Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714493484
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 134 x 190 mm
Nouveauté

La race des orphelins

Collection : Belfond Pointillés
Date de parution : 20/08/2020
Rentrée littéraire 2020
« J’ai longtemps rêvé que l’histoire de ma naissance exhibe ses entrailles. Quelle que soit l’odeur qui en surgisse. La pire des puanteurs, c’est le silence. » 
Je m’appelle Hildegard Müller. Ceci est mon journal.
Je m’appelle Hildegard Müller. En fait, je crois que je ne m'appelle pas.
J'ai soixante-seize ans. Je sais à peine lire et écrire. Je devais être la gloire de l'humanité. J'en suis la lie.

 
Qui est Hildegard Müller ? Le jour où il la rencontre, l’homme...
Je m’appelle Hildegard Müller. Ceci est mon journal.
Je m’appelle Hildegard Müller. En fait, je crois que je ne m'appelle pas.
J'ai soixante-seize ans. Je sais à peine lire et écrire. Je devais être la gloire de l'humanité. J'en suis la lie.

 
Qui est Hildegard Müller ? Le jour où il la rencontre, l’homme engagé pour écrire son journal comprend que sa vie est irracontable, mais vraie.
 
J’ai besoin, avant de mourir, de dire à mes enfants d’où ils viennent, même s’ils viennent de nulle part.
 
Oscar Lalo poursuit son hommage à la mémoire gênante, ignorée, insultée parfois, toujours inaccessible. Il nous plonge ici dans la solitude et la clandestinité d’un des secrets les mieux gardés de la Seconde Guerre mondiale.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714493484
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 134 x 190 mm

Ils en parlent

À travers ses mots, Hildegard s'est incarnée et je l'ai vue. Et je les ai tous vus.


 
Véronique Bruneau / Cultura

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SansSucreSansSel Posté le 13 Septembre 2020
    « Nos libérateurs nous voient comme le prolongement de nos bourreaux. » . . « « Qui est Hildegard Müller ? Le jour où il la rencontre, l’homme engagé pour écrire son histoire apprend qu’elle a 76 ans, qu’elle sait à peine lire, à peine écrire. Qu’elle ne connaît rien de ses parents, ne se souvient plus guère de son enfance. Il comprend que sa vie est irracontable mais vraie. » » . . « La Race des orphelins » fut un ouragan dans ma vie de lectrice. C’est un des premiers romans de la Rentrée littéraire que j’ai lu et c’est aussi mon premier coup de coeur et de poing. Oscar Lalo écrit l’histoire d’une femme âgée de 76 ans qui raconte à son scribe sa vie en tant qu’enfant du programme Lebensborn. Je vais commencer par vous prévenir il ne s’agit pas là d’une biographie - bien que je ne l’ai su qu’à la fin car je n’osais mas faire de recherches pendant ma lecture. Ce procédé rend l’histoire encore plus passionnante car c’est la sienne, c’est sa voix mais une voix qui en cache des milliers d’autres. Les Lebensborn sont des sortes d’orphelinats dans lesquels étaient « créés » des enfants qui répondaient parfaitement aux critères de la race aryenne.... « Nos libérateurs nous voient comme le prolongement de nos bourreaux. » . . « « Qui est Hildegard Müller ? Le jour où il la rencontre, l’homme engagé pour écrire son histoire apprend qu’elle a 76 ans, qu’elle sait à peine lire, à peine écrire. Qu’elle ne connaît rien de ses parents, ne se souvient plus guère de son enfance. Il comprend que sa vie est irracontable mais vraie. » » . . « La Race des orphelins » fut un ouragan dans ma vie de lectrice. C’est un des premiers romans de la Rentrée littéraire que j’ai lu et c’est aussi mon premier coup de coeur et de poing. Oscar Lalo écrit l’histoire d’une femme âgée de 76 ans qui raconte à son scribe sa vie en tant qu’enfant du programme Lebensborn. Je vais commencer par vous prévenir il ne s’agit pas là d’une biographie - bien que je ne l’ai su qu’à la fin car je n’osais mas faire de recherches pendant ma lecture. Ce procédé rend l’histoire encore plus passionnante car c’est la sienne, c’est sa voix mais une voix qui en cache des milliers d’autres. Les Lebensborn sont des sortes d’orphelinats dans lesquels étaient « créés » des enfants qui répondaient parfaitement aux critères de la race aryenne. C’est le récit poignant d’une femme parmi tant d’autres qui ne sait même pas qui elle est vraiment, appartenant au parti nazi dès sa naissance. C’est mon genre de roman préféré et celui ci est vraiment incroyable. La narration est imposante, c’est Hidelgard qui nous raconte l’histoire ; elle même retranscrite par un scribe. Les chapitres sont très courts et sont de vrais chocs à chaque ligne. Ce roman est une claque de savoirs sur l’un des sujets les moins reconnus de la 2GM. Chacun des mots choisit laisse une marque au lecteur comme une piqûre de rappel. L’écriture est en définitive époustouflante, marquante, intelligente et vous fait perdre vos mots. C’est un roman heurtant tant les sentiments d’Hildegard traversent le papier. Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet j’avais chroniqué au début de mon compte le roman « Max » qui est un roman sur un enfant qui grandi au Lebensborn. Cette fiction est en tout cas énormément travaillée, il y a de nombreuses références et une longue bibliographie. In fine, c’est un roman qui va vous serrer le ventre er venir vous interroger sur cette « race des orphelins », sur les fardeaux qu’ils continuent à porter chaque jour, malgré cette sorte de vie-mort dans laquelle ils évoluent. Lisez-le , parlez-en et ne passez pas à côté de ce roman coup de poing en plein coeur. C’est un de ces livres (dont je ne me plains pas de l’avoir eu en format numérique) mais que j’irais quand même acheter la version papier tant il m’a marquée. . . Je tiens à remercier @netgalleyfrance ainsi que les éditions @editionsbelfond qui m’ont donné la chance de pouvoir lire ce livre, merci pour votre confiance
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeahBookAddict Posté le 10 Septembre 2020
    J'ai lu beaucoup de romans sur la seconde guerre mondiale, par contre très peu sur ce sujet précis les Lebensborn. Mais qu'est-ce que c'est les Lebensborn ? Il s'agit d'une association gérée par les SS pour créer la nouvelle race aryenne, une race pure et dominante... Pour se faire ils ont volés des enfants qui correspondaient à leurs critères, les ont arrachés à leur famille. Ils ont choisi des femmes sans leur consentement pour se reproduire avec des soldats SS et repeuplé l'Allemagne de cette fameuse race, charmante idée de Heinrich Himmler qui s'occupait de cette organisation qu'il gérait en toute impunité. • Ce roman sous forme de journal intime à tout autant sa place que le journal d'Anne Frank car ces enfants sont bel et bien des victimes de guerres alors qu'on leur en a refusé le statut. J'ai trouvé très intéressant d'en apprendre plus sur ces enfants et leur avenir suite à la fin de la guerre. Je n'oublierai pas Hildegarde Muller et je vous conseille de la lire également ❤
  • Hayatte_B Posté le 8 Septembre 2020
    « Je m’appelle Hildegard Mu#776;ller. Ceci est mon journal. […] Je devais e#770;tre la gloire de l’humanite#769;. J’en suis la lie. » - A soixante-seize ans, Hildegard Mu#776;ller est en que#770;te de son identite#769;. De son histoire. Une histoire aspire#769;e par l’Histoire. Enfant de la Seconde Guerre Mondiale, elle fait partie du secret le mieux garde#769; du III e#768;me Reich : elle est une enfant issue du Lebensborn Programm. L’objectif de ce programme porte#769; par Himmler : mettre au monde la future e#769;lite du III e#768;me Reich, la « race premie#768;re ». En re#769;alite#769;, la seule race que les SS auront cre#769;e#769;e est la race des orphelins. - Lieu de naissance : inconnu. Date de naissance : inconnue. Nom et pre#769;nom : inconnus. Pe#768;re : SS – Inconnu. Me#768;re : « Aryenne » - Inconnue. - De ces enfants victimes, l’Histoire ne retiendra que leur ascendance coupable. Enfants de SS. Enfants d’Himmler. Enfants d’Hitler. - La recherche de leur origine est une que#770;te vertigineuse pour ces orphelins maudits. Une que#770;te dans laquelle se lance Hildegard. Par la lecture et l’e#769;criture, elle tentera d’acce#769;der a#768; son passe#769; vole#769;. Elle qui n’a pas d’histoire souhaite raconter la sienne avant de mourir. C’est un devoir de me#769;moire pour celle qui n’a aucun souvenir. - Olivia de Lamberterie a e#769;crit : « La grande affaire de... « Je m’appelle Hildegard Mu#776;ller. Ceci est mon journal. […] Je devais e#770;tre la gloire de l’humanite#769;. J’en suis la lie. » - A soixante-seize ans, Hildegard Mu#776;ller est en que#770;te de son identite#769;. De son histoire. Une histoire aspire#769;e par l’Histoire. Enfant de la Seconde Guerre Mondiale, elle fait partie du secret le mieux garde#769; du III e#768;me Reich : elle est une enfant issue du Lebensborn Programm. L’objectif de ce programme porte#769; par Himmler : mettre au monde la future e#769;lite du III e#768;me Reich, la « race premie#768;re ». En re#769;alite#769;, la seule race que les SS auront cre#769;e#769;e est la race des orphelins. - Lieu de naissance : inconnu. Date de naissance : inconnue. Nom et pre#769;nom : inconnus. Pe#768;re : SS – Inconnu. Me#768;re : « Aryenne » - Inconnue. - De ces enfants victimes, l’Histoire ne retiendra que leur ascendance coupable. Enfants de SS. Enfants d’Himmler. Enfants d’Hitler. - La recherche de leur origine est une que#770;te vertigineuse pour ces orphelins maudits. Une que#770;te dans laquelle se lance Hildegard. Par la lecture et l’e#769;criture, elle tentera d’acce#769;der a#768; son passe#769; vole#769;. Elle qui n’a pas d’histoire souhaite raconter la sienne avant de mourir. C’est un devoir de me#769;moire pour celle qui n’a aucun souvenir. - Olivia de Lamberterie a e#769;crit : « La grande affaire de la litte#769;rature, c’est de poser des mots sur les maux, de transpercer les silences. ». Cette phrase illustre parfaitement le dernier roman d’Oscar Lalo. Lui, qui a choisi d’e#769;crire sur une ve#769;rite#769; sensible et douloureuse, quasi-me#769;connue et tre#768;s peu traite#769;e en litte#769;rature. L’auteur nous livre ici un roman choc. Touchant. Poignant. Sa plume - belle et poe#769;tique - raconte avec musicalite#769; l’horreur. Elle met, au vu et au su de tous, l’histoire et le destin de toute une ge#769;ne#769;ration d’enfants « cre#769;e#769;s » pendant la Seconde Guerre Mondiale. La structure du roman - atypique - donne une force supple#769;mentaire au re#769;cit ; une puissance litte#769;raire particulie#768;re au texte. On ne sort pas indemne de cette lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Djustinee Posté le 5 Septembre 2020
    "Je m’appelle Hildegard Müller. Ceci est un journal. Il y a eu le journal d’Anne Frank et maintenant il y a le journal d’Hildegard Müller. On me l’a lu, le sien. Nous parlons de la même chose. Nous sommes toutes les deux des enfants victimes du Troisième Reich." Hildegard Müller est orpheline. Il ne s'agit pas de n'importe quelle orpheline, elle est née dans un Lebensborn*. " Le projet Lebensborn date de 1935. Le sombre projet de remplacer la race inférieure par la race supérieure. La seule race que les SS aient créée est la race des orphelins." Hildegard lit et écrit peu. Elle parle à son scribe qui retranscrit son histoire au travers de ce journal. Je suis chamboulée par ce récit... C'était intense, fort, poignant, percutant et bouleversant. Je dois avouer que je ne connaissais que trop peu ces Lebensborn. Ce livre m'a permis d'en apprendre plus sur ce sujet très peu traité en littérature. Les chapitres sont très courts. Quelques lignes tiennent sur une page. Il se lit très vite. Je n'ai pas envie de le poser. J'ai envie qu'Hildegard continue de me raconter son histoire. Ce récit est une délivrance pour Hildegard qui a attendu d'avoir plus... "Je m’appelle Hildegard Müller. Ceci est un journal. Il y a eu le journal d’Anne Frank et maintenant il y a le journal d’Hildegard Müller. On me l’a lu, le sien. Nous parlons de la même chose. Nous sommes toutes les deux des enfants victimes du Troisième Reich." Hildegard Müller est orpheline. Il ne s'agit pas de n'importe quelle orpheline, elle est née dans un Lebensborn*. " Le projet Lebensborn date de 1935. Le sombre projet de remplacer la race inférieure par la race supérieure. La seule race que les SS aient créée est la race des orphelins." Hildegard lit et écrit peu. Elle parle à son scribe qui retranscrit son histoire au travers de ce journal. Je suis chamboulée par ce récit... C'était intense, fort, poignant, percutant et bouleversant. Je dois avouer que je ne connaissais que trop peu ces Lebensborn. Ce livre m'a permis d'en apprendre plus sur ce sujet très peu traité en littérature. Les chapitres sont très courts. Quelques lignes tiennent sur une page. Il se lit très vite. Je n'ai pas envie de le poser. J'ai envie qu'Hildegard continue de me raconter son histoire. Ce récit est une délivrance pour Hildegard qui a attendu d'avoir plus de 70 ans pour la raconter. Je ferme ce livre le cœur serré et les yeux lourds. C'est un véritable cataclysme. C'est aussi un hommage rendu à tous ces enfants oubliés et mal jugés. *" lieux de rencontre plus ou moins furtive où des femmes considérées comme « aryennes » pouvaient concevoir des enfants avec des SS inconnus, puis accoucher anonymement dans le plus grand secret et remettre leur nouveau-né à la SS en vue de constituer l'élite du futur « Empire de mille ans ». Durant la Seconde Guerre mondiale, plusieurs dizaines de milliers d'enfants, dont les caractéristiques physiques correspondaient au « type aryen », furent arrachés à leurs parents dans les pays conquis pour être placés dans ces centres."
    Lire la suite
    En lire moins
  • Waterlyly Posté le 2 Septembre 2020
    Hildegard Müller est une enfant du IIIe Reich. Issue d’un Lebensborn, elle ne connaîtra ni l’identité de son père, selon toute vraisemblance un SS, ni celle de sa mère. À 76 ans, elle le vit très mal et n’a toujours pas refermé ses blessures. Elle fera appel à un scribe afin qu’il l’aide à retranscrire ses mémoires dans une sorte de journal intime. J’ai lu très peu de romans traitant des Lebensborn, et j’avoue que, jusqu’il y a peu de temps, j’ignorais tout de ce pan de l’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale. Ce récit est percutant, empli de tragédie, et surtout, incroyablement humain. Hildegard se servira de ce journal intime comme d’un exutoire et elle se livrera à son lecteur avec toute la sincérité possible. Le lecteur suivra, au travers des courtes entrées qui composent ce journal, une femme brisée et en peine afin de se reconstruire. Elle se sent oubliée, ignorée. C’est un témoignage poignant et très dur à découvrir. Hildegard ne prendra pas de pincettes et livrera ses émotions sans fards. La plume de l’auteur est incisif. Les mots résonnent fortement et c’est extrêmement poignant. Les chapitres sont très courts, composés de quelques pensées jetées en vrac de... Hildegard Müller est une enfant du IIIe Reich. Issue d’un Lebensborn, elle ne connaîtra ni l’identité de son père, selon toute vraisemblance un SS, ni celle de sa mère. À 76 ans, elle le vit très mal et n’a toujours pas refermé ses blessures. Elle fera appel à un scribe afin qu’il l’aide à retranscrire ses mémoires dans une sorte de journal intime. J’ai lu très peu de romans traitant des Lebensborn, et j’avoue que, jusqu’il y a peu de temps, j’ignorais tout de ce pan de l’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale. Ce récit est percutant, empli de tragédie, et surtout, incroyablement humain. Hildegard se servira de ce journal intime comme d’un exutoire et elle se livrera à son lecteur avec toute la sincérité possible. Le lecteur suivra, au travers des courtes entrées qui composent ce journal, une femme brisée et en peine afin de se reconstruire. Elle se sent oubliée, ignorée. C’est un témoignage poignant et très dur à découvrir. Hildegard ne prendra pas de pincettes et livrera ses émotions sans fards. La plume de l’auteur est incisif. Les mots résonnent fortement et c’est extrêmement poignant. Les chapitres sont très courts, composés de quelques pensées jetées en vrac de la part d’Hildegard. J’ai été déroutée de me retrouver avec un tel schéma narratif au début, mais par la suite, je l’ai trouvé totalement judicieux, octroyant ainsi du caractère à ce récit. Un roman percutant sur une thématique peu abordée en littérature. J’ai lu le journal de la protagoniste avec beaucoup de tristesse et ce récit ne vous laissera pas indifférent. À lire.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.