Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355846588
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 220 mm

Coupez !

Héloïse ESQUIÉ (Traducteur)
Date de parution : 18/01/2018
Un polar Hollywoodien entre roman noir et jeux littéraires.
Années 30, Londres. Cameron McCabe travaille au montage d’un film, lorsque son producteur lui demande de couper toutes les scènes dans lesquelles intervient une jeune actrice, Estella Lamare. McCabe a du mal à comprendre cette décision aussi surprenante que soudaine. Le lendemain, le corps d’Estella est retrouvé dans la salle... Années 30, Londres. Cameron McCabe travaille au montage d’un film, lorsque son producteur lui demande de couper toutes les scènes dans lesquelles intervient une jeune actrice, Estella Lamare. McCabe a du mal à comprendre cette décision aussi surprenante que soudaine. Le lendemain, le corps d’Estella est retrouvé dans la salle de montage.
McCabe décide alors de mener seul son enquête. Il nous raconte ses pérégrinations dans le monde du cinéma et compte les suspects, nombreux autour de lui.
Tout à coup, son récit s’arrête.
Et l’affaire prend une tournure tout à fait inattendue.
 
Publié en 1937 et inédit en France, Coupez !, qui évoque les intrigues particulièrement élaborées d’un Paul Auster, est d’une modernité tout à fait exceptionnelle. L’identité de l’auteur, qui est restée un mystère pendant des décennies, a elle-même donné lieu à une enquête passionnante relatée en annexe de l’ouvrage.
Préface de Jonathan Coe.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355846588
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

« L'intérêt [de ce roman] dépasse sa simple patine de whodunit rétro british. Il s'agit d'un étrange objet littéraire, comme une fusée à trois étages. » Joachim Lepastier
Joachim Lepastier / Les Cahiers du cinéma

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Koala589 Posté le 11 Mai 2021
    Coupez! raconte l'histoire déroutante d'un chef monteur dans une boîte de production de Londres qui se voit chargé d'une mission cruelle: couper toutes les scènes où apparaît Estella Lamare, vedette montante du cinéma anglais retrouvée morte le lendemain. Commence alors un voyage dans l'étrangeté du comportement humain? Ce thriller est complètement inattendu, et ne ressemble à aucune autre thriller. Il joue avec les situations, avec le langage et s'amuse jusqu'à l'absurde à reprendre des situations qu'il tortille avec plaisir. Je ne peux pas en dire plus sous peine de briser charme de la lecture. Toutefois, je précise que j'ai adoré aller jusqu'au bout !
  • Reinette25 Posté le 11 Mai 2021
    À côté de l'enquête, j'ai savouré la précision des descriptions Londres brumeux, jazzy et imbibé. Ce livre a été écrit dans les années 30 et il y règne une ambiance à nulle autre pareille, avec un suspense qui va crescendo jusqu'à l'épilogue en forme de feu d'artifices. L'investigation policière y est adroitement menée, avec des personnages attachants et un meurtre à résoudre, espérant qu'il n'y en aura pas d'autres. Autant que l'enquête, l'auteur introspecte la nature humaine et sonde ce qu'elle possède de moins avouable. Coupez ! se déroule naturellement dans une boîte de production non loin de la Tamise. Ambiance assurée !
  • Labibliothequedemarjorie Posté le 29 Juin 2018
    Cameron travaille dans une société de production de films à Londres dans les années 1930. Alors que le film sur lequel travaille toute l'équipe depuis plusieurs mois est terminé, le producteur lui demande de couper toutes les scènes dans lesquelles apparaît Estella Lamare, l'actrice occupant le premier rôle. Cameron ne comprend pas cette soudaine décision et avant même qu'il ne s'exécute, le corps sans vie de la jeune femme est retrouvé le lendemain dans le studio. Suicide ou assassinat ? Que s'est-il passé ? Y a-t-il un meurtrier au sein de l'équipe de tournage ? Alors même que la police arrive sur les lieux, Cameron décide de mener sa propre enquête. Ce roman a été écrit en 1937 et publié pour la première fois en Angleterre la même année. Cameron McCabe, auteur du livre, est aussi le narrateur et le personnage principal de l'histoire. [...] "Coupez" est son premier roman. La nouvelle publication des éditions Sonatine (2018) est précédée d'une préface écrite par Jonathan Coe, un écrivain britannique. Au sein de ces pages, il dévoile l'enquête qui a été menée afin de découvrir l'identité de l'auteur, longtemps restée un mystère. Je conseille fortement de lire ces quelques lignes en dernier afin de laisser... Cameron travaille dans une société de production de films à Londres dans les années 1930. Alors que le film sur lequel travaille toute l'équipe depuis plusieurs mois est terminé, le producteur lui demande de couper toutes les scènes dans lesquelles apparaît Estella Lamare, l'actrice occupant le premier rôle. Cameron ne comprend pas cette soudaine décision et avant même qu'il ne s'exécute, le corps sans vie de la jeune femme est retrouvé le lendemain dans le studio. Suicide ou assassinat ? Que s'est-il passé ? Y a-t-il un meurtrier au sein de l'équipe de tournage ? Alors même que la police arrive sur les lieux, Cameron décide de mener sa propre enquête. Ce roman a été écrit en 1937 et publié pour la première fois en Angleterre la même année. Cameron McCabe, auteur du livre, est aussi le narrateur et le personnage principal de l'histoire. [...] "Coupez" est son premier roman. La nouvelle publication des éditions Sonatine (2018) est précédée d'une préface écrite par Jonathan Coe, un écrivain britannique. Au sein de ces pages, il dévoile l'enquête qui a été menée afin de découvrir l'identité de l'auteur, longtemps restée un mystère. Je conseille fortement de lire ces quelques lignes en dernier afin de laisser le lecteur découvrir l'intrigue et le déroulement des évènements sans être influencé par l'analyse et les éléments divulgués par Jonathan Coe. Tout au long du récit, le personnage de Cameron McCabe décrit le déroulement de ses recherches et ses relations avec Smith, l'enquêteur de police. Il raconte avec précision la tenue des interrogatoires, l'analyse de la pellicule du film, les témoignages des différents intervenants et les diverses pistes poursuivies. Plusieurs personnes seront successivement suspectées. J'ai mis du temps à m'imprégner de l'histoire, cependant c'est tout de même une lecture que j'ai beaucoup apprécié au final. Il y a de nombreux personnages et un certain nombre de longueurs qui peuvent lasser mais j'ai trouvé la construction du récit vraiment intéressante. J'ai aussi aimé le ton employé. La façon dont l'enquête est menée m'a fait penser aux récits d'Agatha Christie. On y trouve beaucoup de dialogues, des suspicions et des théories étayées par divers scénarios possibles. Une intrigue rondement bien menée dans le milieu du cinéma londonien des années 1930.
    Lire la suite
    En lire moins
  • NovaBaby Posté le 29 Avril 2018
    J'annonce, mon avis va être difficile à retranscrire. Déjà, c'est un bouquin qui date de 1937, ce qui n'est pas exactement hier. Ensuite, clairement, et c'est annoncé tout aussi clairement, c'est un livre qui prend les codes du roman policier, et même du roman noir en général, les regarde 2 minutes et leur tourne le dos. Du coup, on peut bien se le dire, c'est franchement déstabilisant. Mais retransrire le truc avec zéro spoil, c'est compliqué. Un dont vous vous rendrez très vite compte si vous lisez le livre : le nom du héros, c'est aussi le nom de l'auteur. Et cet auteur est resté inconnu pendant des années. En lisant ce livre, rien que ça, ça fait se poser des questions. Tu es donc plongé dans ta lecture. Première chose qui frappe, surtout pour un truc qui date un peu, c'est le ton. Le cynisme, l'humour très noir. Les dialogues savoureux. J'ai adoré ce style, mais je suis certaine que d'autres détesteraient. Dans mon cas, et en particulier dans les échanges entre Smith, l'enquêteur officiel de Scotland Yard, et McCabe, notre héros monteur dans le cinéma, j'ai trouvé que c'était truculent. Et je n'utilise pas ce mot souvent, sachez-le. Bon, ensuite, j'ai commencé... J'annonce, mon avis va être difficile à retranscrire. Déjà, c'est un bouquin qui date de 1937, ce qui n'est pas exactement hier. Ensuite, clairement, et c'est annoncé tout aussi clairement, c'est un livre qui prend les codes du roman policier, et même du roman noir en général, les regarde 2 minutes et leur tourne le dos. Du coup, on peut bien se le dire, c'est franchement déstabilisant. Mais retransrire le truc avec zéro spoil, c'est compliqué. Un dont vous vous rendrez très vite compte si vous lisez le livre : le nom du héros, c'est aussi le nom de l'auteur. Et cet auteur est resté inconnu pendant des années. En lisant ce livre, rien que ça, ça fait se poser des questions. Tu es donc plongé dans ta lecture. Première chose qui frappe, surtout pour un truc qui date un peu, c'est le ton. Le cynisme, l'humour très noir. Les dialogues savoureux. J'ai adoré ce style, mais je suis certaine que d'autres détesteraient. Dans mon cas, et en particulier dans les échanges entre Smith, l'enquêteur officiel de Scotland Yard, et McCabe, notre héros monteur dans le cinéma, j'ai trouvé que c'était truculent. Et je n'utilise pas ce mot souvent, sachez-le. Bon, ensuite, j'ai commencé à me perdre dans les personnages ou certaines situations. Il y a des ellipses temporelles - volontaires - qui se justifient par la suite mais qui clairement sont déstabilisantes. Et, dans mon cas, je ne comprenais plus où on en était. Sache-le, ami lecteur, ce n'est pas un livre qui se lit quand on est claqué d'une grosse journée. Pour te donner un ordre d'idée, j'ai cru tour à tour avoir malencontreusement sauté un chapitre avec ma liseuse, puis avoir obtenu un fichier mal mis en page et pour finir, j'ai tout repris depuis le début parce que je ne captais plus rien. C'est pour moi l'énorme défaut de ce livre : il nécessite non seulement de la concentration mais aussi beaucoup de bonne volonté. Parce qu'il en faut quand on arrive à un point de l'intrigue où on ne sait plus qui est qui, pourquoi untel arrive dans cette situation, et pourquoi machin a fait tel truc alors qu'on n'a pas le lien de cause à effet rapport qu'il s'est peut-être passé 3 jours entre deux scènes et qu'on n'est pas au courant. Donc ouais, la temporalité est un brin mal maîtrisée, mais je pense aussi que ça fait partie de l'exercice de style que l'auteur s'était imposé. N'empêche, j'étais aussi perdue qu'une baleine bleue dans la mare de mon voisin. Mais si on s'accroche, et le style donne envie, on découvre finalement un truc assez fou. Pas tant dans l'intrigue que dans la façon de s'y prendre. L'auteur se moque des romans policiers aux intrigues si bien ficelées qu'elles en sont improbables, l'auteur se moque du microcosme du cinéma, l'auteur se moque de sa société avec une grosse dose d'humour noir et surtout, l'auteur se moque de son enquêteur officiel. Mais l'auteur se moque également des critiques littéraires de l'époque, et cela sera une grande (et excellente) partie de la phase 2 de ce livre. Parce qu'après le livre en lui-même et son intrigue déstabilisante, tu vas découvrir une sorte de post-face qui reprend le bouquin en question et les analyses et critiques qui en sont faites. Analyses fictives (mais pas tout à fait) puisqu'elles sont partie intégrante du bouquin. En bref et en clair, ce livre est fou. Je n'ai pas adhéré plus que ça du fait de mes difficultés à m'y immerger, mais ce livre est incroyable.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bazart Posté le 24 Avril 2018
    On finit notre revue de nouveautés du printemps avec une nouveauté de … 1937!!… totalement inédite en France, que les éditions Sonatine exhument pour notre plus grand plaisir Une sorte de roman policier qu’on peut considérer comme un olni (objet littéraire non identifié qui ravira tous les amateurs d'énigmes de roman au charme très « vintage"et de livres sur les coulisses du cinéma. Cameron McCabe, le pseudonyme de l’auteur du roman est aussi le nom du personnage principal, celui d’un monteur travaillant dans une boîte de productions de films, à Londres. Il travaille sur un film événement lorsque le réalisateur lui ordonne de couper, sans raison apparente, toutes les scènes dans lesquelles apparaît Estella Lamare, jeune actrice prometteuse. Le lendemain, cette chère Estella est retrouvée morte dans la salle de montage. Deux enquêtes policières vont rythmer le récit : celle de Smith, inspecteur de Scotland Yard, et celle de McCabe, qui mène sa propre enquête. Ambiances hitchcockienne et jazzy à souhait, construction narrative atypique et un "twist" inattendu au milieu du livre, en font un objet totalement inclassable et atypique à l’image de son véritable auteur Car ce que tout le monde... On finit notre revue de nouveautés du printemps avec une nouveauté de … 1937!!… totalement inédite en France, que les éditions Sonatine exhument pour notre plus grand plaisir Une sorte de roman policier qu’on peut considérer comme un olni (objet littéraire non identifié qui ravira tous les amateurs d'énigmes de roman au charme très « vintage"et de livres sur les coulisses du cinéma. Cameron McCabe, le pseudonyme de l’auteur du roman est aussi le nom du personnage principal, celui d’un monteur travaillant dans une boîte de productions de films, à Londres. Il travaille sur un film événement lorsque le réalisateur lui ordonne de couper, sans raison apparente, toutes les scènes dans lesquelles apparaît Estella Lamare, jeune actrice prometteuse. Le lendemain, cette chère Estella est retrouvée morte dans la salle de montage. Deux enquêtes policières vont rythmer le récit : celle de Smith, inspecteur de Scotland Yard, et celle de McCabe, qui mène sa propre enquête. Ambiances hitchcockienne et jazzy à souhait, construction narrative atypique et un "twist" inattendu au milieu du livre, en font un objet totalement inclassable et atypique à l’image de son véritable auteur Car ce que tout le monde ignorait en 1937 a été révélé en suite. L'auteur, Ernest Bornemann, est en réalité un Allemand qui s'est exilé en Angleterre pour fuir l'Allemagne nazie. Une enquête (rapportée dans le livre) a été menée et a révélé sa véritable identité. La troisième partie de l’édition publiée chez Sonatine nous révèle beaucoup sur sa personnalité complexe d’un individu qui a été tout aussi bien écrivain, scénariste, anthropologue, musicien critique de jazz, psychanalyste, sexologue et militant socialiste. Une vie passionnante, également rappelée par Jonathan Coe dans la préface de cette édition française, dont on se dit qu’elle ferait un formidable roman pourquoi pas de Jonathan Coe lui-même !!
    Lire la suite
    En lire moins
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Sonatine

    Sonatine a 10 ans !

    Au programme des festivités : le retour des géants au catalogue, des concours, des jeux, des surprises... L'année 2018 sera Sonatine !

    Lire l'article