En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Coupez !

        Sonatine
        EAN : 9782355846588
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 384
        Format : 140 x 220 mm
        Coupez !

        Héloïse ESQUIÉ (Traducteur)
        Date de parution : 18/01/2018
        Un polar Hollywoodien entre roman noir et jeux littéraires.
        Années 30, Londres. Cameron McCabe travaille au montage d’un film, lorsque son producteur lui demande de couper toutes les scènes dans lesquelles intervient une jeune actrice, Estella Lamare. McCabe a du mal à comprendre cette décision aussi surprenante que soudaine. Le lendemain, le corps d’Estella est retrouvé dans la salle... Années 30, Londres. Cameron McCabe travaille au montage d’un film, lorsque son producteur lui demande de couper toutes les scènes dans lesquelles intervient une jeune actrice, Estella Lamare. McCabe a du mal à comprendre cette décision aussi surprenante que soudaine. Le lendemain, le corps d’Estella est retrouvé dans la salle de montage.
        McCabe décide alors de mener seul son enquête. Il nous raconte ses pérégrinations dans le monde du cinéma et compte les suspects, nombreux autour de lui.
        Tout à coup, son récit s’arrête.
        Et l’affaire prend une tournure tout à fait inattendue.
         
        Publié en 1937 et inédit en France, Coupez !, qui évoque les intrigues particulièrement élaborées d’un Paul Auster, est d’une modernité tout à fait exceptionnelle. L’identité de l’auteur, qui est restée un mystère pendant des décennies, a elle-même donné lieu à une enquête passionnante relatée en annexe de l’ouvrage.
        Préface de Jonathan Coe.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355846588
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 384
        Format : 140 x 220 mm
        Sonatine
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • NovaBaby Posté le 29 Avril 2018
          J'annonce, mon avis va être difficile à retranscrire. Déjà, c'est un bouquin qui date de 1937, ce qui n'est pas exactement hier. Ensuite, clairement, et c'est annoncé tout aussi clairement, c'est un livre qui prend les codes du roman policier, et même du roman noir en général, les regarde 2 minutes et leur tourne le dos. Du coup, on peut bien se le dire, c'est franchement déstabilisant. Mais retransrire le truc avec zéro spoil, c'est compliqué. Un dont vous vous rendrez très vite compte si vous lisez le livre : le nom du héros, c'est aussi le nom de l'auteur. Et cet auteur est resté inconnu pendant des années. En lisant ce livre, rien que ça, ça fait se poser des questions. Tu es donc plongé dans ta lecture. Première chose qui frappe, surtout pour un truc qui date un peu, c'est le ton. Le cynisme, l'humour très noir. Les dialogues savoureux. J'ai adoré ce style, mais je suis certaine que d'autres détesteraient. Dans mon cas, et en particulier dans les échanges entre Smith, l'enquêteur officiel de Scotland Yard, et McCabe, notre héros monteur dans le cinéma, j'ai trouvé que c'était truculent. Et je n'utilise pas ce mot souvent, sachez-le. Bon, ensuite, j'ai commencé... J'annonce, mon avis va être difficile à retranscrire. Déjà, c'est un bouquin qui date de 1937, ce qui n'est pas exactement hier. Ensuite, clairement, et c'est annoncé tout aussi clairement, c'est un livre qui prend les codes du roman policier, et même du roman noir en général, les regarde 2 minutes et leur tourne le dos. Du coup, on peut bien se le dire, c'est franchement déstabilisant. Mais retransrire le truc avec zéro spoil, c'est compliqué. Un dont vous vous rendrez très vite compte si vous lisez le livre : le nom du héros, c'est aussi le nom de l'auteur. Et cet auteur est resté inconnu pendant des années. En lisant ce livre, rien que ça, ça fait se poser des questions. Tu es donc plongé dans ta lecture. Première chose qui frappe, surtout pour un truc qui date un peu, c'est le ton. Le cynisme, l'humour très noir. Les dialogues savoureux. J'ai adoré ce style, mais je suis certaine que d'autres détesteraient. Dans mon cas, et en particulier dans les échanges entre Smith, l'enquêteur officiel de Scotland Yard, et McCabe, notre héros monteur dans le cinéma, j'ai trouvé que c'était truculent. Et je n'utilise pas ce mot souvent, sachez-le. Bon, ensuite, j'ai commencé à me perdre dans les personnages ou certaines situations. Il y a des ellipses temporelles - volontaires - qui se justifient par la suite mais qui clairement sont déstabilisantes. Et, dans mon cas, je ne comprenais plus où on en était. Sache-le, ami lecteur, ce n'est pas un livre qui se lit quand on est claqué d'une grosse journée. Pour te donner un ordre d'idée, j'ai cru tour à tour avoir malencontreusement sauté un chapitre avec ma liseuse, puis avoir obtenu un fichier mal mis en page et pour finir, j'ai tout repris depuis le début parce que je ne captais plus rien. C'est pour moi l'énorme défaut de ce livre : il nécessite non seulement de la concentration mais aussi beaucoup de bonne volonté. Parce qu'il en faut quand on arrive à un point de l'intrigue où on ne sait plus qui est qui, pourquoi untel arrive dans cette situation, et pourquoi machin a fait tel truc alors qu'on n'a pas le lien de cause à effet rapport qu'il s'est peut-être passé 3 jours entre deux scènes et qu'on n'est pas au courant. Donc ouais, la temporalité est un brin mal maîtrisée, mais je pense aussi que ça fait partie de l'exercice de style que l'auteur s'était imposé. N'empêche, j'étais aussi perdue qu'une baleine bleue dans la mare de mon voisin. Mais si on s'accroche, et le style donne envie, on découvre finalement un truc assez fou. Pas tant dans l'intrigue que dans la façon de s'y prendre. L'auteur se moque des romans policiers aux intrigues si bien ficelées qu'elles en sont improbables, l'auteur se moque du microcosme du cinéma, l'auteur se moque de sa société avec une grosse dose d'humour noir et surtout, l'auteur se moque de son enquêteur officiel. Mais l'auteur se moque également des critiques littéraires de l'époque, et cela sera une grande (et excellente) partie de la phase 2 de ce livre. Parce qu'après le livre en lui-même et son intrigue déstabilisante, tu vas découvrir une sorte de post-face qui reprend le bouquin en question et les analyses et critiques qui en sont faites. Analyses fictives (mais pas tout à fait) puisqu'elles sont partie intégrante du bouquin. En bref et en clair, ce livre est fou. Je n'ai pas adhéré plus que ça du fait de mes difficultés à m'y immerger, mais ce livre est incroyable.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Bazart Posté le 24 Avril 2018
          On finit notre revue de nouveautés du printemps avec une nouveauté de … 1937!!… totalement inédite en France, que les éditions Sonatine exhument pour notre plus grand plaisir Une sorte de roman policier qu’on peut considérer comme un olni (objet littéraire non identifié qui ravira tous les amateurs d'énigmes de roman au charme très « vintage"et de livres sur les coulisses du cinéma. Cameron McCabe, le pseudonyme de l’auteur du roman est aussi le nom du personnage principal, celui d’un monteur travaillant dans une boîte de productions de films, à Londres. Il travaille sur un film événement lorsque le réalisateur lui ordonne de couper, sans raison apparente, toutes les scènes dans lesquelles apparaît Estella Lamare, jeune actrice prometteuse. Le lendemain, cette chère Estella est retrouvée morte dans la salle de montage. Deux enquêtes policières vont rythmer le récit : celle de Smith, inspecteur de Scotland Yard, et celle de McCabe, qui mène sa propre enquête. Ambiances hitchcockienne et jazzy à souhait, construction narrative atypique et un "twist" inattendu au milieu du livre, en font un objet totalement inclassable et atypique à l’image de son véritable auteur Car ce que tout le monde... On finit notre revue de nouveautés du printemps avec une nouveauté de … 1937!!… totalement inédite en France, que les éditions Sonatine exhument pour notre plus grand plaisir Une sorte de roman policier qu’on peut considérer comme un olni (objet littéraire non identifié qui ravira tous les amateurs d'énigmes de roman au charme très « vintage"et de livres sur les coulisses du cinéma. Cameron McCabe, le pseudonyme de l’auteur du roman est aussi le nom du personnage principal, celui d’un monteur travaillant dans une boîte de productions de films, à Londres. Il travaille sur un film événement lorsque le réalisateur lui ordonne de couper, sans raison apparente, toutes les scènes dans lesquelles apparaît Estella Lamare, jeune actrice prometteuse. Le lendemain, cette chère Estella est retrouvée morte dans la salle de montage. Deux enquêtes policières vont rythmer le récit : celle de Smith, inspecteur de Scotland Yard, et celle de McCabe, qui mène sa propre enquête. Ambiances hitchcockienne et jazzy à souhait, construction narrative atypique et un "twist" inattendu au milieu du livre, en font un objet totalement inclassable et atypique à l’image de son véritable auteur Car ce que tout le monde ignorait en 1937 a été révélé en suite. L'auteur, Ernest Bornemann, est en réalité un Allemand qui s'est exilé en Angleterre pour fuir l'Allemagne nazie. Une enquête (rapportée dans le livre) a été menée et a révélé sa véritable identité. La troisième partie de l’édition publiée chez Sonatine nous révèle beaucoup sur sa personnalité complexe d’un individu qui a été tout aussi bien écrivain, scénariste, anthropologue, musicien critique de jazz, psychanalyste, sexologue et militant socialiste. Une vie passionnante, également rappelée par Jonathan Coe dans la préface de cette édition française, dont on se dit qu’elle ferait un formidable roman pourquoi pas de Jonathan Coe lui-même !!
          Lire la suite
          En lire moins
        • coquinnette1974 Posté le 23 Mars 2018
          Coupez ! de Cameron McCabe est un roman vintage datant de 1937 et que j'ai eu le plaisir de lire grâce aux éditions Sonatine et à net galley. Il y a trois parties dans cet ouvrage très surprenant, indéfinissable et passionnant. La première partie a pour narrateur Cameron McCabe, il nous relate le meurtre, l'enquête.. La seconde partie nous est narré par un autre personnage, et nous apporte le dénouement de l'histoire. Quand à la troisième partie, elle est composée d'interview inédite de l'auteur. Coupez ! m'a étonnée car on trouve du policier mais pas que, on a aussi de l'humour. L'auteur est sorti des sentiers battus avec cet ouvrage, écrit il y a longtemps, mais vraiment bien pensé. Je n'ai pas eu de coup de cœur mais j'ai aimé la surprise de cette découverte, et je mets quatre étoiles :)
        • sylvaine Posté le 18 Février 2018
          Atypique, inclassable , si vous aimez fermer un livre avec à la bouche ces 2 épithètes alors n'hésitez pas précipitez vous sur Coupez ! . Récemment réédité aux éditions Sonatine que je remercie vivement pour cette découverte via le réseau NetGalley , Coupez! est paru en 1937 . Son auteur Cameron McCabe était un illustre inconnu . L'action se situe dans des studios de cinéma où travaille le narrateur de cette histoire le dénommé Cameron McCabe. Non vous ne rêvez pas l'auteur et le narrateur ne sont qu'une seule et unique personne.Le corps d'une jeune actrice est retrouvé au matin dans le bureau de Jim Robertson le prodige des effets spéciaux. Estella Lamare git dans son sang , suicide, homicide? Bientôt un meurtrier avoue, puis un second , puis .... McCabe en tandem avec l'inspecteur Smith de Scotland Yard mène sa propre enquête.... Seconde partie nous assistons au procès du coupable . Mais est il coupable ou non? sera t'il pendu ? Troisième partie un épilogue qui sous prétexte de nous éclairer les tenants et aboutissants de l'intrigue ne fait que perturber un peu plus le malheureux lecteur . Atypique, inclassable, certes mais quel roman . Replacé dans son contexte historique... Atypique, inclassable , si vous aimez fermer un livre avec à la bouche ces 2 épithètes alors n'hésitez pas précipitez vous sur Coupez ! . Récemment réédité aux éditions Sonatine que je remercie vivement pour cette découverte via le réseau NetGalley , Coupez! est paru en 1937 . Son auteur Cameron McCabe était un illustre inconnu . L'action se situe dans des studios de cinéma où travaille le narrateur de cette histoire le dénommé Cameron McCabe. Non vous ne rêvez pas l'auteur et le narrateur ne sont qu'une seule et unique personne.Le corps d'une jeune actrice est retrouvé au matin dans le bureau de Jim Robertson le prodige des effets spéciaux. Estella Lamare git dans son sang , suicide, homicide? Bientôt un meurtrier avoue, puis un second , puis .... McCabe en tandem avec l'inspecteur Smith de Scotland Yard mène sa propre enquête.... Seconde partie nous assistons au procès du coupable . Mais est il coupable ou non? sera t'il pendu ? Troisième partie un épilogue qui sous prétexte de nous éclairer les tenants et aboutissants de l'intrigue ne fait que perturber un peu plus le malheureux lecteur . Atypique, inclassable, certes mais quel roman . Replacé dans son contexte historique , au fait de l'identité de l'auteur, Ernst Bornemann, exilé allemand arrivé en Angleterre en 1933 , déchu de sa nationalité allemande par Hitler pour ses idées socialistes , ce texte nous offre quantité de sujets de réflexion économiques, psychologiques sociologiques, politiques . Une lecture dense enrichie par la préface de Jonathan Coe et les postfaces pleines d'informations sur l'auteur et son temps.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Jeneen Posté le 4 Février 2018
          Difficile de parler de ce très bon et très original roman inclassable ! Il est très bien écrit, avec des dialogues précis et subtils, très importants, tour à tour ironiques, mordant, cyniques, mystérieux...Et j'en passe ! On part d'un meurtre, avec enquête de la part d'un représentant de Scottland Yard. Mais le parallèle avec un "véritable" roman policier s'arrête là. En effet, on a peu d'infos, l'enquêteur principal brouille les pistes, joue au chat et à la souris. Quant au narrateur qui enquête en parallèle, (il est monteur dans la boîte de production où s'est produit le meurtre), il et ne dévoile pas grand chose non plus ! Bref, le lecteur peu attentif ne peut deviner qui est le coupable. Car TOUT est important dans ce livre, les descriptions, les non-dits, les dialogues, les infos distillées ici et là. Et après un retournement de situation inattendu au milieu du roman, aussi bien qu'un changement de ton, on se retrouve avec autant de suspects que de personnages ! Après le dénouement, assez incroyable, et une deuxième partie, avec changement de narrateur, tout aussi inattendue, on aborde enfin, une troisième partie qui relate l'enquête (la vraie) réalisée pour trouver l'identité de l'auteur, déjà connu mais... Difficile de parler de ce très bon et très original roman inclassable ! Il est très bien écrit, avec des dialogues précis et subtils, très importants, tour à tour ironiques, mordant, cyniques, mystérieux...Et j'en passe ! On part d'un meurtre, avec enquête de la part d'un représentant de Scottland Yard. Mais le parallèle avec un "véritable" roman policier s'arrête là. En effet, on a peu d'infos, l'enquêteur principal brouille les pistes, joue au chat et à la souris. Quant au narrateur qui enquête en parallèle, (il est monteur dans la boîte de production où s'est produit le meurtre), il et ne dévoile pas grand chose non plus ! Bref, le lecteur peu attentif ne peut deviner qui est le coupable. Car TOUT est important dans ce livre, les descriptions, les non-dits, les dialogues, les infos distillées ici et là. Et après un retournement de situation inattendu au milieu du roman, aussi bien qu'un changement de ton, on se retrouve avec autant de suspects que de personnages ! Après le dénouement, assez incroyable, et une deuxième partie, avec changement de narrateur, tout aussi inattendue, on aborde enfin, une troisième partie qui relate l'enquête (la vraie) réalisée pour trouver l'identité de l'auteur, déjà connu mais qui sur ce roman avait écrit sous pseudonyme. Bref, un livre complètement fou, très bien écrit, passionnant si on accepte de partir dans les directions imposées par l'auteur, et sans aucun doute un livre unique dans sa construction littéraire. Une belle ré-édition, donc, puisqu'il date de 1937 ! Et une découverte à faire absolument pour les fans d'énigmes, de romans policiers subtils, d'enquêtes à la Hitchcock, où un petit détail donne la solution, et/ou de Sherlock Holmes, où tout vous est décortiqué à la fin, lors d'une réunion des protagonistes. Je remercie les éditions Sonatine et NetGalley pour la lecture de ce livre.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « L'intérêt [de ce roman] dépasse sa simple patine de whodunit rétro british. Il s'agit d'un étrange objet littéraire, comme une fusée à trois étages. » Joachim Lepastier
        Joachim Lepastier / Les Cahiers du cinéma
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !

        • Par Sonatine

          Sonatine a 10 ans !

          Au programme des festivités : le retour des géants au catalogue, des concours, des jeux, des surprises... L'année 2018 sera Sonatine !

          Lire l'article