RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Cent voyages

            Belfond
            EAN : 9782714481191
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 134 x 190 mm
            Cent voyages

            Collection : Belfond Pointillés
            Date de parution : 10/01/2019
            Entre échecs amoureux et mésententes familiales, jusqu’à la perte absolue, Garance mène une quête, une vie d’éphémères et de fragments.
             
            "Je tourne les pages du passé une à une. Chaque souvenir s’étire en une toile diaphane qui très vite s’effiloche et ne correspond plus à rien. J’évite d’autoriser une senteur ou une nuance rosée dans le ciel de ce début d’été à me projeter vers une disposition semblable, à évoquer... "Je tourne les pages du passé une à une. Chaque souvenir s’étire en une toile diaphane qui très vite s’effiloche et ne correspond plus à rien. J’évite d’autoriser une senteur ou une nuance rosée dans le ciel de ce début d’été à me projeter vers une disposition semblable, à évoquer le moment où j’ai déjà vu la même teinte, un arbre de la même forme, senti le même parfum d’épices. Je change la station radio qui joue la nostalgie avec trop d’insistance. Je me défais des gens, je me défais des endroits, je me défais des sentiments qui m’ont habitée quand j’étais autre, plus jeune, plus timorée. Je tourne les pages. Et pourtant, ce livre, je l’ai lu. D’une certaine manière même, je l’ai écrit, en partie consciemment. Il se rappelle souvent à moi."
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714481191
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 134 x 190 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Jeneen Posté le 17 Mars 2019
              Un grand merci à Babelio et aux Editions Belfond de m'avoir permis de retrouver dans ce roman @Cent voyages, l'auteure d'@Azadi et de @L'Emir, deux livres que j'avais beaucoup aimés. Cent voyages s'est révélé très différent de ce que j'en attendais, même si de nouveau j'ai retrouvé, avec beaucoup de plaisir, la très belle plume de Saïdeh Pakravan. Il s'agit, dans ce roman en trois parties, chacune du nom d'une personne aimée par la narratrice, de réflexions sur la difficulté à appréhender la vie, la capacité ou non de s'ouvrir aux autres, de voir le bonncôté des choses. Mais Garance, la narratrice, évoque aussi ses difficultés à se sentir chez elle quelquepart- y compris en Iran pays de son père où elle a vécu- sauf peut être à Paris où elle revient toujours après des voyages qui l'emmènent loin, parfois longtemps, à la recherche d'elle-même ? Les réflexions sont souvent intéressantes, et toujours si bien écrites, mais elles nous parviennent dans un ordre aléatoire, sans qu'on ne sache vraiment ce qui les provoque. Et cette succession de ressentis et de pensées, d'évènements insignifiants et de drames insurmontables, tout cela sur le même ton, est assez destabilisant. Malgré tout, on retient de belles phrases, de... Un grand merci à Babelio et aux Editions Belfond de m'avoir permis de retrouver dans ce roman @Cent voyages, l'auteure d'@Azadi et de @L'Emir, deux livres que j'avais beaucoup aimés. Cent voyages s'est révélé très différent de ce que j'en attendais, même si de nouveau j'ai retrouvé, avec beaucoup de plaisir, la très belle plume de Saïdeh Pakravan. Il s'agit, dans ce roman en trois parties, chacune du nom d'une personne aimée par la narratrice, de réflexions sur la difficulté à appréhender la vie, la capacité ou non de s'ouvrir aux autres, de voir le bonncôté des choses. Mais Garance, la narratrice, évoque aussi ses difficultés à se sentir chez elle quelquepart- y compris en Iran pays de son père où elle a vécu- sauf peut être à Paris où elle revient toujours après des voyages qui l'emmènent loin, parfois longtemps, à la recherche d'elle-même ? Les réflexions sont souvent intéressantes, et toujours si bien écrites, mais elles nous parviennent dans un ordre aléatoire, sans qu'on ne sache vraiment ce qui les provoque. Et cette succession de ressentis et de pensées, d'évènements insignifiants et de drames insurmontables, tout cela sur le même ton, est assez destabilisant. Malgré tout, on retient de belles phrases, de belles pensées, mais c'est à peu près tout. Car malheureusement, la narratrice, même si par le biais de l'écriture et du talent de l'auteure, trouve grâce à nos yeux, elle n'est pas attachante ni même inoubliable. Quant aux Cent voyages annoncés, ils ne sont qu'un prétexte, parfois une métaphore, à peine décrits, juste des moyens de fuire lorsque la vie ne sourit plus à la narratrice. Connaissant la double origine de l'auteure, et très attirée par l'Iran où je suis née, je suis restée sur ma faim. Le roman est malgré tout très bien écrit, et ce côté intimiste n'est pas dénué d'intérêt. La partie où la narratrice parle de sa fille est même très émouvante. Il a juste manqué le côté romanesque de L'Emir, ou l'attrait historique et social d'Azadi. https://edenlivre.wordpress.com/2019/03/17/cent-voyages-saideh-pakravan/
              Lire la suite
              En lire moins
            • Jeneen Posté le 17 Mars 2019
              Un grand merci à Babelio et aux Editions Belfond de m'avoir permis de retrouver dans ce roman @Cent voyages, l'auteure d'@Azadi et de @L'Emir, deux livres que j'avais beaucoup aimés. Cent voyages s'est révélé très différent de ce que j'en attendais, même si de nouveau j'ai retrouvé, avec beaucoup de plaisir, la très belle plume de Saïdeh Pakravan. Il s'agit, dans ce roman en trois parties, chacune du nom d'une personne aimée par la narratrice, de réflexions sur la difficulté à appréhender la vie, la capacité ou non de s'ouvrir aux autres, de voir le bonncôté des choses. Mais Garance, la narratrice, évoque aussi ses difficultés à se sentir chez elle quelquepart- y compris en Iran pays de son père où elle a vécu- sauf peut être à Paris où elle revient toujours après des voyages qui l'emmènent loin, parfois longtemps, à la recherche d'elle-même ? Les réflexions sont souvent intéressantes, et toujours si bien écrites, mais elles nous parviennent dans un ordre aléatoire, sans qu'on ne sache vraiment ce qui les provoque. Et cette succession de ressentis et de pensées, d'évènements insignifiants et de drames insurmontables, tout cela sur le même ton, est assez destabilisant. Malgré tout, on retient de belles phrases, de... Un grand merci à Babelio et aux Editions Belfond de m'avoir permis de retrouver dans ce roman @Cent voyages, l'auteure d'@Azadi et de @L'Emir, deux livres que j'avais beaucoup aimés. Cent voyages s'est révélé très différent de ce que j'en attendais, même si de nouveau j'ai retrouvé, avec beaucoup de plaisir, la très belle plume de Saïdeh Pakravan. Il s'agit, dans ce roman en trois parties, chacune du nom d'une personne aimée par la narratrice, de réflexions sur la difficulté à appréhender la vie, la capacité ou non de s'ouvrir aux autres, de voir le bonncôté des choses. Mais Garance, la narratrice, évoque aussi ses difficultés à se sentir chez elle quelquepart- y compris en Iran pays de son père où elle a vécu- sauf peut être à Paris où elle revient toujours après des voyages qui l'emmènent loin, parfois longtemps, à la recherche d'elle-même ? Les réflexions sont souvent intéressantes, et toujours si bien écrites, mais elles nous parviennent dans un ordre aléatoire, sans qu'on ne sache vraiment ce qui les provoque. Et cette succession de ressentis et de pensées, d'évènements insignifiants et de drames insurmontables, tout cela sur le même ton, est assez destabilisant. Malgré tout, on retient de belles phrases, de belles pensées, mais c'est à peu près tout. Car malheureusement, la narratrice, même si par le biais de l'écriture et du talent de l'auteure, trouve grâce à nos yeux, elle n'est pas attachante ni même inoubliable. Quant aux Cent voyages annoncés, ils ne sont qu'un prétexte, parfois une métaphore, à peine décrits, juste des moyens de fuire lorsque la vie ne sourit plus à la narratrice. Connaissant la double origine de l'auteure, et très attirée par l'Iran où je suis née, je suis restée sur ma faim. Le roman est malgré tout très bien écrit, et ce côté intimiste n'est pas dénué d'intérêt. La partie où la narratrice parle de sa fille est même très émouvante. Il a juste manqué le côté romanesque de L'Emir, ou l'attrait historique et social d'Azadi. https://edenlivre.wordpress.com/2019/03/17/cent-voyages-saideh-pakravan/
              Lire la suite
              En lire moins
            • unbrindesyboulette Posté le 5 Février 2019
              « Cent voyages » est un roman qui m’a bouleversée… La vie de Garance m’a touchée, je me suis attachée à elle, je me suis sentie proche d’elle… Est-ce de par la plume de Saïdeh Pakravan? Est-ce de par la solitude de Garance? Est-ce de par cet amour inconditionnel qu’elle a pour sa fille? Pour toutes ces raisons en fait. Garance a une vie singulière, où l’amour parental n’est pas des plus présents, où l’amour est décevant, où les attaches n’existent pas vraiment. Garance vit sa vie non pas par choix, mais parce qu’il faut la vivre… Et sa vie se résume à tous ces voyages qu’elle a fait, dès jeune avec son départ chez son père à Téhéran et Garance en a gardé le goût: elle quitte régulièrement tout pour partir voyager… L’auteure a construit son roman, l’histoire de Garance, autour de trois personnages qui ont fait partie de sa vie en trois chapitres: Henri, son compagnon, Myriam, sa fille, et Daniel, son dernier compagnon. Garance vit sa vie autour, aux côtés de ces trois personnes mais là où elle est la plus heureuse est quand elle est avec sa fille. Saïdeh Pakravan nous livre un personnage mélancolique, solitaire, qui... « Cent voyages » est un roman qui m’a bouleversée… La vie de Garance m’a touchée, je me suis attachée à elle, je me suis sentie proche d’elle… Est-ce de par la plume de Saïdeh Pakravan? Est-ce de par la solitude de Garance? Est-ce de par cet amour inconditionnel qu’elle a pour sa fille? Pour toutes ces raisons en fait. Garance a une vie singulière, où l’amour parental n’est pas des plus présents, où l’amour est décevant, où les attaches n’existent pas vraiment. Garance vit sa vie non pas par choix, mais parce qu’il faut la vivre… Et sa vie se résume à tous ces voyages qu’elle a fait, dès jeune avec son départ chez son père à Téhéran et Garance en a gardé le goût: elle quitte régulièrement tout pour partir voyager… L’auteure a construit son roman, l’histoire de Garance, autour de trois personnages qui ont fait partie de sa vie en trois chapitres: Henri, son compagnon, Myriam, sa fille, et Daniel, son dernier compagnon. Garance vit sa vie autour, aux côtés de ces trois personnes mais là où elle est la plus heureuse est quand elle est avec sa fille. Saïdeh Pakravan nous livre un personnage mélancolique, solitaire, qui n’a besoin de personne pour être, qui attend rien ni des autres, ni de la vie en général. Elle s’est construite comme ça. En fait, Garance ne s’embarrasse pas ni du matériel, ni des autres sauf, bien sur, quand il s’agit de sa fille où l’amour est illimité. « Cent voyages » est une quête, une quête de soi-même, une quête pour nous connaitre, une quête pour apprivoiser. Nous faisons tous des voyages et à nous de retenir l’essentiel de ces voyages, ces voyages qui font qui nous sommes, ces voyages que nous désirons vivre ou pas. J’ai aimé faire ce voyage avec Garance, j’ai retrouvé de moi dans Garance, j’aimerais avoir le cran de Garance, j’ai des regrets comme Garance et comme Garance, j’avance dans la vie.
              Lire la suite
              En lire moins
            • unbrindesyboulette Posté le 5 Février 2019
              « Cent voyages » est un roman qui m’a bouleversée… La vie de Garance m’a touchée, je me suis attachée à elle, je me suis sentie proche d’elle… Est-ce de par la plume de Saïdeh Pakravan? Est-ce de par la solitude de Garance? Est-ce de par cet amour inconditionnel qu’elle a pour sa fille? Pour toutes ces raisons en fait. Garance a une vie singulière, où l’amour parental n’est pas des plus présents, où l’amour est décevant, où les attaches n’existent pas vraiment. Garance vit sa vie non pas par choix, mais parce qu’il faut la vivre… Et sa vie se résume à tous ces voyages qu’elle a fait, dès jeune avec son départ chez son père à Téhéran et Garance en a gardé le goût: elle quitte régulièrement tout pour partir voyager… L’auteure a construit son roman, l’histoire de Garance, autour de trois personnages qui ont fait partie de sa vie en trois chapitres: Henri, son compagnon, Myriam, sa fille, et Daniel, son dernier compagnon. Garance vit sa vie autour, aux côtés de ces trois personnes mais là où elle est la plus heureuse est quand elle est avec sa fille. Saïdeh Pakravan nous livre un personnage mélancolique, solitaire, qui... « Cent voyages » est un roman qui m’a bouleversée… La vie de Garance m’a touchée, je me suis attachée à elle, je me suis sentie proche d’elle… Est-ce de par la plume de Saïdeh Pakravan? Est-ce de par la solitude de Garance? Est-ce de par cet amour inconditionnel qu’elle a pour sa fille? Pour toutes ces raisons en fait. Garance a une vie singulière, où l’amour parental n’est pas des plus présents, où l’amour est décevant, où les attaches n’existent pas vraiment. Garance vit sa vie non pas par choix, mais parce qu’il faut la vivre… Et sa vie se résume à tous ces voyages qu’elle a fait, dès jeune avec son départ chez son père à Téhéran et Garance en a gardé le goût: elle quitte régulièrement tout pour partir voyager… L’auteure a construit son roman, l’histoire de Garance, autour de trois personnages qui ont fait partie de sa vie en trois chapitres: Henri, son compagnon, Myriam, sa fille, et Daniel, son dernier compagnon. Garance vit sa vie autour, aux côtés de ces trois personnes mais là où elle est la plus heureuse est quand elle est avec sa fille. Saïdeh Pakravan nous livre un personnage mélancolique, solitaire, qui n’a besoin de personne pour être, qui attend rien ni des autres, ni de la vie en général. Elle s’est construite comme ça. En fait, Garance ne s’embarrasse pas ni du matériel, ni des autres sauf, bien sur, quand il s’agit de sa fille où l’amour est illimité. « Cent voyages » est une quête, une quête de soi-même, une quête pour nous connaitre, une quête pour apprivoiser. Nous faisons tous des voyages et à nous de retenir l’essentiel de ces voyages, ces voyages qui font qui nous sommes, ces voyages que nous désirons vivre ou pas. J’ai aimé faire ce voyage avec Garance, j’ai retrouvé de moi dans Garance, j’aimerais avoir le cran de Garance, j’ai des regrets comme Garance et comme Garance, j’avance dans la vie.
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.