Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782809841336
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 500
Format : 14 x 22,5 mm
Dévotion
Antoine Guillemain (traduit par)
Collection : Suspense
Date de parution : 02/09/2021
Éditeurs :
L'Archipel

Dévotion

Antoine Guillemain (traduit par)
Collection : Suspense
Date de parution : 02/09/2021
« Ce nouveau thriller, touchant autant qu’effrayant, confirme que Dean Koontz est bien le maître du genre. » Booklist
Woody Bookman, 11 ans, n’a pas dit un mot depuis sa naissance. Pas même quand son père est mort dans un prétendu accident. Mais pour Megan, sa mère, le plus... Woody Bookman, 11 ans, n’a pas dit un mot depuis sa naissance. Pas même quand son père est mort dans un prétendu accident. Mais pour Megan, sa mère, le plus important est que son fils autiste, doté d’une intelligence supérieure, soit heureux.

Woody, lui, est persuadé qu’un laboratoire se livrant à...
Woody Bookman, 11 ans, n’a pas dit un mot depuis sa naissance. Pas même quand son père est mort dans un prétendu accident. Mais pour Megan, sa mère, le plus important est que son fils autiste, doté d’une intelligence supérieure, soit heureux.

Woody, lui, est persuadé qu’un laboratoire se livrant à des expériences génétiques secrètes et ultrasensibles est responsable de la mort de son père. Et que la menace se rapproche désormais de lui et de sa mère.

Avec l’aide de Kipp, un golden retriever télépathe, Woody va tenter de stopper l’être maléfique tapi dans l’ombre…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782809841336
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 500
Format : 14 x 22,5 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Pat0212 Posté le 28 Mars 2022
    Lee Shacket est PDG d’un laboratoire de génétique incendié à la suite d’un accident qui a contaminé les chercheurs, il est le seul à avoir pu s’échapper bien qu’il ait absorbé des millions d’archées modifiées. Il décide de s’enfuir au Costa Rica où il s’est préparé un refuge, mais avant il veut revoir Megan Bookman avec qui il est sorti quelques fois il y a longtemps, avant qu’elle n’épouse Jason, ils ont eu un fils, Woody qui est autiste et très intelligent. Le père est mort trois ans auparavant dans un accident d’hélicoptère, mais Woody fouille le dark web pour prouver qu’il s’agit d’un meurtre et non d’un accident. Lee devient de plus en plus violent au fur et à mesure de sa transformation, il se voit comme une victime et est bien décidé à se venger des humiliations qu’il croit avoir subi depuis son enfance, ses intentions vis à vis de Megan deviennent de plus en plus sombres. A Pinahaven où elle vit, le shérif est corrompu, il est au service du patron de Lee et obéit à ses ordres. Heureusement ce n’est pas le cas du médecin légiste du comté qui compte bien aider Megan, de même que... Lee Shacket est PDG d’un laboratoire de génétique incendié à la suite d’un accident qui a contaminé les chercheurs, il est le seul à avoir pu s’échapper bien qu’il ait absorbé des millions d’archées modifiées. Il décide de s’enfuir au Costa Rica où il s’est préparé un refuge, mais avant il veut revoir Megan Bookman avec qui il est sorti quelques fois il y a longtemps, avant qu’elle n’épouse Jason, ils ont eu un fils, Woody qui est autiste et très intelligent. Le père est mort trois ans auparavant dans un accident d’hélicoptère, mais Woody fouille le dark web pour prouver qu’il s’agit d’un meurtre et non d’un accident. Lee devient de plus en plus violent au fur et à mesure de sa transformation, il se voit comme une victime et est bien décidé à se venger des humiliations qu’il croit avoir subi depuis son enfance, ses intentions vis à vis de Megan deviennent de plus en plus sombres. A Pinahaven où elle vit, le shérif est corrompu, il est au service du patron de Lee et obéit à ses ordres. Heureusement ce n’est pas le cas du médecin légiste du comté qui compte bien aider Megan, de même que Kip un chien aux pouvoir mystérieux ainsi que son maître Ben. Le roman est composé de chapitres courts durant lesquels on suit les différents protagonistes à tour de rôle, ce qui donne toujours envie d’en entamer un nouveau dès qu’on a fini d’en lire un. Il est très agréable à lire malgré quelques envolées lyriques ou des répétitions qui ne servent à rien, par exemple sur le développement de la relation entre les hommes et les chiens au cours de l’histoire, qui est racontée au moins quatre fois. Heureusement ces passages sont courts et ne coupent pas trop le rythme haletant du livre qui oscille entre thriller, science fiction et fantastique. Il présente quelques points communs avec la série consacrée à Jane Hawk, notamment sur le thème du danger de la science et de la corruption des autorités. Les personnages principaux sont bien travaillés et attachants, malgré leur aspect manichéen. Les nombreux méchants sont vraiment très méchants et cumulent tous les défauts alors que les gentils sont un peu « bisounours », mais c’est sans doute conçu en vue d’un traitement par Hollywood, qui n’aime guère les nuances. Toutefois ce n’est pas gênant, ça passe très bien dans l’intrigue. Plusieurs thèmes intéressants et actuel sont abordés dans ce livre. Il met en garde contre les dérives d’une science sans conscience où seul le résultat compte. Dorian Purcell veut dépasser les lois de la nature grâce à la génétique, rendre l’homme tout-puissant et immortel. Au début du roman on apprend que les scientifiques contaminés ont été délibérément sacrifiés et on trouve cela monstrueux, mais quand on voit de quoi a été capable le seul survivant de l’accident, on se dit que c’était la seule solution raisonnable malheureusement. Il y a des réflexions intéressantes sur ces dérives. Un autre thème est celui de la différence, du handicap. Woody est autiste, il souffre de sa différence et son Q.I de 186 ne le console pas. Il ne peut pas parler. Lee verra un monstre à éliminer en lui alors qu’il est le trésor de sa mère. Leur relation est très bien décrite, pleine d’amour et de tendresse. Son incapacité à communiquer ses sentiments ou ses angoisses est bien exposée et ne peut que nous toucher. L’auteur nous montre sa force et sa fragilité. Un dernier thème très touchant est l’amour qui lie les chiens aux hommes. Les chiens du roman ont des capacités hors du commun et jouent un rôle central dans l’intrigue, mais tous les amis des animaux peuvent se reconnaître dans cette relation très forte. L’auteur explique que le chien est le premier animal à avoir été domestiqué, bien avant le chat ou le cheval et que de ce fait ils ont développé une relation particulière avec nous. Je pense que c’est vrai de tous les animaux domestiques supérieurs, je connais bien mieux les chats que les chiens et je suis sûre qu’on peut aussi avoir une relation très profonde avec son chat. Nos animaux sont des membres à part entière de notre famille. Kip permettra un grand miracle que je vous laisse découvrir. Un grand merci à Mylène de L’Archipel pour ce roman très intéressant qui vous fera passer un très bon moment de lecture. #DÉVOTION #NetGalleyFrance !
    Lire la suite
    En lire moins
  • lasorcieredesmots Posté le 16 Janvier 2022
    ’est un roman que je ne peux que vous conseiller de découvrir, tout simplement parce que l’histoire est vraiment bien écrite et qu’elle est agréable à lire. On a ici un vrai sujet qui est traité, celui de la science et de ses dérives, ainsi que les mystères de la nature, représentés par les chiens et par les capacités qu’ils se mettent à développer. Le lien ente Kipp et Woody est vraiment génial à voir se former, et on se prend d’amitié pour les deux deux personnages. Je déplore toutefois que cela fasse perdre son autisme à Woody. J’ai aussi aimé détester le personnage de Lee, qui représente vraiment tout ce que je déteste chez un homme. Il est vraiment horrible, et on savoure le fait de le voir tomber de plus en plus bas. Le personnage de Dorian, dont je n’ai pas parlé, est du même acabit. La narration est fluide et bien rythmée. C’est une très belle découverte qui m’a donné envie de découvrir les autres romans de l’auteur.
  • Maks Posté le 8 Janvier 2022
    Tout dernier roman de l’auteur, « Dévotion » est un mélange de thriller, de fantastique avec une pointe horrifique. C’est un récit parfois touchant, parfois effrayant, toujours captivant. Du côté de l’histoire on est sur un genre de complot, des manipulations génétiques cachées dans un centre de recherche contre le cancer. Également de télépathie entre un enfant autiste et un chien (cette partie est très développée et je n’en dis rien car c’est le cœur du roman) mais sachez que ça vaut le coup. Et ensuite divers thèmes sont abordés, le pouvoir des plus riches et leurs manières de pouvoir transgresser les lois en toute impunité (pas tous bien-sûr), le « Dark-Web » et ses mécanismes, l’autisme et les problèmes de communications et le frein que cela peut entraîner au quotidien, les liens entre les hommes et les chiens depuis la nuit des temps, ce lien indispensable à la survie des deux espèces. Le sacrifice d’une mère pour son fils handicapé, la solidarité des gens lorsque l’horreur n’est pas loin, les dérives de la génétique, la corruption des forces de l’ordre attiré par l’appel d’une promotion (cas individuel évidemment), et encore d’autres choses, vous l’avez compris, c’est un livre très riche. En ce... Tout dernier roman de l’auteur, « Dévotion » est un mélange de thriller, de fantastique avec une pointe horrifique. C’est un récit parfois touchant, parfois effrayant, toujours captivant. Du côté de l’histoire on est sur un genre de complot, des manipulations génétiques cachées dans un centre de recherche contre le cancer. Également de télépathie entre un enfant autiste et un chien (cette partie est très développée et je n’en dis rien car c’est le cœur du roman) mais sachez que ça vaut le coup. Et ensuite divers thèmes sont abordés, le pouvoir des plus riches et leurs manières de pouvoir transgresser les lois en toute impunité (pas tous bien-sûr), le « Dark-Web » et ses mécanismes, l’autisme et les problèmes de communications et le frein que cela peut entraîner au quotidien, les liens entre les hommes et les chiens depuis la nuit des temps, ce lien indispensable à la survie des deux espèces. Le sacrifice d’une mère pour son fils handicapé, la solidarité des gens lorsque l’horreur n’est pas loin, les dérives de la génétique, la corruption des forces de l’ordre attiré par l’appel d’une promotion (cas individuel évidemment), et encore d’autres choses, vous l’avez compris, c’est un livre très riche. En ce qui concerne les personnages, on passe par pleins de genres différents également, un enfant autiste comme je disais plus haut dans cette chronique, un « golden retriever » mais considéré comme un humain (vous verrez), un shérif et ses adjoints, un coroner, un type normal, un riche intouchable, un personnage étrange ou la folie est de plus en plus forte, des tueurs, encore des chiens, une vieille dame, une aide à domicile, et j’en passe, ici aussi, comme le scénario, c’est très étoffé. Je ne peux que vous dire que c’est un livre atypique, qui vaut le détour, qui mérite que l’on s’y intéresse.
    Lire la suite
    En lire moins
  • domi_troizarsouilles Posté le 2 Décembre 2021
    Voici un livre qui me laisse relativement perplexe après avoir tourné la dernière page… C’était un emprunt bibliothèque, j’avais été attirée par la très belle couverture (j’adore le rouge), et la mention « thriller », qui reste l’un de mes genres préférés. Cependant, je n’avais jamais rien lu de cet auteur et n’en avais même jamais entendu parler ; je partais donc sans a priori particulier. J’ai trouvé un thriller aux confins de la science-fiction et de la folie, plein de suspense et de tension, au rythme de page-turner malgré un certain nombre de longueurs où je me suis ennuyée, pas mal de rebondissements mais assez peu d’inattendus finalement. Et par-dessus tout cela, on a droit tout à la fois à un hommage aux chiens et à leur proximité aux humains depuis la nuit des temps, une réflexion (tellement pleine d’action qu’elle est parfois noyée dans le sang) sur les manipulations génétiques – présentées comme presque géniales quand elles sont basées sur l’amour (un peu simpliste, non ?), mais dramatiquement dangereuses quand leur seule motivation est le profit - , et une critique acerbe, à peine masquée, à l’encontre d’un système politique extrêmement corrompu, à l’ère d’un président dont on ne... Voici un livre qui me laisse relativement perplexe après avoir tourné la dernière page… C’était un emprunt bibliothèque, j’avais été attirée par la très belle couverture (j’adore le rouge), et la mention « thriller », qui reste l’un de mes genres préférés. Cependant, je n’avais jamais rien lu de cet auteur et n’en avais même jamais entendu parler ; je partais donc sans a priori particulier. J’ai trouvé un thriller aux confins de la science-fiction et de la folie, plein de suspense et de tension, au rythme de page-turner malgré un certain nombre de longueurs où je me suis ennuyée, pas mal de rebondissements mais assez peu d’inattendus finalement. Et par-dessus tout cela, on a droit tout à la fois à un hommage aux chiens et à leur proximité aux humains depuis la nuit des temps, une réflexion (tellement pleine d’action qu’elle est parfois noyée dans le sang) sur les manipulations génétiques – présentées comme presque géniales quand elles sont basées sur l’amour (un peu simpliste, non ?), mais dramatiquement dangereuses quand leur seule motivation est le profit - , et une critique acerbe, à peine masquée, à l’encontre d’un système politique extrêmement corrompu, à l’ère d’un président dont on ne dira pas le nom (oh ! parlerait-on de Voldemort ? ah bah non, on a trouvé pire…) et de son Amérique en perte de vitesse… On l’a compris : c’est un thriller efficace, au rythme et à l’écriture cinématographiques, et vraiment on tourne les pages avec une certaine avidité car on a envie, la plupart du temps, de savoir ce qui va se passer. Ce rythme est entretenu par les fins de chapitre souvent en forme de cliffhanger, et l’alternance, d’un chapitre à l’autre (130 au total, quand même), entre les différents personnages qui, on le devine, vont se rencontrer tôt ou tard, fût-ce virtuellement. Entre le point de vue du jeune autiste Woody, extrêmement intelligent mais enfermé dans ses TOC et sa souffrance due (en grande partie, du moins c’est ce que l’auteur semble vouloir entendre) à l’absence de son père, décédé dans des circonstances pas tout à fait nettes ; le point de vue de Kipp, ce chien exceptionnellement intelligent ; Megan, la mère de Woody ;et les méchants (qui sont de vrais méchants) à tour de rôle, dont ce fameux Lee Shacket qui joue un rôle de plus en plus horrifique mais peu crédible finalement, bref, le passage d’un personnage à l’autre, dans un ordre qui m’apparaît aléatoire (mais je n’ai pas vérifié), entretient indéniablement le suspense, et une certaine plongée dans le merveilleux science-fictionnel d’une part, mais l’horreur de plus en plus absolue de l’autre côté. Quoi qu’il en soit, forcément, ça tient le lecteur en haleine ! Cependant, certains passages sont vraiment interminables, [masquer]je pense en particulier à ces longs chapitres au cours desquels Lee Shacket cherche à s’introduire dans la maison de Megan et de Woody, puis, quand il y est enfin, les longues heures qui s’égrènent pendant que mère et fils vivent leur vie tranquille sans se soucier du danger, alors que le monstre bout d’impatience de mettre son plan de viol à exécution, mais parvient encore et encore à se contrôler – non seulement ces pages-là ont été ennuyeuses, mais en plus à la limite de l’absurde[/masquer] par moments j’ai été sur point d’abandonner ! Par ailleurs, certaines actions sont tellement « préparées » qu’elles deviennent ultra-prévisibles : ce ne sont pas des indices discrets que l’auteur pose çà et là, mais un boulevard qu’il construit sous nos yeux, si bien que, au lieu de trembler en se demandant comment ça va se dérouler, on finit par se dire : « ah enfin, on y arrive ! » Les personnages eux aussi me laissent perplexe, décidément ! Les méchants, quel que soit leur degré de vice ou leur « spécialité », sont tous plus abjects les uns que les autres – et le fameux Lee Shacket, aussi peu crédible qu’il soit (il faut vraiment accepter d’être dans le paranormal, alors que ce livre est vendu en premier lieu comme thriller), est extrêmement bien travaillé jusqu’au bout, on peut le reconnaître ! Il est flippant dès le départ, et ce sentiment ne cesse de s’amplifier, du moins quand on joue le jeu d’y croire, comme proposé par l’auteur. On a aussi tout un tas de personnages secondaires à travers lesquels l’auteur dénonce la corruption généralisée du système… et qui sont, surtout, très stéréotypés, de vrais clichés ambulants ! Que ce soit les mafieux, hommes de main, shérif corrompu ou même le milliardaire qui serait à l’origine de « tout cela », ils font presque sourire tant ils suintent le cliché. Les gentils quant à eux… je me rends compte que je ne me suis réellement attachée à aucun d’entre eux. Megan, femme forte et pleine de ressources malgré son veuvage qu’elle n’a pas encore tout à fait digéré, mère exemplaire auprès de son fils différent, et en plus particulièrement jolie, l’auteur en a fait un peu « trop ». On la regarde avec un mélange de sympathie mais de distance, elle est trop parfaite pour qu’on ait vraiment envie de devenir amie avec elle… Woody est intéressant aussi, mais à mon sens mal travaillé. L’auteur semble avoir cerné certaines des manifestations de son trouble, et décrit avec un réalisme très réussi : ses TOC notamment autour du brossage des dents, son mutisme depuis toujours, sa façon de se réfugier en lui-même dans un monde imaginaire très descriptif quand ça ne va pas, son intelligence supérieure (qui, cela dit, n’est exploitée qu’à travers ses capacités pas tout à fait convaincantes de hacker), … Cependant, j’ai été gênée par le fait que l’auteur cherche toujours à « expliquer » l’autisme de Woody, comme s’il y avait forcément une cause connue et que tout allait se débloquer quand on aurait mis le doigt dessus ! Certes, je ne suis pas spécialiste des troubles du spectre de l’autisme, mais il m’a semblé que, au fil des pages, c’était traité avec une espèce de désinvolture qui sonnait de moins en moins juste, et qui réduirait l’autisme à un simple trouble du comportement qui peut se résoudre presque trop facilement… Tout cela rend Woody finalement peu attachant, comme un petit robot qui aurait juste mal activé certains circuits. Le plus intéressant, cependant, est effectivement Kipp. Je noterai d’abord une approche incohérente, mais difficile de dire si c’est une erreur de traduction, ou une approche un peu ratée de l’auteur à la base : ce brave chien ne cesse de changer de race ! Il est tour à tour golden retriever ou labrador, l’une ou l’autre dénomination sont utilisées sans distinction quand on parle de lui, comme s’il s’agissait de la même race !? Or, il suffit d’une très brève recherche sur Internet (car j’avais un doute) pour voir que les deux races ont effectivement plusieurs caractéristiques communes, mais sont bel et bien différentes ! En soi, ce ne serait pas gênant… mais c’est tout à fait malencontreux dans un livre qui met autant en avant la relation hommes – chiens : il fait presque un éloge à nos compagnons à quatre pattes de toujours, mais n’est pas capable de distinguer deux races un peu trop proches ? C’est juste ahurissant… À part ça, on peut quand même apprécier le fait que les chiens soient ainsi mis à l’honneur ! Il me semble que c’est assez rare, du moins à ce point : certes, on rencontre quelquefois, et même assez souvent, des personnages avec l’un ou l’autre animal de compagnie. Mais alors, il me semble qu’il s’agit bien plus souvent de chats – allez savoir pourquoi les auteurs semblent préférer les félins ! et surtout, le développement autour de ces chiens est vraiment particulier, ici ils ne sont pas présentés comme de simples compagnons plus ou moins intelligents, mais comme de véritables égaux à qui il ne manquerait que la parole articulée et la finesse de dix doigts. Je n’avais jamais lu aucun livre qui aille aussi loin en ce sens, en insistant encore et toujours sur le lien qui unit les deux espèces (canine et humaine) depuis la nuit des temps. Cela étant dit, je ne suis pas assez amoureuse des chiens pour être complètement touchée… En effet, plus encore que pour ce qui concerne le personnage précité de Lee Shacket, il faut vraiment accepter l’ambiance supranaturelle dans laquelle cette histoire baigne – d’autant plus que, quand il s’agit de Kipp et des autres chiens de l’histoire, il n’est pas seulement question de personnages extraordinaires, mais carrément de personnages qui vont changer le monde, rien de moins ! Et là, j’accroche beaucoup moins : c’est bien beau tout ça, mais on quitte le monde d’un thriller même mêlé de science-fiction, pour entrer dans un presque n’importe quoi, qui serait carrément burlesque si seulement il y avait de l’humour, mais même pas, l’auteur a l’air de croire fermement à ce qu’il écrit, ou en tout cas il s’attache à en convaincre le lecteur. Mais il ne m’a pas convaincue… Je reste donc sur ma perplexité relevée plus haut : c’est un thriller intéressant et qui se laisse lire facilement, il mérite même le titre de page-turner, mais il n’évite pas les longueurs et par moments même un certain ennui, tandis que son ancrage dans le paranormal m’a semblé trop farfelu pour que j’accroche réellement.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MilleetunepagesLM Posté le 28 Novembre 2021
    Le commentaire de Cathy : Woody Bookman, 11 ans, n'est pas un petit garçon comme les autres, il a des troubles autistiques, il ne parle pas, mais fait montre d'une intelligence supérieure. Il est persuadé que la mort de son père n'est pas accidentelle, ses dernières recherches sur le net ont, semble-t-il, éveiller les soupçons, sa recherche de vérité met-elle sa mère et lui en danger ? Dans une autre ville Kipp, un golden retriever télépathe, entend des appels depuis quelque temps, d'habitude, ce sont ses congénères avec qui il arrive à communiquer, cette fois-ci, il semble que ce soit un enfant qui l'appelle. Le chien, qui vient de perdre sa maîtresse, décide de prendre la route afin de rejoindre le petit garçon qui semble courir un grand danger. Une fois de plus, je viens de passer un excellent moment de lecture avec ce nouveau roman de Dean Koontz. Je n'ai pu m'empêcher de faire le parallèle entre ce roman et " chasse à mort " que je viens de lire il y a quelques jours, en effet comme dans ma précédente lecture il y a également un chien aux capacités hors du commun. Cette fois-ci, l'auteur nous donne le point de vue de Kipp, ce qui... Le commentaire de Cathy : Woody Bookman, 11 ans, n'est pas un petit garçon comme les autres, il a des troubles autistiques, il ne parle pas, mais fait montre d'une intelligence supérieure. Il est persuadé que la mort de son père n'est pas accidentelle, ses dernières recherches sur le net ont, semble-t-il, éveiller les soupçons, sa recherche de vérité met-elle sa mère et lui en danger ? Dans une autre ville Kipp, un golden retriever télépathe, entend des appels depuis quelque temps, d'habitude, ce sont ses congénères avec qui il arrive à communiquer, cette fois-ci, il semble que ce soit un enfant qui l'appelle. Le chien, qui vient de perdre sa maîtresse, décide de prendre la route afin de rejoindre le petit garçon qui semble courir un grand danger. Une fois de plus, je viens de passer un excellent moment de lecture avec ce nouveau roman de Dean Koontz. Je n'ai pu m'empêcher de faire le parallèle entre ce roman et " chasse à mort " que je viens de lire il y a quelques jours, en effet comme dans ma précédente lecture il y a également un chien aux capacités hors du commun. Cette fois-ci, l'auteur nous donne le point de vue de Kipp, ce qui donne une saveur particulière à son récit, imaginer un chien doté d'une telle intelligence me fait rêver de pouvoir communiquer avec lui. Je suis passé par une quantité d'émotions différentes pendant ma lecture, j'ai été attendri par cette connexion qui va se faire entre Woody et Kipp, j'ai frissonné lors de certaines scènes d'une grande violence. Ce thriller, avec une dose de fantastique, est rondement mené, corruption, complot sont au cœur de ce récit, une histoire sans temps mort, j'ai tourné les pages sans m'en rendre compte, j'en ai même perdu le souffle lors de certains passages. Dean Koontz est définitivement le roi du thriller, il me fait toujours passer d'excellents moments de lecture, vivement le prochain.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés