Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782809843361
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 14 x 22,5 mm
L'accompagnateur
Céline Maurice (traduit par)
Collection : Suspense
Date de parution : 10/03/2022
Éditeurs :
L'Archipel

L'accompagnateur

Céline Maurice (traduit par)
Collection : Suspense
Date de parution : 10/03/2022
Pour son 14e suspense publié en France, Sebastian Fitzek, le numéro 1 du thriller allemand, a imaginé un scénario diabolique qui scotche le lecteur.
« Une histoire qui a même effrayé son auteur ! »
Express


À Berlin, peu après 22 heures, Jules est au standard d’un service d’accompagnement dédié aux femmes en danger.
Son premier appel...
« Une histoire qui a même effrayé son auteur ! »
Express


À Berlin, peu après 22 heures, Jules est au standard d’un service d’accompagnement dédié aux femmes en danger.
Son premier appel est celui de Klara, terrorisée à l’idée d’être suivie par un psychopathe. Un homme qui a peint en lettres de...
« Une histoire qui a même effrayé son auteur ! »
Express


À Berlin, peu après 22 heures, Jules est au standard d’un service d’accompagnement dédié aux femmes en danger.
Son premier appel est celui de Klara, terrorisée à l’idée d’être suivie par un psychopathe. Un homme qui a peint en lettres de sang la date de sa mort dans sa propre chambre à coucher. Et ce jour se lèvera dans deux heures !
Oppressant, troublant, angoissant… L’un des romans les plus maîtrisés du numéro 1 allemand du thriller, qui une fois de plus, à l’image de ses personnages pervers, joue avec nos nerfs en virtuose.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782809843361
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 14 x 22,5 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MilleetunepagesLM Posté le 12 Juin 2022
    Le commentaire de Cathy : Depuis quelques années, je surveille chaque sortie de roman de Sebastian Fitzek, un rendez-vous avec le maître de la manipulation que je ne manquerai pour rien au monde. Pour rendre service à un ami, Jules prend sa place pour une nuit au service d'accompagnement dédié aux femmes se sentant en danger. Le premier appel, auquel il répond, est celui de Klara, la jeune femme est terrorisée, persuadée qu'un psychopathe va mettre ses menaces à exécution, la tuer. Ce récit se déroule, sous nos yeux, sous forme de conversation téléphonique entre deux personnes qui ne se connaissent pas. En alternant les points de vue entre Jules et Klara, l'auteur nous permet d'entrevoir le passé de chacun, je vous l'avoue celui de la jeune femme m'a fait frémir de dégoût et de colère. C'est une jeune femme qui subit des violences physiques et psychologiques innommables par un homme qui n'est autre que son mari, dès qu'il est question de violence faite aux femmes dans mes lectures, je suis bouleversée, mais cet homme qui dit aimer cette femme, avec qui il a un enfant est un monstre. Le suspense nous embarque pour ne plus nous lâcher, la tension monte crescendo pour finir en apothéose, l'auteur... Le commentaire de Cathy : Depuis quelques années, je surveille chaque sortie de roman de Sebastian Fitzek, un rendez-vous avec le maître de la manipulation que je ne manquerai pour rien au monde. Pour rendre service à un ami, Jules prend sa place pour une nuit au service d'accompagnement dédié aux femmes se sentant en danger. Le premier appel, auquel il répond, est celui de Klara, la jeune femme est terrorisée, persuadée qu'un psychopathe va mettre ses menaces à exécution, la tuer. Ce récit se déroule, sous nos yeux, sous forme de conversation téléphonique entre deux personnes qui ne se connaissent pas. En alternant les points de vue entre Jules et Klara, l'auteur nous permet d'entrevoir le passé de chacun, je vous l'avoue celui de la jeune femme m'a fait frémir de dégoût et de colère. C'est une jeune femme qui subit des violences physiques et psychologiques innommables par un homme qui n'est autre que son mari, dès qu'il est question de violence faite aux femmes dans mes lectures, je suis bouleversée, mais cet homme qui dit aimer cette femme, avec qui il a un enfant est un monstre. Le suspense nous embarque pour ne plus nous lâcher, la tension monte crescendo pour finir en apothéose, l'auteur nous manipule de la première à la dernière page. J'ai relevé quelques incohérences dans cette histoire, mais l'auteur est prêt à tout pour nous perdre, il m'a tenu en haleine, m'a surprise, la fin est juste incroyable, j'ai laissé de côté ces petites choses qui ne collaient pas dans le scénario pour profiter un max, je viens de passer un excellent moment de lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bebi Posté le 10 Juin 2022
    Jules remplace son ami un soir, pour répondre à un service d’appel d’urgence. Un accompagnement téléphonique aux femmes se sentant en danger. C’est ainsi qu’il est en communication avec Klara, qui lui semble perdue. Une conversation s’installe, dans laquelle se dévoile des choses monstrueuses. Chacun est aux prises avec ses propres démons, et certains points communs les rapprochent… Mais sait-on toujours avec qui on parle? Sebastian Fitzek n’est plus une plume à présenter depuis longtemps. Ces dernières années, j’ai découvert ses romans avec impatience, et j’en suis chaque fois sortie totalement secouée. Cette fois, je tiens à prévenir: AMES SENSIBLES S’ABSTENIR! Maintenant que je vous ai prévenus, je peux vous dire que ce livre m’a davantage épouvantée que les précédents. La jeune femme, Klara, raconte des événements absolument atroces. Les descriptions sont suffisamment suggestives pour que l’imagination du lecteur fasse le reste. L’atmosphère présente est tellement oppressante qu’il se trouve projeté dans la situation affolante de Klara. Les retournements de situation, Fitzek les maîtrise à la perfection. Chaque nouvelle histoire nous prend à son jeu, nous menant exactement là où elle voulait qu’on regarde. Pendant qu’en finesse, l’air de rien, des indices tellement infimes qu’ils sont pratiquement indécelables... Jules remplace son ami un soir, pour répondre à un service d’appel d’urgence. Un accompagnement téléphonique aux femmes se sentant en danger. C’est ainsi qu’il est en communication avec Klara, qui lui semble perdue. Une conversation s’installe, dans laquelle se dévoile des choses monstrueuses. Chacun est aux prises avec ses propres démons, et certains points communs les rapprochent… Mais sait-on toujours avec qui on parle? Sebastian Fitzek n’est plus une plume à présenter depuis longtemps. Ces dernières années, j’ai découvert ses romans avec impatience, et j’en suis chaque fois sortie totalement secouée. Cette fois, je tiens à prévenir: AMES SENSIBLES S’ABSTENIR! Maintenant que je vous ai prévenus, je peux vous dire que ce livre m’a davantage épouvantée que les précédents. La jeune femme, Klara, raconte des événements absolument atroces. Les descriptions sont suffisamment suggestives pour que l’imagination du lecteur fasse le reste. L’atmosphère présente est tellement oppressante qu’il se trouve projeté dans la situation affolante de Klara. Les retournements de situation, Fitzek les maîtrise à la perfection. Chaque nouvelle histoire nous prend à son jeu, nous menant exactement là où elle voulait qu’on regarde. Pendant qu’en finesse, l’air de rien, des indices tellement infimes qu’ils sont pratiquement indécelables montrent une autre direction. Mais il faut attendre le choc de la révélation pour qu’ils fassent sens. C’est toujours après coup que je me dis qu’effectivement, tout était là depuis le début! Encore une fois, je me suis laissée par le bout du nez jusqu’au bout, à tel point que j’ai pratiquement sursauté lorsque tout s’est dévoilé. L’accompagnateur est un roman bluffant, peut-être même plus que les précédents!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Promenonsnousdansleslivres Posté le 27 Mai 2022
    "Qui connait le jour de sa mort a déjà commencé à mourir" Dernière sortie de #sebastianfitzek, naturellement je ne pouvais pas passer à côté, à chaque fois je suis admirative de son imagination débordante et machiavélique, L'accompagnateur n'échappe pas à la règle, c'est du lourd, c'est tortueux, ça fait mal et c'est trop bon ! Jules au standard d'un service dédié aux femmes en danger, Klara terrorisée à idée d'être suivie par un psychopathe, un serial killer qui peint en lettres de sang la date de la mort de ses victimes, juste 2h pour mettre les choses au clair, le compte à rebours est lancé dès les premières pages. Un huis clos téléphonique avec en parallèle une course contre la montre pour découvrir qui en veut à ce point à Klara et pourquoi. 2h intenses qui permettent de découvrir la nature de chaque personnage, quelques portraits bien salés faits de perversions, d'hémoglobine et d'angoisse. Une descente aux enfers, oppressante, l'auteur excelle en matière de psychopathe, il s'est une nouvelle fois surpassé
  • LeslecturesdeVeronique Posté le 25 Mai 2022
    Sebastian Fitzek, « L’accompagnateur » 359 pages Fans de thrillers psychologiques, ce roman est pour vous ! Vous ne connaissez pas encore S Fitzek ? Avec son premier roman « Thérapie » sorti en 2006, cet auteur s’impose, en Allemagne, comme un maître du thriller. Son troisième roman "Tu ne te souviendras pas" est adapté au cinéma en 2012 par Zsolt Bács. "L’Inciseur", écrit en collaboration avec Michael Tsokos, est porté sur grand écran en 2018. Pour son roman "Mémoire cachée" ("Noah", 2013), il s’est vu décerner le « Prix Transfuge du meilleur polar » lors du salon Saint-Maur en Poche 2017. Pour son 14e suspense publié en France, Sebastian Fitzek, le numéro 1 du thriller allemand, a imaginé un scénario diabolique qui scotche le lecteur. « Une histoire qui a même effrayé son auteur ! » Express Habituée des thrillers, j’ai été scotchée par celui-ci. Et, je lui dois plusieurs nuits blanches ! On suit, sur quelques heures, Klara, une jeune femme, qui subit les sévices de son mari, et Jules, qui travaille au standard du service d'accompagnement pour les femmes en danger. Non seulement, elle subit les pires horreurs de son mari -attention âmes sensibles s’abstenir ! Plusieurs scènes très difficiles... Sebastian Fitzek, « L’accompagnateur » 359 pages Fans de thrillers psychologiques, ce roman est pour vous ! Vous ne connaissez pas encore S Fitzek ? Avec son premier roman « Thérapie » sorti en 2006, cet auteur s’impose, en Allemagne, comme un maître du thriller. Son troisième roman "Tu ne te souviendras pas" est adapté au cinéma en 2012 par Zsolt Bács. "L’Inciseur", écrit en collaboration avec Michael Tsokos, est porté sur grand écran en 2018. Pour son roman "Mémoire cachée" ("Noah", 2013), il s’est vu décerner le « Prix Transfuge du meilleur polar » lors du salon Saint-Maur en Poche 2017. Pour son 14e suspense publié en France, Sebastian Fitzek, le numéro 1 du thriller allemand, a imaginé un scénario diabolique qui scotche le lecteur. « Une histoire qui a même effrayé son auteur ! » Express Habituée des thrillers, j’ai été scotchée par celui-ci. Et, je lui dois plusieurs nuits blanches ! On suit, sur quelques heures, Klara, une jeune femme, qui subit les sévices de son mari, et Jules, qui travaille au standard du service d'accompagnement pour les femmes en danger. Non seulement, elle subit les pires horreurs de son mari -attention âmes sensibles s’abstenir ! Plusieurs scènes très difficiles -, mais elle est également menacée de mort par un tueur en série, surnommé le tueur aux calendriers. L’homme torture, puis assassine des femmes, et, avec leur sang, note sur un mur la date de leur mort. Or, c’est justement la date et l’heure de sa mort que le tueur donne à Klara, si elle n’a pas d’ici là quitté son mari. Homme influent, ami du maire et du chef de la police, adoré par tous, la jeune femme n’a aucun recours, d’autant qu’il la menace de lui enlever leur fille. Elle confie ses malheurs à Jules et sa décision : se donner la mort afin d’échapper à ses bourreaux. Pour la faire changer d’avis, Jules, à son tour, lui raconte ses propres souffrances. Attendez-vous à être terrifié, manipulé, remué ! L’auteur est machiavélique à souhait et joue vraiment avec nos nerfs ! Un auteur et un roman à lire absolument !
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesReveriesdIsis Posté le 22 Mai 2022
    Le récit met en scène Jules, qui aide un de ses amis, et assure un service d’accompagnement téléphonique dédié aux femmes qui se sentent en danger. Son premier appel est celui de Klara, une femme convaincue d’être poursuivie par un psychopathe, un homme qui lui a prédit sa mort pour le lendemain, au lever du soleil… L’Accompagnateur est un roman très original sur un fond classique, aussi paradoxal cela puisse-t-il sembler. Classique parce que le thème d’accroche se joue autour des violences faites aux femmes, de l’insécurité qui nous entoure dans la société : rentrer seule chez nous le soir, monter dans la voiture de quelqu’un, les violences sexuelles, l’emprise d’un compagnon, le harcèlement moral et la maltraitance. Ce sont des thèmes qui apparaissent tous dans le livre à un moment donné, et qui apparaissent dans nombre de romans. Mais sous cet aspect classique, quelque chose d’intéressant se joue. Ce thriller appuie sur nos peurs, exacerbe des tensions qui n’existent déjà que trop dans la société. Cela offre un ancrage fort qui parle à notre cœur et qui laisse notre imagination s’emballer. Premier point positif pour le roman: il devient vite addictif en jouant sur nos propres peurs. Pour autant, nous... Le récit met en scène Jules, qui aide un de ses amis, et assure un service d’accompagnement téléphonique dédié aux femmes qui se sentent en danger. Son premier appel est celui de Klara, une femme convaincue d’être poursuivie par un psychopathe, un homme qui lui a prédit sa mort pour le lendemain, au lever du soleil… L’Accompagnateur est un roman très original sur un fond classique, aussi paradoxal cela puisse-t-il sembler. Classique parce que le thème d’accroche se joue autour des violences faites aux femmes, de l’insécurité qui nous entoure dans la société : rentrer seule chez nous le soir, monter dans la voiture de quelqu’un, les violences sexuelles, l’emprise d’un compagnon, le harcèlement moral et la maltraitance. Ce sont des thèmes qui apparaissent tous dans le livre à un moment donné, et qui apparaissent dans nombre de romans. Mais sous cet aspect classique, quelque chose d’intéressant se joue. Ce thriller appuie sur nos peurs, exacerbe des tensions qui n’existent déjà que trop dans la société. Cela offre un ancrage fort qui parle à notre cœur et qui laisse notre imagination s’emballer. Premier point positif pour le roman: il devient vite addictif en jouant sur nos propres peurs. Pour autant, nous sortons du schéma éculé femme battue / chevalier servant là juste au bon moment pour la tirer in extremis des griffes de son bourreau. Il y a quelque chose de plus fin, de plus original qui parcourt ces pages. De ligne en ligne, de chapitre en chapitre, nous nous interrogeons sur l’issue du livre : jusqu’où ira Klara? Que découvrira Jules? mais aussi et surtout : qui ment et qui dit vrai? qui est le mystérieux psychopathe? Ce roman contient aussi tout ce qu’il faut pour nous surprendre. Comme souvent à mon sens dans les romans de Fitzek, le lecteur est étourdi par le rythme du récit. Les informations s’enchaînent, partielles, subjectives et nous emportent tout en nous induisant en erreur. Nous suivons les événements à travers de prisme de Klara, puis à travers le prisme de Jules, nous ne savons que ce que ces deux-là veulent bien nous dire, veulent bien reconnaître ou avouer. De ce fait, nous ne savons pas tout, nous croyons savoir, nous croyons en la bonne foi de chacun, l’urgence nous presse, nous pousse en avant, notre cœur et notre curiosité nous hurlent d’avancer pour comprendre, pour savoir, pour découvrir le fin mot de tout ceci. Et, en même temps, notre raison s’alarme, des détails, insignifiants en apparence, nous titillent, nous laissent penser que les choses ne sont pas aussi simples, qu’il y a anguille sous roche, qu’on ne nous dit pas tout. Et effectivement, l’auteur est loin de tout nous dire ! Quel renversement de situation quand nous avons enfin les clefs. Etonnamment, même si certains passages nous semblaient outrés, et nous laissaient penser que l’un des personnages était fou ou paranoïaque, l’auteur arrive à nous porter l’estocade sans avoir recours à cet artifice- là. La surprise vient d’ailleurs encore. Les personnages de ce roman sont déroutants. Klara au début est touchante par sa peur et son désespoir. Très vite, elle devient exaspérante. Le lecteur a envie de la secouer et surtout, finit par penser qu’elle affabule – au moins sur une partie de son histoire. Jules quant à lui s’humanise lentement, l’histoire de sa vie nous donne des frissons, nous remue jusqu’aux tréfonds de notre être, et sa relation avec son père nous intrigue. Le mari de Klara est détestable en tous points et tout le temps, comme ça, c’est dit. Il paraît caricatural tant il est dans l’excès et c’est aussi ce qui fait naître les doutes du lecteur, sans que rien ne les confirme. Enfin, je terminerai cette chronique en évoquant brièvement le tempo enlevé du livre. L’action se déroule sur quelques heures à peine, une nuit, un petit matin. Cela donne une rythmique macabre puisque nous nous dirigeons vers une ou plusieurs morts, la menace sourde est d’autant plus insidieuse et pesante que cela se déroule la nuit, que la mécanique en route semble être incontrôlable et qu’aucune prise ne semble exister pour ne serait-ce que ralentir le cours des événements. Le montage romanesque associé à cette temporalité est diablement efficace. Ainsi, une fois de plus, ce roman de Fitzek est une réussite. Il nous emporte dès les premières pages et nous laisse arriver au terme du livre, haletants, étourdis par cette ronde folle et sinistre, sonnés par les horreurs découvertes et par le renversement de situation à la fin. Nous ne nous attendons pas à ce que nous découvrons : voilà une fois de plus une chute savoureuse qui fait bien vite oublier les passages qui semblaient moins convaincants ou quelque peu tortueux. Assurément, je lirai son prochain roman.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés