Lisez! icon: Search engine
Comme une gazelle apprivoisée
Bernard Turle (traduit par)
Collection : Belfond Vintage
Date de parution : 06/06/2019
Éditeurs :
Belfond

Comme une gazelle apprivoisée

Bernard Turle (traduit par)
Collection : Belfond Vintage
Date de parution : 06/06/2019
Teinté d’humour et d’ironie, paru en Angleterre en 1950 et chez Fayard en 1989, le premier roman de la grande Barbara Pym chronique délicieusement les intrigues d’une paroisse faussement paisible, qui fleure bon la campagne anglaise…
 
Le nouveau vicaire semblait être un jeune homme très convenable, mais quel dommage que l’on vît, dès qu’il s’asseyait, le bas de ses caleçons longs négligemment fourrés dans ses chaussettes... Le nouveau vicaire semblait être un jeune homme très convenable, mais quel dommage que l’on vît, dès qu’il s’asseyait, le bas de ses caleçons longs négligemment fourrés dans ses chaussettes ! Belinda l’avait déjà remarqué lors de leur première rencontre au presbytère la semaine précédente, et en avait été fort... Le nouveau vicaire semblait être un jeune homme très convenable, mais quel dommage que l’on vît, dès qu’il s’asseyait, le bas de ses caleçons longs négligemment fourrés dans ses chaussettes ! Belinda l’avait déjà remarqué lors de leur première rencontre au presbytère la semaine précédente, et en avait été fort gênée. Peut-être Harriet pourrait-elle lui en toucher un mot ; avec ses manières enjouées et sa franchise, elle parvenait toujours mieux que la timide Belinda à expliquer aux gens ces petits détails embarrassants. 

Les sœurs Bede vivent une existence tranquille et prospère. Volubile et coquette, Harriet voue un culte sans limite aux nouveaux vicaires ; timide et rêveuse, Belinda nourrit une passion pour l’archidiacre Hoccleve. Mais le quotidien de ces demoiselles pourrait bien être chamboulé par la venue d’un fameux bibliothécaire et d’un évêque africain…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714479662
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 205 mm
EAN : 9782714479662
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

« L’un de mes romans préférés de Barbara Pym… Les fans de Pym se sentiront complètement chez eux lorsqu’ils se plongeront dans les vies d’Harriet et de Belinda Bede, dignes des plus grands romans de Jane Austen. »
The Christian Science Monitor

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • stefart0 31/10/2022
    Amour et clocher, voilà ce qui pourrait résumer ce roman. Deux veilles filles, Harriet et Bélinda, vivent paisiblement dans un village anglais et ont comme principale occupation, l’église et les hommes qui l’occupent principalement ainsi que les repas cordiaux à la maison. Le début est un peu ennuyeux car tout est concentré sur ces deux principaux sujets mais l’on finit pas s’y faire et l’histoire en devient séduisante. Surtout que débarque un jour, un bibliothécaire et un évêque africain. Cela ne change rien aux occupations premières des sœurs mais cela rajoute de l’animation au village. Entre demandes en mariage, souvenirs d’antan – parfois avec une pointe de regret – finalement cette histoire qui a plus de 70 ans est très agréable à lire.
  • Biblioroz 07/08/2022
    De ces pages de Barbara Pym, au délicieux accent vieillot, s’échappent de pittoresques ecclésiastiques, d’attendrissantes vieilles filles encore dans la fleur de l’âge, divers tricots en cours, des petits tracas récurrents soulevés par le choix de repas à servir aux invités, des sermons plus ou moins soporifiques et des litres de thé ! Le tout blotti dans un joli petit village anglais où les cœurs battent toujours vers la recherche d’un être à aimer. Deux sœurs nous ouvrent leur porte. Harriet et Belinda affichent chacune une belle cinquantaine. Franche et enjouée, prompte à s’enticher de chaque nouveau vicaire (Ah, les jeunes ecclésiastiques !), Harriet se soucie de son apparence et prend plaisir à assortir chacune de ses tenues. Belinda, timide mais observatrice, douce et romantique, garde son cœur intact depuis trente ans en restant fidèle au pasteur de leur paroisse, l’archidiacre Hoccleve. Quel dommage que celui-ci ait épousé la rigoureuse et barbante Agatha ! Ce soir, le dernier vicaire en date, le jeune révérend Edgar Donne, doit venir souper et l’effervescence est à son comble chez nos irrésistibles anglaises. Rien d’ébouriffant ni d’exceptionnel dans la vie de ces vieilles filles, mais quel plaisir de se plonger dans cette atmosphère surannée,... De ces pages de Barbara Pym, au délicieux accent vieillot, s’échappent de pittoresques ecclésiastiques, d’attendrissantes vieilles filles encore dans la fleur de l’âge, divers tricots en cours, des petits tracas récurrents soulevés par le choix de repas à servir aux invités, des sermons plus ou moins soporifiques et des litres de thé ! Le tout blotti dans un joli petit village anglais où les cœurs battent toujours vers la recherche d’un être à aimer. Deux sœurs nous ouvrent leur porte. Harriet et Belinda affichent chacune une belle cinquantaine. Franche et enjouée, prompte à s’enticher de chaque nouveau vicaire (Ah, les jeunes ecclésiastiques !), Harriet se soucie de son apparence et prend plaisir à assortir chacune de ses tenues. Belinda, timide mais observatrice, douce et romantique, garde son cœur intact depuis trente ans en restant fidèle au pasteur de leur paroisse, l’archidiacre Hoccleve. Quel dommage que celui-ci ait épousé la rigoureuse et barbante Agatha ! Ce soir, le dernier vicaire en date, le jeune révérend Edgar Donne, doit venir souper et l’effervescence est à son comble chez nos irrésistibles anglaises. Rien d’ébouriffant ni d’exceptionnel dans la vie de ces vieilles filles, mais quel plaisir de se plonger dans cette atmosphère surannée, simple et douillette ! Avec toutefois de nombreuses observations où pointent une adorable moquerie, comique et subtile, sur bon nombre de personnages, nous dévoilant les petits défauts des uns et des autres. L’archidiacre par exemple, d’après Belinda, est loin d’avoir toutes les qualités qu’un homme d’église est censé avoir mais il a tant de charme ! Même si ses sermons sont ennuyeux à mourir, elle trouve toujours des excuses face aux critiques proférées par sa sœur. Il se dérobe pourtant facilement devant les tâches fastidieuses, aime se lever tard, se plaint de sa femme… Le sentiment amoureux est plein d’indulgence… Revenons à nos sœurs célibataires qui s’activent pour les kermesses, s’inquiètent d’un repas servi à la couturière, se gênent pour une pièce non époussetée, tricotent des chaussettes ou un chandail avec une laine d’un joli gris ecclésiastique. Harriet gâte le jeune vicaire de fruits juteux et de friandises et refuse inlassablement les demandes en mariage d’un conte italien pourtant plein d’élégance et de gentillesse et qui, le pauvre, parcourra le roman en amoureux transi éternellement éconduit. De demandes en mariage, il en sera question mais faut-il vraiment prendre le risque de chambouler une existence bien huilée ? Celle-ci peut sembler monotone mais elle a le charme ouaté et confortable d’une vie prévisible sans devoir affronter « les vicissitudes inconnues de la vie conjugale. » Et puis il ne faut pas oublier les convenances afin de ne pas alimenter les cancans colportés si promptement par les domestiques. Irrésistibles sont les petits dialogues sur les petites choses gênantes du quotidien qui font rougir dès que ces sujets légèrement scabreux sont abordés dont ceux qui se réfèrent aux petits coins sanitaires. Est également d’une grande importance le fait de réfléchir sur le choix approprié ou non de tel ou tel hymne chanté à l’église. Alors, est-elle si monotone que cela la vie de deux vieilles filles, dames patronnesses dans la campagne anglaise ? Elles ont même de nombreux vers réconfortants offerts par quelques poètes anglais pour étayer certains évènements ou sentiments et dont Barbara Pym embellit son texte. « Comme une gazelle apprivoisée » nous invite juste à prendre le thé, enfin plusieurs théières de tea, tout en écoutant les commérages d’une paroisse, les sermons passionnants ou assommants qui y sont donnés et surtout les quêtes d’un être à aimer et c’est déjà beaucoup pour une petite récréation estivale avec la nostalgie des choses simples et désuètes !
    Lire la suite
    En lire moins
  • MilleetunepagesLM 24/06/2022
    Le commentaire de Lynda : Une adorable lecture, en fait, c’est le premier roman de cette auteure, qui avait été publié dans les années 50. Deux sœurs, Harriet et Belinda, aussi différentes l’une que l’autre, vivent leurs vies de façon paisible et bien organisée. Ni l’une ni l’autre n’envisage de se caser, même si les occasions ne manquent certainement pas. Bien sûr, dans ces années-là, pratiquement toutes les femmes ne travaillaient pas à l’extérieur, et les deux sœurs restent à la maison, vivant leurs petites vies tranquilles. Mais tout risque de changer avec l’arrivée de deux nouveaux personnages masculins au village, un bibliothécaire et un évêque... Il n’en faut pas plus pour changer le cours de la vie de ces 2 femmes. Dans un village où les commérages et les potins sont le centre de la vie des habitants, il y a de quoi les entretenir un bon bout de temps. La vraie comédie anglaise, avec son humour à la Britannique. À l’époque, c’était le premier roman de cette auteure et depuis plusieurs autres romans se sont ajoutés, romans d’ailleurs que je me promets bien de lire si j’en ai la chance, tant j'ai aimé sa plume! Un roman divertissant et amusant. Du romantisme à souhait, ah l’amour... Le commentaire de Lynda : Une adorable lecture, en fait, c’est le premier roman de cette auteure, qui avait été publié dans les années 50. Deux sœurs, Harriet et Belinda, aussi différentes l’une que l’autre, vivent leurs vies de façon paisible et bien organisée. Ni l’une ni l’autre n’envisage de se caser, même si les occasions ne manquent certainement pas. Bien sûr, dans ces années-là, pratiquement toutes les femmes ne travaillaient pas à l’extérieur, et les deux sœurs restent à la maison, vivant leurs petites vies tranquilles. Mais tout risque de changer avec l’arrivée de deux nouveaux personnages masculins au village, un bibliothécaire et un évêque... Il n’en faut pas plus pour changer le cours de la vie de ces 2 femmes. Dans un village où les commérages et les potins sont le centre de la vie des habitants, il y a de quoi les entretenir un bon bout de temps. La vraie comédie anglaise, avec son humour à la Britannique. À l’époque, c’était le premier roman de cette auteure et depuis plusieurs autres romans se sont ajoutés, romans d’ailleurs que je me promets bien de lire si j’en ai la chance, tant j'ai aimé sa plume! Un roman divertissant et amusant. Du romantisme à souhait, ah l’amour ! Des personnages qui vont vous marquer assurément, ça, j’en suis certaine. Les deux sœurs somme comme des caricatures et on ne peut pas faire autrement que de les adorer. Un excellent moment de lecture, que je vous recommande pour un divertissement total !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Rebus 30/04/2022
    Belinda et Harriet Bede sont deux soeurs vivant dans un petit village d'Angleterre. Deux vieilles filles qui aiment leur confort et leur vie rythmée par les activités de la paroisse. Belinda est amoureuse depuis 30 ans de l'archidiacre, mariée à une autre. Harriet raffole des nouveaux vicaires qui vont et viennent (en tout bien tout honneur, évidemment). Entre kermesse, visites, tea time ou dîner, Belinda observe d'un oeil parfois critique, parfois naïf, son microcosme quotidien. Et s'interroge sur l'amour : amour filial, spirituel, charnel, amour de jeunesse ou de convenance.... Tout y est décortiqué, sous la plume aigre-douce de Barbara Pym. Le grand intérêt du roman réside dans la galerie de personnages créée par l'autrice : parfois amusants, parfois pathétiques, parfois agaçants, parfois émouvants. L'écriture est fine, ciselée, talentueuse. Manque le petit piment, le petit twist pour en faire une lecture totalement délicieuse. On frise parfois l'ennui, comme si on assistait personnellement aux sermons sans fin du dimanche de l'archidiacre.
  • Erbe 02/03/2022
    Lire Barbara Pym vous donne toujours envie de campagne anglaise, de tweed confortable, de thé et de vie sans agitation seulement rythmée par les ventes de charité...Ses personnages semblent traverser les jours sans que rien du monde extérieur ne viennent les ébranler, en tout cas durablement. C'est délicieusement dépeint, avec un humour qui ne manque pas de piquant.
Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.