Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707188526
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 252
Format : 125 x 190 mm

Ce cauchemar qui n'en finit pas

Comment le néolibéralisme défait la démocratie

,

Date de parution : 04/05/2016
Comment expliquer l’insolente victoire des forces pourtant responsables de la crise économique de 2008, l’une des pires depuis 1929 ? Comment expliquer que, en dépit du chaos qu’il a généré et des désastres qu’il continue de préparer, le néolibéralisme soit sorti renforcé de la crise ? Pour Dardot et Laval, le néolibéralisme est tout autre chose qu’une théorie qui aurait « failli » : c'est un véritable mode de gouvernement des sociétés, en train de réaliser la sortie de la démocratie.
Comment expliquer l’étrange survie des forces pourtant responsables de la crise économique de 2008, l’une des pires depuis 1929 ? Comment expliquer que le néolibéralisme soit sorti renforcé de la crise ? Au moment de son déclenchement, nombre d’économistes parmi les plus célèbres avaient hâtivement annoncé sa « mort ».... Comment expliquer l’étrange survie des forces pourtant responsables de la crise économique de 2008, l’une des pires depuis 1929 ? Comment expliquer que le néolibéralisme soit sorti renforcé de la crise ? Au moment de son déclenchement, nombre d’économistes parmi les plus célèbres avaient hâtivement annoncé sa « mort ». Ils n’ont vu dans la poursuite des politiques néolibérales que le résultat d’un entêtement doctrinal.
Pour Pierre Dardot et Christian Laval, le néolibéralisme n’est pas qu’un simple dogme. Soutenu par des oligarchies puissantes, il est un véritable système politico-institutionnel obéissant à une logique d’autorenforcement. Loin d’être une rupture, la crise est devenue un mode de gouvernement d’une redoutable efficacité.
En montrant comment ce système s’est cristallisé et solidifié, le livre explique que le verrouillage néolibéral a réussi à entraver toute correction de trajectoire par la désactivation progressive de la démocratie. Accroissant le désarroi et la démobilisation, la gauche dite « gouvernementale » a contribué très activement au renforcement de la logique oligarchique. Ceci peut conduire à la sortie définitive de la démocratie au profit d’une gouvernance expertocratique soustraite à tout contrôle.
Pourtant, rien n’est encore joué. Le réveil de l’activité démocratique, que l’on voit se dessiner dans les mouvements et expérimentations politiques des dernières années, est le signe que l’affrontement politique avec le système néolibéral et le bloc oligarchique a déjà commencé.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707188526
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 252
Format : 125 x 190 mm

Ils en parlent

Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie, ouvrage de Pierre Dardot et de Christian Laval, déconstruit parfaitement cette rationalité instrumentale mondiale qui s’évertue à produire une « sortie de la démocratie », ou encore cette constitutionnalisation de droit privé qui fait des États les seuls garants du respect des règles de droit privé. L’ « évidemment » de la démocratie est en marche et s’appuie sur la crise, comme mode de gouvernement. L’ « auto-aggravation » de la crise est son meilleur moteur. L’État ne protège plus les populations mais le capital. Wendy Brown, rappellent les auteurs, a parlé de « dé-démocratisation consistant à vider la démocratie de sa substance sans la supprimer formellement ». Dans ce processus, la fabrication de la dette publique joue le rôle d’un véritable « nœud coulant ». Pourtant, nous savons depuis longtemps que le « rejet du fardeau » de la dette (en grec ancien, la seisachtheia) est un principe majeur dans l’émancipation des individus et des sociétés.
 
Cynthia Fleury / L'Humanité
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !