwood sait magnifier les femmes, sans pour autant leur ôter leur part de responsabilité. En soi, c'est ça le vrai féminisme selon moi. Il y a aussi d'autres choses à découvrir dans ce roman, comme la hiérarchie des classes, les débuts de l’aliénisme et l'engouement de la bonne société pour le spiritisme. Ce roman détonne un peu des autres écrits que j'ai pu lire de cette auteure, l'écriture est beaucoup plus linéaire et c'est peut-être un des romans par lesquels la découvrir. En résumé, un roman très riche, très complexe, très documenté et bien écrit, que demander de plus ? Challenge multi-défis 2019 Challenge Trivial Pursuit III Challenge pavés 2019
    Lire la suite
    En lire moins
  • morris45 Posté le 22 Juin 2019
    Un roman de Margaret Atwood basé sur des faits réels, très bien documenté semble-t-il. Un peu trop long à mon goût. Très précis dans beaucoup de descriptions, ce qui donne un effet particulier, car comment comprendre que Grace se souvienne de si petits détails, si longtemps après les évènements décrits quand par ailleurs elle a "oublié" tout ou partie de son implication dans deux crimes. Mais voilà c'est tout l'art de Margaret Atwood de nous faire sentir le problème et qui sait nous tenir en haleine pendant 620 pages! Un livre que j'ai beaucoup aimé.
  • womens_books Posté le 14 Juin 2019
    Captive est un livre qui me faisait de l'œil depuis longtemps et dont l'histoire s'inspire de faits réels. En 1843, Grace Marks a été condamnée à la réclusion à perpétuité pour double meurtre, à l'âge de 16 ans. James McDermott, son complice, quant à lui à été pendu à la fin du procès. Tout deux ont assassiné Thomas Kinnear, leur employeur, et Nancy Montgomery, sa gouvernante et maîtresse. A partir d'archives et d'anciennes coupures de presse, Margaret a mené l'enquête. Grâce aux informations qu'elle a pu collecter, elle nous propose sa version de l'histoire, dont elle comble les manques par son incroyable imagination. Pour cela, elle invente le Dr Jordan qui s'intéresse au cas de Grace Marks plus de 15 ans après les faits. Il lui propose plusieurs séances de discussion afin d'explorer avec elle son passé, ses absences et ses incohérences... Encore une fois une réussite de la part de Margaret Atwood ! Décidément elle m'épate et me plaît. C'est très prenant, on se demande ce qui a bien pu se passer dans la tête de Grace. Est-elle sous l'emprise d'un homme qui l'aurait poussé au pire, est-elle une menteuse éhontée ou bien fait-elle preuve de folie ? Est-elle innocente ou... Captive est un livre qui me faisait de l'œil depuis longtemps et dont l'histoire s'inspire de faits réels. En 1843, Grace Marks a été condamnée à la réclusion à perpétuité pour double meurtre, à l'âge de 16 ans. James McDermott, son complice, quant à lui à été pendu à la fin du procès. Tout deux ont assassiné Thomas Kinnear, leur employeur, et Nancy Montgomery, sa gouvernante et maîtresse. A partir d'archives et d'anciennes coupures de presse, Margaret a mené l'enquête. Grâce aux informations qu'elle a pu collecter, elle nous propose sa version de l'histoire, dont elle comble les manques par son incroyable imagination. Pour cela, elle invente le Dr Jordan qui s'intéresse au cas de Grace Marks plus de 15 ans après les faits. Il lui propose plusieurs séances de discussion afin d'explorer avec elle son passé, ses absences et ses incohérences... Encore une fois une réussite de la part de Margaret Atwood ! Décidément elle m'épate et me plaît. C'est très prenant, on se demande ce qui a bien pu se passer dans la tête de Grace. Est-elle sous l'emprise d'un homme qui l'aurait poussé au pire, est-elle une menteuse éhontée ou bien fait-elle preuve de folie ? Est-elle innocente ou victime d'une machination ? Je n'ai eu de cesse de tourner les pages tellement le récit m'a embarqué ! J'ai particulièrement aimé l'alternance de narrateurs (parfois Grace, parfois le Dr Jordan), qui entraîne un changement de style et nous plonge dans l'esprit des deux protagonistes. Je n'ai plus qu'une envie, regarder la série Alias Grace dont j'ai entendu beaucoup de bien et qui est une adaptation de ce roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sevlipp Posté le 29 Mai 2019
    Captive de Margaret Atwood est un roman, (allez, j'ose) captivant. Inspiré d'un fait divers survenu au 19 ème siècle au Canada, nous approchons Grace condamnée à perpétuité après un double meurtre. Elle ne se souvient de rien. Le docteur Jordan est autorisé à la rencontrer pour tenter de faire émerger ses souvenirs. Le récit alterne entre la narration de Grace et celle du médecin. On suit celle-ci de son enfance en Irlande à sa condamnation au Canada. C'est un récit prenant sur la vie des migrants, sur le statut de servante, sur la différence de classe sociale, sur les mœurs de l'époque et de la dureté de la condition de la femme. Le style et le rythme sont parfaits. J'ai été captivée du début à la fin.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Lisez

    Quel roman de Margaret Atwood devrais-je lire en premier ?

    Romans, livres jeunesse, essais, recueils de poésie ou de nouvelles... Aucun genre littéraire ne semble résister à la plume de Margaret Atwood. Alors que l'écrivaine canadienne publie Les Testaments (Robert Laffont), l'heure est venue d'éveiller la curiosité des néophytes. Vous ne connaissez pas l'oeuvre de Margaret Atwood ? Alors jetez vite un oeil à nos conseils de lecture.

    Lire l'article